Quatrième partie. Psychoses passionnelles

L’étude des psychoses passionnelles, publiée au cours des années 1920, 1921, 1923, s’élabora longtemps avant, ainsi qu’en témoignent les deux textes préliminaires reproduits ici, avant ta série des grands travaux. On y voit exprimés, dès 1913, les premiers éléments de la future description.. Leur nouveauté à cette époque contraste avec cette remarque encore toute ancienne à propos des symptômes de Vérotomanie, que le maître avait faite trois ans plus tôt : « Ils ne constituent pas un délire ; leur rapport avec Vidée fixe serait à discuter davantage. »

Le lecteur pressé de se remémorer les formules magistrales aujourd’hui classiques sur l’érotomanie, se reportera à la série des fameuses publications, reproduites ici dans les 3e, 4e, 3e, 8e et 103 textes ; il retrouvera l’écho des discussions passionnées soulevées devant la Société Clinique de Médecine Mentale aux numéros 6,7,9. 11,12,14 ; et au 15e des généralités sur les conditions communes à la formation et au développement des diverses psychoses passionnelles.

J. F.