Index

Agression, agressivité :

—    et attaques contre des paroles, 114 ;

—    et libido, 8, 14 ; — et pulsion de mort, 30 ; — exprimée et assumée, 39-40 ; reconnaissance de 1’— par la réparation, 119 ; réévaluation par Klein de 1’—, 14.

Alimentation :

difficultés d’—, 18-19, 52-

Ambition Immodérée :

—    chez un patient envieux, 53-54.

Ambivalence :

—    aiguë, pendant la situation œdipienne initiale, 128-129 ; — et dépression, 98 ; — et l’objet aimé dans la position dépressive, 83-84 ; — prédominante dans la position dépressive, 3.

Amour :

—    chez le nourrisson, 21-31 ; — dans la position dépressive, 83-84 ; — et envie dans le développement normal, 62 ; — et intenses sentiments d’envie, 50 ; —, haine et réparation, 109.

Analyste :

—    appauvrie et épuisée, 86.

—    attaquée en tant que :

—    mère dans la situation œdipienne, ni ; — père victorieux et puissant, 51.

—    clivée en image idéale et image sans valeur, 24-25 ; — combinant puissance masculine et fécondité féminine, 128.

—    comme :

—    agent contrôlé par une toute-puissance, dans la réparation maniaque, 115 ; — enfant malade, dans une situation inversée, 92-93 ; — image maternelle enviée et attaquée, 51 ; — image parentale clivée, 38-39 ; — mère enceinte et évincée, 134-135 ;

—    mère frustrante, 99 ; — mère qui abandonne, 114 ; — objet idéal qui démunit, 71-72 ; — objet partiel (pénis magique), 116-117 ; — Père externe déprécié, 104 ; — père internalisé, 54 ; — père réparateur, 118-119 ; — personne totale, 119-120 ; — sein frustrant, détruit et vindicatif, 92 ; — sein idéal invulnérable, 73 ; — en tant que support de la projection, 140.

—    contenant :

—    des œufs    et des bébés,    34.

—, puis    identifiée avec    le

mauvais pénis introjecté, 35.

—    un animal dangereux, 35.

—    « dans le ruisseau », 55 ; — disputée,

en    tant qu’image    maternelle, 56 ;    —

dotée de    pouvoirs    magiques, 116 ;    —

et mari, représentant les parents dans la situation œdipienne, 125 ; — identifiée avec la mère enviée, 92 ; ouvrages écrits de 1’— représentant des bébés, 128 ; — secourable dans la réalité, 119-120 ; — « sur un piédestal »,

53-56 ; vacances de 1’— représentant rapports parentaux et grossesse, 114.

Angoisse :

—    conduisant à la régression, 129 ;

—    de castration, 131 ;

—    de persécution :

aspects positifs de 1’—, 42-43 ;

—    dans la position paranoïde-schizoïde, 42 ; — par crainte de désintégration, 31 ; — produite par identification projective, 36.

—    dépressive :

—    conduisant à l’enrichissement et à la créativité, 95-96 ; — contribuant à la croissance du moi, 97 ; défense contre 1’—, 93 ; — dissipée par des fantasmes et actions réparatrices, 109 ; — entre destruction et réparation, 87 ; — et culpabilité, 89 ; — résultant de la toute-puissance des mécanismes de l’introjection orale, 84.


—    paranoïde, dans la position paranoïde-schizoïde, 3.

Antisémitisme Inconscient, ni.

Autoreproche et surmol dans la position dépressive, 89.

Avidité :

—    amalgamée à l’envie, 48 ; — distinguée de l’envie, 47-48 ; — et envie interférant avec la cure, 50.

Bion (Dr W. R.) :

—    et identification projective pathologique, 66 sq. ; —, importance de sa contribution, 1.

Clivage :

aspects positifs du —, 42-43 ; — comme base du refoulement, 42 ; — dans la position dépressive, 98 ; — dans le développement pathologique paranoïde-schizoïde, 66-67 ; — dans le développement pathologique, 144 ; —, déni et idéalisation dans des rêves, 23-24 ; — des parents comme rivaux aimés et détestés, 126 ; diminution du — et réalité psychique, 119 ; — et idéalisation chez une patiente schizophrène, 76 ; — et identification projective, 32 ; — et identification projective illustrée par un rêve, 102-104 ; —■ lié à l’idéalisation et au déni magique tout-puissant, 32 ; processus du

—    dans la position paranoïde-schizoïde, 3 ; —, projection et introjection contribuant au développement initial, 81.

