Bibliographie

Études générales

Bernier (J.) : Histoire chronologique de la médecine, Paris, 1717.

Brett (G. S.) : A History of Psychology, Londres, 1912.

Flemming (C.) : Geschichte der Psychiatrie, Leipzig, 1859.

Kirchhoff (Tj : Geschichte der Psychiatrie, Leipzig, 1912.

Leclerc (D.) : Histoire de la médecine, Amsterdam, 1723.

Neuburger et Pagel : Handbuch der Geschichte der Medizin, Iéna 1902.

Première partie

Abelly (L.) : Vie du vénérable Vincent de Paul, Paris, 1664.

Adnès (A.) : Shakespeare et la folie, Paris, 1935.

Alboize et Maquet : Histoire des prisons de Paris, 8 vol., Paris, 1846. Argenson (R.-L. D’) : Journal et Mémoires, 9 vol., Paris, 1867.

Argenson (R. D’) : Notes de René d'Argenson, Paris, 1891.

Berghàuser : Die Darstellung des Wahnsinns im englischen Drama bis zum Ende des 18 ten Jahrhunderts, Francfort, 1863.

Bézard (L.) et Chapon (J.) : Histoire de la prison de Saint-Lazare du Moyen Age à nos jours, Paris, 1925.

Blégny (N. de) : La Doctrine des rapports, Paris, 1684.

Boislisle (A. de) : Lettres de Monsieur de Maréville, lieutenant général de police au ministre Maurepas, Paris, 1896.

Bonnafous-Sérieux (H.) : La Charité de Senlis, Paris, 1936.

Boucher (L.) : La Salpêtrière, Paris, 1883.

Brièle (L.) : Collection de documents pour servir à l'histoire des hôpitaux de Paris, 4 vol., Paris, 1881-1887.

Bru (P.) : Histoire de Bicêtre, Paris, 1882.

Brun de la Rochette : Les Procès civils et criminels, Rouen, 1663.

Brunet (E.) : La Charité paroissiale à Paris sous VAncien Régime et sous la Révolution, Paris, 1897.

Burdett (H. C.) : Hospitals and Asylums of the World, Londres, 1891. Burns (J.) : History of the Poor Law, Londres, 1764.

Camus (J.-P.) : De la mendicité légitime des pauvres, Douai, 1634. Chassaigne (M.) : La Lieutenance de police à Paris, Paris, 1906.

Chatelain (P.). Le Régime des aliénés et des anormaux au xvir et au xvnr siècle, Paris, 1921.

Chevalier (J.-U.) : Notice historique sur la maladrerie de Voley-près Romans, Romans, 1870.

Collet : Vie de saint Vincent de Paul, 3 vol., Paris, 1818.

Coste (P.) : Les Détenus de Saint-Lazare aux xvir et xvur siècles (Revue des Études historiques, 1926.)

Delamare : Traité de police, 4 vol., Paris, 1738.

Delannoy (A.) : Note historique sur les hôpitaux de Toumay, 1880.

Delaunay (P.) : Le Monde médical parisien au xvur siècle, Paris, 1906.

Devaux (J.) : L'Art de faire des rapports en chirurgie, Paris, 1703.

Eden (F.) : State of the Poor, 2 vol., Londres, 1797.

Esch en bu rg : Geschichte unserer Irrenanstalten, Lubeck, 1844.

Esquirol (J.) : Des établissements consacrés aux aliénés en France, 1818.

—    Mémoire historique et statistique sur la Maison Royale de Charenton (1824) ; in Des maladies mentales, t. II, Paris, 1838.

Fay (H.-M.) : Lépreux et cagots du Sud-Ouest, Paris, 1910.

Ferrière (Cl.-J. de) : Dictionnaire de droit et de pratique, Paris, 1769.

Fosseyeux (M.) : L’Hôtel-Dieu à Paris au xvir et au xvur siècle, Paris, 1912.

Freguier (H.-A.) : Histoire de l’administration de la police à Paris depuis Philippe-Auguste jusqu'aux États généraux de 1789, 2 vol., Paris, 1850.

Funck-Brentano (F.) : Les Lettres de cachet, Paris, 1903.

Gazoni (T.) : L’Ospital des fols incurables, traduction française, Paris, 1620.

Gendry (R.) : Les Moyens de bien rapporter en justice, Angers, 1650.

Gernet (H. B.) : Mitteilungen aus alterer Medizin-Geschichte Hamburgs, Hambourg, 1882.

Golhahn (R.) : Spital und Arzt von Einst bis Jetzt.

Guevarre (Dom) : De la Mendicità provenuta, Aix, 1693.

Henry (M.) : La Salpêtrière sous l'Ancien Régime, Paris, 1922.

Hildenfinger (P.-A.) : Les Léproseries de Reims du xir au xvir siècle, Reims, 1906.

—    Histoire de l'Hôpital général, An., Paris, 1676.

—    Hôpital général (L’), An., Paris, 1682.

Howard (J.) : État des prisons, hôpitaux et maisons de force, traductior française, 2 vol., Paris, 1788.

Institutions et règlements de Charité aux xvr et xvir siècles, réimprimés par Biencourt, Paris, 1903.

Jacobé (P.) : Un internement sous le Grand Roi : H. Lomenie de Brienne, Paris, 1929.

Joly (A.) : L'Intemement des fous sous l’Ancien Régime dans la généralité de Basse-Normandie, Caen, 1868.

Kriegk (G.) : Heilanstalten und Geistkranke ins mittelalterliche Frankfurt am Main, Francfort, 1863.

Lallemand (L.) : Histoire de la Charité, 5 vol., Paris, 1902-1912.

Langlois (C. V.) : La Connaissance de la nature et du monde au Moyen Age, Paris, 1911.

Lautard (J.-B.) : La Maison de fous de Marseille, Marseille, 1840.

Legier-Desgranges (H.) : Hospitaliers d'autrefois ; Hôpital général, Paris, 1952

Legrand (L.) : « Les Maisons-Dieu et léproseries du diocèse de Paris au

milieu du xiv siècle », Mémoires de la société d'histoire de Paris, t. XXIV, 1897 et XXV, 1898.

Léonard (E. M.) : The Early Story of English Poor Relief, Cambridge, 1900

Locard (E.) : La Médecine judiciaire en France au xvir siècle.

Louis : « Questions de jurisprudence du suicide ». Journal de médecine t. XIX p. 442.

Loyac (J. de) : Le Triomphe de la Charité ou la vie du bienheureux Jean de Dieu, Paris, 1661.

Muyart de Vouglans : Les Lois criminelles de France dans teur ordre naturel, 2 vol., Paris, 1781.

Nicholls (G.) : History of the English Poor Law, 2 vol., Londres, 1898.

O'Donochue (E. G.) : The Story of Bethleem Hospital, New York, 1915.

Parturier (L.) : L'Assistance à Paris sous iAncien Régime et sous la Révolution, Paris, 1897.

Paultre (Chr.) : De la répression de la mendicité et du vagabondage en France sous iAncien Régime, Paris, 1906.

Petit : « Consultation médico-légale sur un homme qui s'était pendu », Journal de médecine, t. XXVII, p. 515.

Peuchet : Collections de lois, ordonnances et règlements de police depuis le xiir jusqu 'au xvnr siècle, 2' série, Paris, 1818-1819.

Pignot (L.). Les Origines de l'hôpital du Midi, Paris, 1885.

Pintard (R.) : Le Libertinage érudit, Paris, 1943.

Portes (J.). Dictionnaire des cas de conscience, Paris, 1741.

Ravaisson (Fr.) : Les Archives de la Bastille, 19 vol., Paris, 1866-1904.

Règlement de l'hôpital des insensés de la ville d’Aix, Aix, 1695.

Règlements et statuts de l'Hôpital général d’Orléans, Orléans, 1692.

Rocher (J.) : Notice historique sur la maladrerie de Saint-Hilaire-Saint-Mes-min, Orléans, 1866.

Sainte-Beuve (J.) : Résolution de quelques cas de conscience (Paris, 1680).

Sérieux (P.) : L’Internement par ordre de justiçe des aliénés et des correc-tionnaires, Paris, 1932.

Sérieux et Libert (L.) : Le Régime des aliénés en France au xvnr siècle Paris, 1914.

Sérieux et Trénel (M.) : L’Internement des aliénés par voie judiciaire, Recueil Sirey, 1931.

Tuke (D. H.) : Chapters on the History of the Insane, Londres, 1882.

Statuts et règlements de l’Hôpital général de la Charité de Lyon, Lyon, 1742.

Verdier (F.) : La Jurisprudence de la médecine en France, 2 vol., Paris, 1723.

ViÉ (J.) : Les Aliénés et correctionnaires à Saint-Lazare aux xvir et xvnr siècles, Paris, 1830.

Vincent de Paul : Correspondance et Sermons, éd. Coste, 12 vol.. Paris 1920-1924.

Vives (J.-L.) : L’Aumônerie, traduction française, Lyon, 1583

Deuxième partie

Andry (C.-L.) : Recherches sur la mélancolie, Paris, 1785.

Apologie pour Monsieur Duncan. (An.)

Arnold (Th.) : Observations on the Nature, Kinds, Causes and Préventions of Insanity, Lunacy and Madness, 2 vol., Leicester, 1782-1786.

—    Observations on the Management of the Insane, Londres, 1792.

Baglivi (G.) : Tractatus de fibra motrice, Pérouse, 1700.

Bayle (F.) et Grangeon (H.) : Relation de l'état de quelques personnes pré tendues possédées, Toulouse, 1682.

Beauchene (E.-P. Ch.) : De l’influence des affections de l’âme sur les maladies des femmes, Paris, 1781.

Bienville (j.-D.-T.) : De la Nymphomanie, Amsterdam, 1771.

Blackmore (A.) : A treatise of the spleen and vapours, Londres, 1726.

Boerhaave (H.) : Aphorismes, traduction française, Paris, 1745.

Boissier de Sauvages (F.) : Nosologie méthodique, traduction française,

10 vol., Lyon, 1772.

Boissieu (B.-C.) : Mémoire sur les méthodes rafraîchissante et échauffante, Dijon, 1772.

Bonet (Th.) : Sepulchretum anatomicum, 3 vol., Paris, 1700.

Brisseau (P.) : Traité des mouvements sympathiques, Paris, 1692.

Chambon de montaux : Des maladies des femmes, 2 vol., Paris, 1784.

—    Des maladies des filles, 2 vol., Paris, 1785.

Chesneau (N.) : Observationum medicarum libri quinque, Paris, 1672.

Cheyne (G.) : The English malady, or a Treatise on Nervous Diseases of ail kinds, Londres, 1733.

—    Méthode naturelle de guérir les maladies du corps et les dérèglements de l'esprit, traduction française, 2 vol., Paris, 1749.

Clerc (N -G.) : Histoire naturelle de l'homme dans l’état de maladie, 2 vol., Paris, 1767.

Cox (J.-M.) : Pratical observations on insanity, Londres, 1804.

Crugeri : Casus medicus de morbo litteratorum, Zittaviæ, 1703.

Cullen (W.) : Institutions de médecine pratique, traduction française, Paris, 2 vol., 1785.

Daquin (J.) : Philosophie de la folie, Paris, 1792.

Diemerbroek (I.) : Opéra omnia anatomica et medica, Utrecht, 1685.

Dionis (P.) : Dissertation sur la mort subite, Paris, 1710.

Dufour (J.-F.) : Essai sur les opérations de l'entendement et sur les maladies qui le dérangent, Amsterdam et Paris, 1770

Dumoulin (J.) : Nouveau Traité du rhumatisme et des vapeurs, Paris, 1710.

Ettmüller (M.) : Opéra medica, Francfort, 1696.

Examen de la prétendue possession des filles de la paroisse de Laudes, an. 1735.

Fallowes (S.) : The best method for the cure of lunatics, Londres, 1705.

Faucett(H.) : Ueber Melancholie, Leipzig, 1785,

Fernel (J.) : Universa Medica, Francfort, 1607.

Ferrand (J.) : De la maladie d’amour ou mélancolie érotique, Paris, 1623.

Flemyng (M.) : Nevropathia sive de morbis hypochondriacis et hystericis, Amsterdam, 1741.

Forestus (P.) : Observationes et curationes, Rotterdam, 3 vol., 1653.

Fouquet (F.) : Recueil de remèdes faciles et domestiques, Paris, 1678.

Friedreich (N.) : Historisch-kritische Darstellung der Theorien über das Wesen u. den Sitz der psychischen Krankheiten, 1836.

Gaubius (D.) : Institutionespathologiae médicinales, Leyde, 1758.

Haller (Alb. von) : Eléments de physiologie, traduction française, Paris,

1769.

Haslam (J.) : Observations on insanity, Londres, 1794.

Hecquet (P.) : Réflexion sur l’usage de l'opium, des calmants des narcotiques, Paris, 1726.

Highmore (N.) : Exercitationes duae, prior de passione hysterica, altéra de affectione hypochondriaca, Oxford, 1660.

—    De passione hysterica, responsio epistolaris ad Willisium, Londres, 1670.

Hoffmann (F.) : Dissertationes medicae selectiores, Halle, 1702.

—    De motuum convulsivorum vera sede et indole, Halle, 1733.

—    De morbi hysterici vera indole, Halle, 1733.

—    De affectu spasmodico-hypochondriaco-inveterato, Halle, 1734.

Hunauld (P.) : Dissertation sur les vapeurs et les pertes du sang, Paris, 1716.

James (R.) : Dictionnaire universel de médecine, traduction française, 6 vol.,

1746-1748.

Jonston (D.) : Idée universelle de la médecine, traduction française, Paris, 1644.

Lacaze (L.) : Idée de l’homme physique et moral, Paris, 1755.

Lancisius (J.-M.) : Opéra omnia, 2 vol., Genève, 1748.

Lange : Traité des vapeurs, Paris, 1689.

Laurens (du) : Opéra omnia, traduction française, Rouen, 1660.

Le Camus (A.) : La Médecine de l’esprit, 2 vol., Paris, 1769.

Lemery (J.) : Dictionnaire universel des drogues, Paris, 1769.

Liébaut (J.) : Trois livres sur les maladies des femmes, Paris, 1649.

Lieutaud (J.) : Traité de médecine pratique, 2 vol., Paris, 1759.

Linné (K.) : Généra morborum, Upsala, 1763.

Lorry (A. C.) : De melancholia et morbis melancholicis, 2 vol., Paris, 1765.

Mead (R.) : A treatise conceming the influence of the sun and the moon, Londres, 1748.

Meckel (J.-F.) : Recherches anatomo-physiologiques sur les causes de la folie, Mémoire académique, Berlin, vol. XX, 1764, p. 65.

Mesnardière (H.-J. La) : Traité de la Mélancolie, La Flèche, 1635.

Morgagni (J. B.) : De sedibus et causis morborum, 2 vol., Venise, 1761.

Mourre (M.) : Observations sur les insensés, Toulon, 1791.

Murillo (T. A.) : Novissima hypochondriacae melancholiae curatio, Lyon, 1672.

Perfect (W.) : Methods of cure in some particular cases of insanity, Londres, 1778.

La Philosophie des vapeurs, ou lettres raisonnées d'une jolie femme sur l’usage des symptômes vaporeux, Paris, 1774.

Pinel (P.) : Nosographie philosophique, 2 vol., Paris, An VI.

Piso (C.) : Selectiorium observationum et consiliorum liber singularis, Lug-dunum, 1650.

Pitcairn (A.) : The Whole Works, Londres, 1777.

Plater (F.) : Praxeos medicae très tomi, Bâle, 1609.

Pomme (P.) : Traité des affections vaporeuses des deux sexes, Paris, 1760.

Pressavin (J.-B.) : Nouveau Traité des vapeurs, Lyon, 1770.

Raulin (J.) : Traité des affections vaporeuses, Paris, 1758.

Renou (J. de) : Œuvres pharmaceutiques, traduction française, Lyon, 1638.

Revillon (C.) : Recherches sur la cause des affections hypochondriaques, Paris, 1779.

Roche (D. de La) : Analyse des fonctions du système nerveux, 2 vol., Genève,

1770.

Rostaing (A.) : Réflexions sur les affections vaporeuses, Paris, 1778.

Scheidenmantel (F. C. G.) : Die Leidenschaften als Heilmittel betrachtet, Hildburgh, 1787.

Schenkius a Grafenberg (J.) : Observationes medicorum variorum libri VII, Francfort, 1665.

Schwarz (A.) : Dissertation sur les dangers de l'onanisme et les maladies qui en résultent, Strasbourg, 1815.

Spengler (L.) : Briefe, welche einige Erfahrungen der elektrischen Wirkung in Krankheiten enthalten, Copenhague, 1754.

Stahl (G. E.) : Dissertatio de spasmis, Halle, 1702.

—    Theoria medica vera, 2 vol., Halle, 1708.

Swieten (G. van) : Commentaria Boerhaavi Aphorismos, Paris, 1753.

Sydenham (T.) : Médecine pratique, traduction française, Paris, 1784.

Tissot (S.-A.) : Avis aux gens de lettres sur leur santé, Lausanne, 1767.

—    Observations sur la santé des gens du monde, Lausanne 1770.

—    Traité des nerfs et de leurs maladies, Paris, 1778-1780.

Venel : Essai sur la santé et l’éducation médicinale des filles destinées au mariage, Yverdon, 1776.

Vieussens (R.) : Traité nouveau des liqueurs du corps humain, Toulouse, 1715.

Viridet : Dissertation sur les vapeurs, Yverdon, 1726.

Weickard (M. A.) : Derphilosophische Arzt, 3 vol., Francfort, 1790.

Whytt (R.) : Traité des maladies nerveuses, traduction française, 2 vol., Paris, 1777.

Willis (T.) : Opéra omnia, 2 vol., Lyon, 1681.

Zacchias (P.) : Quaestiones medico-legales, 2 vol., Avignon, 1660-1661.

Zacutus Lusitanus : Opéra omnia, 2 vol., Lyon, 1657.

Zilboorg (G.) : The médical man and the witch during the Renaissance, Baltimore, 1935.

Troisième partie

Alletz (P.-A.) : Tableau de l'humanité et de la bienfaisance, Paris, 1769.

Ariès (Ph.) : L'enfant et la vie familiale sous VAncien Régime, Paris, 1960.

Baudeau (N.) : Idées d'un citoyen sur les devoirs et les droits d'un vrai pauvre, Paris, 1765.

Bellart (N.-F.) : Œuvres, 6 vol., Paris, 1827.

