Partie 4. Dérivés

Nous sortons à peine des sentiers de l’incestuel. Nous nous demandons : et ensuite ?

Deux sortes de dérivés nous attendent, dont les uns sont psychopathologiques, et les autres, au contraire, thérapeutiques. La double question qui va se poser à nous sera en effet de savoir :

— jusqu’où, dans l’individu et dans la famille, peut aller l’altération de la vie psychique par l’incestualité ;

— dans quelle mesure et en vertu de quelles techniques nous pouvons, chez les mêmes, desserrer l’étau de l’incestuel.

Sans doute aurons-nous plus à dire en réponse à la première question qu’à la seconde.

Bien difficile, en effet, de trouver, ainsi que faisait Freud et ainsi que je continue de le faire dans mes explorations cliniques, un « bon côté » à l’incestualité. Quels ressorts sains sont-ils cachés derrière les déboires, je n’en sais malheureusement rien. Mais les contrastes, nous les connaissons.