Complexe d’Œdipe (voir aussi Œdipien) :

—    abordé à l’intérieur du schéma de relations paranoïde-schizoïde et dépressive, 2 ; — chez des nourrissons schizoïdes, 69 ; — classique, 130-131 ; complication du — dans le fantasme des patients, 131 ; — dans l’analyse d’une enfant de 4 ans, 95 ; —, développement pathologique et envie, 49-50 ;

—    et position dépressive, 121 ; les débuts du —, 121 ; — positif et négatif, 131 ; premières racines du —, découvertes par Melanie Klein, 2.

Compulsion :

—    à la variété dans les rapports sexuels, 135.

Contrôle, triomphe et mépris :

description de cette triade, 99 s.

Crainte (voir aussi Angoisse) :

—    d’alimentation empoisonnée et inhibition alimentaire, 52 ; — de détruire l’objet d’amour, 84 ; — de l’anéantissement, dans la position paranoïde-schizoïde, 31 ; —s hypocondriaques, 32.

Créativité :

—    et pulsion de création, 15 ; — et sublimation, 90 s. ; — limitée par l’envie, 56-63.

Créatrices :

activités — fondées sur le désir et la capacité infantiles de restaurer, 109-110.

Culpabilité :

—    et angoisse, 14 ; — compromettant la réussite, 61-62 ; déni de la — et de la perte dans la réparation maniaque, 112-113 ; — mieux tolérée, 89 ; — non soulagée par la réparation maniaque, 113 ; prépondérance de la — dans la position dépressive, 3 ; triomphe comme défense contre la —, 99-100.

Défense (voir Mécanismes de —) : —s névrotiques, 3-4.

Déni :

—, clivage et idéalisation au début de la situation œdipienne, 126 ; —■ magique, tout-puissant, 32.

Dépressif, -ive (voir Angoisse, Désespoir, Position).

Dépression :

—    mobilisant le désir de réparation, 87.


Désespoir dépressif :

—    et ambivalence, 83 ; menace de — chez une patiente, 85.

Désintégration défensive du moi, 30, 36 :

accomplissement hallucinatoire du désir, 29 ; — comme jalon dans le développement, 43 ; contrôle maniaque et mépris, 127-128 ; déplacement, 88 ; — et fantasme, 21. identification :

—    avec l’objet méprisé, 128 ;

—    projective, 67    (voir aussi

Identification projective).

inhibition, 90 ; interprétation des mécanismes de défense, 23 ; introjection et projection, 32 ; mécanismes de défense névrotiques, 90 ; projection et renversement, 134 ; refoulement, 42,90.

Deuil :

—, créativité et sublimation, 90 ; déni du — en rêve, 104 ; — des bons objets, 84 s. ; reconnaissance des objets dans le —, 112.

Dévaluation produite par dégonflement, 62.

Eclatement du moi :

—    et destruction de l’appareil percep-tuel, 67.

Entourage :

amour et soins de 1’—, 109 ; effets de 1’— modifié par des facteurs internes, 47 ; importance de 1’—, 20.

Envie :

—    affectant les bonnes expériences, 47 ; — amalgamée avec l’avidité, 49 ; aspect nuisible de 1’— et pulsion de mort, 48.

attaques de Vcontre :

—    la relation parentale, 49-50,

52 ;

—    le corps de la mère, son sein et ses bébés, 49.

cercles vicieux créés par 1’—, 50 ;

—    chez une patiente légèrement troublée, 56 s.

—    comme :

—    base d’émulation et de rivalité, 62-63 J — source de culpabilité, 61.

—    conduisant au désespoir, 50 ; défenses contre 1’—, 54, 56 ; — de la mère, prédominant sur 1’— du pénis, 62 ; — de l’image maternelle, 52-53 ;

—    de plusieurs espèces, 47 ; — destructive des interprétations utiles, 51 ;

—    diminuée par la gratification et par l’introjection du sein, 62.

—    du sein :

—    de la mère, déplacée sur le pénis, 62 ; — idéal et invulnérable, 73.

