Table des matières

Fiction préliminaire. Néo-Genèse

Chapitre I. Différence et domination

A – Constats universels, transculturels, transhistoriques

Pourquoi cette domination ?

Les causalités simplistes

B – Les hommes ont peur

Les hommes ont peur des femmes parce qu’elles incarnent, pensent-ils, la sexualité animale, sauvage

Les hommes ont peur des femmes parce qu’elles incarnent, pensent-ils, la mort (mais aussi la vie et les « vraies » valeurs)

Ayant peur des femmes, les hommes hésitent à les aborder soit parce qu’ils les idéalisent, soit parce que, pensent-ils, elles sont dangereuses

Les hommes ont peur des femmes parce qu’ils ont peur de ne pas pouvoir les satisfaire (et qu’elles se vengent)

Les hommes ont peur des femmes parce que, pensent-ils, elles sont diaboliques

L’autochtonie athénienne : les femmes ne sont pas citoyennes

Les hommes ont peur du féminin douloureux d’Héraklès, du féminin glorieux d’Hélène et du féminin du miroir

Les hommes ont peur des femmes parce qu’elles incarnent, pensent-ils, la passivité pénétrée

Celles que l’on échange et celle que l’on n’échange pas

Les hommes ont peur des femmes parce qu’elles ont des secrets et des talismans

Les hommes ont peur des femmes parce qu’elles sont, pensent-ils, elles-mêmes un secret

Les hommes ont peur des femmes parce que, quand elles jouissent, ils ont l’impression que ça ne va jamais s’arrêter

Les hommes ont peur des femmes parce qu’ils ont peur qu’elles ne soient pas fidèles

Les hommes ont peur des femmes parce qu’ils ne sont jamais parfaitement certains de leur paternité

Les hommes ont peur des femmes parce qu’ils pensent qu’elles ont envie de leur pénis à eux les hommes

C – Des femmes répondent

Redéfinir le statut du masculin

La pensée de la différence

D – Biologie de la différence

L’anatomie idéologique et le pénis universel

Les « tares » familiales, conséquences de la consanguinité ?

Hormones et différence

Biologie de l’inconscient ?

De l’auto-organisation à la naissance du désir

E – La bisexualité : une passerelle ?

La double altérité

Les retrouvailles

Attirance et déviance

Psychanalyse et psychobisexualité

F – Sexe et genre

Selon Stoller

Perturbations identitaires

G – Éthique de la différence

La valorisation

Un reste d’animalité

La préférence « humaniste »

La différence dérange

Différence et certitudes

Différence et identité

La différence sexuée

L’expérience amoureuse

La différence constructive

La domination masculine

La « chienne sensualité »

Chapitre II. Psychanalyse de la vie amoureuse

A – La réponse freudienne

Pertinence et impertinence de la psychanalyse

« Un type particulier de choix d’objet chez l’homme »

« Sur le plus général des rabaissements de la vie amoureuse »

Le tabou de la virginité

B – Les relations hommes-femmes selon Freud

Masculinité et féminité

Masculin-féminin

C – Critique de la « castration »

Blessure, mort, castration

Les angoisses

Le désaccord des femmes

Le désaccord de certains hommes

D – Le féminin érotico-maternel

Schreber

Le féminin érotique

L’indicible

Le féminin maternel

Les incompréhensions radicales

E – Comment les hommes se protègent

Le féminin masculin

Les homosexualités masculines

F – L’ordre phallique

La solution fétichique

Exclusion, excision, exhibition

Nécessité des fantasmes originaires

Le recentrement phallique

G – Les hommes et l’envie du féminin

Le scandale des femmes entre elles

Les hommes et leur envie secrète

La protection communautaire

Néo-genèse, suite et fin

Chapitre III. Passions filiales

I – La mère et le fils

A – Le fils et le féminin érotique de sa mère

Une relation idyllique

Premières mésaventures

De quelques services rendus

Le fils et la femme du père

La trahison originaire

Le féminin érotico-maternel

Le féminin érotique : châtré ou jouissant ?

B – La passion du fils

L’élimination du maternel

L’élimination du féminin

Séparation-confusion

Séparation rigoureuse

Le non-dit : Œdipe et Jocaste

L’identification discrète : Stéphane Mallarmé

L’identification transfigurée

Les affirmations suspectes

L’adoration forcenée

Intempérance et sanctification

La luxure

La scène primitive dans tous ses états

La provocation généralisée

Haine et rédemption

Le poète entre sa mère et sa femme

La rage

Le monstre

C – Le matricide

L’Orestie d’Eschyle

L’ordre grec

L’Oreste kleinien

Oreste et Œdipe

L’écriture matricide : J. Joyce

La belle Hélène

L’ordre selon Euripide

La mort d’Hélène

L’assomption d’Hélène

D – Deux en trois

II – La mère et la fille

A – Elles ne se lâchent plus

Spoliée et haineuse

Un salut incertain

L’idylle menacée

L’horreur kleinienne

B – La place de l’homme

C – La généalogie des mères

Le huis clos

Généalogie des huis clos

D – Le féminin érotico-maternel

Au dernier sang

En deçà de la castration

E – La question de l’inceste mère-fille

Les opposés

Le désarroi masculin

La coupure

Et pour les femmes ?

