6. Le complexe d’infériorité

J'ai depuis longtemps insisté sur le fait qu'être homme, c'est se sentir inférieur. Peut-être y a-t-il des gens qui ne se souviennent pas d'avoir éprouvé ce sentiment d'infériorité. Peut-être certains sont-ils choqués par cette expression et préfèrent-ils une autre dénomination. Je n'y trouve aucun incon­vénient, et d'autant moins qu'à ma connaissance différents auteurs l'ont déjà fait. Ceux qui s'estiment particulièrement malins calculent, pour me donner tort, que l'enfant, pour arriver à un sentiment d'infériorité, devrait déjà avoir ressenti un sentiment de plénitude. Le sentiment d'insuffisance est un mal opiniâtre et dure pour le moins le temps qu'une tâche soit remplie, un besoin satisfait, ou une tension relâchée. C'est un sentiment né et développé naturel­lement et semblable à une tension douloureuse, qui exige une solution de soulagement. Cette solution ne doit pas forcément être agréable, comme le prétend Freud, mais peut s'accompagner de sentiment de satisfaction, ce qui correspondrait à la conception de Nietzsche. Dans certaines circonstances le relâchement de cette tension peut s'accompagner d'une souffrance permanente ou passagère, un peu comme cela se passe lors du départ d'un ami fidèle ou d'une intervention douloureuse. En outre une fin pénible, généralement préférable à une peine sans fin, ne peut être considérée comme un agrément que par un plaisantin.

Tout comme le nourrisson trahit par ses mouvements son sentiment d'insuffisance, sa tendance incessante à l'amélioration et à la solution des exigences vitales, il faut considérer l'histoire de l'humanité comme l'histoire du sentiment d'infériorité et des tentatives faites pour y trouver une solution. Une fois mise en branle, la matière vivante a toujours cherché à arriver d'une situation inférieure vers une autre plus élevée.

C'est ce mouvement, déjà décrit en 1907 dans mon étude citée plus haut Studie über Minderwertigkeit von Organen, que nous résumons dans la notion d'évolution. Ce mouvement, il ne faut pas le considérer comme devant con­duire à la mort ; il est au contraire orienté pour acquérir la maîtrise du monde extérieur et nullement pour chercher un compromis ou un état d'inertie reposante. Quand Freud soutient que la mort attire les êtres humains, au point qu'ils la désirent dans leurs rêves ou de tout autre façon, ceci constitue, même dans sa conception, une anticipation prématurée. Il est par contre indubitable qu'il existe des gens qui préfèrent la mort à une lutte avec les difficultés extérieures, parce que dans leur vanité ils craignent trop leur défaite. Ce sont des gens qui désirent éternellement être dorlotés et être soulagés dans leur tâche que d'autres doivent accomplir pour eux.

Le corps humain est d'une façon probante construit suivant les principes de la sécurité. Meltzer dans ses Harvard lectures en 1906 et 1907, donc à peu près au même moment que moi dans l'étude citée plus haut, mais plus en détail et d'une façon plus profonde, s'est déjà référé à ce principe de la sécu­rité. Un organe lésé est remplacé par un autre, un organe endommagé crée de lui-même une énergie compensatrice. Tous les organes sont capables de rendre plus que ce qu'ils devraient rendre en temps normal. Un organe suffit souvent à plusieurs fonctions vitales. La vie, qui est soumise à la loi de l'autoconservation, a aussi acquis à partir de son développement biologique l'énergie et l'aptitude pour la réaliser. La division en enfants et générations plus jeunes n'est qu'une partie de ce mécanisme de sécurité vitale.

