Jalousie

La jalousie « repose sur l’idée qu’on a une femme à soi quand elle s’est donnée, ce qui est un pur jeu de mots. » (Anatole France)

La jalousie mesure l’écart définitif qui sépare « aimer » de « posséder ». On peut en « crever », en être « dévoré », le paranoïaque donne à la jalousie ses lettres de folie – la sorcellerie aussi, qui y puise le plus fort de ses motifs.

Les racines à la fois latine, zelosus, et grecque, zelos, du mot jalousie véhiculent deux sens divergents : « plein de prévenance et d’amour », et « empressement, rivalité, envie ». Pourtant, leur conjugaison définit la complexité d’un sentiment qui s’alimente aux sources primitives de l’affectivité infantile : aimer ne va jamais sans haïr. L’imagination fertile de celui qui l’éprouve ne cesse de mettre en scène un drame en réalité plus ancien : la prime enfance a souvent été marquée par la venue au monde d’un puîné, abhorré pour avoir ravi l’amour maternel et s’être emparé des satisfactions lactées. La blessure infligée est double, puisque s’ajoute l’évidence d’une relation sexuelle entre ses géniteurs. Il sait désormais qu’il est exclu d’un secret partagé par ses premières amours, et sur lequel il n’aura de cesse de bâtir les fantasmes de trahison les plus masochistes, d’édifier les spéculations les plus blessantes tout au long de sa destinée amoureuse – « Il y a dans la jalousie plus d’amour-propre que d’amour » (La Rochefoucauld).

« Avant de douter je veux voir. Après le doute la preuve ! Et, après la preuve, mon parti est pris : adieu à la fois l’amour et la jalousie » (Othello). De preuve de l’infidélité de Desdémone, le héros shakespearien n’en obtiendra pas de probante, mais sa tragédie intérieure l’aveuglera jusqu’à l’issue funeste. Accaparé par celui qui est susceptible de lui subtiliser l’objet de son désir, le jaloux est le chef d’orchestre d’une triangulation bisexuelle, digne héritière du drame œdipien. Au sein de ce scénario, on oublie que l’amour pour la personne du même sexe, bien que tombé souvent dans les limbes du refoulement, reste tapi dans l’ombre de la rivalité – par-delà Desdémone, il y a Cassio.

Valentin a remarqué que, lorsqu’il porte des roses à l’intention de sa fiancée, il surprend le regard insistant d’autres femmes sur lui… ou sur son bouquet. « Pourtant, les fleurs signifient que je ne suis pas disponible », c’est oublier qu’en affichant son désir pour l’une, il agite celui de mille autres…