F – Les homosexualités féminines

L’homosexualité à trois, tiers inclus

L’homosexualité à deux, tiers exclu

Des motifs de l’exogamie

G – La bonne mère et la bonne fille

La mère et le mari

La messagère

Le chef-d’œuvre

L’héritier

Chapitre IV. Les paradoxes de l’amour

A – L’amour au présent

C’est du sentiment, de l’acte et du paroxysme

Le sentiment

L’acte

Le paroxysme

Les paradoxes

L’amour supprime-t-il le refoulement ?

Les quatre insistances

L’alternance libidinale

Des femmes et du langage

Le paradoxe psychanalytique

La névrose d’amour

Les mots de passe et les mots d’amour

B – La crise d’amour

Après

Avant

Les moyens du bord

Les campanules et les fleurs de la passion

C – L’amour de transfert

Transfert de quoi ?

Transfert sur qui ?

Transfert de qui ?

Le contre-transfert

Dynamique du transfert

D – Tentations et transgressions du psychanalyste

La tentation mégalomane

La tentation phobique

La tentation érotique

Les mesures défensives

La sexualité

La dénégation freudienne

E – L’amour des psychanalystes pour Freud

F – Les mots pour le dire

Le dialogue et l’écoute

Quand on me parle, qu’est-ce qu’on me dit ?

Quand on me parle, à qui parle-t-on ?

Quand on me parle, qu’est-ce que j’entends ?

Quand vous me parlez, qui parle en vous ?

Qui pro quo

La babélisation nécessaire

La preuve « affective »

Chapitre V. Exorciser le féminin

I – Théoriser l’irreprésentable

A – Psychopathologie de la sexualité masculine

La réaction « virile »

Remédier ou explorer ?

B – Comment le corps se « représente »

La préoccupation scientifique

Une subjectivité singulière

L’apparente contradiction

Le changement de paradigme

La pulsion : concept limite

La butée du concept limite

C – L’irreprésentable

La vie, la mort, le corps

Le féminin comme irreprésentable, et ses conséquences

II – Les histoires que les hommes se racontent

A – Le féminin « châtré »

La terreur de la castration

L’honneur de la virilité

B – Le féminin jouissant

Le fantasme de l’orgasme infini

La « création » du féminin

C – Le féminin et les figures de la mort

La cavalcade des hommes

Une femme damnée

La revendication de Milady

Dix contre une

« La trouver en vous-même »

Un homme pourrait rencontrer une femme

La coupure

L’un dans l’une

On ne sait jamais

Une faille, peut-être…

Cliver, dit-elle.

D – Le féminin lesbien

Ce que dit une femme

Ce que dit un homme

Les femmes travesties

Le « gouffre »

Absorbées l’une en l’autre

Passions

Les lions

Chapitre VI. Exorciser le féminin II

A – Le refus du féminin et le politique

L’apartheid social

L’épuration ethnique

La « panne » des États (le mot est d’A. Arnaud)

Le Front national et le féminin

Le sujet du politique

L’expulsion du mauvais

Un seul sujet

Le symbolique et la coupure

Destins de l’excitation

Le meurtre du père

B – Le féminin maternel

Sarah, Marie

La statuaire dogon

Les madones

Stabat mater

Lignée paternelle et lignée maternelle chez Freud

La robe de Rébecca

Les successeurs et « la » mère

L’impensable matricide

La disparition

La perte foncière

Le premier travail de deuil

L’irreprésentable irréductible

C – Les femmes ont-elles peur des hommes ?

Une perte, corps et biens

Les femmes et la disparition

Les femmes et l’irreprésentable

D – Le machisme

Caractéristiques du machisme

Interprétation psychanalytique du machisme

Deux conséquences extrêmes du machisme

Le refus exacerbé du féminin

E – Aux risques de la passivité

L’ambiguïté des dictionnaires

Les sensations révélées

La « guérison » de Schreber

Les hommes ont peur de la passivité parce que, pensent-ils, elle est trop féminine

Conclusions. « Comme un rêve de pierre »

Postface. L’angoisse devant la différence des sexes et son miroir en chacun d’eux

*

*

*

Comment lire, aujourd’hui : Pourquoi les hommes ont peur des femmes

*

*

Y verrons-nous plus clair en interrogeant l’enfance ?

Compléments

L’anthropologie

Le matricide chez les Grecs

Une très vieille histoire

Une question à laquelle il n’y a pas vraiment de réponse