Bixler (E.) : A forerunner of psychiatrie nursing : Pussin (Annals of médical history, 1936, p. 518).

Bloch (C.) : L'Assistance et l'État à la veille de la Révolution, Paris, 1908.

Brissot de Warville (J.-P.) : Théorie des lois criminelles, 2 vol., Paris, 1781.

Cabanis (P. J. G.) : Œuvres philosophiques, 2 vol., Paris, 1956.

Clavareau (N.-M.) : Mémoires sur les hôpitaux civils de Paris, Paris, 1805.

Coqueau (C.-P.) : Essai sur l'établissement des hôpitaux dans les grandes villes, Paris, 1787.

Daignan (G.) : Réflexions sur la Hollande, où l'on considère principalement les hôpitaux, Paris, 1778.

Desmonceaux (A.) : De la bienfaisance nationale, Paris, 1789.

Détails sur l'établissement du Docteur Willis pour la guérison des aliénés. Bibliothèque britannique, I, p. 759.

Doublet (F.) : Rapport sur l'état actuel des prisons de Paris, Paris, 1791.

Doublet (F.) et Colombier (J.) : « Instruction sur la manière de gouverner et de traiter les insensés », Journal de médecine, août 1785, p. 529.

Dulaurent (J.) : Essai sur les établissements nécessaires et les moins dispendieux pour rendre le service dans les hôpitaux vraiment utile à l'humanité, Paris, 1787.

Dupont de Nemours (P.-S.) : Idées sur les secours à donner aux pauvres malades dans une grande ville, Philadelphie et Paris, 1786.

Dreyfus (F.) : L'Assistance sous la Législative et la Convention, Paris, 1905.

Essarts(N. des) : Dictionnaire universel de police,7 vol., Paris, 1785-1787.

Francke (A.-H.) : « Précis historique sur la vie des établissements de bienfaisance », Recueil de mémoires sur les établissements d’humanité, n“ 39, Paris, 1804.

Genil-Perrin (G.) : « La psychiatrie dans l’œuvre de Cabanis », Revue de psychiatrie, octobre 1910.

Genneté (L.) : Purification de l’air dans les hôpitaux, Nancy, 1767.

Gruner (J.-C.) : « Essai sur les vices et les améliorations des établissements de sûreté publique ». Recueil de Mémoires sur les établissements d'humanité n" 39, Paris, 1804.

Hales (S.) : A Description ofVentilators, Londres, 1743.

Imbert (J.) : Le Droit hospitalier de la Révolution et de l'Empire, Paris, 1954.

Mac Auliffe (L.) : La Révolution et les hôpitaux, Paris, 1901.

Marsillac (J.) : Les Hôpitaux remplacés par des sociétés civiques, Paris, 1792.

Matthey (A.) : Nouvelles recherches sur les maladies de l’esprit, Paris, 181 o

Mercier (J.-S.) : Tableaux de Paris, 12 vol., Amsterdam, 1782-88.

Mirabeau (H.) : Observations d'un voyageur anglais, Paris, 1788.

Mirabeau (V.) : L'Ami des hommes, 6 vol., Paris, 1759.

Moehsen (J. C. N.) : Geschichte des Wissenschaften in der Mark Brande-burg, Berlin et Leipzig, 1781.

Moheau : Recherches sur la population de la France, Paris, 1778.

Morel (A.) : Traité des dégénérescences, Paris, 1857.

Musquinetde la Pagne : Bicêtre réformé, Paris, 1790.

Pinel (P.) : Traité médico-philosophique, Paris, An IX.

Pinel (S.) : Traité complet du régime sanitaire des aliénés, Paris, 1836.

Plaidoyer pour l'héritage du pauvre à faire devant les représentants de la nation, Paris, 1790.

Précis de vues générales en faveur de ceux qui n’ont rien, Lons-le-Saulnier

1789.

Rapports du comité de mendicité. Procès-verbaux de l'Assemblée nationale,

1790,    t. XXI, XXII, XLIV.

Récalde (de) : Traité sur les abus qui subsistent dans les hôpitaux du royaume, Paris, 1786.

Régnauld (E.) : Du degré de compétence des médecins, Paris, 1828.

Rive (de La) : « Lettre sur un nouvel établissement pour la guérison des aliénés » (Bibliothèque britannique, t. VIII, p. 308).

Robin (A.) : Du traitement des insensés dans l’hôpital de Bethléem, suivi d'observations sur les insensés de Bicêtre et de la Salpêtrière, Amster dam, 1787.

Rumford : « Principes fondamentaux pour le soulagement des pauvres (Bibliothèque britannique, I, p. 499 et II, p. 137).

Rush (B.) : Médical inquiries, 4 vol. Philadelphie '809

Sémelaigne (R.) : Philippe Pinel et son œuvre, Paris, 1927.

Aliénistes et philanthropes, Paris, 1912.

Spurzheim (J.-G.) : Observations sur la folie, Paris, 1818.

Table alphabétique, chronologique et analytique des règlements relatifs à l’administration des hôpitaux, Paris, 1815.

Tenon (J.) : Mémoires sur les hôpitaux de Paris, Paris, 1788.

Tuetey (A.) : L'Assistance publique à Paris pendant la Révolution, 4 vol.

Paris, 1895-1897.

Tuke (S.) : Description of the Retreat, York, 1813.

Turgot (A. J.) : Œuvres (éd. Schelle, 5 vol.), Paris, 1913-1919.

Wagnitz (H. B.) : Historische Nachrichten und Bemerkungen Zuchthaüser in Deutschland, 2 vol., Halle, 1791-1792.

Wood : « Quelques détails sur la maison d'industrie de Shrewsbury » (Bibliothèque britannique, VIII, p. 273).

Une bibliographie complète des textes médicaux consacrés aux maladies de l'esprit du xv* au xvnr siècle se trouve dans Laehr (H.), Die Litera-tur der Psychiatrie von 1459 bis 1799, 4 vol., Berlin, 1900.

Sous le titre de Gedenktage der Psychiatrie (Berlin, 1893), le même auteur a publié une chronologie en forme de calendrier, à laquelle, en revanche, on ne peut se fier entièrement.

1

   Cité in Collet, Vie de saint Vincent de Paul, I, Paris, 1818, p. 293.

2

   Cf. J. Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, 1754-1758.

3

   P.-A. Hildenfinger, La Léproserie de Reims du xzj* au XVIIe siècle Reims, 1906, p. 233.

4

   Delamare, Traité de police, Paris, 1738, t. I, pp. 637-639.

5

   Valvonnais, Histoire du Dauphiné, t. II, p. 171.

6

   L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux de Saint-Lazare et de Saint-Maurice, Lyon, 1860.

7

   J.-A. Ulysse Chevalier, Notice historique sur la maladrerie de Voley près Romans, Romans, 1870, p. 61.

8

   John Morrisson Hobson, Someearly andlaterHouses ofPity, pp. 12-13.

9

   Ch. A. Mercier, Leper Houses and Médiéval Hospitals, p. 19.

10

Virchow, Archiv zur Geschichte des Aussatzes, t. XIX, p. 71 et p. 80 ; t. XX, p. 51..

11

   Pignot, Les Origines de l’Hôpital du Midi, Paris, 1885, pp. 10 et 48.

12

   D'après un manuscrit des Archives de l'Assistance publique (dossier Petites-Maisons ; liasse n° 4).

13

   Trithemius, Chronicon Hisangiense ; cité par Potton dans sa traduction de Ulric von Hutten, Sur la maladie française et sur les propriétés du bois de gaïac, Lyon, 1865, p. 9.

14

   La première mention de maladie vénérienne en France se trouve dans un compte de l'Hôtel-Dieu, cité par Brièle, Collection de Documents pour servir à l'histoire des hôpitaux de Paris, Paris, 1881-1887, III, fasc. 2.

15

   Cf. procès-verbal d’une visite de l'Hôtel-Dieu, en 1507, cité par Pignot, loc. cit., p. 125.

16

   D’après R. Goldhahn, Spital und Arzt von Einst bis Jetzt, p. ! 10.

17

   Béthencourt lui donne l'avantage sur toute autre médication, dans son Nouveau carême de vénitence et purgatoire d'expiation, 1527.

18

Le livre de Béthencourt, malgré son titre, est un rigoureux ouvrage de médecine.

19

   Cf. Kriegk, Heilanstalten, Geistkranke ins mittelàlterliche Frankfort am Main, 1863.

20

   Cf. Comptes de l’Hôtel-Dieu, XIX, 190 et XX, 346. Cités par Coyecque, L'Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge, Paris, 1889-1891. Histoire et Documents, t. I, p. 109.

21

   Archives hospitalières de Melun. Fonds Saint-Jacques, E, 14, 67.

22

   A. Joly, L’Internement des fous sous l’Ancien Régime dans la généralité de Basse-Nonnandie, Caen, 1868.

23

   Cf. Eschenburg, Geschichte unserer Irrenanstalten, Lübeck, 1844, et von Hess, Hamburg topographisch, historisch, und politik beschreiben, t. I, pp. 344-345.

24

   Par exemple, en 1461, Hambourg donne 14 th. 85 s. à une femme qui doit s’occuper des fous (Gernet, Mitteilungen aus der àltereren Medizine-Geschichte Hamburgs, p. 79). À Lübeck, testament d'un certain Gerd Sunderberg pour « den armen dullen Luden » en 1479. (Cité in Laehr, Gedenktage der Psychiatrie, Berlin, 1887, p. 320)

25

   Il arrive même qu'on subventionne des remplaçants : « Payé et baillé à un homme qui fut envoyé à Saint-Mathurin de Larchant pour faire la neu-vaine de la dite sœur Robine étant malade et en frénésie, VIII, s, p. » (Comptes de l'Hôtel-Dieu, XXIII ; Coyecque, loc. cit., ibid.).

26

   À Nuremberg, au cours des années 1377-1378, et 1381-1397, on compte 37 fous placés dans les prisons, dont 17 sont des étrangers venant de Regensburg, Weissenburg, Bamberg, Bayreuth, Vienne, la Hongrie. Dans la période suivante, il semble que, pour une raison qu'on ignore, Nuremberg ait abandonné son rôle de point de rassemblement, et qu'au contraire on prenne un soin méticuleux de chasser les fous qui ne sont pas originaires de la ville (cf. Kirchhoff, loc. cit.).

27

   On punit de trois jours de prison un garçon de Nuremberg qui avait amené un fou dans une église, 1420. Cf. Kirchhoff, loc. cit.

28

   Le concile de Carthage, en 348, avait permis qu’on donne la comtnu nion à un fou, même en dehors de toute rémission pourvu qu'une irrévérence ne fût pas à craindre. Saint Thomas expose la même opinion. Cf. Portas, Dictionnaire des cas de conscience, 1741, t. l, p. 785.

29

   Un homme qui lui avait volé son manteau est puni de sept jours de prison (Kirchhoff, loc. cit.).

30

   Cf. Kriegk, loc. cit.

31

Ces thèmes sont étrangement proches de celui de l’enfant interdit et maudit, enfermé dans une nacelle et confié aux flots qui le conduisent dans un autre monde, mais pour celui-ci, il y a ensuite retour à la vérité.

32

   Cf. entre autres Tauber, Predigter, XLI.

33

3 ; De Lancre, De l'inconstance des mauvais anges, Paris, 1612.

34

G. Cheyne, The English Malady, Londres, 1733.

35

   Il faudrait ajouter que le « lunatisme » n'est pas étranger à ce thème. La lune, dont, pendant des siècles, on a admis l’influence sur la folie, est le plus aquatique des astres. La parenté de la folie avec le soleil et le feu est d’apparition beaucoup plus tardive (Nerval, Nietzsche, Artaud).

36

   Cf. par exemple, Des six manières de fols ; ms. Arsenal 2767.

37

   Dans la Sottie de Folle Balance, quatre personnages sont « fols » : le gentilhomme, le marchand, le laboureur (c’est-à-dire la société tout entière) et Folie Balance elle-même.

38

   Comme dans la Farce de Tout Mesnage, où le fol contrefait le médecin pour guérir une chambrière malade d'amour.

39

   Dans la Farce des cris de Paris, le Fol intervient dans une discussion entre deux jeunes gens pour leur dire ce qu’est le mariage.

40

   Le Sot, dans la Farce du Gaudisseur, dit la vérité chaque fois que le Gaudisseur se vante.

41

   Heidelberg, 1480.

42

   Strasbourg, 1489. Ces discours reprennent sur le mode sérieux les sermons et discours bouffons qui sont prononcés au théâtre comme le Sermon joyeux et de grande value à tous les fous pour leur montrer à sages devenir.

43

   Moria Rediviva, 1527 ; Éloge de la folie, 1509.

44

   Cf. par exemple une fête des fous reproduite dans Bastelaer (Les Estampes de Brueghel, Bruxelles, 1908) ; ou la Narrentanz qu'on peut voir dans Geisberg, Deutsche Holzsch, p. 262.

45

   D’après le Journal d'un Bourgeois de Paris : « L'an 1424 fut faite danse macabre aux Innocents », cité in E. Mâle, L’Art religieux de la fin du Moyen Âge, p. 363.

46

En ce sens, l’expérience de la folie est en rigoureuse continuité avec celle de la lèpre. Le rituel d’exclusion du lépreux montrait qu’il était, vivant, la présence même de la mort.

47

   Eustache Deschamps, Œuvres, éd. Saint-Hilaire de Raymond, t. I, p. 203.

48

   Cf. infra, IIe partie, chap. III.

49

   C’est la thèse de Desmonts dans : « Deux primitifs Hollandais au musée du Louvre », Gazette des Beaux-Arts, 1919, p. 1.

50

   Comme le fait Desmonts à propos de Bosch et de Brant ; s'il est vrai que le tableau a été peint peu d’années après la publication du livre, lequel a eu aussitôt un succès considérable, aucun fait ne prouve que Bosch ait voulu illustrer le Narrenschiff, a fortiori tout le Narrenschiff.

51

Cf. Émile Mâle. loc. cit., pp. 234-237,

52

Cf. C.-V. Langlois, La Connaissance de la nature et du monde au Moyen Âge, Paris, 1911, p. 243.

53

   Il est possible que Jérôme Bosch ait fait son autoportrait dans le visage de « la tête à jambes » qui est au centre de la Tentation de Lisbonne. (Cf. Brion, Jérôme Bosch, p. 40.)

54

   Au milieu du xve siècle, le Livre des Tournois de René d'Anjou constitue encore tout un bestiaire moral.

55

J. Cardan, Ma vie, trad. Dayré, p. 170.

56

   Dans les Proverbes flamands.

57

   C’est au xv » siècle qu’on remet en honneur le vieux texte de Bède et la description de 15 signes.

58

Il faut noter que la Folie n’apparaissait ni dans la psychomachie de Prudence, ni dans XAnticlaudianus d’Alain de Lille, ni chez Hugues de Saint-Victor. Sa présence constante daterait-elle seulement du xm« siècle ?

59

   Érasme, Éloge de la folie, § 9, trad. P. de Nolhac, p. 19.

60

   Louise Labé, Débat de folie et d’amour, Lyon, 1566, p. 98.

61

   Ibid., pp. 98-99.

62

   Érasme, loc. cit., § 49-55.

63

   Brant, Stultifera Navis, trad. latine de 1497, 11.

64

   Érasme, loc. cit., § 47, p. 101.

65

   Ibid., § 48, p. 102.

66

   Ibid., § 42, p. 89.

67

   Brant, Stultifera Navis. Prologues Jacobi Locher, éd. 1497, IX.

68

   Érasme, loc. cit., § 38, p. 77.

69

   Ibid., § 38, p. 77.

70

   Ronsard, Discours des Misères de ce temps.

71

   Brant, loc. cit., chant CXVII, surtout les vers 21-22, et 57 sq., qui sont en référence précise à l’Apocalypse, versets 13 et 20.

72

Joseph de Siguença, Tercera porte de la Historia de la orden de S. Gero-nimo, 1605, p. 837. Cité in Tolnay, Hieronimus Bosch. Appendice, p. 76.

73

Vie et mort de Satan le Feu, Paris, 1949, p. 17.

74

Calvin, Institution chrétienne, liv Ie", chap. Ier, éd. J.-D. Benoît, pp. 51-52.

75

   Érasme, loc. cit., XXIX, p. 53.

76

   Tauler, Predigter, XLI. Cité in Gandillac, Valeur du temps dans la pédagogie spirituelle de Tauler, p. 62.

77

   Calvin, Sermon II sur l’Épître aux Éphésiens ; in Calvin, Textes choisis par Gagnebin et K. Barth, p. 73.

78

   Érasme, loc. cit., § 65, p. 173.

79

Nicolas de Cues, Le Profane ; in Œuvres choisies par M. de Gandillac, p. 220.

80

   Montaigne, Essais, liv. II, chap. XII, éd. Garnier, t. II, p. 188

81

   Érasme, loc. cit., § 30, p. 57.

82

   Ibid., § 2, p. 9.

83

   Charron, De la sagesse, liv. Ier, chap. XV, éd. Amaury Duval, 1827, 1.1, p. 130.

84

   Montaigne, loc. cit., p. 256.

85

   Charron, loc. cit., p. 130.

86

   Cf. dans le même esprit Saint-Evremond, Sir Politik would be (acte V, se. II).

87

Pensées, éd. Brunschvicg, n° 414

88

   Saint-Évremond, Sir Politik would be, acte V, sc. II.

89

   Cervantes, Don Quichotte, IIe partie, chap. Ier.

90

   Dans Les Visionnaires, on voit un Capitan poltron qui se prend pour Achille, un Poète ampoulé, un Amateur de vers ignorant, un Riche imaginaire, une fille qui se croit aimée de tous, une pédante qui estime pouvoir tout juger en fait de comédie, une autre enfin qui se prend pour une héroïne de roman.

91

   Macbeth, acte V, sc. Ire

92

Ibid.

93

   Ibid., acte V, sc. V.

94

   Cervantes, Don Quichotte, IIe partie, chap. LXXIV, trad. Viardot.

95

II faudrait faire une étude structurale des rapports entre le songe et la folie dans le théâtre du xvne siècle. Leur parenté était depuis longtemps un thème philosophique et médical (cf. IIe partie, chap. III) ; le songe, pourtant, semble un peu plus tardif, comme élément essentiel de la structure dramatique. Son sens en tout cas est autre, puisque la réalité qui l'habite n'est pas celle de la réconciliation, mais de l’achèvement tragique. Son trompe-l’œil dessine la perspective vraie du drame, et n’induit pas en erreur, comme la folie qui, dans l’ironie de son désordre apparent, indique une fausse conclusion.