—    empêchant la bonne introjection et inhibant la croissance, 50 ; — et ambition immodérée, 52-55 ; — et besoin de satisfactions constantes, 55 ;

—    et complexe œdipien dans le développement pathologique, 50 ; — et craintes d’aliments empoisonnés, 52 ;

—    et mégalomanie, 53 ; — et sein nourricier, 49 ; — et surmoi, 54-55 ;

—    et traitement interminable, 40 ;

—    et triomphe sur l’objet, 99 ; — excessive apparaissant très tôt, 62 ; — inconsciente apparaissant immédiatement chez une patiente schizophrène, 74-75 ; intégration de 1’— dans le développement normal, 62 ; interférence de 1’— avec l’introjection menant à diverses inhibitions, 51-52 ; jalousie et avidité différenciées de 1’—, 47-48 ;

—    limitant la créativité, 56-61 ; objets taris par 1’—, 48 ; sein idéal créé par 1’—, 55 ; — stimulée par de bonnes qualités, 62.

Expériences de perte et de récupération : leur répétition, 110.

Fantasme :

—    agressif et persécuteur, 19-20 ; aspects défensifs du —, 21 ; — chez le nourrisson affamé et furieux, 18 ; compréhension du terme « — », 17 ;

—    et corps de la mère, 9 ; — distinct de la réalité extérieure dans la position dépressive, 88 ; importance des —, 14) 15 ; — d’objets internes, 17 ;

—    du sein généreux, 18 ; — et séquence causale, 7 ; —, expression mentale des pulsions, 21 ; expression symbolique des — inconscients, 6 ;


—    et pénis du père, 9 ; formation de

—    comme fonction du moi, 19 ; — génital prématuré chez le nourrisson schizoïde, 69 ; — inconscient, ubi-quitaire et normal, 17-18 ; interaction entre — et réalités, 19-20 ; régression au — des parents unifiés, 126 ; relation du — avec les mécanismes de défense, 21 ; — et sein, 7 ; — et parents, 11.

Fécale :

agression —, 40, 118.

Féminine :

sexualité —, nouvelle conception de Klein, 14.

Femmes :

—    désirées en tant que possession du Père, 51.

Fille :

développement de la — au cours de la situation œdipienne initiale, 130. Freud (Sigmund) : buts pulsionnels et sublimation selon —, 90-91 ; but thérapeutique de —, 143 i complexe œdipien génital décrit par —, 136 ; concept d’accomplissement hallucinatoire du désir selon —, 18 ; concept de fantasme selon —, 17-18 ; envie du pénis selon —, 47 ; liens de l’œuvre de Melanie Klein avec celle de —, 2 ; rêve du « festin maniaque » selon —, 102.

Frustrations :

—    continuelles, 19 ; — et angoisse dans la situation œdipienne initiale, 129.

Garçon :

développement du — au cours de la situation œdipienne initiale, 129.

Génltal(e), -aux :

désirs — .•

— envers la mère, 130 ; — envers le père, J30-131.

jalousie — dans la situation œdipienne initiale, 129 ; organes —, masculins et féminins, et leur reconnaissance par le nourrisson, 127 ; rapport sexuel — restaurant le corps de la mère, 130 ; transition graduelle vers la position —,

129-130.

Gratification :

—    conduisant à la dimitution de l’envie, 61 ; double rôle de la — et de la frustration dans la vie du nourrisson, 31 ; — et frustration dans la position dépressive, 83 ; —s anales et urétrales fantasiées par le nourrisson, 121.

Haine :

—    dans le développement pathologique, 67-68 ; — et amour dans la position dépressive, 82.

Hébéphrénique : patiente adolescente —, 68.

Hétérosexuel :

choix d’objet — et homosexuel, 129-132.

Homosexuelles :

composantes — intégrées à la vie hétérosexuelle, 135 ; composantes primitives qui contribuent aux tendances —, 13 ; tendances — chez des filles,

130-

Hypocondrie aiguë :

—    chez une patiente d’âge moyen, 72. Hypocrisie inconsciente :

—    chez une petite patiente, 35. Idéalisation :

—    annonçant une bonne relation

d’objet, 43 ; — chez une patiente schizophrène, 75-76 ; — comme défense contre l’envie, 54 ; — comme mécanisme de défense, 32, 98 ; — dans la position dépressive, 98 s. ; — de l’analyste, 39-40 ;    — de l’objet

d’amour, 31 ; — des parents dans les débuts de la situation œdipienne, 126-

127 ; — et déni tout-puissant de


persécution, 32 ; — précaire, chez un patient schizoïde, 71.

Identification projective :

aspects positifs de 1’—, 43 ; buts multiples de 1’—, 33 ; — projective pathologique, 144.

—    comme défense contre :

—    l’angoisse dépressive, 92-93 ;

—    la séparation, 35.