Mais la civilisation toujours en progrès, qui nous entoure, montre aussi cette tendance à la sécurité et nous fait voir l'homme dans un état affectif permanent de sentiment d'infériorité, qui constamment l'aiguillonne, le pousse à agir, pour arriver à une toujours plus grande sécurité. La satisfaction et la peine, qui accompagnent cette lutte, ne sont là que pour l'aider et le récom­penser en chemin. Toutefois, une adaptation définitive à la réalité du moment ne serait que l'exploitation à son profit des efforts soutenus par d'autres, ainsi que l'exige la conception que se fait du monde l'enfant gâté. L'éternelle tendance à la sécurité pousse l'individu au triomphe sur la réalité actuelle pour une meilleure réalité. La vie humaine serait impossible sans ce courant de la civilisation qui nous pousse en avant. L'homme aurait succombé à l'attaque des forces de la nature s'il n'avait pas su les utiliser à son avantage. Il manque de tout ce que des êtres plus forts auraient pu utiliser pour le subjuguer. Les conditions du climat l'obligent à se protéger contre le froid avec des vêtements qu'il enlève à des animaux mieux protégés que lui. Son organisme demande une demeure artificielle, une préparation artificielle de la nourriture. Sa vie n'est assurée que par la division du travail et par une procréation suffisante. Ses organes et son esprit se préoccupent constamment de sécurité et de conquête. À tout cela on doit ajouter une meilleure connaissance des dangers de la vie et une ignorance moins grande de la mort. Qui pourrait sérieusement douter que l'individu, si disgracié par la nature, a été pourvu providentiel­lement d'un puissant sentiment d'infériorité qui le pousse vers une situation pus haute, vers la sécurité et vers la conquête ? Et cette révolte, redoutable et imposée, contre le sentiment d'infériorité inhérent, qui s'éveille et se renouvelle chez chaque nourrisson et chez chaque enfant, constitue le fait fon­damental de l'évolution humaine.

L'enfant, s'il n'est pas trop anormal, comme l'est par exemple l'enfant idiot, se trouve déjà sous la contrainte de ce développement ascendant qui incite son corps et son âme à la croissance. La lutte pour le succès lui est déjà tracée par la nature. Sa petitesse, sa faiblesse, son incapacité de satisfaire ses propres besoins, les négligences plus ou moins grandes sont des stimulants déter­minants pour le développement de sa force. Sous la contrainte de son exist­ence imparfaite il crée des formes de vie nouvelles et parfois originales. Ses jeux, toujours orientés vers un but futur, sont des signes de sa force créatrice, qu'on ne peut nullement expliquer par des réflexes conditionnés. Il bâtit constamment dans le néant de l'avenir, poussé par la nécessité de vaincre. Envoûté par le « Tu dois » de la vie, il est entraîné, avec toutes les exigences inéluctables qui s'attachent à elle, par l'envie sans cesse croissante d'atteindre un objectif final, supérieur au sort terrestre qui lui était assigné. Et ce but qui l'attire s'anime et prend des couleurs dans l'entourage restreint où l'enfant lutte pour triompher.

Je ne peux ici que brièvement énoncer une réflexion théorique, que j'ai exposée en 1912 comme étant fondamentale dans mon livre : Le Tempéra­ment nerveux 8. S'il existe un pareil objectif de conquête, et l'évolution prouve qu'il en est ainsi, alors le degré d'évolution atteint par l'enfant et concrétisé en lui, fournit le matériel pour la réalisation de ce but. Autrement dit : l'hérédité, physique ou psychique, de l'enfant, exprimée par des possibilités, ne compte que tant qu'elle est utilisable et utilisée en vue du but final. Tout ce qu'on trouve ultérieurement dans le développement de l'individu est né de l'utilisa­tion du matériel héréditaire et a dû son perfectionnement à la force créatrice de l'enfant. J'ai moi-même attiré fortement l'attention sur l'amorce constituée par le matériel héréditaire. Mais je dois nier la signification causale de ce matériel, étant donné que le monde extérieur si varié et si variable exige une utilisation créatrice et élastique de ce matériel. L'orientation vers le triomphe final persiste toujours, quoique son but, une fois concrétisé dans le courant du monde, impose à chaque individu une direction différente.

