7. Le complexe de supériorité

Ici, le lecteur soulèvera avec juste raison cette question : où se trouve donc en cas de complexe d'infériorité la tendance à la réussite, au triomphe ? Car en réalité, s'il ne nous était pas possible de démontrer cette tendance dans le cas particulièrement fréquent de complexe d'infériorité, la science de la psycho­logie individuelle présenterait une telle contradiction dans ses explications, qu'elle aboutirait à un échec. Mais une grande partie de cette question a déjà trouvé sa réponse. La tendance à la supériorité rejette l'individu loin de la zone de danger, aussitôt qu'il est menacé d'une défaite par son manque de sentiment social, ce qui se manifeste par une lâcheté plus ou moins apparente. La recherche de la supériorité s'extériorise aussi par le fait qu'elle retient l'individu sur une ligne de retraite devant le problème social ou qu'elle lui im­pose de le contourner. Retenue dans l'opposition « oui - mais », elle lui impose une opinion qui tient compte davantage du « mais » et qui retient si bien son attention qu'il s'inquiète uniquement ou presque des effets de son état de choc. Ceci d'autant plus qu'il s'agit toujours d'un individu qui, dépourvu de sentiment social depuis son enfance, s'est occupé presque exclusivement de sa personne, de sa jouissance ou de son déplaisir. Dans ces cas on peut à peu près distinguer trois types, dans lesquels un style de vie dépourvu d'harmonie a permis le développement particulièrement intense de telle ou telle partie de la vie psychique. Un des types concerne les êtres humains chez lesquels les formes d'expression sont dominées par la sphère intellectuelle. Le deuxième type est caractérisé par l'envahissement de la vie affective et des instincts. Un troisième type se développe davantage dans le sens de l'activité. Évidemment, on ne trouve jamais une absence complète de l'une de ces trois tendances. Voici pourquoi chaque échec en maintenant l'effet de choc montrera d'une façon particulièrement nette ce côté du style de vie. Pendant que, d'une façon générale, chez le criminel et les candidats au suicide ressort davantage le facteur activité, une partie des névroses se distingue par l'accentuation du côté affectif, alors que dans la névrose obsessionnelle et les psychoses, l'élément intellectuel est plus fortement accentué (Adler, Die Zwangneurose,Zeitschrift für Individualpsychologie, 1931, Hirzel, Leipzig). L'ivrogne est toujours un émotif. La reculade devant l'accomplissement d'un problème vital impose à la société humaine un fardeau et la rend victime d'une exploitation. Le manque de collaboration des uns doit être remplacé par un plus grand rendement des autres, dans le cadre de la famille ou de la société. C'est une lutte silencieuse et incomprise contre l'idéal de la société qui se livre là, une continuelle opposition qui, au lieu d'aider au développement du sentiment social, tend à sa rupture. Toujours, en effet, un état de supériorité personnelle se trouve en contradiction avec la collaboration. Et sur ce point aussi il est possible de voir qu'en cas d'échec il s'agit d'hommes dont le développement social a été empêché et auxquels manque la faculté de voir, entendre, parler et juger d'une façon correcte. À la place du sens commun, ils ont une « intelligence privée » qu'ils utilisent adroitement pour suivre en sécurité un chemin écarté. J'ai dépeint l'enfant gâté comme un parasite exigeant, constamment préoccupé de mettre à contribution ses semblables. S'il en résulte un style de vie, on com­prendra que dans la plupart des échecs ils considèrent la contribution des autres comme étant leur propriété, qu'il s'agisse d'affections, de biens, de travail matériel ou intellectuel. Si puissants que soient les moyens employés par la société pour se défendre contre ces abus, celle-ci doit, en raison d'une impulsion intime plus qu'en connaissance de cause, se montrer douce et clémente, étant donné qu'il est de son éternel devoir de ne pas punir ou venger ces erreurs, mais de les expliquer et de les écarter. Mais il y a toujours, de la part des individus étrangers au sentiment social, une attitude hostile face à la contrainte de la vie en commun qui leur semble intolérable, contrecarre leur intelligence privée et les menace dans la recherche d'une supériorité per­sonnelle. Il est significatif de la puissance du sentiment social que tout le monde reconnaisse comme anormales et préjudiciables les aberrations et les erreurs de quelque degré qu'elles soient ; comme si chacun devait payer son tribut au sentiment social. Même des auteurs Pourvus parfois de traits géniaux, à qui l'illusion d'une méthode scientifique fait apparaître la volonté de puissance personnelle, artificiellement cultivée, sous le déguisement d'un instinct primitif mauvais, d'une humanité supérieure ou d'un instinct sadique, se sentent obligés de rendre hommage au sentiment social dans son point culminant idéal. Même le criminel, ayant déjà le but à atteindre devant les yeux, doit faire des projets et chercher un motif à son acte, jusqu'à ce qu'il puisse dépasser les limites qui le séparent encore de la négation du sentiment social. Considérée du point de vue éternellement fixe du sentiment social idéal, chaque aberration se présente comme un essai truqué, qui vise un but de supériorité personnelle. Avoir pu se soustraire à une défaite sur le terrain de la société, est pour la plupart de ces gens lié à un sentiment de supériorité. Et là où la peur de la défaite