—    dans la position dépressive, 97 s. ; distinction entre les formes normales et les formes pathologiques de 1’—, 66 s. ; retrait de 1’—, 120.

Inhibition :

—    dans le travail, chez une patiente légèrement troublée, 56 s. ; — de l’ambition, 57 ; — pour la nutrition, pendant les débuts de la situation œdipienne, 123 ; —, refoulement et déplacement dans la position dépressive, 90.

Institut de Psychanalyse de Londres, 1.

Intégration :

—    éliminée par la pulsion de mort, 30 ;

—    et sens de la réalité chez une patiente de quatre ans, 93-94 ; prépondérance de 1’—, dans la position dépressive, 2.

Interne :

fantasme comme défense contre la réalité —, 20 s. monde — :

— construit, 24-25 ; — d’une patiente schizophrène, 78 ; recréation du — à travers la réparation, 109-110 ; — ressenti comme mis en morceaux, dans la position dépressive, 83-84.

Interprétation :

—    dans l’analyse, 139 s. ; — de la projection, 140 s.

Introjection :

—    active, dans les débuts de la situation œdipienne, 121-122 ; — de l’objet total dans la position dépressive, 82-

83 ; — du père comme surmoi, 26-27 ;

envie interférant avec 1’—, 52 ; — et projection par crainte de l’écrasement, 31-32 ; rapport du fantasme à 1’—, 9.

Jalousie :

— distinguée de l’envie, 47-48 ; — envers les parents, et réparation, 118-119 ; — et envie des rapports sexuels produisant des bébés, 127-128 ; impact complet de la — génitale, 129.

Klein (Melanie) :

choix du terme « position » par —, 2 ’ chronologie des découvertes de —, 2-3 ; complexe œdipien selon —, 121-122 ; concept de fantasme chez —,17 ; cours sur l’œuvre de —, 1 ; définition de la position dépressive par —, 82-83 ; distinction entre envie, jalousie et avidité selon —, 47-48 ; époque reculée où, selon —, le nourrisson se rend compte des organes génitaux masculins et féminins, 126-127 > fantasme inconscient selon —, 17-18 ; névrose infantile selon —, 3-4 ; — nouvelle conception de la sexualité féminine,

12 s. ; organisation du moi selon

— comparée avec ce concept chez Freud, 29-30 ; — premières découvertes, 5 s. ; révolution de la théorie de —, 6 s. ; technique de —, 137 s. ; théorie de — influencée par la technique, 137-138 ; toute première envie selon —, 47.

Libidinaux :

buts — et agressifs oscillant dans les débuts de la situation œdipienne, 127-

128 ; source des buts —, 129-130.

Libido et objet idéal, 30-31.

Liens :

agressions contre les —, décrites par Bion, 68 s. ; — sexualisés entre des objets, 69.

Magique :

forme — de réparation maniaque, 116-117.

Maniaco-dépressive :

patiente — menacée de désespoir dépressif, 85 ; personnalité — et les défenses qu’elle emploie, 3.


Maniaque (s) :

défense — paralysée et identifiée avec le couple parental, 125-126. défenses — :

— contre la crainte de perte, 99 ; danger des —, 106 ; description de l’organisation des —, 97 s. ; — dirigées contre l’analyse, 98-99 ; — et réalité psychique, 98 ; — et situation dépressive sous-jacente, illustrées par un rêve, 102-103 ! mépris et ridi-culisation dans les —, 127-128 ; organisation des — dans la position dépressive, 97 s. ; partie positive dans le développement des —, 97-98-mécanismes — utilisés pour la réparation, 106. réparation — :

culpabilité et perte déniées dans la —, 112-113 ; description de la —, 111 s. ; mépris de l’objet dans la —, 113 ; — observée dans des institutions de charité, 113-114 ; transition de la — à la réparation véritable, 113-114. résidus de l’organisation —, m-112.

Masturbation :

—    au début de la situation œdipienne, 131.

Mécanismes de défense (voir Clivage, Déni, Idéalisation, Identification projective, Liens).

Mécanismes psychotiques (voir aussi Mécanismes de défense), 3-4.

—    cédant la place aux mécanismes névrotiques, 90.

Mère :

attaques de la — redoutées par la fillette, 131.