Le fait d'être faible de constitution, le fait d'avoir été gâté ou négligé conduisent souvent mal à propos l'enfant à se donner des objectifs précis de conquête, qui sont en contradiction avec le bien-être de l'individu ainsi qu'avec le progrès de l'espèce humaine. Mais il existe suffisamment d'autres cas et d'autres résultats qui nous autorisent à affirmer comme un fait non de causalité, mais de probabilité statistique, que le choix d'un mauvais chemin a été le résultat d'une erreur. Et dans cet ordre d'idées, nous devons nous rappe­ler que chaque mal peut se présenter sous un aspect différent, que celui qui adopte une certaine conception du monde montre un point de vue différent de celui d'autres personnes, que chaque écrivain pornographique a sa propre individualité, que chaque névrosé se distingue de l'autre, comme aussi chaque délinquant. Et c'est justement dans cette différenciation de chaque individu que s'extériorise la force créatrice de l'enfant, son utilisation de facultés et de possibilités héréditaires.

Ceci est également valable pour l'influence exercée par l'entourage de l'enfant et pour les méthodes d'éducation. L'enfant les reçoit et les utilise pour la concrétisation de son style de vie ; il crée un but, qu'il poursuit sans cesse et qui en conséquence le fait concevoir, penser, sentir et agir. Une fois le dynamisme de l'individu saisi, aucune force au monde ne peut empêcher de supposer qu'il y a un but vers lequel ce mouvement est orienté. Il n'y a pas de mouvement sans but et ce but est pour toujours inaccessible. La cause en réside dans la conscience primitive de l'homme, qu'il ne pourra jamais être le maître du monde. Pour cette raison il lui faut transposer cette idée, chaque fois qu'elle se présente, dans la sphère du miracle et de la toute-puissance divine 9.

Le sentiment d'infériorité domine la vie psychique et on le trouve claire­ment exprimé dans les sentiments d'insuffisance, d'imperfection et dans les efforts ininterrompus fournis par les êtres humains et l'humanité.

Chacun des innombrables problèmes de tous les jours que la vie pose à l'individu met celui-ci en position d'attaque. Chaque mouvement est une marche en avant pour passer de l'imperfection à la perfection. En 1909, dans mon étude « Aggressionstrie im Leben und in der Neurose » (voir Heilen und Bilden) j'ai essayé d'éclaircir ce problème et je suis arrivé à la conclusion que cette préparation à l'attaque, qui prend ses racines dans la contrainte de l'évo­lution, résulte du style de vie, qu'il est une partie de l'ensemble. Il n'y a aucune raison pour la considérer comme foncièrement mauvaise et pour la rattacher à un instinct sadique inné. Si on fait le piètre essai de fonder la vie psychique sur des instincts sans direction ni but, il faudrait au moins ne pas oublier la contrainte de l'évolution, ni la tendance sociale héréditaire ancrée dans l'être humain au cours de l'évolution. Étant donné le nombre énorme d'êtres hu­mains gâtés et déçus, on ne doit pas s'étonner de ce que des gens de toutes les couches de la société, manquant de sens critique, aient adopté cette notion (incomprise de la vie psychique des enfants gâtés et par conséquence forte­ment déçus, qui ne reçoivent jamais assez) comme un enseignement fonda­mental de la vie psychique.

L'adaptation de l'enfant à son entourage, dans la mesure de ses aptitudes, est donc son premier acte créateur, à la réalisation duquel il est poussé par son sentiment d'infériorité. Cette adaptation, variable suivant chaque cas, est un mouvement, que finalement nous concevons comme une forme, un mouve­ment qui se serait figé, forme de la vie qui semble offrir un but de sécurité et de triomphe. Les limites dans lesquelles ce développement se déroule sont celles de l'humanité en général ; et ces limites sont prescrites par le degré d'évolution de la société et de l'individu. Chaque forme vitale cependant n'utilise pas comme il conviendrait ce degré évolutionnaire et se met donc en contradiction avec le sens de l'évolution. Dans les chapitres précédents, j'ai montré que le plein développement du corps et de l'esprit humain est mieux assuré quand l'individu, à force de travail et d'efforts, s'adapte au cadre de la société idéale à la réalisation de laquelle il doit tendre. Entre ceux qui, en connaissance de cause, ou non, se rangent à ce point de vue et nombre d'autres qui n'en tiennent pas compte, s'ouvre un abîme infranchissable. L'opposition entre ces deux groupes remplit le monde humain de mesquines disputes ou de luttes gigantesques. Les ambitieux (dans le sens favorable du mot) cons­truisent le bien-être de l'humanité et y contribuent. Même les récalcitrants ne sont pas absolument sans valeur. Par leurs fautes et leurs erreurs, qui nuisent à des cercles plus ou moins étendus, ils obligent les autres à faire de plus grands efforts. Ainsi ils ressemblent à l'esprit « qui veut toujours le mal et crée toujours le bien ». Ils éveillent le sens critique des autres et leur permettent d'acquérir une meilleure compréhension. Ils contribuent au sentiment d'infé­riorité agissant.

