Angoisse automatique

= D. : automatische Angst. – En. : automatic anxiety. – Es. : angustia automática. – I. : angoscia automatica. – P. : angústia automática.

● Réaction du sujet chaque fois qu’il se trouve dans une situation traumatique, c’est-à-dire soumis à un afflux d’excitations, d’origine externe ou interne, qu’il est incapable de maîtriser. L’angoisse automatique s’oppose pour Freud au signal d’angoisse*.

◼ L’expression est introduite dans le remaniement que Freud fait de sa théorie de l’angoisse dans Inhibition, symptôme et angoisse (Hemmung, Symptom und Angst, 1926) ; elle se comprend par comparaison avec la notion de signal d’angoisse.

Dans les deux cas « … comme phénomène automatique et comme signal d’alarme, l’angoisse doit être tenue pour un produit de l’état de détresse psychique du nourrisson qui est évidemment la contrepartie de son état de détresse biologique » (1). L’angoisse automatique est une réponse spontanée de l’organisme à cette situation traumatique ou à sa reproduction.

Par « situation traumatique » il faut entendre un afflux non maîtrisable d’excitations trop multiples et trop intenses : c’est là une idée très ancienne chez Freud ; on la trouve dans ses premiers écrits sur l’angoisse, où celle-ci est définie comme résultant d’une tension libidinale accumulée et non déchargée.

Le terme d’angoisse automatique connote un type de réaction ; il ne préjuge pas de l’origine interne ou externe des excitations traumatisantes.

(1) Freud (S.). G.W., XIV, 16S ; S.E., XX, 138 ; Fr., 62.