—    comme objet :

— dans la situation œdipienne,

130 ; — total, 82-83. corps de la — et ses bébés, attaqués par l’envie, 49 ; désirs génitaux et antérieurs par rapport à la —, 130,

131 ; destruction fantasiée de la —, 84 ; — en tant qu’objet interne, au début de la situation œdipienne, 130,

131 ; envie de la — antérieure à celle du pénis, 60-61 ; — et moi, tout au début, 30 ; image de la — et transfert, 56-57 j réapparition de la — après des absences, 109-110 ; — reconnue comme objet total dans la position dépressive, 2-3 ; restauration toute-puissante de la —, 110-112 ; rivalité avec la —, 56-57.

Moi :

capacité du — de maintenir l’amour pendant les conflits, 109-110 ; — dans la position dépressive, 2 ; défenses contre l’angoisse d’anéantissement du —,31 ; désintégration défensive du —, 30, 36 ; éclatement du —, 66-67 J enrichissement du — dans la position dépressive, 91 ; — et accomplissement hallucinatoire du désir, 29 ; — et assimilation du bon objet, 11 o ; — et envie, 49-50 ; — et fragmentation de l’objet en parties hostiles, 66 ; formation de fantasmes, fonction du —, 19-

initial :

description du —, 29 s. ; — et changement de perception dans la position dépressive, 81-82 ;

— et identification introjective et sa relation avec le surmoi,

26 ; — et relations d’objet primitives, 19. labilité du —, 30-31 ; le — et ses défenses contre l’angoisse dépressive, 97 s. ; manque d’élaboration de la position dépressive et le —, 95-96 ; maturation physiologique du —, 83 ; — pendant la transition de la position paranoïde-schizoïde vers la position dépressive, 43-44 ; — renforcé par l’assimilation de bons objets, 88-89.

Négatif, -ive :

complexe œdipien —, 131-132 ; réaction thérapeutique, — 50.

Névrotiques :

défenses — chez des personnalités paranoïdes-schizoïdes et maniaco-dépressives, 3-4 ; mécanismes —, 3-4.


« Nommer » ;

signification du fait de —, 119-120. Objet :

—    accepté comme indépendant, 120 ; agression primaire contre 1’— dans la position dépressive, 99.

bon — :

—    assimilé par le moi, 110 ; — externe dans la vie de l’adulte,

95 ; — interne comme noyau du moi, 84 ; possibilité de récupérer le — dans la position dépressive, 95-96.

—    externe :

intérêt du nourrisson pour 1’— et effets du fantasme sur lui, no.

—    idéal :

acquisition d’un — comme protection contre le mauvais objet,

31    ; écroulement de 1’—, 74 ;

—    et libido, 31 ; — et patiente schizophrène, 75-76 ; — et pulsion de vie, 30 ; identification du moi avec 1’—, 43-44 ; identification du nourrisson avec 1’—, 31 ; plusieurs emplois de 1’— par le moi, 31 ; projection protectrice de 1’—, 31 ; relation libidinale du moi avec 1’—, 31 ; — séparé du mauvais objet par clivage,

30-31 ; — supérieur aux objets persécuteurs, 43-44.

mauvais — :

couple parental détruit, senti comme —, 122 ; exclusion du —, 31 ; père mort internalisé, senti comme —, 135 ; sein contenant pulsion de mort déviée, senti comme —, 30-31 ; sein fantasmé comme déchiré, senti comme —, 18-19.

—    méprisé dans la réparation maniaque, 113.

« —s bizarres », 67 :

—    et hypocondrie aiguë, 72.

—s internes :

—    et craintes hypocondriaques,

32    ; — et sens de la réalité, 25 ; relation des — avec la structure du moi, 25 ; sens du terme « — »,

17-

—s introjectés : description et analyse, 25.

—5 partiels :

—    dans la position paranoïde-schizoïde, 2-3 ; introjection des —, 25-26.

s persécuteurs :

—    et crainte spécifique dans la position paranoïde-schizoïde, 30-31 ; — liés à la pulsion de mort, à la libido et au sein, 30-31 ; rapprochement entre les — et les objets idéaux, 43-44.

—    tari par l’envie, 49.

—    total :

—    dans la position dépressive, 82-83 ; introjection de 1’—, 26-

27 ; relation à 1’— dans la position dépressive, 2-3.

—    voué à être méprisé, vaincu et contrôlé, 106.

Œdipe :

—    complexe : commencements, 6.