96

G. de Scudéry, La Comédie des comédiens, Paris, 1635.

97

Gazoni, L'ospedale de' passi incurabili, Ferrare, 1586. Traduit et arrangé par F. de Clavier (Paris, 1620). Cf. Beys, L ’Ospital des Fous ( 1635) repris et modifié en 1653 sous le titre Les Illustres Fous.

98

   François Colletet, Le Tracas de Paris, 1665.

99

   Cf. Peleus, La Deffence du Prince des Sots (s. c. ni d.) ; Plaidoyer sur ta Principauté des Sots, 1608. Également : Surprise et fustigation d'Angoulevent par l'archiprêtre despoispillés, 1603. Guirlande et réponse d'Angoulevent.

100

   Intitulation et Recueil de toutes les œuvres que (sic) Bernard de Bluet d’Arbères, comte de permission, 2 vol., 1601-1602.

101

   Régnier, Satire VI, vers 72.

102

   Brascambille (Paradoxes 1622, p. 45). Cf. une autre indication dans Desmarin, Défense du poème épique, p. 73.

103

Régnier, Satire XIV, vers 7-10.

104

   Descartes, Méditations, I, Œuvres, éd. Pléiade, p. 268.

105

   Ibid.

106

Ibid.

107

   Montaigne, Essais, liv. Ier, chap. XXVI, éd. Garnier, pp. 231-232.

108

   Ibid., p. 236.

109

   Esquirol, Des établissements consacrés aux aliénés en France (1818) in Des maladies mentales, Paris, 1838, t. II, p. 134.

110

   Cf. Louis Boucher, La Salpêtrière, Paris, 1883.

111

   Édit de 1656, art. IV. Cf. appendice. Plus tard on adjoignit le Saint-Esprit et les Enfants-Trouvés, et on retira la Savonnerie.

112

   Art. XI.

113

   Art. XIII.

114

   Art. XII.

115

   Art. VI.

116

   Le projet présenté à Anne d Autriche était signé par Pomponne de Bellièvre.

117

   Cf. Statuts et règlements de l’hôpital général de la Charité et Aumône générale de Lyon, 1742.

118

   Ordonnances de Monseigneur l'archevêque de Tours, Tours, 1681. Cf. Mercier, Le Monde médical de Touraine sous la Révolution.

119

   Aix, Albi, Angers, Arles, Blois, Cambrai, Clermont, Dijon, Le Havre, Le Mans, Lille, Limoges, Lyon, Mâcon, Martigues, Montpellier, Moulins, Nantes, Nîmes, Orléans, Pau, Poitiers, Reims, Rouen, Saintes, Saumur, Sedan, Strasbourg, Saint-Servan, Saint-Nicolas (Nancy), Toulouse, Tours. Cf. Esquirol, loc. cit., t. II, p. 157.

120

   La lettre pastorale de l'archevêque de Tours citée plus haut montre

121

   Hélène Bonnafous-Sérieux, La Charité de Senlis, Pans, 1936.

122

   R. Tardif, La Charité de Château-Thierry, Paris, 1939.

123

   L'hôpital de Romans fut construit avec les matériaux de démolition de la léproserie de Voley. Cf. J.-A. Ulysse Chevalier, Notice historique sur la maladrerie de Voley près Romans, Romans, 1870, p. 62 ; et pièces justificatives, n° 64.

124

   À Orléans, le bureau comprend « le sieur évêque, le lieutenant général, 15 personnes à savoir 3 ecclésiastiques, et 12 principaux habitants tant officiers que bons bourgeois et marchands ». Règlements et statuts de l'hôpital général d’Orléans, 1692, pp. 8-9.

125

   Réponses aux demandes faites par le département des hôpitaux, au sujet de la Salpêtrière, 1790, Arch. nat., F 15, 1861.

126

   C’est le cas de Saint-Lazare.

127

   1693-1695. Cf. supra, chap. Ier.

128

   Par exemple, la Charité de Romans fut créée par l’Aumônerie générale, puis cédée aux frères Saint-Jean de Dieu ; rattachée enfin à l’Hôpital général en 1740.

129

   En tout cas, le règlement en fut publié en 1622.

130

   Cf. Wagnitz, Historische Nachrichten und Bemerkungen uber die merkwürdigsten Zuchthàusem in Deutschland, Halle, 1791.

131

   39 Elizabeth I, cap. V.

132

   Nicholls, loc. cit., p. 228.

133

   Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force (Londres, 1777) ; traduction française, 1788, t. I, p. 17.

134

   Nicholls, History of the Scotch Poor Law, pp. 85-87.

135

   Bien qu'un acte de 1624 (21 James I, cap. I) prévoit la création de working-houses.

136

   Nicholls , History of the English Poor Law ï, p. 353.

137

   Ibid., pp. 35-38.

138

   Selon la Déclaration du 12 juin 1662, les directeurs de l'Hôpital de Paris « logent et nourrissent dans les 5 maisons du dit Hôpital plus de 6 000 personnes », cité in Lallemand, Histoire de la Charité, Paris, 1902-1912, t. IV, p. 262. La population de Paris à cette époque-là dépassait le demi-million. Cette proportion est à peu près constante pendant toute la période classique pour l’aire géographique que nous étudions.

139

   Calvin, Institution chrétienne, I, chap. xvi, éd. J.-D. Benoît, p. 225.

140

   Ibid., p. 229.

141

   Ibid., p. 231.

142

   Confession d'Augsbourg.

143

   Calvin, Justifications, liv. III, chap. XII, note 4.

144

   Catéchisme de Genève, op. Calvin, VI, p. 49.

145

   J. Janssen, Geschichte des deutschen Volkes seit dem Ausgang des Mit-telalters, III, Allgemeine Zustànde des deutschen Volkes bis 1555, p. 46.

146

   Laehr. Gedenktage der Psychiatrie, Berlin, 1893, p. 259.

147

   Laehr, ibid., p. 320.

148

   18 Elizabeth I, cap. 3. Cf. Nicholls, loc. cit., I, p. 169.

149

   Settlement Act : le texte législatif le plus important concernant les pauvres sur l'Angleterre du xvn« siècle.

150

   Sessio XXIII.

151

   Influence presque certaine de Vives sur la législation élizabéthaine. Il avait enseigné au Corpus Christi College d’Oxford, où il écrivit son De Sub-ventione. II donne de la pauvreté cette définition qui n’est pas liée à une mystique de la misère mais à toute une politique virtuelle de l’assistance : « ... ni ne sont pauvres seulement ceux qui ont faute d’argent ; mais quiconque n’a ou la force du corps, ou la santé, ou l'esprit et jugement » (L'Aumônerie, trad. française, Lyon, 1583, p. 162).

152

   In Foster Watson, J. L. Vives, Oxford, 1922.

153

   De la orden que en algunos pueblos de Espana se ha puesto en la limosna para remedio de los verdaderos pobres, 1545.

154

   Discursos del Ampro de los legitimos pobres, 1598.

155

   In Lallemand, loc. cit., IV, p. 15, note 27.

156

   Dom Guevarre, La mendicità provenuta (1693).

157

   À la Salpêtrière, ou à Bicêtre, on met les fous soit parmi les « bons pauvres » (à la Salpêtrière, c'est le quartier de la Madeleine), soit parmi les « mauvais pauvres » (la Correction ou les Rachats).

158

   In Lallemand, loc. cit., IV, pp. 216-226.

159

   C’est nous qui regardons les « possédés » comme des fous (ce qui est un postulat) et qui supposons que tous les fous du Moyen Age étaient traités comme des possédés (ce qui est une erreur). Cette erreur, et ce postulat, se trouvent chez de nombreux auteurs comme Zilvoorg.

160

Tristan et Iseut, éd. Bossuat, p. 220.

161

   D'un point de vue spirituel, la misère, à la fin du xvi« et au début du xvne siècle est éprouvée comme une menace d’Apocalypse. « L'une des marques les plus évidentes de l'avènement prochain du Fils de Dieu et de la consommation des siècles, c'est l’extrémité de la misère et spirituelle et temporelle où le monde se voit réduit. C’est maintenant que les jours sont mauvais..., que selon la multitude des défauts, les misères se sont multipliées, les peines étant les ombres inséparables des coulpes » (Camus, De la mendicité légitime des pauvres, pp. 3-4).

162

   Delamare, Traité de police, loc. cit.

163

   Cf. Thomas Platter, Description de Paris, 1559, publiée dans les Mémoires de la société de l’Histoire de Paris, 1899.

164

   Mesures semblables en province : Grenoble, par exemple, a son « chasse-gueux » chargé de parcourir les rues et de chasser les vagabonds.

165

   En particulier, les ouvriers du papier et de l'imprimerie ; cf. par exemple, le texte des Archives départementales de l'Hérault publié par G. Martin, La Grande Industrie sous Louis XIV, Paris, 1900, p. 89, note 3.

166

   Selon Earl Hamilton, American Treasure and the price révolution in Spain (1934), les difficultés de l'Europe au début du xvue siècle seraient dues à un arrêt dans la production des mines d’Amérique.

167

   I. James I, cap. vi : les juges de paix fixeront les salaires for any labourers, weavers, spinners and workmen and workwomen whatsoever, either working by the day, week, month, or year. Cf. Nicholls, loc. cit., I p. 209.

168

   Cité in Nicholls, I, p. 245.

169

   Ibid., p. 212.

170

   F. Eden, State of the Poor, Londres, 1797, I, p. 160.

171

   E. M. Léonard, The Early History of English Poor Relief, Cambridge, 1900, p. 270.

172

   Marquis d’ARGENsoN, Journal et Mémoires, Paris, 1867, t. VI, p. 80 (30 novembre 1749).

173

   Et dans des conditions bien caractéristiques : « Une famine avait amené plusieurs bateaux remplis d'une multitude de pauvres que les provinces voisines sont hors d’état de nourrir. » Les grandes familles industrielles — les Halincourt surtout — font des donations (Statuts et règlements de l'Hôpi tal général de la Charité et Aumône générale de Lyon, 1742, pp. vu et vm)

174

   Howard, loc. cit., I, pp. 154 et 155.

175

   Ibid., pp. 136-206.

176

   In Nicholls, loc. cit., I, p. 353.

177

   Ainsi le Workhouse de Worcester doit s'engager à exporter au loin tous les vêtements qu'on y fabrique et qui ne sont pas portés par les pensionnaires.

178

   In Nicholls, loc. cit., I, p. 367.

179

   Howard, loc. cit., t. I, p. 8.

180

   Il conseille à l’abbaye de Jumièges d'offrir à ses malheureux des laines qu'ils pourraient filer : « Les manufactures de laine et de bas peuvent donner un moyen admirable pour faire travailler les gueux » (G. Martin, loc. cit., p. 225, note 4).

181

   Cité in Lallemand, loc. cit., t. IV, p. 539.

182

   Forot, loc. cit., pp. 16-17.

183

   Cf. Lallemand, loc. cit., t. IV, p. 544, note 18.

184

   Un architecte, Germain Boffrand, avait en 1733 dessiné le plan d’un puits immense. Très vite, il se révéla inutile ; mais on poursuivit le travail pour occuper les prisonniers.

185

   Comme en Angleterre, il y eut des conflits de ce type en France ; à Troyes par exemple, procès entre « les maîtres et communautés de bonnetiers » et les administrateurs des hôpitaux (Archives du département de l’Aube).

186

Bossuet, Élévations sur les mystères, VIe semaine, 12e élévation. (Bos-suet. Textes choisis par H. Bremond, Paris, 1913, t. III, p. 285.)

187

   Bossuet, loc. cit., p. 285.

188

   Calvin, Sermon 49 sur le Deutéronome, 3 juillet 1555.

189

   « Nous voulons que Dieu serve à nos fols appétits et qu'il soit comme sujet à nous » (Calvin, ibid.\

190

   Huizinga, Le Déclin du Moyen Âge, Paris, 1932, p. 35.

191

   Bourdaloue, Dimanche de la Septuagésime, Œuvres Paris, 1900, I p. 346.

192

Cf. Nicholls, op. cit., I, p. 352.

193

   Règlement de l’Hôpital général. Art. XII et XIII.

194

   Cité in Histoire de l'Hôpital général, brochure anonyme, Paris, 1676.

195

   Arsenal, ms. 2566, 54-70.

196

Rousseau, Discours sur tes sciences et les arts.

197

   Ibid., t. II, pp. 382-401.

198

   Sermon cité in Collet, Vie de saint Vincent de Paul.

199

   Cf. Tardif, loc. cit., p. 22.

200

   Howard, loc. cit., t. I, p. 203.

201

Delamare, Traité de police, t. I, pp. 287-288.

202

L'initiateur de cette interprétation fut Sérieux (cf. entre autres Sérieux et Libert, Le Régime des aliénés en France au xvme siècle, Paris, 1914). L’esprit de ces travaux fut repris par Philippe Chatelain (Le Régime des aliénés et des anormaux aux xvir* et xvur siècles, Paris, 1921), Marthe Henry (La Salpêtrière sous l'Ancien Régime, Paris, 1922), Jacques Vié (Les Aliénés et Correctionnaires à Saint-Lazare aux xvue et xviue siècles, Paris, 1930), Hélène Bonnafous-Sérieux (La Charité de Senlis, Paris, 1936), René Tardif (La Charité de Château-Thierry, Paris, 1939). Il s’agissait, en profitant des travaux de Funck-Brentano, de « réhabiliter » l’internement sous l'Ancien Régime, et de démolir le mythe de la Révolution délivrant les fous, mythe qui avait été constitué par Pinel et Esquirol, et qui était vivant encore à la fin du xixe siècle dans les travaux de Sémelaigne, de Paul Bru, de Louis Boucher, d’Emile Richard.

203

Il est curieux de noter que ce préjugé de méthode est commun, dans toute sa naïveté, aux auteurs dont nous parlons, et à la plupart des marxistes quand ils touchent à l'histoire des sciences.

204

   Cf. Bru, Histoire de Bicêtre, Paris, 1890, pp. 25-26.

205

   Howard, loc. cit., I, pp. 169-170.

206

   Cf. en Appendice : Etat des personnes détenues à Saint-Lazare ; et Tableau des ordres du roi pour l'incarcération à l’Hôpital général.

207

Délibération de l'Hôpital général. Histoire de l'Hôpital général.

208

   Auxquels il faut ajouter l'Hôpital du Midi. Cf. Pignot, L'Hôpital du Midi et ses origines, Paris, 1885.

209

Cf. Histoire de l'Hôpital général.

210

   Bossuet, Traité de la concupiscence, chap. v, in Bossuet, Textes choisis par H. Bremond, Paris, 1913, t. III, p. 183.

211

   En particulier sous la forme des sédatifs moraux de Guislain.

212

   État abrégé de la dépense annuelle des Petites-Maisons. « Les petites maisons contiennent 500 pauvres vieilles gens caduques, 120 pauvres malades de la teigne, 100 pauvres malades de la grosse vérole, 80 pauvres fols insensés. » Fait le 17 février 1664, pour Mgr de Harlay (B.N., ms. 18606).

213

   Pinel, Traité médico-philosophique, p. 207.

214

   Arsenal, ms. 10918, f° 173.

215

   Il y eut encore quelques condamnations de ce genre : on peut lire dans les Mémoires du marquis d’Argenson : « On a brûlé ces jours-ci deux manants pour sodomie » (Mémoires et Journal, t. VI, p. 227).

216

   Dictionnaire philosophique {Œuvres complètes), t. XVII, p. 183, note 1.

217

   14 dossiers de l'Arsenal — soit 4 000 cas environ — sont consacrés à ces mesures policières d’ordre mineur ; on les trouve aux cotes n* 10254-10267.

218

   Cf. Chauveau et Helie, Théorie du Code pénal, t. IV, n° 1507.

219

   Dans les procès du xve siècle, l’accusation de sodomie est toujours accompagnée de celle d'hérésie (l’hérésie par excellence, le catharisme). Cf. le procès de Gilles de Rais. On retrouve la même accusation dans les procès de sorcellerie. Cf. de Lancre, Tableau de l'inconstance des mauvais anges, Paris, 1612.

220

   Dans le cas de la femme Drouet, et de Mlle de Parson, on a un exemple typique de ce caractère aggravant de l'homosexualité par rapport à la sodomie, Arsenal, ms. 11183.

221

   Ce nivellement est manifesté par le fait que la sodomie est rangée par l’ordonnance de 1670 parmi les « cas royaux », ce qui n’est pas signe de sa gravité, mais du désir qu’on a d'en retirer la connaissance aux Parlements, qui avaient tendance encore à appliquer les vieilles règles du droit médiéval.

222

Delamare, Traité de police, t. I, p. 527.

223

   À partit de 1715, on peut en appeler au Parlement des sentences du lieutenant de Police ; mais cette possibilité est restée très théorique.

224

   On interne par exemple une femme Loriot car « le malheureux Char-tier a presque abandonné sa femme, sa famille et son devoir pour se donner tout entier à cette malheureuse créature qui lui a déjà coûté la meilleure partie de son bien » (Notes de R. d’Argenson, Paris, 1866, p. 3).

225

   Le frère de l'évêque de Chartres est interné à Saint-Lazare : « Il était d’un caractère d'esprit si bas, et né avec des inclinations si indignes de sa naissance qu’on pouvait tout craindre. Il voulait, dit-on, épouser la nourrice de Monsieur son frère » (B.N., Clairambault, 986).

226

   Saint-Evremond, Le Cercle, in Œuvres, 1753, t. II, p. 86.

227

   Bossuet, Traité de la concupiscence, chap. iv (textes choisis par

H. Bremond, t. III, p. 180).

228

   Le Bourgeois Gentilhomme, acte III, sc. III et acte IV, sc. IV.

229

   Balzac, L’Interdiction. La Comédie humaine, éd. Conard, t. VII, pp. 135 sq.

230

   Un placet d’internement parmi bien d’autres : « Tous les parents du nommé Noël Robert Huet... ont l’honneur de représenter très humble

231

   Circulaire de Breteuil. Citée in Funck-Brentano, Les Lettres de cachet, Paris, 1903.

232

Arsenal, ms. 10135.

233

Ordonnance du 10 novembre 1617 (Delamare, Traité de la police, I pp. 549-550).

234

2.    Cf. Pintard, Le Libertinage érudit, Paris, 1942, pp. 20-22.

235

3.    Une ordonnance du 7 septembre 1651, renouvelée le 30 juillet 1666, précise à nouveau la hiérarchie des peines qui selon le nombre de récidives va du carcan au bûcher.

