Préface de la présente édition

Malgré bien des lacunes, je pense que, tel quel, ce livre permet aux médecins, aux parents et aux éducateurs une compréhension des rapports de la psychanalyse avec le développement intellectuel et caractériel ; et qu’il permet de comprendre ce qu’il en est de la santé générale des êtres humains, face à l’évolution de la sexualité. Depuis trente ans, les études psychanalytiques ont permis d’approfondir beaucoup de questions ici soulevees. L’interférence entre les troubles organiques, fonctionnels ou lésionnels, et le développement de la sexualité s’est imposée aux médecins, dont certains se spécialisent en médecine dite psychosomatique. La société dans son ensemble, depuis 1939, est en pleine transformation, ha pédagogie, face à un nombre croissant d’enfants présentant des difficultés caractérielles et scolaires et des inadaptations de tous ordres, a affiné ses méthodes d’enseignement et de « rattrapage ». Des consultations médico-pédagogiques répondent un peu partout aux inquiétudes des parents concernant les difficultés de leurs enfants : difficultés pour l’élocution, pour l’écriture, la lecture, la motricité, la scolarité, l’adaptation à la loi. Pendant ce temps, les conditions de la vie citadine font que se trouvent comprimés le temps et l’espace pour vivre. La conscience de la responsabilité de soi s’éveille, d’un autre côté, chez ^es jeunes Pour qui ^es parents ne savent ou ne peuvent plus être écoutés avec confiance. La famille, autrefois soutien et refuge, n’est plus qu’un lieu transitoire de croissance, où pénètrent par les yeux et les oreilles tous les échos du monde. Plus que jamais, chaque être humain, dont le corps est mis à l’abri des suites de tous incidents de santé, s’aperçoit que ses impuissances affectives et psychiques le mettent dans le danger de perdre son équilibre mental. Il lui faut assumer dans la réalité une sexualité qu’il sent bien être en son imagination la cause de ses angoisses, assumer une fécondité qu’il sent être le seul garant de sa mort. Uintelligence des hommes du XX' siècle s’est ouverte non seulement à l’énergie de la matière, et à la recherche de sa maîtrise, mais aussi à celle de la puissance inconsciente de la libido. Le sentiment de la responsabilité n’en est que plus grand.

Je dédie ce livre aux pédiatres.

Paris 1971