La ligne de conduite à suivre pour le développement de l'individu et de la société est donc prescrite par le degré du sentiment social. Cette donnée constitue une base solide qui nous permet de juger ce qui est juste et ce qui est erroné. Ainsi apparaît une méthode qui, autant pour éduquer et pour redresser que pour arbitrer les divergences, offre un degré surprenant de certitude. La donnée-type dont nous nous servons, est beaucoup plus exacte que tout ce que pourrait fournir la méthode expérimentale. Ici c'est la vie elle-même qui fait les tests : le moindre mouvement extériorisé par l'individu peut servir à indi­quer la direction qu'il suit et sa distance de la société. Une comparaison avec les méthodes habituelles de la psychiatrie, qui mesure les symptômes nuisi­bles ou les préjudices causés à la société - qui essaye bien aussi de clarifier ses méthodes, en faisant appel au progrès par la contrainte communautaire - se montre à l'avantage de la psychologie individuelle, d'autant plus qu'elle ne condamne pas, mais qu'elle essaye d'améliorer, qu'elle décharge l'individu de sa responsabilité, qu'elle impute aux défauts de notre civilisation, défauts dont nous sommes tous responsables, et qu'elle convie à collaborer pour les faire disparaître. Qu'aujourd'hui encore, pour accomplir ceci nous soyons obligés de penser non pas simplement au renforcement du sentiment social, mais au sentiment social lui-même, montre le faible degré atteint jusqu'à présent par l'évolution. Il n'est pas douteux que les générations futures l'auront incorporé à leur vie comme nous l'avons fait de la respiration, de la marche verticale ou de la perception sous forme d'images statiques des impressions lumineuses constamment mobiles sur notre rétine.