236

4.    Le cas du chevalier de la Barre doit être considéré comme une exception ; le scandale qu’il a soulevé le prouve.

237

B. N., Clairambault, 986.

238

   Dans les coutumes de Bretagne : « Si aucun se tue à son escient, il doit être pendu par les pieds, et traîné comme meurtrier. »

239

   Brun de la Rochette, Les Procès civils et criminels, Rouen, 1663. Cf. Locard, La Médecine judiciaire en France au xvii‘ siècle, pp. 262-266.

240

   Ordonnance de 1670. Titre XXII, art. I.

241

   « ... Ores qu’il n’aye executé son dessein et accompli sa volonté, sinon par impatience de sa douleur, par violente maladie, par désespoir, ou par fureur survenue » (Brun de la Rochette, loc. cit.).

242

   Il en est de même pour les morts : « On ne traîne plus à la claie ceux que des lois ineptes poursuivaient après leur trépas. C’était d’ailleurs un spectacle horrible et répugnant qui pouvait avoir des conséquences dangereuses pour une ville peuplée de femmes enceintes » (Mercier, Tableau de Paris, 1783, III, p. 195).

243

   Cf. Heinroth, Lehrbuch der Stôrungen des Seelenleben, 1818.

244

   Cf. Casper, Charakteristik der franzôsischen Medizin, 1865.

245

   Nous réservons ce problème pour un travail ultérieur.

246

   Il est vrai qu’il a été promulgué après l’affaire des poisons.

247

   Delamare, Traité de police, I, p. 562.

248

   Quelques exemples. Sorcellerie : en 1706 on transfère de la Bastille à la Salpêtrière la veuve de Matte « comme fausse sorcière, qui soutenait ses divinations ridicules par des sacrilèges abominables ». L’année suivante, elle tombe malade, « on espère que la mort en purgera bientôt le public » (Ravaisson, Archives Bastille, XI, p. 168). Alchimistes : « M. Aulmont le jeune a mené (à la Bastille) la Lamy qu’on n’avait pu trouver qu’aujourd’hui étant d’une affaire de 5, dont 3 ont déjà été arrêtés et envoyés à Bicêtre et les femmes à l'Hôpital général, pour des secrets de métaux » (Journal de Du Junca cité par Ravaisson, XI, p. 165) ; ou encore Marie Magnan qui travaille « à des distillations et congélations de mercure pour faire de l'or » (Salpêtrière, Archives préfectorales de Police. Br. 191). Magiciens : la Mailly envoyée à la Salpêtrière pour avoir composé un philtre d’amour « pour une femme veuve fort entêtée d'un jeune homme » (Notes de R. d’Argenson, p. 88).

249

   Delamare, loc. cit., p. 562.

250

   « Par une suite funeste d’engagements, ceux qui se sont le plus abandonnés à la conduite de ces séducteurs se seraient portés à cette extrémité criminelle d’ajouter le maléfice et le poison aux impiétés et aux sacrilèges » (Delamare, ibid.).

251

Un manuscrit de ce texte se trouve à la Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 10515.

252

   B. N. Fonds Clairambault, 986.

253

   Cf. Frédéric Lachévre, Mélanges, pp. 60-81.

254

   La Bruyère, Caractères, chap. xvi, part. 11, éd. Hachette, p. 322.

255

   La Mothe le Vaïek, Dialogues d’Orasius Tubero, éd. 1716, t. I, p. 5.

256

Justine, éd. 1797, t. VII, p. 37.

257

   Un exemple d’internement pour libertinage est fourni par le cas célèbre de l’abbé de Montcrif : « Il est très somptueux en carrosses, chevaux, repas, billets de loterie, bâtiments, ce qui lui a fait contracter 70 000 livres de dettes... Il aime beaucoup le confessionnal et passionnément la direction des femmes jusqu’au point de donner des soupçons à quelques maris... Il est l’homme le plus processif, il a plusieurs procureurs dans les tribunaux... En voilà malheureusement trop pour manifester le dérangement général de son esprit, qu'il a la cervelle entièrement tournée. » (Arsenal, ms. 11811. Cf. également 11498, 11537, 11765, 12010, 12499.)

258

   Arsenal, ms. 12692.

259

On pourrait décrire les lignes générales de l'existence correctionnaire d'après des vies comme celles d’Henri-Louis de Loménie (cf. Jacobé, Un internement sous le grand roi, Paris, 1929), ou de l’abbé Blache dont le dossier se trouve à l’Arsenai, ms. 10526 ; cf. 10588, 10592, 10599, 10614.

260

C’est la proportion qu’on trouve à peu près régulièrement depuis la fin du xviie siècle, jusqu’au milieu du xviii » siècle. D’après les Tableaux des ordres du roi pour l'incarcération à l’Hôpital général.

261

   Cf. Fosseyeux, L'Hôtel-Dieu de Paris au xvw siècle et au xviif siècle, Paris, 1912.

262

   On en trouve mention dans la comptabilité. « Pour avoir fait le fons d'une couche close, les tréteaux de ladite couche, et pour avoir fait deux fenêtres dans ladite couche pour voir et donner, XII, sp. » Comptes de l'Hôtel-Dieu, XX, 346. In Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris, p. 209, note 1.

263

   Tenon, Mémoires sur les hôpitaux de Paris, 4e mémoire. Paris, 1788, p. 215

264

   D. H. Tuke, Chapters on the History of the Insane, Londres 1882. p. 67.

265

   Dans un avis de 1675, [es directeurs de Bethléem demandent qu'on ne confonde pas « les malades qui sont gardés à l’Hôpital pour être soignés » et ceux qui ne sont que « des mendiants et des vagabonds ».

266

   Audin Rouvière, Essai sur la topographie physique et médicale de Paris. Dissertation sur les substances qui peuvent influer sur la santé des habitants de cette cité, Paris, An II, pp. 105-107.

267

   Titre XIII, in Isambert, Recueil des anciennes lois, Paris, 1821-1833, X, VIII, p. 393.

268

   Toute la petite ville d’Axminster, dans le Devonshire, aurait été contaminée de cette manière au xvm« siècle.

269

   Cas de Claude Rémy. Arsenal, ms. n° 12685.

270

   C’est à la fin du xvih« siècle seulement qu’on verra apparaître la formule » traité et médicamenté comme les autres insensés ». Ordre de 1784 (cas Louis Bourgeois) : « Transféré des prisons de la Conciergerie, en vertu d’un arrêt du Parlement pour être conduit à la maison de force du château de Bicêtre, pour y être détenu, nourri, traité et médicamenté comme les autres insensés. »

271

   Arsenal, ms. 11396, f** 40 et 41.

272

   Arsenal, ms. 12686.

273

   Cf. D. H. Tuke (Chapters on the History of the Insane, p. 117) : les chiffres étaient probablement beaucoup plus élevés, puisque quelques semaines après, sir Andrew Halliday compte 112 fous internés dans le Norfolk où le Comité n'en avait trouvé que 42.

274

   Howard, loc. cit., t. I, p. 19.

275

   Esquirol, « Des établissements consacrés aux aliénés en France », in Des maladies mentales, t. II, p. 138.

276

Ibid., t. II, p. 137.

277

   On a un exemple de cette façon de procéder dans Hélène Bonnafous-Sérieux, La Charité de Senlis.

278

   Cf. Journal of Psychological Medecine, 1850, p. 426. Mais l'opinion contraire est soutenue par Ullersperger, Die Geschichte der Psychologie und Psychiatrie in Spanien, Würzbourg, 1871.

279

   F. M. Sandwith, « The Cairo lunatic Asylum, « Journal of Mental Science, vol. XXXIV, pp. 473-474.

280

   Le roi d'Espagne, puis le pape, le 26 février 1410, donnèrent leur autorisation. Cf. Laehr, Gedenktage der Psychiatrie, p. 417.

281

   Pinel, Traité médico-philosophique, pp. 238-239.

282

   Comme celle de St Gergen. Cf. Kirchhoff, Deutsche Irrenàrzte, Berlin, 1921, p. 24.

283

   Laehr, Gedenktage der Psychiatrie.

284

   Krafft Ebing, Lehrbuch der Psychiatrie, Stuttgart, 1879, t. I, p. 45. Anm.

285

   Signalé dans le livre de l’architecte Tucker : « Pey der spitalipruck das narrhewslein gegen dem Karll Hoitzschmer uber ». Cf. Kirchhoff, ibid., p. 14.

286

   Kirchhoff, ibid., p. 20.

287

   Cf. Beneke, loc. cit.

288

   Cf. Esquirol, « Mémoire historique et statistique sur la maison royale de Charenton », in Traité des maladies mentales, 1.1 !, pp. 204 et 208.

289

   Cf. Collet, Vie de saint Vincent de Paul (1818), t. I, pp. 310-312. « Il avait pour eux la tendresse qu'une mère a pour son fils. »

290

   B. N. Coll. « Joly de Fleury », ms. 1309.

291

   Une relation sommaire et fidèle de l'affreuse prison de Saint-Lazare, coll. Joly de Fleury, 1415. De la même façon les Petites-Maisons sont devenues lieu d'internement après avoir été lieu d’hospitalisation comme le prouve ce texte de la fin du xvi » siècle : « Encore sont reçus au dit hôpital pauvres aliénés de biens et de leur esprit et courant les rues comme fols et insensés, desquels plusieurs avec le temps et bon traitement cju’on leur fait reviennent en bon sens et santé » (texte cité in Fontanou, Edits et ordonnances des rois de France, Paris, 1611, I, p. 921).

292

   Hélène Bonnafous-Sérieux, loc. cit., p. 20.

293

Cité in D. H. Tuke, Chapters on the History of the Insane pp. 9, 90.

294

Protomédecin à Rome, Zacchias (1584-1659) avait été souvent consulté par le tribunal de la Rota pour des expertises concernant des

affaires civiles et religieuses. De 1624 à 1650 il publia ses Quaestiones medico-legales.

295

   Heinroth, Lehrbuch der Stôrungen des Seelenlebens, 1818.

Élias Régnault, Du degré de compétence des médecins, Paris, 1828.

296

Zacchias, Quaestiones tnedico-legales, liv. II, titre I.

297

   Formalités à remplir pour l'admission des insensés à Bicêtre (document cité par Richard, Histoire de Bicêtre, Paris, 1889).

298

   Dans ce cas, on trouve sur les registres de l'Hôpital de Paris des mentions de ce genre : « Transféré des prisons de la Conciergerie en vertu d’un arrêt du Parlement pour être conduit... »

299

   Cette ordonnance fut complétée en 1692 par une autre qui prévoit deux experts dans toute ville possédant cour, évêché, présidial ou bailliage principal : il n’y en aura qu’un dans les autres bourgs.

300

   Office qu’une ordonnance de 1699 décide de généraliser « dans chacune des villes et lieux de notre royaume où l’établissement en sera jugé nécessaire ».

301

   Cf. par exemple la lettre de Berlin à La Michodière à propos d’une dame Rodeval (Arch. Seine-Maritime C 52) ; lettre de subdélégué de l’élection de Saint-Venant à propos du sieur Roux (Arch. Pas-de-Calais ; 709, f° 165).

302

   « Vous ne sauriez prendre trop de précautions sur les points suivants : le premier que les mémoires soient signés des parents paternels et maternels les plus proches ; le second d’avoir une note bien exacte de ceux qui n’auront pas signé et des raisons qui les auront empêchés, le tout indépendamment de la vérification exacte de leur exposé » (cité in Joly, Lettres de cachet dans la généralité de Caen au xvm‘ siècle).

303

   Cf. le cas de Lecomte : Archives Aisne C 677.

304

   Cf. Mémoire à propos de Louis François Soucanye de Moreuil. Arsenal, ms. 12684.

305

   Cf. l'article Interdit du Dictionnaire de droit et de pratique pai Cl.-J. deFerrière, éd. de 1769, t. II, pp. 48-50.

306

   Zacchias, Quaestiones medico-legales, liv. II, titre I, question 7, Lyon, 1674, pp. 127-128.

307

   Cité in H. Bonnafous Sérieux, loc. cit., p. 40.

308

   Arsenal, ms. 10928.

309

Cité in Devaux, L’Art de faire les rapports en chirurgie, Paris, 1703, p. 435

310

Il est vrai que Breteuil ajoute : « À moins que les familles ne soient absolument hors d’état de faire les frais de la procédure qui doit précéder l’interdiction. Mais en ce cas, il faudra que la démence soit notoire, et constatée par des éclaircissements bien exacts. »

311

B. N. Fonds Clairambault, 986.

312

   Cf. Lettre à Fouché ; citée supra, chap. III, p. 147.

313

   Notes de René d’Argenson, Paris, 1866, pp. 111-112.

314

Arch. Bastille, Ravaisson, t. XI, p. 243

315

   Ibid., p. 199.

316

   Dictionnaire de droit et de pratique, article Folie, t. I, p. 611. Cf. le titre XXVIII, art. I, de l’ordonnance criminelle de 1670 : « Le furieux ou insensé n'ayant aucune volonté ne doit pas être puni l’étant assez de sa propre folie. »

317

   Arsenal, ms. 12707.

318

   Notes de René d'Argenson, p. 93.

319

   Cl.-J. de Ferrière, Dictionnaire de droit et de pratique, article Folie, t. I, p. 611, souligné par nous.

320

   Archives Bastille, Ravaisson, t. XIII, p. 438.

321

   Ibid., pp. 66-67.

322

   Dictionnaire de droit et de pratique, article Folie, p. 611.

323

   Bibliothèque de droit français, article furiosus.

324

   Discours de la Méthode, IVe partie, Pléiade, p. 147.

325

   Première méditation, Pléiade, p. 272.

326

Réforme de l'entendement. Trad. Appuhn, Œuvres de Spinoza, éd. Gar nier, t. I, pp. 228-229.

327

Art. 41 de l’acte d’accusation, trad. française citée par Hernandez, Le Procès inquisitorial de Gilles de Rais, Paris, 1922.

328

   Sixième séance du procès (in Procès de Gilles de Rais, Paris, 1959). D. 232.

329

   Archives Bastille Ravaisson, XIII, pp. 161-162.

330

   B. N. Fonds Clairambault, 986.

331

   Cité in Pietri, La Réforme de l'État, p. 257.

332

   B. N. Fonds Clairambault, 986.

333

   Ned Ward, dans London Spy, cite le chiffre de 2 pence. Il n'est pas impossible qu'au cours du xvnie siècle, le prix d'entrée ait été abaissé.

334

   « Tout le monde était admis autrefois à visiter Bicêtre, et dans les beaux temps on voyait au moins venir 2 000 personnes par jour. Avec l'argent à la main, vous étiez conduit par un guide dans la division des insensés » (Mémoires de Père Richard, loc. cit., f3 61). On visitait un prêtre irlandais « qui couchait sur la paille », un capitaine de vaisseau que la vue des hommes rendait furieux, « car c’était l’injustice des hommes qui l’avait rendu fou », un jeune homme « qui chantait d’une manière ravissante » (ibid.).

335

   Mirabeau, Mémoires d'un voyageur anglais, 1788, p. 213, note 1.

336

   Cf. supra, chap. Ier.

337

   Esquirol, « Mémoire historique et statistique de la Maison Royale de Charenton », in Des maladies mentales, II, p. 222.

338

   Ibid.

339

   Il s'appelait Norris. Il mourut un an après sa délivrance.

340

   Coguel, La Vie parisienne sous Louis XVI, Paris, 1882.

341

   Esquirol, Des maladies mentales, t. II, p. 481.

342

   Fodéré, Traité du détire appliqué à la médecine, à la morale, à la législation, Paris, 1817, t. I, pp. 190-191.

343

   Ce rapport moral qui s'établit en l'homme lui-même avec l’animalité, non comme puissance de métamorphose, mais comme limite de sa nature, est bien exprimé dans un texte de Mathurin Le Picard : « C’est un loup par rapacité, par subtilité un lion, par fraude et tromperie un renard, Dar hypocrisie un singe, par envie un ours, par vengeance un tigre, Dar médisance, blasphèmes et détractions un chien, un serpent qui vit de terre par avarice, caméléon par inconstance, panthère par hérésie, basilic par lasci-veté des yeux, dragon qui brûle toujours de soif par ivrognerie, pourceau par luxure » (Le Fouet des Paillards, Rouen, 1623, p. 175).

344

   On pourrait citer, comme autre expression de ce même thème, le régime alimentaire auquel étaient soumis les insensés de Bicêtre (quartier de Saint-Prix) : « Six quarts de pain bis par jour, la soupe taillée sur leur pain ; un quart de viande le dimanche, mardi et jeudi ; un tiers de litron de pois ou de fèves lundi et vendredi ; une once de beurre le mercredi, une once de fromage le samedi » (Archives de Bicêtre. Règlement de 1781, chap. V, art. 6).

345

   Pinel, loc. cit., p. 312.

346

Ibid.

347

Qui voudrait se donner la peine detudier la notion de nature chei. Sade, et ses rapports avec la philosophie du xvni* siècle, trouverait un mouvement de ce genre, porté à sa pureté la plus extrême.

348

Bossuet, Panégyrique de saint Bernard. Préambule. Œuvres complètes, 1861,1, p. 622.

349

Sermon cité in Abelly, Vie du vénérable serviteur de Dieu Vincent de Paul, Paris, 1664, t. I, p. 199.

350

   Correspondance de saint Vincent de Paul, éd. Coste, t. V, p. 146.

351

Régnier, Satire XIV. Œuvres complètes, éd. Railaud, v. 9.

352

   Ibid., v. 7-8.

353

W. Blake, Le Mariage du ciel et de l’enfer, trad. A. Gide, p. 24.

354

Pygmalion, prince de Tyr. Prologue. Œuvres de Fontenelle, Paris, 1790, iv, p. 472.

355

   Fontenelle, Dialogues des morts modernes. Dialogue IV, Œuvres, 1790, I, p. 278.

356

   Cf. Mandeville, dans La Fable des abeilles, et Montesquieu à propos de la folie de l'honneur chez les nobles (Esprit des lois, liv. III, chap. vu).

357

   Dialogues des morts modernes. Dialogue IV, Œuvres, I, p. 278. De même à propos de la liberté, Fontenelle explique que les fous ne sont ni plus ni moins déterminés que les autres. Si on peut résister à une disposition modérée du cerveau, on doit pouvoir résister à une disposition plus forte : « Il devrait être aussi qu’on pût avoir beaucoup d'esprit malgré une disposition médiocre à la stupidité. » Ou, tout à l'inverse, si on ne peut résister à une disposition violente, une disposition faible est tout aussi déterminante (Traité de la liberté de l’âme — attribué à Fontenelle dans l'édition Depping — III, pp. 611-612).

