Songes impurs (pollution nocturne)

Il n’y a pas de notion plus anti-sexologique que celle de « songes impurs ». Pourtant, son symptôme le plus célèbre, les pollutions nocturnes, n’a cessé d’embarrasser les esprits (masculins avant tout), tant il exprime le triomphe du sexe sur la volonté. Les Pères de l’Église et les scholastiques tentent de la maîtriser en suivant la piste du péché. Leur doctor angelicus, Thomas d’Aquin, tranche le problème dans sa Somme théologique (1269-1272). À la question : « La pollution nocturne est-elle un péché ? », il répond : elle est innocente, puisque involontaire. Les encyclopédistes et médecins des XVIIIe et XIXe siècles, quant à eux, optent pour la maladie. Le malaise persiste néanmoins, et tous s’accordent à reconnaître ce que les Grecs anciens avaient déjà affirmé : ce sont des rêves à semences (oneirogonos) que proviennent les pertes séminales nocturnes. La cause principale réside donc dans les rêves qui furent ainsi vite nommés par les Latins somnia venerea. Les traductions françaises, au fil des siècles, sont révélatrices : des rêves lascifs aux rêves impurs*, le sens de l’adjectif venereum évolue, mais ces songes sont vénériens à tous les coups. Ne témoignent-ils pas que la puissance hallucinatoire du rêve est sœur de la réalisation des désirs inconscients ? À elle seule, elle peut déclencher l’orgasme, sans qu’aucune action volontaire ni contact physique aient eu lieu. Ces rêves sont impurs parce qu’ils sont érotiques et qu’ils se trahissent par leurs « émissions mouillées ». Particulièrement fréquents et perturbants chez les adolescents pubères, les wet dreams sont souvent perçus comme honteux : comment dissimuler les « cartes géographiques » sur les draps, au regard inquisiteur d’une mère ? Les filles ont plus de chance, « quand ça m’arrive, dit Anna, c’est au plus profond de moi. »

La puissance du fantasme* sur la vie sexuelle peut en inquiéter plus d’un. Saint Augustin implore : « Votre main, Dieu tout-puissant, n’a-t-elle pas le pouvoir de guérir toutes les langueurs de mon âme et de verser une grâce abondante sur les mouvements impurs de mon sommeil ? » Mais est-ce une bonne solution de faire appel à la main divine pour calmer l’excitation de… son membre et de son esprit ?