Deuxième partie. La mobilisation thérapeutique du soi grandiose