1. Boissier de Sauvages, Nosologie méthodique, trad. Gouvion, Lyon, 1772, t. VII, p. 33.

358

   Ibid.

359

   Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. « Folie », éd. Benda, Paris, 1935, t. I, p. 286.

360

   Boissier de Sauvages, loc. cit., t. VII, p. 34.

361

Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. « Folie », p. 285.

362

Encyclopédie, art. « Folie ».

363

   Plater, Praxeos medicae ires tomi, Bâle, 1609.

364

   Sauvages, Nosologie méthodique, traduction française, I, p. 159

365

   Ibid., p. 160.

366

   Ibid., p. 159.

367

   Ibid., p. 129.

368

   Ibid., p. 160.

369

   Willis, De Morbis convulsivis. Opéra, Lyon, 1681, t. I, p. 451.

370

   Sauvages, toc. cit., I, pp. 121-122.

371

   Cf. aussi Sydenham, Dissertation sur la petite vérole. Médecine pratique, trad. Jault, 1784, p. 390.

372

   Sauvages, loc. cit., t. I, pp. 91-92.

Cf. également A. Pitcairn, The Whole Works (done front the latin original by G. Sewel et I. T. Desaguliers, 2e éd., 1777. pp. 9-10).

373

   Sydenham, Médecine pratique, trad. Jault, Préface, p. 121.

374

   Gaubius, Instituliones pathologiae médicinales, cité par Sauvages, loc. cit.

375

   Les Nouvelles Classes des maladies datent de 1731 ou 1733. Cf. sur ce point Berg, Linné et Sauvages (Lychnos, 1956).

376

   Ibid.

377

   Linné, Lettre à Boissier de Sauvages, citée par Berg (loc. cit.).

378

Ce problème semble être la réplique d’un autre que nous avons rencontré dans la première partie, quand il s'agissait d'expliquer comment

l’hospitalisation des fous a pu coïncider avec leur internement. Ce n’est là qu'un des nombreux exemples d’analogies structurales entre le domaine exploré à partir des pratiques, et celui qui se dessine à travers les spéculations scientifiques ou théoriques. Ici et là, l’expérience de la folie est sin gulièrement dissociée d'elle-même et contradictoire ; mais notre tâche est de retrouver dans la seule profondeur de l’expérience le fondement et de l’unité et de sa dissociation.

1. Paracelse, Sàmtliche Werke, éd. Südhoff, München, 1923 ; I Abtei-lung, vol. II, pp. 391 sq.

379

Arnold, Observations on the nature, kinds, causes, and prévention of insanity, lunacy and madness, Leicester, t. I, 1702, t. II, 1786.

380

Vitet, Matière médicale réformée ou pharmacopée médico-chirurgicale ; Pinel, Dictionnaire des Sciences médicales, 1819, t. XXXVI, p. 220.

381

   Sauvages, loc. cit.. VII, p. 43 (cf. aussi t. I, p. 366).

382

   Ibid., p. 191.

383

   Ibid., p. 1.

384

   Ibid., pp. 305-334.

385

   Willis, Opéra, II, p. 255.

386

   Ibid., pp. 269-270.

387

. Pinel, Nosographie philosophique, Paris, 1798.

388

Esquirol, Des maladies mentales, Paris, 1838.

389

   Cullen, Institutions de médecine pratique, II, trad. Pinel, Paris, 1785, p. 61.

390

   De la Roche, Analyse des fonctions du système nerveux, Genève, 1778,

I, préface p. vin.

391

   Viridet, Dissertation sur les vapeurs, Yverdon, 1726, p. 32.

392

   Beauchesne, Des influences des affections de l'âme, Paris. 1783, pp. 65-182 et pp. 221-223.

393

   Pressavin, Nouveau Traité des vapeurs, Lyon. 1770. pp. 7-31

394

   Voltaire, Dictionnaire philosophique, article Folie, éd. Benda, t. I p. 285.

395

   Sainte-Beuve, Résolution de quelques cas de conscience, Paris, 1689

I. p. 65. C'est aussi la règle appliquée aux sourds-muets.

396

   Cf. un arrêt du Parlement de Paris du 30 août 1711. Cité in Partu-rier, L'Assistance à Paris sous l’Ancien Régime et la Révolution, Paris, 1897, p. 159 et note 1.

397

   L'Âme matérielle, ou nouveau système sur les purs principes des philosophes anciens et modernes qui soutiennent son immatérialité. Arsenal, ms. 2239, p. 139.

398

   Ibid.

399

   Voltaire, loc. cit., p. 286.

400

   Par exemple les collaborateurs du Dictionnaire de James.

401

   Sauvages, loc. cit., t. VII, pp. 130, 141 et pp. 14-15.

402

3 Voltaire, loc. cit., p. 286.

403

   Tissot, Avis aux gens de lettres, traduction française, 1767, pp. 1-3.

404

   11 faut supposer, évidemment, qu’ils ont lu Diemerbroek.

405

Zacchias, Quaestiones medico-legales, Lyon 1674, liv. Il, titre I, q. II, p. 114.

En ce qui concerne l’implication de l'âme et du corps dans la folie, les définitions proposées par d'autres auteurs sont du même style. Willis : « Affections du cerveau dans lesquelles sont lésées la raison et les autres fonctions de l'âme » (Opéra, t. II, p. 227) ; Lorry : « Corporis aegrotantis condilio illu in qua judicia a sensibus orienda nullatenus aul sibi inter se aut rei represeniatae responsani » (De Melancholia, 1765,1.1, p. 3).

406

   En général, les esprits animaux sont du domaine de l'imperceptible. Diemerbroek (Anatomia, liv. VIII, chap. Ier) établit leur invisibilité contre Bartholin qui affirmait les avoir vus (Institutions anatomiques, liv. III, chap. Ier)- Haller (Elementa physiologiae, t. IV, p. 371) affirmait leur insipidité contre Jean Pascal qui les avait goûtés et trouvés acides (Nouvelle découverte et les admirables effets des ferments dans le corps humain).

407

   Sydenham, Dissertation sur l'affection hystérique (Médecine pratique. trad. Jault, p. 407).

408

   Ibid., note.

409

Il } aurait toute une étude à faire sur ce que c'est que voir dans la médecine du xvm* siècle. Il est caractéristique que dans Y Encyclopédie, l'article physiologique consacré aux Nerfs, et signé par le chevalier de Jaucourt, critique la théorie des tensions qui est acceptée comme principe d'explication dans la plupart des articles de pathologie (cf. l’art. Démence).

410

   Bonet, Sepulchretum, Genève, 1700, t. I, section VIII, pp. 205 et sq. et section IX pp. 221 et sq. De la même façon, Lieutaud a vu, chez les mélancoliques, « la plupart des vaisseaux du cerveau epgorgés de sang noirâtre et épais, de l'eau dans les ventricules ; le cœur a paru dans quelques-uns desséché et vide de sang » (Traité de médecine pratique, Paris, 1759, I. pp. 201-203).

411

Nouvelles observations sur les causes physiques de la folie, lues à la dernière assemblée de l’Académie royale de Prusse (Gazette salutaire, XXXI, 2 août 1764).

412

   Cité par Cullen, Institutions de médecine pratique, II, p. 295.

413

   Ibid., pp. 292-296.

414

M. Ettmüller, Pratique de médecine spéciale, Lyon, 1691, p. 43. sa.

415

   Whytt, Traité des Maladies nerveuses, traduction française, Paris, 1777,1.1, p. 257.

416

   Encyclopédie, article Manie.

417

   Cf. Anonyme, Observations de médecine sur la maladie appelée convulsion, Paris, 1732, p. 31.

418

   Cf. Tissot, Traité des Nerfs, II, I, pp. 29-30 : « La vraie patrie de la délicatesse du genre nerveux est entre le 45e et 55e degré de latitude. »

419

   Article anonyme de la Gazette salutaire, XL, 6 octobre 1768.

420

   Cf. Daquin, Philosophie de la folie, Paris, 1792, pp. 24-25.

421

J.-Fr. Dufour : Essai sur les opérations de l'entendement humain Amsterdam 1770, pp. 361-362.

422

   Cité in Esquirol, toc. cit., II, p. 219.

423

   À la même époque, Dumoulin dans Nouveau traité du rhumatisme et des vapeurs, 2e éd., 1710, critique l’idée d’une influence de la lune sur la périodicité des convulsions, p. 209.

424

2.    Philosophie de la folie. Paris, 1792.

425

3.    Leuret et Mitivé, De la fréquence de pouls chez les aliénés. Paris, 1832.

426

4.    Guislain, Traité des phrénopathies, Bruxelles 1835, p. 46.

427

5.    Daquin, Philosophie de la folie, Paris, 1792, pp. 82. 91 : cf. également : Toaldo, Essai météorologique traduit par Daquin, 1784.

428

Sauvages, Nosologie méthodique t. VII, p. 12.

429

   Malebranche, Recherche de la vérité, liv. V, chap. m, éd. Lewis, t. II p. 89.

430

Sauvages, Nosologie méthodique, t. VII, p. 291.

431

   Whytt, Traité des maladies nerveuses, II, pp. 288-289.

432

   Ibid., p. 291. Le thème du mouvement excessif qui mène à l'immobilité et à la mort, est très fréquent dans la médecine classique. Cf. plusieurs exemples in Le Temple d'Esculape, 1681, t. III, pp. 79-85 ; in Pechlin, Observations médicales, liv. III, obs. 23. Le cas du chancelier Bacon qui

433

   Lancisi, De nativis Romani cœli qualitatibus, cap. xvn.

434

   Cf. entre autres Tissot, Observations sur la santé des gens du monde, Lausanne, 1760, pp. 30-31.

435

   Sauvages, Nosologie méthodique, t. VII, pp. 21-22.

436

   Dufour (Essai sur l'entendement, pp. 366-367) admet avec l'Encyclopédie que la fureur n'est qu’un degré de la manie.

437

   De la Rive. Sur un établissement pour la guérison des aliénés, Bibliothèque Britannique, VIII, p. 304.

438

   L'Âme matérielle, p. 169.

439

   Zacchias, Quaestiones medico-legales, liv. II, t. I, question 4, p. 119.

440

   Sauvages, Nosologie, t. VII, p. 15.

441

Ibid., p. 20.

442

2. Cf. Daquin, Philosophie de la Folie, p. 30.

443

Zacchias, Quaestiones medico-legales, liv. II, titre I, question 4. p. 120.

444

Diemerbroek, Disputationes practicae, de morbis capitis, in Opéra omnia anatomica et medica, Utrecht, 1685. Historia, ni, pp. 4-5.

445

Bienville, De la nymphomanie, Amsterdam, 1771, pp. 140-153

446

James, Dictionnaire universel de médecine, traduction française, Paris 1746-1748, III, p. 977.

447

   Ibid.. p. 977.

448

   Sauvages considère encore que l’hystérie n’est pas une vésanie, mais une « maladie caractérisée par des accès de convulsions générales ou particulières, internes ou externes » ; en revanche, il classe parmi les vésanies le tintouin, la bévue et le vertige.

449

Du Laurens, Discours de la conservation de la vue, aes maladies mélancoliques, des catarrhes, de la vieillesse, Paris, 1597, in Œuvres, Rouen, 1660, p. 29.

450

   Zacchias, Quaestiones medico-legales, liv. I, titre II, question 4, p. 118.

451

   Ibid.

452

   Cf. par exemple, Dufour : « Je considère comme le genre de toutes ces maladies l’erreur de l’entendement qui juge mal pendant la veille des choses sur lesquelles tout le monde pense de la même manière » (Essai, p. 355) ; ou Cullen : « Je pense que le délire peut être défini un jugement faux et trompeur d’une personne éveillée sur des choses qui se présentent le plus fréquemment dans la vie » (Institutions, II, p. 286), souligné par nous.

453

   Zacchias, loc. cit., p. 118.

454

   Encyclopédie, article Folie.

455

   Sauvages, loc. cit., VII, p. 33.

456

   Zacchias, loc. cit., p. 118.

457

   Encyclopédie, art. « Folie ».

458

Pris au sens que Nicolle donnait à ce mot, quand il se demandait si le cœur avait « part à tous les éblouissements de l’esprit » (Essais t. VIII, IIe partie, p. 77).

459

Thème cartésien souvent repris par Malebranche ; ne rien penser c’est ne pas penser ; ne rien voir, c’est ne pas voir.

460

Il faudrait ajouter Andromaque, veuve, et épousée, et veuve à nouveau, dans des vêtements de deuil et des parures de fête qui finissent par se confondre et dire la même chose ; et l'éclat de sa royauté dans la nuit de son esclavage.

461

   En ce sens, une définition de la folie comme celle que propose Dufour (et elle ne diffère pas pour l'essentiel de celles qui lui sont contemporaines) peut passer pour une théorie de l'internement, puisqu’elle désigne la folie comme une erreur onirique, un double non-être immédiatement sensible dans la différence avec l’universalité des hommes : « Erreur de l’entendement qui juge mal pendant la veille des choses sur lesquelles tout le monde pense de la même manière » (Essai, p. 355).

462

   Cf. par exemple des annotations comme celles-ci, à propos d’un fou interné à Saint-Lazare depuis dix-sept ans : « Sa santé s'affaiblit beaucoup ; on peut espérer qu’il mourra bientôt » (B. N. Clairambault, 986, f" 113).

463

   Examen de la prétendue possession des filles de la paroisse de Landes, 1735, p. 14.

464

   Willis, Opéra, t. II, p. 227.

465

   Ibid., p. 265.

466

Ibid., pp. 266-267.

467

   Dlfour, loc. cit.. pp. 358-359.

468

   Cullen, loc. cit., p. 143.

469

   Apologie pour Monsieur Duncan, pp. 113-115.

470

   Fem, De la nature et du siège de la phrénésie et de la paraphrénésie. Thèse soutenue à Gôttingen sous la présidence de M. Schroder ; compte rendu in Gazette salutaire, 27 mars 1766, n° 13.

471

   James, Dictionnaire de médecine, traduction française, t. V, p. 547.

472

   Cullen, loc. cit., p. 142.

473

   Ibid., p. 145.

474

   James, loc. cit., p. 547.

475

   Cf. par exemple : « J'ai rendu compte à Mgr le duc d'Orléans de ce que vous m’avez fait l’honneur de me dire sur l’état d'imbécillité et de démence où vous avez trouvé la nommée Dardelle. » Archives Bastille (Arsenal 10808, 137).

476

   Willis, loc. cit., II, p. 265.

477

   Dufour, loc. cit., p. 357.

478

   Ibid. p. 359.

479

   Sauvages, toc. cit., VII, pp. 334-335.

480

   On considérera longtemps dans la pratique l'imbécillité comme un mélange de folie et d’infirmité sensorielle. Un ordre du 11 avril 1779 prescrit à la Supérieure de la Salpêtrière de recevoir Marie Fichet, à la suite de rapports signés par des médecins et des chirurgiens, « qui constatent que la dite Fichet est née sourde-muette et en démence » (B. N. coll. « Joly de Fleui^ », ms. 1235, 89).

481

   Article anonyme paru dans la Gazette de médecine, t. III, n° 12, mercredi 10 février 1762, pp. 89-92.

482

   Pinel, Nosographie philosophique, éd. de 1818, t. III, p. 130.

483

   Weyer, loc. cit., ibid.

484

   Boerhaave, Aphorismes, 1089.

485

   Dufour, loc. cit.

486

   Fernel, Physiologia, in Universa medica, 1607, p. 121.

487

   La raison de ce débat a été le problème de savoir si on pouvait assimiler les possédés à des mélancoliques. Les protagonistes ont été en France Duncan et La Mesnardière.

488

   Apologie pour Monsieur Duncan, p. 63.

489

   Ibid., p. 93-94.

490

   La Mesnardière, Traité de la mélancolie, 1635, p. 10.

491

   Apologie pour Monsieur Duncan, pp. 85-86.

492

   Willis, Opéra, II, pp. 238-239.

493

   Ibid., p. 242.

494

   James, Dictionnaire universel, t. IV, article Mélancolie, p. 1215.

495

Ibid., p. I2i4.

496

   Encyclopédie, article Manie.

497

   Bonet, Sepulchretum, p. 205.

498

   A. von Haller, Elementa Physiologiae, liv. XVII, section Ire, § 17, t. V, Lausanne, 1763, pp. 571-574.

499

   Dufour, loc. cit., pp. 370-37).

500

   Encyclopédie, article Manie.

501

   On trouve encore cette idée chez Daquin (loc. cit., pp. 67-68) et chez Pinel. Elle faisait partie également des pratiques de l’internement. Sur un registre de Saint-Lazare, à propos d’Antoine de la Haye Monbault : « Le froid, tout rigoureux qu’il est, n’a fait sur lui aucune impression » (B. N., Clairambault, 986, p. 117).

502

   Encyclopédie, article Manie.

503

Montchad. Observation envoyée à la Gazette salutaire, n° 5, 3 février

504

De la Rive. Sur un établissement pour la guérison des aliénés. Bibliothèque britannique, VIII, p. 304.

505

Willis. Opéra, t. II, p. 255.

506

   Ibid.

507

   Par exemple, d'Aumont dans l'article Mélancolie de Y Encyclopédie.

508

   Sydenham, Médecine pratique, trad. Jault, p. 629.

509

   Lieutaud, Précis de médecine pratique, p. 204.

510

   Dufour, Essai sur l’entendement, p. 369.

511

   Boerhaave, Aphorismes, 1118 et 1119 ; van Swieten, Commentaria, t. III, pp. 519-520.

512

   Hoffmann, Medicina rationatis systematica, t. IV, pars, pp. 188 sq.

513

   Spengler, Briefe, welche einige Erfahrungen der elektrischen Wirkung in Krankheiten enthalten, Copenhague, 1754.

514

   Cullen, Institutions de médecine pratique, II, p. 315.

515

   Ibid.

516

   Ibid., p. 323.

517

   Ibid., p. 128 et p. 272.

518

   Sauvages, loc. cit. L’hystérie est située dans la classe IV (spasmes) et l'hypochondrie dans la classe VIII (vésanies).

519

   Linné, Généra Morborum. L’hypochondrie appartient à la catégorie « imaginaire » des maladies mentales, l'épilepsie à la catégorie « tonique » des maladies convulsives.

