Polycratisme

Nous poumons appeler ainsi, par analogie avec le poème de Schiller « L’Anneau de Polycrate », la superstition qui consiste à croire que si « tout va trop bien » le châtiment de dieu sera d’autant plus dur. Dans un cas, l’analyse permit de rapporter cette peur à la mauvaise conscience qu’éprouvait le patient en raison de ses fantasmes coupables.