Œdipien, -enne(s) :

envie et jalousie — menant à l’attaque contre le sein, 122-123 ; matériel — chez une patiente légèrement troublée, 56-57 ; mépris et ridiculisation maniaques dans la situation —, 127-128. situationinitiale :

—    affectée par des difficultés au sein, 122 s. ; agression orale dans la —, 129 ; buts oscillant entre la libido et l’agression dans la —, 128-129 ; — chez une patiente très déprimée, 122-123 S

—    et ambivalence aiguë, 129 ;

—    et fantasme de parents unifiés, 125 ; — et inhibition dans la nutrition, 122-123 ; hésitation dans le choix d'objets sexuels dans la —, 129-130 ; — illustrée par trois rêves, 122 s. ; introjection active dans la —, 121-122 ; jalousie génitale dans la —,

129 ; mère comme objet externe dans la —, 130 ; mère comme objet interne dans la —, 130 ;


privation, envie et jalousie dans la —, 121 ; régression et fluctuation dans la —, 129 ; restes de désirs antérieurs dans la —, 131. toutes premières racines de la constellation —, 135-136.

Oral(e), -es :

agression — au début de la situation œdipienne, 128 ; gratifications — projetées par le nourrisson, 121-122 ; incorporation — du sein et du pénis, 129-130 ; stade — par rapport aux positions paranoïde-schizoïde et dépressive, 3.

Originel :

besoin constant d’attaquer l’objet —, 106 ; sein comme objet externe —, 31.

Paralysées :

identification du patient avec des images parentales internes —, 125.

Paralysie :

sentiments de — et de mort, 124.

Parental (e) :

couple —, 8, 111-112 :

—    détruit dans la position dépressive, 121-122 ; paralysie du

—    et identification avec lui comme défense maniaque, 126.

relation — :

—    attaquée par l’envie, 49 ; — et réparation, 118-119 ; — et sexe sentis comme abîmés, 124.

Parents :

choix entre les —, 130-131 ; — dans de mauvais rapports, fantasiés comme un monstre menaçant, 127 ; — dans un coït ininterrompu, 121 ; — graduellement stabilisés, 131.

unifiés :

fantasme des — dans le complexe d’Œdipe initial, 125-126 ; image des — dans des rêves d’une patiente maniaque, 126-127 ; rapports sexuels des —, 8. Parole :

danger de la — ressenti par une fille schizophrène, 74-75.

Pénis :

—    employé pour voler et déposséder la mère, 134-135 ; — en tant qu’objet partiel, 25.

envie du — :

— liée à des rivalités triangulaires, 57 ; — ultérieure à l’envie de la mère, 61. rôle différent du — chez les garçons et chez les filles, 130 s.

Pensée abstraite :

genèse de la — et capacité d’établir des rapports dans la position dépressive, 91.

Pensées délusolres :

—    chez une patiente légèrement troublée, 58.

Perceptuel :

appareil — chez le nourrisson schi-zolde, 70.

Père :

désir génital et désirs antérieurs de la fille envers le —, 131 ; — mort senti comme persécuteur redouté, 135 ; — négligé, mort, intemalisé, 103-104.

Persécuteurs (voir aussi Angoisse) :

—    et pulsion de mort, 30-31 ; — internes dans la position dépressive, 85.

Personnalité (voir aussi Angoisse névrotique) :

—    bien intégrée, 41-42 ; — déterminée par le fantasme, 25 ; structure de la

—    dans la position dépressive, 2-3.

Perte du bon objet, 84.

Phallique :

fantasmes de la femme — comme structure défensive, 127 ; phase — comme structure défensive, 127.

« Position » :

définition du terme, 2-3 ; — féminine,

13 ; — féminine chez le garçon, 13.

Position dépressive :

altération dans la relation aux objets dans la —, 88-89 > ambivalence et objet d’amour dans la —, 83-84 ; angoisse principale dans la —, 83 ; assimilation des bons objets dans la —, 89 ; bonnes et mauvaises expériences et monde interne dans la —■, 20, 43-44 ; bon objet interne comme noyau du moi et du monde interne dans la —, 83-84 ; buts pulsionnels dans la —, 90 ; changement dans le caractère du surmoi dans la —, 88-89 ; — comme base de créativité et de sublimation,


90    ; culpabilité et responsabilité dans la —, 89 ; début de la — dans la phase orale, 82-83 ; définition de la —, 2-3, 82-83 > deuil, créativité et sublimation dans la —, 90 ; deuil, nostalgie et culpabilité dans la —, 89-90 ; développement de la capacité d’association et d’abstraction dans la —, 91-92 ; développement du moi dans la —, 81-82 ; diminution de la projection dans la —, 83, 88 ; distinction entre fantasme et réalité extérieure dans la —, 88 ; élaboration incomplète de la —, 95 ; enrichissement du moi dans la —, 91-92 ; entrée dans la —, 43-44 ; épreuve de réalité dans la —, 88 ;