520

   Cf. la polémique avec Highmoke, Exercitationes duae, prior de pas-sione hysterica, altéra de affectione hypochondriaca, Oxford, 1660 et De passione hysterica, responsio epistolaris ad Willisium, Londres, 1670.

521

   Whytt, Traité des maladies des nerfs, t. II, pp. 1-132. Cf. une énumération de ce genre chez Rbvillon, Recherches sur la cause des affections hypocondriaques, Paris, 1779, pp. 5-6.

522

   Lieutaud, Traité de médecine pratique, 2“ éd. 1761, p. 127.

523

   Raulin, Traité des affect'ons vaporeuses, Paris, 1758, discours préliminaire, p. xx.

524

   N. Chesneau, Observationum medicarum libri quinque, Paris, 1672, liv. III, chap. xiv.

525

   T. A. Murillo, Novissima hypochondriacae melancholiae curatio, Lyon, 1672, chap. IX, pp. 88 sq.

526

   M. Flemyng, Neuropathia sive de morbis hypochondriacis et hystericis, Amsterdam, 1741, pp. L-LI.

527

Stahl, Theoria medica vera, de malo hypochondriaco, pp. 447 sq.

528

   Van Swieten, Commenlaria in Aphorismos Boerhaavii, 1752, I, pp. 22 sq.

529

   Lange, Traité des vapeurs, Paris, 1689, pp. 41-60.

530

   Dissertatio de malo hypochondriaco, in Pratique de médecine spéciale, p. 571.

531

   Vikidet, Dissertation sur les vapeurs, Paris, 1716, pp. 50-62.

532

Liebaud, Trois livres des maladies et infirmités des femmes, 1609, p. 380.

533

   C. Piso, Observationes, 1618, rééditées en 1733 par Boerhaave, section II, § 2, chap. VII, p. 144.

534

   Willis, « De Affectionibus hystericis ». Opéra, I, p. 635.

535

   Id., « De Morbis convulsivis », Opéra, I, p. 536.

536

   Pinel classe l’hystérie parmi les névroses de la génération. (Nosogra phie philosophique.)

537

   Stahl, loc. cit., p. 453.

538

   Hoffmann, Medicina rationalis systematica, t. IV, pars ténia, p. 410

539

   Highmore, loc. cit.

540

   Sydenham, « Dissertation sur i'alfection hystérique » ; Médecine pra tique, trad. Jault, pp. 400-401.

541

   Ibid., pp. 395-396.

542

   Ibid., p. 394.

543

   Pressavin, Nouveau traité des vapeurs, Lyon, 1770, pp. 2-3.

544

   Ibid., p. 3.

545

   Tissot, Traité des nerfs, 1.1, IIe partie, pp. 99-100.

546

   Ibid.. pp. 270-292.

547

   Whytt, Traité des maladies nerveuses, I, p. 24

548

   Ibid., p. 23.

549

   Ibid. p. 51.

550

Ibid., pp. 166-167.

551

   Tissot, Traité des nerfs, t. I, IIe partie, p. 274.

552

   Ibid., p. 302.

553

   Ibid., pp. 278-279.

554

   Ibid., pp. 302-303.

555

   C’est-à-dire l’air, les aliments et les boissons ; le sommeil et la veille ; le repos et le mouvement ; les excrétions et les rétentions, les passions. (Cf. entre autres Tissot, Traité des nerfs, II, I, pp. 3-4).

556

   Cf. Tissot, Essai sur les maladies des gens du monde.

557

   Pressavin, Nouveau traité des vapeurs, pp. 15-55, pp. 222-224.

558

   Ibid., p. 65.

559

   Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam 1783, III, p. 199.

560

   Cf. Broussais, De l’irritation et de la folie, 2e éd. 1839.

561

Whytt, Traité des maladies nerveuses, II, pp. 168-174.

562

   P. Hecquet, Réflexion sur l'usage de l'opium, des calmants et des narcotiques, Paris, 1726, p. 11.

563

   Ibid., pp. 32-33

564

   Ibid., p. 84.

565

   Ibid., p. 86.

566

La critique se fait au nom des mêmes principes que son apologie. Le Dictionnaire de James établit que l'Opium précipite la Manie : « La raison de cet effet est que ce médicament abonde en un certain soufre volatif très ennemi de la nature* (Dictionnaire des sciences médicales, loc. cit.).

567

Jean de Renou, Œuvres pharmaceutiques, traduites par de Serres Lyon, 1638, p. 405.

568

   Ibid., pp. 406-413. Il y avait bien longtemps déjà qu’Albert de Bolls-dat avait dit de la chrysolithe qu'elle « fait acquérir sapience et fuir folie » et que Barthélémy (De proprietatibus rerum) prêtait à la topaze la faculté de chasser la frénésie.

569

   Lemery, Dictionnaire universel des drogues simples éd. 1759, p. 821 Cf. aussi Mme de Sévigné, Œuvres, t. VII. p. 411

570

   Lemery, Dictionnaire universel des drogues, article Homo, éd. de 1759, p. 429 ( f. également Moïse Charas, Pharmacopée royale, éd. de 1676, p. 771. « On peut dire qu’il n'y a aucune partie ni excrément ou superfluité en l'homme ni en la femme que la chimie ne puisse préparer pour la guérison ou le soulagement de la plupart des maux auxquels l’un et l’autre sont sujets. »

571

   Ibid., p. 430.

572

   Buchoz, Lettres périodiques curieuses, 2e et 3e. Compte rendu in Gazette salutaire, XX et XXI, 18 et 25 mai 1769.

573

   Cf. Pinul Mercier, Le Monde médical de Touraine sous la Révolution, p. 206.

574

   Lemf-k - Pharmacopée universelle, p. 124 ; p. 359 et p. 752.

575

   Mme de Sévigné, Lettre du 8 juillet 1685, Œuvres, t. VII, p. 421.

576

   Bienville, loc. cit., pp. 171-172.

577

   Lemery, loc. cit.

578

Whytt, Traité des maladies nerveuses, t. II, p. 309.

579

   Mme de Sévigné s’en servait beaucoup, la trouvant « bonne contre la tristesse » (cf. lettres du 16 et du 20 octobre 1675, Œuvres, t. IV, p. 186 et p. 193). La recette en est citée par Mme Fouquet, Recueil de remèdes faciles et domestiques, 1678, p. 381.

580

   Lange, Traité des vapeurs, pp. 243-245.

581

   Sydenham, Dissertation sur l’affection hystérique in Médecine pratique, trad. Jault, p. 571.

582

   Whytt, Traité des maladies nerveuses, t. Il, p. 149.

583

   L/'ehr, Gedenktage der Psychiatrie, p. 316.

584

   Zilboorg, History of Psychiatry, pp. 275-276. Ettmüller recommandait vivement la transfusion dans les cas de délire mélancolique (Chirurgia transfusoria, 1682).

585

   La transfusion est encore citée comme remède de la folie par Dionis, Cours d'opération de chirurgie (Démonstration VIII, p. 408), et oar Manjet, Bibliothèque médico-pratique, III, liv. IX, pp. 334 et sq.

586

   Lange, Traité des vapeurs, p. 251.

587

   Lieutaud, Précis de médecine pratique, pp. 620-621.

588

   Fallowes, The best method for the cure of lunatic.s with some accounts of the incomparable oleum cephalicum, Londres, 1705 ; cité in Tuke, Chap-ters on the History of Medecine, pp. 93-94.

589

   Doublet, Traitement qu 'il faut administrer dans les différentes espèces de folie. In Instruction par Doublet et Colombier (Journal de médecine, juillet 1785).

590

   Le Dictionnaire de James propose cette généalogie des diverses aliénations : « La manie tirant généralement son origine de la mélancolie, la mélancolie des affections hypochondriaques, et les affections hypochon-driaques des sucs impurs et viciés qui circulent languissamment dans les intestins... » (Dictionnaire universel de médecine, article Manie, t. IV, p. 1126).

591

   Thirion, De l'usage et de l’abus du café. Thèse soutenue à Pont-à-Mousson, 1763 (cf. compte rendu, in Gazette salutaire, n° 37, 15 septembre 1763).

592

   Consultation de La Closure. Arsenal, ms. n° 4528, f° 119.

593

   Whytt, Traité des maladies nerveuses, t. II, p. 145.

594

   Ibid.

595

   Raulin, Traité des affections vaporeuses du sexe, Paris, 1758, p. 339

596

   Tissot, /tvis aux gens de lettres sur leur santé, p. 76.

597

   Muzzell. Observations citées dans la Gazette salutaire du 17 mars 1763

598

   Whytt, loc. cit., II, p. 364.

599

   Raulin, loc. cit., p. 340.

600

   F. H. Muzzell, Medizin und Chirurgie, Berlin, 1764, t. II, pp. 54-60.

601

   Gazette de médecine, mercredi 14 octobre 1761, n° 23, t. II, pp. 215-216

602

   Tissot, Avis aux gens de lettres sur leur santé, p. 90.

603

   Aurelianus, De morbis acutis, I, 11. Asclépiade utilisait très volontiers les bains contre les maladies de l'esprit. Selon Pline, il aurait inventé des centaines de formes diverses de bains. (Pline, Histoire naturelle, liv. XXVI).

604

1. Sylvius, Opéra medica (1680), De methodo medendi, liv. Ier, chap. XIV.

605

   Menuret, Mémoires de VAcadémie royale des sciences, 1734. Histoire, p. 56.

606

   Doublet, loc. cit.

607

   Cheyne, De infirmorum sanitate tuenda, cité in Rostaing, Réflexions sur les affections vaporeuses, pp. 73-74.

608

Boissieu, Mémoire sur les méthodes rafraîchissantes et échauffantes. 1770, pp. 37-55.

609

   Darut, Les bains froids sont-ils plus propres à conserver la santé que les bains chauds ? Thèse 1763. (Gazette salutaire, n° 47).

610

   Cf. Beaugresne, De l’influence des affections de l’âme, p. 13

611

   Pressavin, Nouveau traité des vapeurs. Avant-propos non paginé. Cf. aussi Tissot : « C'est de la théière que coulent la plupart des maladies » (Avis aux gens de lettres, p. 85).

612

   Rostaing, Réflexions sur les affections vaporeuses, p. 75.

613

   Hoffmann, Opéra, II, section II, § 5. Cf. aussi Chambon de Montaux, « Les bains froids dessèchent les solides », Des maladies des femmes, II, p. 469.

614

   Pomme, Traité des affections vaporeuses des deux sexes, 3e éd. 1767, pp. 20-21.

615

   Lionet Chalmers, Journal de médecine, novembre 1759, p. 388.

616

   Pinel, Traité médico-philosophique, p. 324.

617

   Esquirol, Des maladies mentales, II, p. 225.

618

   Burette, Mémoire pour servir à l'histoire de la course chez les Anciens, Mémoires de ['Académie des Belles-Lettres, t. III, p. 285.

619

Sydenham, « Dissertation sur l’affection hystérique » ; Médecine pratique, trad. Jault, p. 425.

620

   Selon Lieutaud, le traitement de la mélancolie ne relève guère de la médecine, mais « de la dissipation et de l'exercice » (Précis de médecine pratique, p. 203). Sauvages recommande les promenades à cheval à cause de la variété des images (Nosologie, t. VIII, p. 30).

621

   Le Camus, Médecine pratique (cité par Pomme, Nouveau recueil de pièces), p. 7.

622

   Chambon de Montaux, Des maladies des femmes, II, pp. 477-478.

623

   Cullen, Institutions de médecine pratique, II, p. 317. C'est sur cette idée aussi que reposent les techniques de guérison par le travail qui commencent à justifier au xviif siècle, l'existence, d'ailleurs préalable, d'ateliers dans les hôpitaux.

624

   On discute pour savoir si l’inventeur de la machine rotatoire est Mau-pertuis, Darwin, ou le Danois Katzenstein.

625

   Mason Cox, Practical observations on insanity. Londres, 1804, traduction française, 1806, pp. 49 sq.

626

   Cf. Esquirol, Des maladies mentales, t. II, p. 225.

627

   Bienville, De la nymphomanie, p. 136.

628

   Beauchesne, De l’influence des affections de l’âme, pp. 28-29.

629

   J. Schenck, Observationes, éd. de 1654, p. 128.

630

   W. Albrecht, De effectu musicae, § 314.

631

   Histoire de l'Académie royale des sciences, 1707, p. 7 et 1708, p. 22. Cf. aussi J.-L. Royer, De vi sorti et musicae in corpus humanum (Thèse Montpellier) ; Desbonnets, Effets de la musique dans les maladies nerveuses (notice in Journal de médecine, t. LIX, pp. 556). Roger, Traité des effets de la musique sur le corps humain, 1803.

632

   Diemerbroek, De peste, liv. IV, 1665.

633

   Porta. De magia naturali (cité in Encyclopédie, article Musique). Xénocrate aurait déjà utilisé des flûtes d'hellébore pour les aliénés, des flûtes en bois de peuplier contre la sciatique, cf. Roger, loc. cit.

634

Encyclopédie, article Musique. Cf. également Tissot (Traité des nerfs,

635

   Crichton, On Mental Diseases (cité in Régnault, Du degré de compétence, pp. 187-188).

636

   Cullen, Institutions de médecine pratique, t. II, p. 307.

637

   Tissot, Traité des nerfs, t. II.

638

   Guislain donne ainsi la liste des sédatifs moraux : le sentiment de dépendance, les menaces, les paroles sévères, les atteintes portées à l’amour-propre, l’isolement, la réclusion, les punitions (comme le fauteuil rotatoire, la douche brutale, le fauteuil de répression de Rush) et quelquefois la faim et la soif (Traité des phrénopathies, pp. 405-433).

639

Leuret, Fragments psychologiques sur la folie, Paris, 1834, cf. « Un exemple typique », pp. 308-321

640

   Sauvages, Nosologie méthodique, t. VII, p. 39.

641

   Bienville, De la nymphomanie, pp. 140-153.

642

Histoire de l’Académie des sciences, 1752. Relation lue par Lieutaud.

643

   Sauvages, Nosologie méthodique, t. VII, p. 28.

644

   Tissot, Avis aux gens de lettres sur leur santé, p. 117.

645

   Pinel, Traité médico-philosophique, p. 222.

646

   Z. Lusitanus, Praxis medica, 1637, obs. 45, pp. 43-44.

647

Discours sur les penchants, par M. Hulshorff, lu à l’Académie de Berlin. Extraits cités par la Gazette salutaire, 17 août 1769, n° 33.

648

   Hic omnivarius morbus ingenio et astutia curandus est (Lusitanus, p. 43).

649

   Encyclopédie, art. « Mélancolie ».

650

   Ibid.

651

   Gazette salutaire, 17 août 1769, n° 33.

652

Tissot, Traité sur les maladies des gens de lettres, pp. 90-94.

653

Pinel, Traité médico-philosophique, pp. 238-239.

654

Ibid.

655

Le Neveu de Rameau, Diderot, Œuvres, Pléiade, p. 435.

656

Ibid., p. 468.

657

   Ibid.. p. 468.

658

Ibid.

659

   Ibid., p. 431.

660

   Ibid.. p. 433.

661

   L'intérêt, dans Le Neveu de Rameau, indique justement cette pression de 1 'être et cette absence de médiation. On retrouve le même mouvement de pensée chez Sade ; sous une apparente proximité, c’est l’inverse de la philosophie de « l'intérêt » (médiation vers la vérité et la raison), qu’on rencontre couramment au xviif siècle.

662

   Ibid., p. 500.

663

Ibid., p. 501.

664

   Ibid., pp. 485-486.

665

   Ibid., p. 486.

666

   Mercier, Tableau de Paris, t. I, pp. 233-234.

667

   Ibid., pp. 235-236.

668

   On trouve fréquemment cette mention dans les livres de l'internement.

669

Lettre à sa femme, citée in Lély, Vie de Sade, Paris 1952, I p. 105.

670

   Mercier, loc. cit., t. VIII, p. 1.

671

   Ibid., p. 2.

672

   Musquinei de la Pagne, Bicêtre réformé, Paris, 1790, p. 16.

673

   Ce thème est en liaison avec les problèmes de chimie et d’hygiène posés par la respiration tels qu’ils sont étudiés à la même époque. Cf. Hales, A description of ventilators, Londres, 1743. Lavoisier, Altérations qu'éprouve l’air respiré, 1785, in Œuvres, 1862, t. II, pp. 676-687.

674

   Une copie manuscrite de ce rapport se trouve à la B.N.. coll. « Joly de Fleuiy », 1235, fr> 120.

675

   Ibid., f° 123. L’ensemble de l'affaire occupe les folios 117-126 ; sur « la fièvre des prisons » et la contagion qui menace les villes, cf. Howard, Étal des prisons, t. 1, Introduction, p. 3.

676

« Je savais comme tout le nonde que Bicêtre était à la fois un hôpital et une prison ; mais j’ignorais que l'hôpital eût été construit pour engen drer des maladies, la prison pour engendrer des crimes » (Mirabeau, Souvenirs d’un voyageur anglais, p. 6).

677

Cf. Hanway, Réflexions sur l’aération (Gazette salutaire, 25 septembre et 9 octobre 1766, n“ 39 et 41) ; Genneté, Purification de l’air dans les hôpitaux, Nancy, 1767.

L’Académie de Lyon avait mis au concours en 1762 le sujet suivant : « Quelle est la qualité nuisible que l’air contracte dans les hôpitaux et dans les prisons, et quel serait le meilleur moyen d’y remédier ? » D’une façon générale, cf. Coqueau, Essai sur l'établissement des hôpitaux dans les grandes villes, 1787.

678

   Desmonceaux, De la bienfaisance nationale, Paris, 1789, p. 14

679

   Mirabeau, Relation d'un voyageur anglais, p. 14.

680

Rapport fait au nom du Comité de Mendicité, Assemblée nationale. Procès-verbal, t. XL1V, pp. 80-81.

681

   Raulin, Traité des affections vaporeuses, Préface.

682

   Matthey, Nouvelles recherches sur les maladies de l’esprit, Paris, 1816, Ire partie, p. 65.

683

   Dans l’évolutionnisme du xixe siècle, la folie est bien retour, mais le long d'un chemin chronologique ; elle n'est pas déroute absolue du temps.

684

   Cf. supra, IIe partie, chap. II.

685

   G. Cheyne, Méthode naturelle de guérir les maladies du corps (trad. Paris, 1749). Et en ceci il est d’accord avec Montesquieu. Esprit des Lois, IIIe partie, liv. XIV, chap. II, Pléiade, t. II, pp. 474-477.

686

   Venel, Essai sur la santé et l'éducation médicinale des filles destinées au mariage, Yvernon, 1776, pp. 135-136.

