Compulsion de lavage et masturbation

J’ai en traitement une patiente très intelligente qui souffre d’un mélange d’hystérie et de névrose obsessionnelle. Son obsession la plus intense est qu’elle va devenir folle ; elle présente également une compulsion de lavage. Elle a été longtemps une onaniste enragée, même après son mariage. Elle avait toujours des scrupules de conscience en se masturbant parce que (quand elle était petite) sa mère l’avait menacée en affirmant qu’elle allait devenir idiote (du fait de la masturbation). Le début de sa névrose actuelle coïncide avec l’abandon de l’onanisme. Quelques analyses de rêves m’ont convaincu que l’obsession de perdre la raison prend la place de tout un ensemble de fantasmes pervers. Devenir fou = commettre des actes fous, insensés, idiots et bien sûr de nature sexuelle1. Cette patiente présente une foule de fantasmes de prostitution ; les fantasmes sexuels inconscients concernent ses parents qu’elle remplace souvent par ses enfants. Elle adore son fils et l’appelle « petit père » (expression courante en hongrois) ; quant à sa fille, qu’elle traite sévèrement, elle l’appelle « petite mère » dans ses accès de tendresse. Mais le fait le plus remarquable dans le cas de cette patiente, c’est qu’elle a varié ses lavages jusqu’à obtenir qu’ils lui procurent à nouveau la satisfaction génitale. Elle a fini par se masturber avec le tuyau du bock et par se frotter la vulve avec une brosse dure. Sa conscience est alors tranquille : elle ne se masturbe pas, elle se lave seulement. Ce cas vient confirmer de façon éclatante l’hypothèse du Pr Freud, à savoir que les actes compulsifs, qui en principe sont des mesures de défense contre l’onanisme, constituent des moyens détournés de revenir à l’onanisme.