tend à les éloigner d'une façon permanente du cercle de la collaboration humaine, ils réalisent cet éloignement des problèmes de la vie et en jouissent comme d'un soulagement et comme d'un privilège qui les avantage vis-à-vis des autres. Même là où ils souffrent comme dans la névrose, ils sont fortement préoccupés de leur position avantageuse, c'est-à-dire de leur souffrance et ne comprennent pas comment pour eux le chemin de la souffrance les mène à la libération de leurs devoirs envers la vie. Plus leur souffrance sera grande, moins ils seront tourmentés, plus ils resteront ainsi ignorants du véritable sens de la vie. Ce mal, qui est si intimement lié au soulagement et à la libération des problèmes de la vie, ne peut apparaître com­me autopunition qu'à celui qui n'a pas appris à saisir les formes d'expression comme un élément de l'ensemble, mieux encore, comme une réponse aux questions posées par la société. Il considérera la mal névrotique comme une entité isolée, tel que le voit aussi le névrosé. Ce qui paraîtra surtout difficile à admettre de la part de mes lecteurs ou des adversaires de ma conception, c'est le fait que même la soumission, la servitude, la dépendance, la fainéantise et des traits masochistes, signes manifestes d'un sentiment d'infériorité, éveillent un sentiment de soulagement, voire même de privilège. Il est facile de comprendre qu'ils représentent une attitude d'opposition à la solution active des problèmes de la vie dans le sens de la collectivité. Qu'ils représentent aussi des tentatives astucieuses en vue de se soustraire à une défaite, là où on fait appel à leur sentiment social : sentiment qui, comme tout leur style de vie le démontre, leur fait défaut. Dans ce cas ils transmettent un travail supplé­mentaire à d'autres, ou même ils l'imposent - comme dans le masochisme - souvent contre la volonté des autres. Dans tous les cas d'échecs, la position à part que l'individu se réserve est facile à voir ; une position privilégiée, qu'il paye parfois par des souffrances, des plaintes, des sentiments de culpabilité, sans pourtant que cela le fasse bouger de sa place, qui par manque d'une préparation au sentiment social lui paraît offrir un alibi irréfutable lorsqu'il affrontera la question : « Où étais-tu donc lorsque Dieu partagea le monde ? » (Le complexe de supériorité, tel que je l'ai décrit, apparaît le plus souvent nettement dessiné dans l'attitude, les traits de caractère et l'opinion de l'indi­vidu, persuadé de ses propres dons et capacités, supérieurs à la moyenne de l'humanité. Il peut aussi se révéler par les exigences exagérées envers soi-même et envers les autres. Vanité, coquetterie en ce qui concerne l'apparence extérieure, que celle-ci soit distinguée ou négligée, habillement excentrique, manière exagérément masculine chez les femmes, ou féminine chez les hom­mes, arrogance, exubérance, snobisme, fanfaronnade, conduite tyrannique, tendance à la dépréciation, décrite par moi comme particulièrement caracté­ristique, culte exagéré des héros, aussi bien que tendance à se lier à des personnalités importantes ou à commander des faibles, des malades, des personnes de moindre importance, accentuation de particularités spéciales, abus d'idées précieuses et de courants d'idées servant à la dépréciation des autres, peuvent attirer l'attention et faire découvrir un complexe de supériorité. De même les exagérations affectives comme la colère, le désir de vengeance, la tristesse, l'enthousiasme, le rire bruyant habituel, le regard fuyant, l'inatten­tion à écouter une conversation, la déviation du sujet de celle-ci sur soi-même, un enthousiasme habituel dans des occasions souvent futiles, démontrent très souvent un sentiment d'infériorité aboutissant à un complexe de supériorité. Également les acceptations naïves, la croyance à des facultés télépathiques et autres, à des dons prophétiques éveillent avec raison le soupçon d'un com­plexe de supériorité. Je voudrais encore mettre en garde ceux qui sont dévoués à l'idée de société, contre le fait d'utiliser cette notion en faveur d'un complexe de supériorité ou de la jeter sans réflexion à la tête des gens. La même chose se réfère au sentiment d'infériorité et à la superstructure qui le cache. On se rend suspect des deux, si on les manie d'une façon prématurée, et on n'obtient rien de plus, ce faisant, qu'une hostilité, bien souvent motivée. Aussi ne faut-il pas, en cas de constatation exacte de ces faits, oublier l'imperfection humaine, qui fait que même des caractères nobles et précieux peuvent succomber à l'erreur du complexe de supériorité. Sans oublier, comme le dit si justement Barbusse, « que l'homme le meilleur ne peut pas toujours se soustraire au sentiment de mépris ». D'autre part il est possible que ces petits traits de caractère, peu maquillés, nous incitent à diriger le phare de la psychologie individuelle sur de grossières erreurs concernant les problèmes de la vie qu'il s'agit de comprendre et d'expliquer. Des mots, des phrases, et même la con­naissance des mécanismes psychiques établis n'aident en rien à la compré­hension de l'individu. Il en est de même de notre connaissance des manifes­tations typiques. Mais ils peuvent aider en cas de supposition à éclairer un certain champ visuel, où nous espérons trouver la singularité d'une person­nalité, singularité qu'il nous incombe de commenter au cours de nos conversa­tions, en nous préoccupant constamment du degré de sentiment social que nous devons compléter.