687

   Cf. Montesquieu, Causes qui peuvent affecter les esprits et les carac-£res, Œuvres complètes, éd. Pléiade, II, pp. 39-40.

688

   Buffon, Histoire naturelle, in Œuvres complètes, éd. de 1848, t. III De l'homme, pp. 319-320.

689

   Sauvages parle de « Melancolia anglica ou taedium vitae », loc. cit., t. VII, p. 366.

690

   Montesquieu, loc. cit., IIIe partie, liv. XIV, chap. XII, éd. Pléiade, t. II, pp. 485-486.

691

   Cheyne, The English Malady, Londres, 1733.

692

Ibid., pp. 193-196.

693

   Encyclopédie, art. « Mélancolie ».

694

   Pinel, Traité médico-philosophique, p. 268.

695

   Ibid., p. 291, note 1.

696

   Ibid.

697

Moehsen, Geschichte der Wissenschaften in der mark Brandenburg, Berlin et Leipzig, 1781, p. 503.

698

   Pressavin, Nouveau traité des vapeurs, pp. 222-224.

699

   Tissot, Traité des nerfs, II, p. 442.

700

   Beauchesne, De l'influence des affections de l'âme dans les maladies nerveuses des femmes, Paris, 1783, p. 31.

701

   Ibid., p. 33.

702

   Beauchesne, op. cil., pp. 37-38.

703

Causes physiques et morales des maux de nerfs (Gazette salutaire) n° 40, 6 octobre 1768. Cet article est anonyme.

704

   Rousseau, Discours sur l’origine de l'inégalité, Œuvres, Paris 1852, t. I, p. 553.

705

   La folie des animaux est conçue soit comme un effet du dressage et d'une vie en société (mélancolie des chiens privés de leur maître) ; soit comme la lésion d’une faculté supérieure quasi humaine. (Cf. Observation d’un chien imbécile par absence totale de sensorium commune. In Gazette de médecine, t. III, n“ 13, mercredi 10 février 1762, pp. 89-92).

706

   Rush, Médical Inquiries, I, p. 19.

707

   Cité in Spurzheim, Observations sur la folie, p. 183.

708

   On a, dans un texte de Raulin, une curieuse analyse de l’apparition de la folie avec le passage de la consommation animale à un milieu alimentaire humain : « Les hommes s'écartèrent de cette vie simple à mesure qu’ils écoutèrent leurs passions ; ils firent insensiblement des découvertes pernicieuses d’aliments propres à flatter le goût ; ils les adaptèrent ; les fatales découvertes se sont multipliées peu à peu ; leur usage a augmenté les passions ; les passions ont exigé des excès ; les uns et les autres ont introduit le luxe ; et la découverte des Grandes Indes ont fourni des moyens propres à le nourrir et à le porter au point où il est dans ce siècle. La première date des maladies est presque la même que celle du changement du mélange des mets et des excès qu’on en a faits » (loc. cit., pp. 60-61).

709

Matthey, Nouvelles recherches sur les maladies de l’esprit, p. 67.

710

   « La matière vivante descend par degrés de son type élevé à des types de plus en plus inférieurs et dont le dernier est le retour à l’état inorganique » (Bcekel, article Dégénérescence du Dictionnaire de Jaccoud).

711

   « Il se trouvera toujours des individus qui auront échappé à l'altération héréditaire, et, en se servant exclusivement de ceux-ci pour la perpétuation de l'espèce, on lui fera remonter le courant fatal » (Prosper Lucas, Traité physiologique et philosophique de l'hérédité naturelle, Paris, 1847).

712

   « L’existence d’un type primitif que l’esprit humain se plaît à constituer dans sa pensée commc le chef-d’œuvre et le résumé de la création est un fait si conforme à nos croyances, que l’idée d'une dégénérescence de notre nature est inséparable de l'idée d’une déviation de ce type primitif qui renfermait en lui-même les éléments de la continuité de l’espèce » (Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, Paris, 1857, pp. 1-2).

713

   Cf. Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l'espèce humaine, Paris, 1857, pp. 50 et sq., le tableau de la lutte entre l’individu « et la nature factice que lui impose la condition sociale dans laquelle se passe son existence ».

714

   Causes physiques et morales des maux de nerfs (Gazette salutaire. 6 octobre 1768, n" 40).

715

   Buffon parle lui aussi de dégénération, au sens soit d’un affaiblissement général de la nature (loc. cit., pp. 120-121), soit d'individus qui dégénèrent de leur espèce (ibid., p. 311).

716

La biologie positiviste de stricte obédience est en effet préformation-niste, le positivisme imprégné d'évolutionnisme est d’apparition beaucoup plus tardive.

717

   Michea, article Démonomanie du Dictionnaire de Jaccoud, t. XI, p. 125.

718

   Pinel, Traité médico-philosophique. Introduction, p. xxn.

719

   Ibid., p. xxx.

720

   Esquirol, Des maladies mentales, t. II, p. 302.

721

Morel, loc. cit., p. 50.

722

Essai sur les maladies des gens du monde, pp. 11-12.

723

   La Rochefoucauld-Liancourt, Rapport au Comité de mendicité. Pro-cès-verbal de l'Assemblée nationale, t. XL1V, p. 85.

724

   Ibid., p. 38. Pourtant, la Gazette nationale, du 21 décembre 1789, n° 121, donne le chiffre de 4 094. Ces variations sont dues souvent au fait qu'on intègre ou non les employés, dont beaucoup sont en même temps des internés (à Bicêtre en 1789, 435 internés étaient employés à de menus offices, et portés comme tels sur les registres).

725

   Bonnafous Sérieux, loc. cit., p. 23.

726

   Tardif loc. cit., p. 26.

727

   Puisque ces quartiers sont ceux réservés aux femmes en enfance, aux faibles d’esprit, aux folles par intervalles et aux folles violentes.

728

   Gazette nationale, 21 décembre 1789, n° 121.

729

Règlement de l'hôpital des insensés de la ville d'Aix (Aix 1695). Art. XVII : « On y reçoit les fous natifs de la ville ou domiciliés depuis cinq ans. » Art. XVIII : « On n’y reçoit que les individus pouvant causer des désordres publics, s’ils ne sont enfermés. » Art. XXVII : « Les niais simples, innocents et imbéciles ne sont point admis. »

730

   Cf. Tenon, Papiers sur les hôpitaux, II, f“ 228-229.

731

   Cf. Liste complète en Appendice.

732

   Leconome de Bicêtre écrit à Joly de Fleury, le 1er avril 1746, à propos d’un imbécile : « Tant qu’il sera dans cet état, on ne peut espérer qu’il retrouve jamais l’esprit, au contraire une pareille misère (celle de Bicêtre) est plutôt capable de fortifier son imbécillité et de la rendre incurable ; aux Petites-Maisons, étant mieux logé, couché et nourri, il y aurait plus d’espérance » (B. N., coll. « Joly de Fleury », 1238, f" 60).

733

   Laehr, Gedenktage den Psychiatrie, p. 344.

734

   Laehr, loc. cit., p. 115.

735

   D. Tuke, Chapters on the history of the Insane. Appendice C., p. 514.

736

   Tenon, « Journal d’Observations sur les principaux hôpitaux et prisons d’Angleterre », Papiers sur les hôpitaux, III, f“ 11-16.

737

   Ibid.

738

   Une exception, pourtant ; mais elle indique d’elle-même son caractère expérimental. Le duc de Brunswick fait publier en 1749, une ordonnance dans laquelle il est dit ; « II y a des exemples qui montrent que par l’intervention de la médecine et par d’autres mesures utiles, on est arrivé à guérir des aliénés. » Un médecin devra donc visiter deux fois par semaine les fous qui se trouvent dans les hôpitaux de la ville et il recevra une gratification de 5 thalers pour chaque guérison. (Sérieux, loc. cit.).

739

Pendant une longue partie du xixc siècle, la psychiatrie asilaire a consisté essentiellement dans un travail de spécification. Cf. par exemple l'inépuisable analyse des monomanies.

740

   Par exemple, Matnurm Milan mis à Charenton le 31 août 1707 : « Sa folie a toujours été de se cacher à sa famille, de mener à Paris et à la campagne une vie obscure, d'avoir des procès ; de prêter à usure et à fonds perdu ; de promener son pauvre esprit sur des routes inconnues et de se croire capable des plus grands emplois » (B. N. Fonds Clairambault, 985, p. 403).

741

   Clairambault, 985, p. 349. Cf. aussi Pierre Dugnet : « Sa folie continue et tient plus de l’imbécillité que de la fureur » (ibid., p. 134) ; ou Michel Ambroise de Lantivy : « Il parait dans sa folie plus de dérangement et d’imbécillité que d’entêtement et de fureur » (Clairambault, 986, p. 104).

742

   Notes de R. d’Argenson, p. 93. Cf. également : « Le nommé l’Amou-reux est une espèce de furieux capable de tuer ses parents et de se venger au prix de sa vie. Il a été de toutes les rébellions qui se sont faites à l’hôpital, et il avait grande part à celle où le brigadier des archers des pauvres a été tué malheureusement » (ibid., p. 66).

743

Tenon, « Projet du rapport sur les hôpitaux civils », Papiers sur les hôpitaux, II, f° 228.

744

   B. N. Joly de Fleury, ms. 1301, 310.

745

   B. N. Clairambault, ms. 985. p. 128.

746

   Ibid., p. 384.

747

   Ibid., p. 1.

748

   Ibid., pp. 38-39.

749

   Ibid., p. 129.

750

   Ibid., pp. 377 et 406.

751

   Ibid., p. 347. Encore faut-il noter qu’on ne trouve ces remarques que sur les registres de Charenton, maison tenue par les frères Saint-Jean de Dieu, c'est-à-dire par un ordre hospitalier qui prétendait exercer la médecine.

752

   Il va de soi qu’il ne s'agit pas de s'inscrire dans le débat entre les hagiographes de Pinel — comme Sémelaigne — et ceux qui tentent de réduire son originalité en prêtant à l’internement classique tous les propos humanitaires du xixc siècle, comme Sérieux et Libert. Ce n’est pas pour nous un problème d'influence individuelle, mais de structure historique — structure de l’expérience qu'une culture peut faire à la folie. La polémique entre Sémelaigne et Sérieux est affaire politique, familiale aussi. Sémelaigne, allié aux descendants de Pinel, est un radical. Dans toute cette discussion, aucune trace de concept.

753

   Esquirol, Des maladies mentales, II, p. 138.

754

   S. Tuke, Description of the Retreat, York, 1813 ; D. H. Tuke, Chapters on History of the Insane, Londres, 1882.

755

   Cité par Esquirol, loc. cit., pp. 134-135.

756

   Cité par Esquirol, ibid., p. 135.

757

   Mirabeau, Des lettres de cachet, chap. XI, Œuvres, éd. Merilhou, I, p. 269.

758

   Arsenal, ms. 11168. Cf. Ravaisson, Archives de la Bastille, t. XIV p. 275.

759

   Kirchhoff, loc. cit., pp. 110-111.

760

   Bourges de Longchamp, Arsenal, ms. 11496.

761

   Cité in Bonnafous-Sérieux, loc. cit., p. 221.

762

   La Rochefoucauld-Liancourt, Rapport au Comité de mendicité, loc. cit., p. 47.

763

   Mirabeau, loc. cit., p. 264.

764

Mirabeau, L'Ami des hommes, éd. de 1758, t. II, p. 414 sq.

765

Ibid., p. 264.

766

Histoire de France, édition de 1899, pp. 293-294. Les faits sont inexacts. Mirabeau a été interné à Vincennes du 8 juin 1777 au 13 décembre 1780. Sade y est demeuré du 15 février 1777 au 29 février 1784, avec une interruption de trente-neuf jours en 1778 II n’a d'ailleurs quitté Vincennes que pour la Bastille.

767

   Celles surtout commises par les compagnies spéciales chargées de recruter les colons, « les bandouliers du Mississippi ». Cf. description détaillée, in Levasseur, Recherches historiques sur le système de Law, Paris, 1854.

768

   « On cherchait alors des jeunes gens qui fussent disposés à se joindre volontairement à la colonie » (Manon Lescaut, coll. « Cri de la France », p. 175).

769

   Le contrôleur général Laverdy ordonne le partage des communaux par la Déclaration royale du 5 juillet 1770. (Cf. Sagnac, La Formation de la société française moderne, pp. 256 sq.). Le phénomène fut plus sensible en Angleterre qu'en France ; les Landlords obtiennent facilement le droit d’enclosure, alors qu’en France les Intendants s'y sont souvent opposés.

770

   Cf. Labrousse, La Crise de l’économie française à la fin de l'Ancien Régime, Paris, 1944.

771

   Arnould donne les chiffres suivants pour le volume des échanges avec l’extérieur : pour la période 1740-1748, 430, 1 million de livres ; pour la période 1749-1755, 616, 7 ; l'exportation à elle seule a augmenté de 103 millions de livres (De la balance du commerce et des relations commerciales extérieures de la France, Paris, an III, 2e éd.).

772

   Argenson, Journal et Mémoires, t. VI, p. 228, 19 juillet 1750.

773

   Ibid., p. 80, 30 novembre 1749.

774

   Ibid., pp. 202-203, 26 mai 1750.

775

   Ibid., p. 228, 19 juillet 1750.

776

   Le total des exportations pour la période 1749-1755 avait été de 341 2 millions de livres ; pour la période 1756-1763, il est de 148, 9 millions. Cf. Arnould, loc. cit.

777

   Ibid.

778

   Le total des exportations pour l’année 1748 avait été de 11 142 202 livres ; en 1760, 14 693 270. Cf. Nicholls, English PoorLaws,

II, p. 54.

779

   Art. Ier du Titre du Règlement de Dépôt de Lyon, 1783, cité in Lallemand, IV, p. 278.

780

   Mercier, Tableau de Paris, éd. de 1783, t. IX, p. 120.

781

   Cf. Sérieux, « Le quartier d’aliénés du dépôt de Soissons » (Bulletin de la Société historique de Soissons, 1934, t. V, p. 127). « Le dépôt de Soissons est sûrement un des plus beaux établissements et des mieux dirigés qu'il y ait en France » (Récalde, Traité sur les abus qui subsistent dans les hôpitaux du Royaume, p. 110).

782

   Connu sous le nom de Gilbert's Act.

783

Brissot de Warville, Théorie des lois criminelles (1781), t. I, p. 79.

784

L. Encyclopédie, art. « Hôpital ».

785

Ibid. Récalde, Préface, p. n, ni.

786

Mirabeau, L'Ami des hommes, éd. de 1758, t. I, p. 22.

787

   Turgot, « Éloge de Goumay », Œuvres, éd. Schelle, 1.1, p. 607.

788

   Cf. Turgot, « Lettre à David Hume », 25 mars 1767, Œuvres, éd. Schelle, t. Il, pp. 658-665.

789

   Tucker, Questions importantes sur le commerce. Traduit par Turgot, Œuvres, éd. Schelle, t. I, pp. 442-470.

790

   Turgot, art. « Fondation », de Y Encyclopédie. Œuvres, éd. Schelle, I, pp. 584-593.

791

   Cf. Turgot, « Lettre à Trudaine sur le Limousin », Œuvres, éd. Schelle

II, pp. 478-495.

792

   Cf. Turgot, « Lettre à Trudaine sur le Limousin », Œuvres, éd. Schelle,

II, pp. 478-495.

793

   Art. « Fondation » de l’Encyclopédie.

794

Cf. quelques textes, comme Savarin, Le Cri de l'humanité aux Étais généraux (Paris, 1789) ; Marcjllac, Hôpitaux remplacés par des sociétés physiques (S.L.N.D.) ; Coqueau, Essai sur 1‘Établissement des hôpitaux dans les grandes villes, Paris 1787 ; Récalde, Traité sur les abus qui subsistent dans les hôpitaux, Paris, 1786. Et de nombreux écrits anonymes : Précis des vues générales en faveur de ceux qui n’ont rien, Lons-le-Saulniei, 1789, suivi d'Un moyen d’extirper la mendicité, Paris, 1789 ; Plaidoyer pour l’héritage du pauvre, Paris, 1790.

En 1777, l'Académie de Châlons-sur-Marne avait proposé comme sujet de prix d’examiner « les causes de la mendicité et les moyens de l'extirper ». Plus de 100 mémoires lui furent envoyés. Elle en publia un résumé où les moyens de supprimer ou de prévenir la mendicité sont indiqués de la manière suivante : renvoyer les mendiants dans leur communauté où ils devront travailler ; supprimer l’aumône publique ; diminuer le nombre des hôpitaux ; réformer ceux qui seront conservés ; établir des Monts de Piété ; fonder des ateliers, réduire le nombre des fêtes ; ouvrir des Maisons de force « pour ceux qui troubleraient l’harmonie de la société ». (Cf. Brissot de Warville, Théorie des lois criminelles, I, p. 261, note 123).

795

   Coqueau, loc. cit., pp. 23-24.

796

   Ibid., p. 7.

797

   Ibid.

798

Ibid.

799

   Desmonceaux, De la bienfaisance nationale, Paris, 1789, pp. 7-8.

800

   Récalde demande la création d'un comité « pour la réformation générale des hôpitaux » ; puis « une commission permanente, revêtue de l’autorité du Roi occupée sans cesse à maintenir l’ordre et l’équité dans l’emploi des deniers consacrés aux Pauvres » (loc. cit., p. 129). Cf. Claude Chevalier, Description des avantages d'une maison de santé (1762). Dulaurent, Essai sur les établissements nécessaires et les moins dispendieux pour rendre le service dans les hôpitaux vraiment utile à l’humanité, 1787.

801

Dupont de Nemours, Idées sur tes secours à donner aux pauvres malades dans une grande ville, 1786, pp. 10-11.

802

   Ibid.

803

   Ibid., p. 113.

804

   À la demande de Turgot, Brienne fait une enquête sur l’assistance dans la région de Toulouse. Il en rédige les conclusions en 1775, et les lit à Montigny. Il recommande les secours à domicile, mais aussi la création d’hospices pour certaines catégories comme les fous (B. N. Fonds français 8129, F » 244-287).

805

   Nicholls, The English Poor Laws, II, pp. 115-116.

806

   F. Eden, State of the Poor, I, p. 373.

807

   La Rochefoucauld-Liancourt (Procès-verbal de l’Assemblée nationale, t. XLIV), pp. 94-95.