Même ceux qui ne comprennent pas que dans la vie psychique de l'homme se trouve l'élément générateur du sentiment social ou de son impératif : « Aime ton prochain » - tous ceux qui sont préoccupés de découvrir dans l'être humain « la canaille cachée » qui se camoufle sournoisement pour ne pas être démasquée et punie - apportent un stimulant précieux à l'effort de l'homme pour s'élever ; ils insistent avec un étrange acharnement sur les stades retarda­taires de son développement. Leur sentiment d'infériorité cherche une com­pensation purement personnelle dans la conviction de la non-valeur de tous les autres. Il me paraît dangereux d'user de l'idée de sentiment social dans un mauvais sens - c'est-à-dire de profiter de l'incertitude du chemin qui mène au sentiment social pour approuver des idées et des façons de vivre nuisibles à la société, et pour les imposer à la société actuelle et même future, sous prétexte de sauvegarde. Ainsi la guerre, la peine de mort et le massacre des adversaires trouvent à l'occasion d'adroits défenseurs, qui se drapent toujours - quel signe de l'omnipotence du sentiment social ! - dans le manteau du sentiment social. Toutes ces conceptions périmées sont des signes certains que cette inter­vention résulte d'un manque de confiance dans la possibilité de trouver une voie nouvelle et meilleure, qu'elle résulte donc d'un sentiment d'infériorité manifeste. L'histoire de l'humanité aurait dû nous enseigner que même le meurtre ne peut rien changer à l'omnipotence des idées avancées, ni à l'effon­drement des idées agonisantes. Il n'existe, si loin que nous puissions regarder, qu'un seul cas qui puisse justifier le meurtre, le cas de légitime défense, pour nous-même ou pour les autres. C'est le grand Shakespeare qui dans Hamlet a placé clairement sous les yeux de l'humanité ce problème, sans avoir été compris. Shakespeare, qui comme les poètes grecs lance, dans toutes ses tragédies, les Erinnyes à la tête du meurtrier, du criminel ; à une époque où, plus qu'aujourd'hui, les actions sanglantes faisaient frémir d'horreur le senti­ment social de ceux qui luttaient pour une société idéale, qui s'en sont le plus rapproché et qui enfin ont fait prévaloir leurs idées. Tous les égarements du criminel nous montrent l'extrême limite que peut atteindre le sentiment social du déchu. Il est donc du strict devoir de la partie progressiste de l'humanité, non seulement d'éclairer et d'éduquer, mais aussi de ne pas prématurément rendre l'épreuve trop difficile pour le non-initié en matière de sentiment social, de ne pas le considérer comme s'il pouvait réaliser ce qui ne peut l'être qu'avec un sentiment social développé et ne le sera jamais si ce dernier fait défaut. Car le non-initié ressent, lorsqu'il se heurte à un problème qui exige un fort sentiment social, un effet de choc, qui donne lieu à toutes sortes d'échecs par la formation d'un complexe d'infériorité. La structure du criminel montre nettement le style de vie d'un homme, pourvu d'activité, mais peu utile à la société, et qui depuis son enfance a adopté une conception de la vie par laquelle il s'arroge le droit d'exploiter pour lui-même la contribution des autres. Et n'est pas difficile de deviner que ce type se trouve surtout parmi les enfants gâtés, plus rarement parmi ceux dont l'éducation a été négligée. Il est facile de réfuter ceux qui considèrent le crime comme une autopunition ou qui le ramènent à une forme originelle de perversions sexuelles enfantines, parfois aussi au soi-disant complexe d'Oedipe, si on comprend que l'homme, qui dans la vie réelle raffole des métaphores, se laisse prendre trop facilement dans les mailles des comparaisons et des similitudes. Hamlet : « Est-ce que ce nuage ne ressemble pas à un chameau ? » Polonius : « Dans l'ensemble c'est bien un chameau. »

Les défauts d'enfance tels que la rétention des matières, l'énurésie, l'affection exagérée pour la mère, dont il ne peut quitter les jupons, constituent les marques distinctives de l'enfant gâté, pour qui la vie ne s'étend pas au-delà de la sphère maternelle, même pas dans les fonctions dont la surveillance incombe à la mère. Si à ces défauts d'enfant s'ajoute un sentiment de jouis­sance, comme par exemple la succion du pouce ou la rétention des matières, ce qui peut être le cas de ces enfants hypersensibles, ou s'il s'adjoint à la vie parasitaire des enfants gâtés, à leur attachement à la mère, un sentiment sexuel naissant, ce sont là des complications et des conséquences dont sont surtout menacés ces enfants gâtés. Or le maintien de ces défauts ainsi que le maintien de la masturbation infantile détourne l'intérêt de l'enfant de la voie de la coopération, le plus souvent non sans qu'une « sécurité » du lien entre la mère et l'enfant soit renforcée par la plus grande vigilance de celle-là (pas une parade, comme Freud a cru comprendre mon concept de la sécurité dans une interprétation erronée). Pour différents motifs cette coopération n'a pas été acquise, surtout par l'enfant gâté, qui cherche constamment un soulagement et une dispense de la coopération. Un manque de sentiment social et un senti­ment renforcé d'infériorité, tous deux intimement liés, sont nettement appa­rentés à cette phase de la vie enfantine, et vont généralement de pair avec tous les traits de caractère d'une existence dans un milieu supposé hostile : hyper­sensibilité, nervosité, affectivité renforcée, crainte de la vie, circonspection, avidité, ce dernier trait sous forme de prétention que tout doit appartenir à l'enfant.

