Anaclitique (adj.)

= D. : Anlehnungs-, – En. : anaclitic, attachment. – Es. : anaclitico. – I. : anaclitico ou per appoggio. – P. : anaclitico.

Voir : Étayage et Choix d’objet par étayage.

◼ 1) L’adjectif anaclitique (du grec άναχλίνω, se coucher sur, s’appuyer sur), a été introduit dans la littérature psychanalytique de langue anglaise et repris par des traducteurs français pour rendre le génitif Anlehnungs dans des expressions telles que Anlehnungstypus der Objektwahl (traduit généralement par « type anaclitique de choix d’objet »). Mais ce qui échappe nécessairement au lecteur qui lit les œuvres de Freud en traduction, c’est que le concept d’Anlehnung constitue une pièce maîtresse de la première théorie freudienne des pulsions ; Freud s’y réfère en bien d’autres occasions que dans celles où il traite du choix d’objet « anaclitique » : on rencontre, à plusieurs reprises, soit la forme substantive Anlehnung, soit des formes verbales comme sich an (etwas) anlehnen. Or ces formes sont traduites en anglais et en français de façon variable (α) de sorte que le concept d’Anlehnung n’a pu être nettement dégagé par les lecteurs de Freud.

Il se pose donc aujourd’hui une question de terminologie. Le terme anaclitique fait désormais partie du vocabulaire international de la psychanalyse ; on ne saurait le supprimer. Mais le substantif anaclise qui rendrait Anlehnung n’est pas admis (β). Les termes anaclise, anaclitique présentent d’ailleurs l’inconvénient d’être des mots « savants » forgés artificiellement, alors qu’Anlehnung appartient à la langue commune. Aussi proposons-nous comme équivalent étayage, qui a déjà été utilisé par certains traducteurs (notamment par B. Reverchon-Jouve dans sa traduction des Trois essais sur la théorie de la sexualité [Drei Abhandlungen zur Sexualtheorie, 1905]) et qui a l’avantage de pouvoir se retrouver, tout comme Anlehnung, dans la forme verbale : s’étayer sur. Même l’expression consacrée de « type de choix d’objet anaclitique » devrait être remplacée par « type de choix d’objet par étayage ».

2) Le terme anaclitique est parfois utilisé dans un sens plus lâche qui n’est pas directement en rapport avec l’usage du concept dans la théorie freudienne, par exemple dans l’expression dépression anaclitique* (anaclitic depression).

▲ (α) Par exemple, pour la forme verbale : être attaché à, être basé sur, prendre appui sur, etc.

(β) En revanche, il n’existe pas en allemand un adjectif qui soit formé à partir d’Anlehnung et qui corresponde à anaclitique.