Allumeuse

Armand fait part de son trouble concernant la femme aimée, de son incertitude concernant la réciprocité des sentiments : « Je n’arrête pas de penser à elle, je me demande si je suis juste en train de me faire allumer ou si elle m’envoie réellement des signes. »

L’historique du mot « allumeuse » révèle sans surprise ses origines masculines : Huysmans, l’auteur de Là-bas (1891), l’emploie pour désigner une femme séductrice, aguicheuse. Au sens premier du latin alluminare, le français a ajouté : mettre le feu (XIIe siècle), l’allumeuse enflamme le désir de l’homme, mais se dérobe quand il s’agit de l’éteindre, devenant indifférente à son assouvissement ; elle semble tout offrir mais ne donne rien.

Ce terme, connoté péjorativement, a valeur d’insulte quand il est employé par l’homme abandonné à sa frustration sexuelle. Assimilée à une manipulatrice, à une diablesse, l’allumeuse clame une innocence et une sincérité à la mesure du refoulement de ses propres désirs sexuels, non conformes aux principes moraux séculaires régissant la sexualité féminine. La Lolita* du roman de Nabokov, plus encore celle de son adaptation cinématographique par Stanley Kubrick (jouée par Sue Lyon), n’est pas loin de représenter le prototype du fantasme de l’allumeuse. In-conscience et mise au jour de ses propres désirs via le désir de l’autre, l’allumeuse est sœur de l’hystérique. On ne peut que sourire en pensant au sens premier – et au symbole sexuel déjà présent –, du mot allumeur/se qui désignait au XIIe siècle la « personne chargée d’allumer des chandelles ».

Il se pourrait qu’en dépit de la permissivité sexuelle de l’époque moderne, l’innocence des allumeuses d’hier se perpétue toujours chez les lolitas d’aujourd’hui. Comme le suggère Frédéric Beigbeider dans L’Amour dure trois ans (1997), il y a pour l’homme pire qu’une allumeuse, une femme qui le désire sans fard : « Quand une jolie fille vous regarde, il y a deux possibilités : ou bien c’est une allumeuse et vous êtes en danger, ou bien ce n’est pas une allumeuse et vous êtes encore plus en danger. »