Les problèmes difficiles de la vie, les dangers, les chagrins, les déceptions, les soucis, les pertes, surtout celles de personnes aimées, toutes les sortes de contraintes sociales, doivent toujours être considérés sous l'angle du sentiment d'infériorité, le plus souvent sous la forme d'états affectifs généralement répandus et d'états d'esprit bien connus, comme la peur, la peine, le désespoir, la honte, la timidité, l'embarras, le dégoût, etc. Ils s'extériorisent par la physio­nomie et l'attitude. C'est comme si le tonus musculaire diminuait à cette occasion. Ou bien se manifeste une forme dynamique qui doit être le plus souvent considérée comme un recul devant l'objet cause de l'émotion, ou comme une reculade devant les perpétuelles exigences de la vie. La sphère intellectuelle se met à l'unisson, par des idées de fuite et la recherche du moyen de fuir. La sphère affective, dans la mesure où nous avons la possi­bilité de l'examiner, reflète l'état d'insécurité et d'infériorité, en vue de renforcer l'impulsion à la fuite, dans son irritation et dans la forme que prend celle-ci. Le sentiment humain d'infériorité, qui habituellement s'use dans la lutte pour le progrès, ressort plus vivement dans les orages de la vie, et assez clairement à l'occasion de dures épreuves. Il s'exprime différemment suivant les cas et si on condense un résumé de ses manifestations dans chaque cas, il représente alors le style de vie de chaque individu qui se manifeste unifor­mément dans toutes les situations de la vie.

Aussi bien dans les tentatives pour maîtriser les dits états affectifs, dans l'emprise sur soi-même, dans la colère, que dans le dégoût et le mépris, on ne peut manquer de voir l'activité d'un style de vie contraint de se former par la recherche d'un but supérieur et stimulé par le sentiment d'infériorité. Alors que la première forme de vie, la forme intellectuelle, en s'accrochant à une ligne de recul devant des problèmes pleins de menaces, peut mener à la névrose, à la psychose, à l'attitude masochiste, dans l'autre forme, la forme émotive, les formes mixtes de névrose mises à part, on verra, correspondant au style de vie, des manifestations exprimant une plus grande activité (qu'il ne faut pas confondre avec le courage, qui se trouve uniquement du côté du progrès social de la vie) telles que la tendance au suicide, l'ivrognerie, le crime ou la perversion active. Il est évident qu'il s'agit là de nouvelles créations du même style de vie et non pas de ce processus fictif que Freud a appelé « régression ». La ressemblance de ces formes de vie avec des formes antérieures ainsi que des analogies de détails ne doivent pas être considérées comme une identité, et le fait que chaque être dispose d'un riche patrimoine psychique et physique et de rien de plus, ne doit pas être considéré comme une régression vers un stade infantile ou archaïque. La vie exige la solution des problèmes de la société et ainsi chaque comportement humain vise tou­jours l'avenir, même s'il puise dans le passé du matériel pour le construire.

C'est toujours du manque de sentiment social, qu'on le nomme comme on le voudra - vie en commun, coopération, humanisme, ou même moi-idéal -, que naît l'insuffisance de préparation aux problèmes de la vie. C'est cette préparation insuffisante qui en face des problèmes ou dans leur déroulement donne lieu à des milliers de formes d'expression d'infériorité physique et psy­chique et d'insécurité. Cette déficience provoque déjà de bonne heure toutes sortes de sentiments d'infériorité, qui ne sont pas aussi nettement remarqués, mais qui s'expriment assurément par le caractère, par le mouvement, par l'attitude, par la façon de penser déterminée par le sentiment d'infériorité et dans la déviation hors du chemin du progrès. Toutes ces formes d'expression du sentiment d'infériorité accentué par le manque de sentiment social se manifestent avec évidence lorsque les problèmes de la vie, lorsque la « cause exogène » fait son apparition. Rien de tout cela ne manquera en cas « d'échec typique », même si cela n'est pas retrouvé par tout le monde. Le maintien de l'ébranlement, essai de soulager le sentiment d'oppression dû à un lourd sentiment d'infériorité, et conséquence d'une lutte incessante pour sortir d'une situation inférieure, crée les échecs « typiques ». Dans aucun de ces cas ne sera contesté l'avantage du sentiment social, ou effacée la différence entre « bon » et « mauvais ». Dans chacun de ces cas un « oui » est là qui souligne la contrainte du sentiment social, mais toujours suivi d'un « mais », qui dispose d'une plus grande puissance et qui empêche le renforcement indispen­sable du sentiment social. Ce « mais » dans tous les cas, qu'ils soient typiques ou particuliers,comportera une nuance propre à chaque individu. Les diffi­cultés de guérison sont en proportion de la force de ce « mais », qui s'exprime au plus haut degré dans le suicide et dans la psychose, suites d'un ébranle­ment, où le « oui » disparaît presque totalement.