Si, dans le but d'obtenir un bref résumé, on réduit à leur quintessence les idées directrices dans le processus évolutif de l'humanité, on trouvera finale­ment trois lignes motrices bien définies qui respectivement et successivement donnent de la valeur à toute activité humaine. Après des milliers de siècles qui furent peut-être idylliques,lorsqu'à la suite du « croissez et multipliez » les terres productrices devinrent rares, l'humanité imagina comme idéal de la libération, le Titan, l'Hercule ou l'Imperator. Encore de nos jours dans le culte des héros, dans l'instinct combatif et dans la guerre on trouve dans toutes les couches de la société la résonance durable de ces temps disparus. La voie qui fut suivie alors est encore vantée comme la meilleure pour l'ascension de l'humanité. Née de la pénurie de moyens de subsistance, cette poussée mus­culaire mène logiquement à l'esclavage et à l'extermination du plus faible. Le brutal aime la solution simple ; là où il y a peu de nourriture, il l'accapare. Il aime les comptes simples et clairs, étant donné qu'ils sont en sa faveur. Dans la coupe de notre civilisation cette manière de penser est prévalente. Les femmes sont presque complètement exclues des œuvres immédiates de cette sorte et ne comptent que comme parturientes, admiratrices et aides. Les moyens de subsistance, cependant, ont énormément augmenté et continuent à augmenter. Ce système de puissance renforcée n'est-il pas déjà une absurdité ?

