L’établissement des amitiés

Au cours de l’adolescence, les premières amitiés de l’enfant se transforment. La force des pulsions et des sentiments, si caractéristique de cette étape de la vie, provoque entre jeunes gens, particulièrement entre ceux du même sexe, des amitiés très intenses. Des tendances et des sentiments homosexuels inconscients sont à la base de ces relations et conduisent très souvent à des activités homosexuelles réelles. Ces rapports constituent en partie une échappatoire devant l’attirance pour l’autre sexe dont souvent, à cet âge, pour différentes raisons internes et externes, il est trop difficile de s’accommoder. En ce qui concerne les raisons internes, dans le cas du garçon, ses désirs et ses fantasmes ont encore un rapport étroit avec sa mère et ses sœurs et le combat pour se détourner d’elles et trouver de nouveaux objets d’amour est à son point culminant. Et les pulsions vers l’autre sexe, à la fois chez les garçons et les filles de cet âge, sont souvent ressenties comme pleines de tant de dangers que l’attirance vers les personnes du même sexe tend à s’intensifier. L’amour, l’admiration, l’adulation, qui peuvent entrer dans ces amitiés, sont aussi, ainsi que je l’ai dit auparavant, une garantie contre la haine. C’est pour ces diverses raisons que les jeunes gens se raccrochent d’autant plus à ces relations. À cette étape du développement, les tendances homosexuelles accrues, qu’elles soient conscientes ou inconscientes, jouent aussi un grand rôle dans le sentiment d’adulation porté aux professeurs du même sexe. Durant l’adolescence, ainsi que nous le savons, les amitiés sont très souvent instables. Une raison à cela est la puissance des émotions sexuelles (conscientes et inconscientes) qui s’y incorporent et qui les perturbent. L’adolescent n’est pas encore tout à fait émancipé des liens affectifs puissants de son enfance et il est encore – plus qu’il ne le croit – agité par eux.