Des traits de caractère tels que l'anxiété, la timidité, le côté taciturne, le pessimisme, caractérisent un contact depuis longtemps insuffisant avec les autres et se renforcent sensiblement en cas d'épreuve sévère imposée par le sort ; ils se manifestent dans la névrose par exemple comme des symptômes morbides plus ou moins marqués. Ceci s'applique aussi de façon frappante au dynamisme ralenti de l'individu qui est toujours en retard, à une distance appréciable du problème auquel il est confronté 10. Cette prédilection pour l'arrière-plan de la vie est renforcée par la manière de penser et d'argumenter de l'individu, parfois aussi par des idées obsessionnelles ou par des sentiments de culpabilité stériles. On comprendra facilement que ce ne sont pas les senti­ments de culpabilité qui amènent l'individu à se dérober au problème qui se pose à lui, mais que c'est l'insuffisance d'inclination et de préparation de sa personnalité en entier qui lui font se servir de ces sentiments de culpabilité pour empêcher tout progrès. Une auto-accusation absurde, en cas de mastur­bation par exemple, fournit un excellent prétexte de remords. Le fait, aussi, que chaque être humain, lorsqu'il se tourne sur son passé, voudrait revenir sur bien des faits pour les changer, sert à ces individus de bon prétexte pour ne pas collaborer.

Vouloir ramener des échecs tels que la névrose et le crime à ces senti­ments de culpabilité truqués, c'est se méprendre sur le sérieux de la situation. La conduite suivie en cas de sentiment social insuffisant, montre toujours une plus grande incertitude en face d'un problème social ; cette incertitude renforce l'ébranlement de l'organisme, avec les modifications organiques qui en résultent, et aide l'individu à s'engager dans d'autres voies. Ces modifica­tions physiques amènent du désordre dans tout l'organisme d'une façon passagère ou permanente, mais provoquent généralement de fortes perturba­tions fonctionnelles aux endroits qui, soit par une infériorité organique héréditaire, soit par une surcharge d'attention, réagissent le plus fortement aux perturbations psychiques. La perturbation fonctionnelle peut se manifester par la diminution ou l'exagération du tonus musculaire, par l'érection des cheveux, par la sudation, des troubles cardiaques ou digestifs, par la dyspnée, par une striction de la gorge, par des envies pressantes d'uriner et par de l'excitation sexuelle ou de l'impuissance. On trouve souvent les mêmes perturbations en cas de difficultés dans un même cercle de famille. C'est ainsi qu'on peut observer également la céphalée, la migraine, l'érythème émotif ou la pâleur brusque. Des recherches récentes, surtout celles de Cannon, de Marannon et d'autres, ont établi d'une façon magistrale, que c'est le système sympathico-surrénalien qui participe au plus haut degré à la plupart de ces modifications, ainsi que le segment crânien et pelvien du système végétatif, et aussi qu'ils réagissent différemment en face d'émotions de toutes sortes. De ce fait se trouve confirmée notre ancienne thèse que les fonctions des glandes endoc­rines, thyroïde, surrénales, hypophyse et glandes sexuelles, se trouvent sous l'influence du monde extérieur et qu'elles répondent aux impressions psychi­ques, suivant le style de vie de l'individu, d'après leur puissance, ressentie d'une façon subjective ; dans les cas normaux de façon à rétablir l'équilibre organique, en cas d'aptitude insuffisante de l'individu en face des problèmes de la vie d'une façon exagérée, compensatrice à l'excès 11.

