Choix de la névrose

= D. : Neurosenwahl. – En. : choice of neurosis. – Es. : elección de la neurosis. – I. : scelta délia nevrosi. – P. : escolha da neurose.

● Ensemble de processus par lesquels un sujet s’engage dans la formation de tel type de psychonévrose plutôt que de tel autre.

◼ Le problème qui est posé par l’expression « choix de la névrose » est au principe même d’une psychopathologie analytique : comment et pourquoi des processus généraux qui rendent compte de la formation de la névrose (par exemple le conflit défensif) se spécifient-ils en des organisations névrotiques assez différenciées pour qu’une nosographie puisse être établie ?

Une telle question a préoccupé Freud tout au long de son œuvre ; elle est inséparable de l’élucidation approfondie d’une structure névrotique. La réponse de Freud à ce problème a varié ; nous ne pouvons ici songer à en retracer l’histoire qui implique celle des notions de traumatisme, de fixation, de prédisposition, d’inégalité de développement entre la libido et le moi, etc. Le problème, par son ampleur, sort des limites de cet ouvrage.

Pour s’en tenir à l’aspect terminologique du problème, on peut se demander pourquoi Freud a utilisé et maintenu le terme « choix » (1). Ce terme ne se réfère évidemment pas à une conception intellectualiste qui supposerait qu’entre différents possibles également présents l’un d’eux est élu ; il en est d’ailleurs de même pour la notion de choix d’objet (Objektwahl). Toutefois, il n’est pas indifférent que, dans une conception qui se réclame d’un déterminisme absolu, apparaisse ce terme qui suggère qu’un acte du sujet est nécessaire pour que les différents facteurs historiques et constitutionnels mis en évidence par la psychanalyse prennent leur sens et leur valeur motivante.

(1) Cf. par exemple Freud (S.). Aus den Anfängen der Psychoanalyse, 1887-1902, lettre du 20-5-1896, et Die Disposition zur Zwangsneurose, 1913. G.W., VIII, 442 ; S.E., XII, 317 ; Fr., 437.