Il reste encore le souci de l'avenir et de la descendance. Le père amasse pour ses enfants, travaille pour les générations futures. S'il prend soin de la cinquième génération, il prend soin en même temps des descendants de trente-deux personnes de sa propre génération, qui ont le même droit sur ses descendants que lui-même.

Les marchandises s'abîment. On peut les transformer en or. On peut prêter en or sur la valeur des marchandises. On peut acheter le talent des autres. On peut les commander, mieux encore on peut leur inculquer une idéologie, un sens de la vie. On peut les éduquer dans le sens de l'admiration de la force et de l'or. On peut leur imposer des lois qui les mettent au service de la puis­sance et de la richesse.

Même dans cette sphère, la femme n'a pas d'occupation créatrice. La tradi­tion et l'éducation le lui interdisent. Elle peut manifester son admiration en participant ou sa déception en s'abstenant. Elle peut applaudir la force ou, ce qui arrive le plus souvent, se défendre contre sa propre impuissance, cette dernière éventualité l'amenant très souvent à suivre un mauvais chemin.

La plupart des hommes et des femmes sont capables de vénérer à la fois la force et la richesse, les femmes avec une admiration stérile, les hommes avec une activité ambitieuse. La femme se trouve placée à une plus grande distance pour l'obtention de cet idéal de la civilisation.

Au philistin de la force et de l'avoir, s'adjoint dans la recherche harmo­nieuse d'une supériorité personnelle le philistin du savoir. Savoir c'est (aussi) pouvoir. L'insécurité de la vie n'a pas trouvé jusqu'à présent - et d'une façon générale - d'autre solution que la recherche du pouvoir. Il serait temps de réfléchir si c'est là la seule, la meilleure voie pour la sécurité de la vie, et pour le développement de l'humanité. Il y a aussi quelque chose à apprendre de la structure de la vie de la femme. Car la femme ne participe pas jusqu'à présent à la puissance des philistins du savoir.

Et pourtant il sera facile de comprendre pour les hommes et les femmes qu'avec une préparation égale, la femme pourrait avec autant de succès y par­ticiper. L'idée platonicienne de la supériorité de la force musculaire a certes déjà perdu de son importance dans l'incompris (l'inconscient). Autrement, comment pourrait-on utiliser la révolte tacite ou manifeste du monde féminin (protestation virile) dans ses milliers de variantes, en faveur de la collectivité ?

Finalement nous vivons tous comme des parasites aux dépens des im­mortels chefs-d'œuvre des artistes, génies, penseurs, explorateurs et inven­teurs. Ils sont les guides véritables de l'humanité. Ils sont les promoteurs de l'histoire du monde, nous sommes les distributeurs. Jusqu'à présent, la force, la possession, la fatuité du savoir ont créé une barrière entre l'homme et la femme.

D'où le tapage et les nombreux livres sur l'amour et le mariage.

Les grandes œuvres auxquelles notre vie est liée se sont toujours imposé par leur contribution de haute valeur au progrès de l'humanité. Leur triomphe n'est généralement pas célébré en termes pompeux ; mais il est goûté par tous. A ces grandes œuvres ont aussi participé des femmes. Mais la force, la possession, la fatuité du savoir, ont barré le chemin à beaucoup d'entre elles. Et à travers tout le développement de l'art la note masculine domine. Dans ce domaine la femme est l'élève de l'homme et par conséquent au second rang. Cet état de choses durera jusqu'au jour où l'une d'elles révélera l'élément féminin dans l'art et le développera. Dans deux branches de l'art - dans l'art dramatique et dans la chorégraphie - c'est déjà un fait accompli. Là, la femme peut être elle-même ; et là elle a atteint le sommet de son épanouissement.