808

Circulaire aux intendants (mars 1784) ; citée in Funck Brentano, Les Lettres de cachet à Paris, p. xui

809

   Le duc de Liancourt, le curé de Sergy, le curé de Cretot, députés ; Montlinot et Thouret, « agrégés externes au travail du Comité » ; cf. Rapport au Comité de mendicité, loc. cit., p. 4.

810

   Loc. cit., p. 47.

811

   Rapport au Comité de mendicité, p. 78. Résumant ses travaux à la fin de la Constituante, le Comité demande la création « de deux hôpitaux destinés à la guérison de la folie » (cf. Tuetey, L’Assistance publique à Paris pendant la Révolution, 1.1, Introduction, p. xvl.

812

   Cf. Moniteur du 3 avril 1790.

813

   Nombreuses discussions pour savoir que faire des fous dans les hôpitaux. Par exemple à l’hospice de Toulouse, le ministre de la Police refuse pour des raisons de sécurité une libération que le ministre de l'intérieur accorde à cause de la misère de l'hôpital et des « soins très coûteux et pénibles à donner » (Archives nationales F 15, 339).

814

   Titre XI, art. 3.

815

   Ces dispositions se sont encore retrouvées dans le Code pénal. Portalis r‘ réfère dans une circulaire du 30 fructidor, an XII, 17 septembre 1804.

816

   Cf. Pignot, Les Origines de l'hôpital du Midi, pp. 92-93.

817

   Rapport du commissaire du gouvernement Antoine Nodier, auprès des Tribunaux, 4 germinal, an VIII. Cité in Léonce Pingaud, Jean de Bry, Paris, 1909, p. 194.

818

   D’après les Mémoires du Père Richard, on aurait amené un jour à Bicêtre, 400 prisonniers politiques (f“ 49-50).

819

   Pinel qui avait pris ses fonctions à Bicêtre le 11 septembre 1793, avait été nommé à la Salpêtrière le 13 mai 1795 (24 floréal, an III).

820

   Lettre de Létourneau, économe de la Maison des Pauvres de Bicêtre aux citoyens Osmond et Grand Pré. Cité in Tuetey, L’Assistance publique à Paris pendant la Révolution, t. III, pp. 360-362.

821

   Musquinet de La Pacne, Bicêtre réformé, ou l'établissement d'une maison de discipline, Paris, 1790, pp. 10-11.

822

   Ibid., p. 26

823

   Ibid.. p. 27.

824

   Ibid., p. 11.

825

Il ne faut pas oublier que Musquinet avait été interné à Bicêtre sous l’Ancien Régime, qu’il fut condamné et à nouveau enfermé sous la Révolution, — considéré tantôt comme fou, tantôt comme criminel.

826

Journal de médecine, août 1785, pp. 529-583.

827

Cf. Sérieux et Libert, « L'Assistance et le Traitement des maladies mentales au temps de Louis XVI », Chronique médicale, 15 juillet-ler août 1914.

828

   Tenon, Mémoires sur les hôpitaux de Paris, Paris, 1788, 4e Mémoire p. 212.

829

   Tenon, Projet de rapport au nom du comité des secours, ms. B. N., f° 232.

830

Ibid. Cf. dans le même sens les Mémoires sur les hôpitaux, 4e Mémoire, p. 216.

831

Ibid.

832

1791 : Rapport adressé au département de Paris par l'un de ses membres sur l’état des folles à la Salpêtrière, et adoption d'un projet de règlement sur l’admission des fous. Ce texte est cité in extenso, sans nom d'auteur, par Tuetey, L'Assistance publique à Paris pendant la Révolution. Documents inédits, t. III, pp. 489-506. Il est en grande partie repris dans les Vues sur les secours publics, 1798.

833

Tenon prisait fort ces sortes de gilets dont il avait vu un exemple à Saint-Luke : « s’il est à craindre que le fou ne se blesse ou qu’il nuise à autrui, on retient ses bras à l’aide de longues manches liées entre elles derrière le dos », Projet de rapport au nom du comité des secours, f“ 232.

834

Cabanis, Rapport adressé au Département de Paris par l'un de ses membres sur l’état des folles détenues à la Salpêtrière (cité par Tuetey t. III, pp. 492-493).

835

   Des Essarts, Dictionnaire de police, Paris, 1786, t. VIII p. 526.

836

   Les décrets du 21 mai-7 juin 1790 remplacent les 70 districts par 48 sections.

837

   Cité in Joly, Les Lettres de cachet dans la généralité de Caen au xvii/e siècle, Paris, 1864, p. 18, note 1.

838

   Le texte de Bertin, cité plus haut, précise, à propos des précautions à prendre : « Le tout, indépendamment de la vérification exacte de leur exposé. »

839

   Cf. le compte rendu du ministre de la Justice à ia Législative (Archives parlementaires. Suppl. à la séance du 20 mai 1792, t. XLIII, p. 613). Du 11 décembre 1790 au 1" mai 1792, le tribunal de Saint-Ger-main-en-Laye n'a homologué que 45 jugements de famille.

840

   Cf. supra, Ire partie, chap. iv.

841

   Cf. supra, Ire partie, chap. v.

842

   Ibid., pp. 49-50.

843

   Ibid., p. 114.

844

   Brissot de Warville, Théorie des lois criminelles, t. I, p. 50.

845

   Le 30 août 1791, on condamne une femme pour un crime sexuel « à être conduite par l’exécuteur de la haute justice, dans tous les lieux et carrefours accoutumés et notamment sur la place du Palais-Royal, montée sur un âne, la face tournée vers la queue, un chapeau de paille sur la tête avec un écriteau devant et derrière portant ces mots : "Femme corruptrice de la jeunesse”, battue et fustigée, nue, de verges, flétrie d’un fer chaud, en forme de fleur de lys » (Gazette des tribunaux, I, n° 18, p. 284. Cf. ibid., II, n° 36, p. 145).

846

B. N. coll. « Joly de Fleury », 1246, f“ 132-166.

847

   Bellart, Œuvres, Paris, 1828, t. I, p. 103.

848

   Ibid.

849

Ibid., pp. 76-77.

850

Ibid., p. 97,

851

Ibid., p. 103.

852

   Ibid., p. 90.

853

   Ibid., pp. 90-91.

854

Scipion Pinel, Traité complet du régime sanitaire des aliénés, Paris, 1836, p. 56.

855

   Voltaire, Lettres philosophiques, éd. Droz, I, p. 17.

856

   33. George III, cap. V, « For the encouragement and Relief of Friendly societies ».

857

   35. George III, cap. 101. Sur cette suppression du Settlement Act, cf. Nicholls, loc. cit., pp. 112-113.

858

   Sewel, The history of the rise, increases and progress of Christian People, 3e éd., p. 28.

859

   Ibid., p. 233.

860

   Voltaire, loc. cit., p. 16.

861

   De même les mystiques protestants de la fin du xvif siècle et les derniers jansénistes.

862

Samuel Tuke, Description of the Retreat, an Institution near York for insane persons, York, 1813, pp. 22-23.

863

   Cité in Tuetey, loc. cit., III, p. 369.

864

   C’est dans la pension Vernet, rue Servandoni, que Pinet et Boyer avaient trouvé un refuge pour Condorcet, lorsqu’il avait été décrété d’arrestation le 8 juillet 1793.

865

   Dupuytren, Notice sur Philippe Pinel. Extrait du Journal des Débats du 7 novembre 1826, p. 8. Il est probable que Dupuytren fait allusion à l’abbé Fournier, qui s’était élevé en chaire contre l’exécution de Louis XVI, et qui, après avoir été interné à Bicêtre comme « attaqué de démence » devint chapelain de Napoléon, puis évêque de Montpellier.

866

   Cf. par exemple l’arrêté du Comité de Sûreté générale ordonnant le transfèrement à Bicêtre d’un aliéné que l'on ne peut conserver au grand hospice d'humanité (Tuetey, loc. cit., III, pp. 427-428).

867

   Lettre de Piersin à la Commission des Administrations civiles du 19 frimaire, an III (Tuetey, loc. cit., III, p. 172).

868

   Selon Piersin, il y avait à Bicêtre 207 fous, à la date du 10 frimaire, an III (Tuetf.y, loc. cit., p. 370).

869

   Pinel avait été rédacteur de la Gazette de Santé avant la Révolution. Il y avait écrit plusieurs articles concernant les maladies de l’esprit, en particulier en 1787 : « Les accès de mélancolie ne sont-ils pas toujours plus fréquents et plus à craindre durant les premiers mois de l’hiver ? » ; en 1789 : « Observations sur le régime moral qui est le plus propre à rétablir dans certains cas la raison égarée des maniaques. » Dans La Médecine éclairée par les Sciences physiques, il avait publié un article « sur une espèce particulière de mélancolie qui conduit au suicide » (1791).

870

   Gazette nationale, 12 décembre 1789.

871

Cité in Sémelaigne, Philippe Pinel et son œuvre, pp. Î08-109.

872

   Ibid., pp. 93-95.

873

   Ibid., pp. 129-130.

874

Ibid., p. 137. note.

875

   Ibid.

876

   Depuis le xvne siècle, les Quakers ont souvent pratiqué le système des sociétés par actions. Chacun de ceux qui avaient souscrit pour la Retraite une somme d’au moins 20 livres recevait un intérêt annuel de 5 %. D’autre part, la Retraite semble avoir été une excellente entreprise commerciale. Voici les bénéfices réalisés pendant les premières années : juin 1798 : 268 livres ; 1799 :245 ; 1800 :800 ; 1801 : 145 ; 1802 :45 ; 1803 :258 ; 1804 : 449 ; 1805 : 521 (cf. S. Tuke, op. cit., pp. 72-75).

877

   Ibid., p. 178.

878

En effet seul un membre de la Commune pouvait être désigné pour inspecter un hôpital. Or Couthon n'a jamais fait partie de cette assemblée (cf. Émile Richard, Histoire de l'Hôpital de Bicêtre, Paris, 1889, p. 113, note).

879

Scipion Pinel, Traité complet du régime sanitaire des aliénés, Paris. 1836, pp. 56-63.

880

Hegel, Encyclopédie des Sciences philosophiques, § 408, note.

881

Samuel Tuke, loc. cit., p. 50.

882

   Ibid., p. 23.

883

   Ibid., p. 121.

884

   Ibid., p. 23.

885

   Ibid., p. 178.

886

   Bien des contraintes physiques étaient encore employées à la Retraite. Pour forcer les malades à manger, Tuke recommande l’usage d'une simple clef de porte qu'on introduit de force entre les mâchoires et qu’on fait tourner à volonté. Il note que par ce moyen on court moins souvent le risque de casser les dents des malades (S. Tuke, op. cit., p. 170).

887

Delarive, loc. cit. p. 30.

888

Traité médico-philosophique, p 265.

889

   Pinel, op. cit. L’ensemble des statistiques établies par Pinel se trouve aux pages 427-437.

890

   Ibid., p. 268.

891

   Ibid., pp. 116-117.

892

   Ibid., pp. 270-271.

893

   Ibid., p. 141.

894

   Ibid., p. 417.

895

   Ibid., pp. 122-123.

896

   Ibid., p. 237.

897

   Ibid., pp. 29-30.

898

Pinel a toujours donné le privilège à l’ordre de la législation sur le progrès de la connaissance. Dans une lettre à son frère du 1er janvier 1779 : « Si on jette un coup d’œil sur les législations qui ont fleuri sur le globe, on verra que, dans l’institution de la société, chacune a précédé la lumière des sciences et des arts qui suppose un peuple policé et amené par les circonstances et le cours des âges à cette autorité qui fait éclore le germe des lettres... On ne dira pas que les Anglais doivent leur législation à l’état florissant des sciences et des arts, qu'elle a précédé de plusieurs siècles. Quand ces fiers insulaires se sont distingués par leur génie et leur talent, leur législation était ce qu'elle pouvait être » (in Sémelaigne, Alié-nistes et philanthropes, pp. 19-20).

899

Cité in Sémelaigne, Aliénistes et philanthropes. Appendice, p. 502.

900

   Philippe Pinel, loc. cit., p. 256.

901

   Cf. IIe partie, chap. V.

902

   Pinel, Traité médico-philosophique, pp. 207-208.

903

   Cf. supra, IIe partie, chap. iv.

904

   Ibid. p. 205.

905

Ibid., p. 206.

906

2. Ibid., p. 291, note 1.

907

   « L’admission des fous ou des insensés dans les établissements qui leur sont ou leur seront destinés dans toute l’étendue du département de Paris se fera sur un rapport de médecin et de chirurgien légalement reconnus. » (Projet de Règlement sur l’admission des insensés, adopté par le département de Paris, cité in Tuetey, III, p. 500.)

908

   Langermann et Kant, dans le même esprit, préféraient que le rôle essentiel fût tenu par un « philosophe ». Ce n’est pas en opposition, au contraire, avec ce que pensaient Tuke et Pinel.

909

   Cf. ce que Pinel dit de Pussin et de sa femme, dont il fait ses adjoints à la Salpêtrière (Sémelaigne, Aliénistes et philanthropes, Appendice, p. 502).

910

   Pinel, loc. cit., pp. 292-293.

911

   S. Tuke, loc. cit., pp. 110-111.

912

   Ibid., p. 115.

913

Haslam, Observations on insanity with practical remarks on this disease, Londres, 1798, cité par Pinel, loc. cit., pp. 253-254.

914

Ces structures persistent toujours dans la psychiatrie non psychanalytique, et par bien des côtés encore dans la psychanalyse elle-même.

915

   Boissier de Sauvages, Nosologie méthodique, VII, p. 4.

916

   Ibid.

917

Abelly, Vie de saint Vincent de Paul, Paris, 1813. II, chap. xin.

918

   Troxler, Blicke in Wesen des Menschen, cité in Béguin, L'âme romantique et le rêve, Paris, 1939, p. 93.

919

   Hôlderlin. Hyperion (cité ibid., p. 162).

920

   Nerval, Aurélia, Paris, 1927, p. 25.

921

   Hoffmann, Cité par Béguin, toc. cit., p. 297.

922

   Pinel, cité sans référence in Sémelaigne : Ph. Pinel et son œuvre, p. 10*.

923

   Matthey, loc. cit., p. 67.

924

   Spurzheim, Observations sur la folie, pp. 141-142.

925

   Hegel, loc. cit., § 408 Zusatz.

926

   Ibid.

927

   Leuret, Du traitement moral de la folie, Paris, 1840.

928

   Pinel, Traité médico-philosophique, p. 214.

929

En face de la paralysie générale, l’hystérie est la « mauvaise folie » : pas de faute repérable, pas d'assignation organique, pas de communication possible. La dualité paralysie générale-hystérie marque les extrêmes du domaine de l’expérience psychiatrique au xxc siècle, le perpétuel objet d’une double et constante préoccupation. On pourrait, on devra montrer que les explications de l'hystérie ont été, jusqu'à Freud exclu, empruntées au modèle de la paralysie générale, mais à ce modèle épuré, psychologisé, rendu transparent.

930

   Pinel, Traité médico-philosophique, p. 156.

931

   Esquirol, Des maladies mentales, II, p. 335.

932

   En 1893 encore, la Medico-psychological Association consacrera son XXXVe Congrès annuel aux problèmes de la « Moral Insanity ».

933

   U. Trélat, La Folie lucide, Avant-propos, p. x.

934

   Cf. supra, IIe partie, chap. iv.

935

   Plusieurs de ces affaires ont suscité une immense littérature médicale et juridique : Léger qui avait dévoré le cœur d’une jeune fille ; Papa-voine qui avait égorgé en présence de leur mère deux enfants qu’il voyait pour la première fois de sa vie ; Henriette Cornier coupant la tête d’un enfant qui lui est tout à fait étranger. En Angleterre, l’affaire Bowler ; en Allemagne, l’affaire Sievert

936

   Cf. Élias Régnault, Du degré de compétence des médecins, 1828, Fodéré, Essai médico-légal, 1832 ; Marc, De la folie, 1840 ; cf. également Chauveau et Hélie, Théorie du code pénal. Et toute une série de communications de Voisin à l'Académie de médecine (Sur le sentiment du juste, en 1842 ; Sur la peine de mort, en 1848).

937

   Esquirol, De la monomanie homicide, in Des maladies mentales, chap. il

938

   Ce qui faisait dire à Élias Régnault : « Dans la monomanie homicide, ce n'est que la volonté de tuer qui l'emporte sur la volonté d’obéir aux lois » (p. 39). Un magistrat disait à Marc : « Si la monomanie est une maladie, il faut, lorsqu'elle porte à des crimes capitaux, la conduire en place de Grève » (loc. cit., I, p. 226).

939

   Dupin, qui avait compris l'urgence et le danger du problème, disait de la monomanie qu'elle pourrait être « trop commode tantôt pour arracher les coupables à la sévérité des lois, tantôt pour priver le citoyen de sa liberté. Quand on ne pourrait pas dire : il est coupable, on dirait : il est fou ; et l’on verrait Charenton remplacer la Bastille » (cité in Sémelaigne, Alié-nistes et philanthropes. Appendice, p. 455).

940

La manie, une des formes pathologiques les plus solides au xviik siècle, perd beaucoup de son importance. Pinel comptait encore plus de 60 % de femmes maniaques à la Salpêtrière entre 1801 et 1805 (624 sur 10 002) ; Esquirol à Charenton de 1815 à 1826 compte 545 maniaques sur

1 557 entrées (35 %) ; Calmeil, dans le même hôpital, entre 1856 et 1866, n'en reconnaît plus que 25 % (624 sur 2 524 admissions) ; à la même époque, à la Salpêtrière et à Bicêtre, Marcé en diagnostique 779 sur 5 481 (14 %) ; et un peu plus tard Achille Foville fils, 7 % seulement à Charenton.

941

Cent vingt journées de Sodome (cité par Blanchot, Lautréamont et Sade, Paris, 1949, p. 235)

942

   L’infamie doit pouvoir aller jusqu’à « démembrer la nature et disloquer l'univers » (Cent vingt journées, Paris, 1935), t. Il, p. 369.

943

   Cette cohésion imposée aux socii consiste en effet à ne pas admettre entre eux la validité du droit de mort, qu’ils peuvent exercer sur les autres, mais à se reconnaître entre eux un droit absolu de libre disposition ; cha cun doit pouvoir appartenir à l'autre

944

Cf. l’épisode du volcan à la fin de Juliette, éd. J.-J. Pauvert, Sceaux, 1954, t. VI, pp. 31-33.

945

« On eût dit que la nature ennuyée de ses propres ouvrages fût prête a confondre tous les éléments pour les contraindre à des tormes nouvelles » (ibid., p. 270).