Sur l’édition française

Le présent travail de traduction – inauguré voici quinze ans par Paul Duquenne – s’est constamment appuyé sur la lecture raisonnée de la thèse de Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, Paris, Lefrançois, 1932 (rééd. Seuil, 1975) ; de son article : D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose, paru dans la Psychanalyse, volume 4, puis repris dans les Écrits, enfin et surtout de son séminaire de 1955-1956 : Les psychoses (inédit).