— et réparation, 88 s. ; — et souci de l’objet, 89 s. ; — et surmoi, 88-89 ; formation de symbole dans la —, 90-

91    ; inhibition, refoulement et déplacement dans la —, 90-91 ; introjection intensifiée dans la —, 82-84 > introjection orale toute-puissante dans la —,

84 ; mécanismes psychotiques et névrotiques dans la —, 90 ; objet interne constitué avec une assurance relative dans la —, 95-96 ; persécuteurs internes dans la —, 85 ; progrès de la perception des réalités extérieure et psychique dans la —, 87-88 ; pulsion de mort dans la —, 81-82 ; refoulement dans la —, 90 ; renoncement au sein dans la —, 90-91 ; rêve de l’iceberg dans la —, 85.

Position paranoïde-schizoïde :

agressivité dans la —, 30-31 ; angoisse de persécution dans la —, 43 ; angoisse dominante dans la —, 32 ; angoisses hypocondriaques dans la —, 36 ; anormalités dans la —, menant à la psychose, 65-66 ; besoin d’acquérir et de conserver l’objet idéal et de s’y identifier dans la —, 31 ; clivage comme réalisation dans la —, 42 ; clivage lié au progrès de l’idéalisation dans la —, 32 ; début du moi dans la —, 30 ; définition de la —, 2-3,

31-32 ; déni magique tout-puissant dans la —, 31-32 ; désintégration du moi comme mesure de défense dans la —, 30-31, 36 ; développement du moi dans la —, 43-44 ; développement normal et anormal dans la —, 66 s. ; déviation de la pulsion de mort dans la —, 30 ; double rôle de la gratification dans la —, 31 ; formation de symbole primitive dans la —, 43 ; identification projective dans la —, 33 ; influence de l’envie sur la —, 62 ; introjection et projection dans la —, 31-32 ; mécanismes de défense dans la —, 31-32 ; objet idéal et libido dans la —, 31 ; objet idéal menacé par l’objet persécuteur dans la —, 31 ; prédominance des bonnes expériences dans la —, 43 ; pulsion de vie et pulsion de mort dans la —, 30-31 ; relation du moi avec les objets idéaux et les objets mauvais dans la —, 30 s. ; tendance à l’intégration dans la —, 30 ; transition vers la position dépressive dans la —, 43.

Premiers mois :

—    dans des circonstances favorables, 41.

Privation, envie et Jalousie :

—    au début de la situation œdipienne, 121.

Projection :

interprétation de la —, 140 s. Psychose :

craintes perpétuelles menant à la —,

96 ; points de fixation des —s dans la position psychopathologique schi-zoi'de, 65-66.

Pulsion :

—    de mort :

—    changée en agressivité, 30 ;

—    dans la position dépressive, 81-82 ; — dans la position para-noïde-schizoïde, 30 s. ; déviation de la —, décrite par Freud et par Melanie Klein, 29-30 ; étude de la — par Klein, 14 ;


—    et envie, 48-49 ; — et moi au début de la vie, 29-30 ; projection de la —, 30-31 ; — soumise à la pulsion de vie, 43-44.

—    de vie :

—    et moi du nourrisson, 30 ; prédominance de la — sur la pulsion de mort, 43-44.

—    agressives, projetées dans le père, 26-27 ; — comme quêteuses d’objet, 18 ; — exprimées par des fantasmes, 18-19.

Pulsionnel (les) :

but — modifié dans la position dépressive, 90 ; incitations —, 18.

Réalité :

épreuve de la — :

—    établie pendant la position dépressive, 88 ; — et réparation, 109-110.

—    externe :

—    différenciée de la réalité psychique, 90-91 ; — distincte du fantasme dans la position dépressive, 88 ; — et croissance du moi, 88 ; influence de la — sur le fantasme inconscient, 19 ; réaction à la — influencée par le fantasme, 19.

—    psychique :

acceptation de la — dans la réparation, 120 ; acceptation de la — impliquée dans le fait de « nommer », 120 ; — attaquée par l’identification projective, 69 ; — et réparation, 112 ; —, formation de symbole et objet, 90-91.

sens de la — :

développement du —, 25 ; — en rapport avec le propre sexe de l’enfant, 131.

Recherche psychanalytique : difficulté de la —, 65.

