Érogénéité

= D. : Erogeneität. – En. : erogeneity ou erogenicity. – Es. : erogeneidad. – I. : erogeneità. – P. : erogeneidade.

● Capacité de toute région du corps d’être la source d’une excitation sexuelle, c’est-à-dire de se comporter comme zone érogène.

◼ Ce terme – peu utilisé – a été créé par Freud dans Pour introduire le narcissisme (Zur Einführung des Narzissmus, 1914) (1). Dans ce texte, l’érogénéité est définie comme l’activité sexuelle dont est susceptible une partie du corps (2).

En désignant par un terme spécifique cette « excitabilité » (Erreg-barkeit) sexuelle, Freud veut indiquer qu’elle n’est pas le privilège de telle zone érogène où elle apparaît le plus évidemment, mais une propriété générale de toute la surface cutanéo-muqueuse, et même des organes internes.

L’érogénéité est conçue par Freud comme un facteur quantitatif, susceptible d’augmenter ou de diminuer, ou encore de voir sa répartition dans l’organisme modifiée par des déplacements. Ces modifications rendent compte par exemple, selon lui, des symptômes hypocondriaques.

(1) Cf. Freud (S.). G.W., X, 150 ; S.E., XIV, 84.

(2) Cf. également Freud (S.). Drei Abhandlungen zur Sexualtheorie. G.W., V, 85 (n. 1, ajoutée en 1915) ; S.E., VII, 184 (n. 1) ; Fr., 179 (n. 50).