Le sentiment d'infériorité d'un individu peut aussi se révéler par la direction de son chemin. J'ai déjà dit comment l'individu pouvait s'éloigner, se désintéresser, se détacher des problèmes de la vie. Il est certain qu'à l'occasion on pourrait démontrer qu'une pareille attitude est en accord avec le sentiment social. Le fait que ce point de vue peut être justifié affecte particulièrement la psychologie individuelle, étant donné que cette science n'attribue aux règles et formules qu'une valeur conditionnelle et qu'elle se croit obligée d'apporter toujours de nouvelles preuves pour leur justification. Une de ces preuves réside dans le comportement habituel de l'individu dans l'une ou l'autre des attitudes dont nous venons de parler. Nous pouvons observer une autre façon de procéder, suspecte de sentiment d'infériorité, et qui se différencie de « l'attitude hésitante » dans l'attitude qui consiste à éviter en partie ou com­plètement un problème vital qui se pose ; complètement comme dans la psychose, le suicide, le crime habituel, et la perversion habituelle ; partielle­ment comme dans l'ivrognerie ou dans d'autres manies. Comme dernier exem­ple d'attitude résultant du sentiment d'infériorité, je voudrais citer la limitation excessive de la sphère d'existence et du chemin vers le progrès. Des éléments importants des problèmes de la vie sont ainsi exclus. Là aussi nous devons faire une exception, pour ceux qui dans le but d'une meilleure contribution à l'avancement de la société se débarrassent de la solution de certains éléments des problèmes vitaux, tels l'artiste et le génie.

J'avais reconnu depuis longtemps l'évidence du complexe d'infériorité dans tous les cas d'échec typique. Mais je me suis efforcé longtemps de trou­ver la solution de la question la plus importante, à savoir comment naît du sentiment d'infériorité et de ses conséquences physiques et psychiques par le heurt avec un problème vital, le complexe d'infériorité. A ma connaissance cette question s'est toujours trouvée à l’arrière-plan des recherches des autres, sans jamais avoir été résolue. La solution s'imposa à moi comme celle des autres problèmes envisagés à la lumière de la psychologie individuelle, en cherchant à expliquer la particularité à partir de l'ensemble et l'ensemble à partir de cas particuliers. Le complexe d'infériorité, c'est-à-dire la manifes­tation permanente des conséquences du sentiment d'infériorité, et le maintien de ce sentiment, s'explique à partir d'un manque exagéré de sentiment social. Les mêmes événements, les mêmes traumatismes, les mêmes situations et les mêmes problèmes de la vie, s'il pouvait exister une similitude absolue en ce qui les concerne, se manifestent différemment suivant l'individu. A cette occasion le style de vie et son contenu en sentiment social sont d'une impor­tance capitale. Ce qui dans certains cas peut induire en erreur et faire douter de la validité de cet argument est le fait que parfois des êtres humains, malgré leur manque certain de sentiment social (une constatation que je ne confierai qu'à des examinateurs experts), présentent parfois d'une façon passagère les manifestations d'un sentiment d'infériorité, mais non pas un complexe d'infé­riorité. On peut, à l'occasion, faire cette constatation chez des êtres humains qui possèdent très peu de sentiment social, mais qui ont la chance de vivre dans un milieu favorable. En présence d'un complexe d'infériorité on en trouvera toujours confirmation dans les antécédents du sujet, dans sa conduite antérieure, dans le fait d'avoir été gâté dans son enfance, dans un dévelop­pement insuffisant des organes, dans le sentiment d'avoir été négligé dans son enfance. On se servira aussi d'autres moyens employés par la psychologie individuelle et dont il sera question plus loin, à savoir la compréhension des premiers souvenirs d'enfance, l'expérience quant à la notion du style de vie dans son ensemble et son façonnement suivant la situation de l'individu parmi ses frères et sœurs et l'interprétation des rêves d'après la psychologie indi­viduelle. L'attitude sexuelle et le développement de l'individu ne sont en cas de complexe d'infériorité qu'une partie de l'ensemble et ils sont entièrement inclus dans ce complexe d'infériorité.


8   Traduction française Payot, Paris.

9   Adler et Jahn, Religion et psychologie individuelle, trad. franç. Payot, Paris.

10   Voir Adler, Pratique et théorie de la psychologie individuelle, traduction française, Payot, Paris.

11   Voir Adler, Studie über Minderwertigkeit von Organen, op. cit.