Refoulement : 42, 90.

—    de la jalousie dans une situation triangulaire, 56-57 ; — et identification avec le parent de même sexe, 131-132.

Régression et fluctuation :

—    au début de la situation œdipienne, 128-129 i — dans la maladie psychologique, 65-66.

Réparateurs, -trices :

activités — :

—    dirigées vers l’objet et le soi, 89 ; — évitées par des défenses maniaques, 106.

fantasmes et activités — dissipant les angoisses dépressives, 109.

Réparation :

aspect de la — par rapport aux objets internes chez une patiente maniaco-dépressive, 110 s. ; — comme défense dans la position dépressive, 109 s. ;

—    comme partie de défenses maniaques, 112 ; — comme reconnaissance de l’agression, 118-119 ; — dans la position dépressive, 87 s. ; distinction entre — véritable et — maniaque, 112-113 ; — et réalité psychique, 113 ;

—    et re-création du monde interne, 109-110 ; — maniaque, 111 s. (voir aussi Maniaque) ; —, sublimation et créativité, 4 ; — véritable, 117.

Schizoïde(s) :

formes — au début de la vie, 66. mécanismes — :

—    chez un patient légèrement troublé, 37 s. ; — comme défense contre la position dépressive, 40 ; envie primaire interférant avec les —, 50.

nourrisson —, 70.

Sein :

abandon du —, 90-91 ; — attaqué par l’envie, 49-50 ; attaques contre le — augmentées par l’envie et la jalousie œdipiennes, 122 s. ; bon — transformé en persécuteur, 19-20 ; — déchiré qui attaque, 18 ; difficultés au — au début de la situation œdipienne, 123-124 ; — égalé à un pot de chambre, 73 ; — en tant qu’objet partiel, 25 ; — en tant qu’objet primaire extérieur, 30-31 ; envie du — déplacée sur le pénis, 62 ;


—    et envie, 48-49 ; — généreux, 18 ;

—    idéal et persécuteur, 30 ; introjection du — idéal et persécuteur, 25-26 ; mauvais —, empoisonné et vindicatif,

92 ; — -mère comme mauvais objet dans la situation œdipienne initiale, 124.

Sœur :

rivalité avec la —, 57 s.

Sol :

—    différencié des parents, 119-120 ;

—    et objet, 44.

Structure :

—    de la personnalité et fantasme inconscient, 26.

Sublimation et créativité, 90. Surmol :

changements dans le — pendant la position dépressive, 88-89 > — et envie,

54-55 ; — formé par introjection du père, 26-27 ; introjection des bons objets dans le —, 88 ; manifestations précoces du — découvertes par Klein, 6, 8, 14 ; premières manifestations du — selon Melanie Klein, 2 ; — selon le concept de Freud, 17-18.

Symbole :

formation de — :

—    basée sur l’identification projective, 43-44 ; formation du — dans les jeux de l’enfant et ses activités, 15 ; formation du — entravé dans la psychose, 10 s. ;

—    impliquant la souffrance et le travail du deuil, 89-90.

Symbolique : équation —, 91, note 1.

Technique :

—    et analyse d’enfant, 139 ; différence entre la — kleinienne et la technique traditionnelle, 138-139 ; — et importance du non-passage à l’acte de l’analyste, 140 ; — et interprétation, 139 ; — et suppression du refoulement, 143 ; — et transfert avec des patients psychotiques, 139, 140 ; variation dans la —, 140.

Toute-puissance :

—    et père impuissant, 111-112 ; renoncement à la — et à la magie, 119-120.

Tout(e)-putssant(e) :

contrôle — :

— des objets, 99 ; — et réparation, 110. hallucination —, 20 ; introjection orale

—    dans la position dépressive, 84.

Transfert, (voir tout le matériel clinique où les mécanismes de défense sont interprétés dans le transfert), 141.

Triomphe :

—    comme déni des sentiments dépressifs, 99 ; — comme partie des défenses maniaques, 99 ; — illustré par un patient maniaque, 101.

« Troisième aire » :

—    et patients gravement troublés, 68. Urétral : voir Gratification. Urinaires :

attaques — et fécales contre la relation des parents, 20.

Urines :

aliments attaqués par les — et les fèces, 52 ; — et fèces projetées dans des objets, 40 ; — senties comme contenant de petites parties hostiles du soi et des objets internes, 72.

1

Dans le chapitre suivant nous examinerons si la réparation doit être considérée comme un mécanisme de défense.