Remerciements

Ce livre a trouvé son inspiration dans une recherche soutenue par la Direction de l’Action sociale du ministère de la Solidarité nationale, par la Direction générale de la Recherche et de la Technologie et par l’Institut national de la Santé et de la Recherche médicale1.

La Direction de l’Action sanitaire et sociale du département de la Seine Saint-Denis s’est pleinement associée à cette recherche. Je dois une grande reconnaissance à la directrice des services de protection maternelle et infantile, le Dr V. de Chambrun et à son assistante Mme D. Moreau.

Nous avons formé une équipe multidisciplinaire harmonieuse et je souhaite que notre collaboration continue à être féconde. Les pédiatres qui travaillent avec nous sont les Drs F. Blondeau, N. et R. Cerf, J. Forissier, H. Gleizes, E. Lahaye et C. Paringaut-Pinchart. Ils sont aidés par des puéricultrices très dévouées, Mmes F. Buisset, C. Cabanier, F. Mérin, S. Millard et C. Pounot. Des psychologues travaillent dans cette recherche. Il s’agit de Mmes C. Bouchard, D. Delouvin, C. Montellier, M. Morales et M. Regnier. Enfin de jeunes psychiatres se sont associés à notre effort : outre S. Stoléru qui a rédigé une importante section de ce livre, il s’agit des Drs V. Bur, B. Faurie, M. Lamour, A. Piquart et J. Rosenfeld. Mme M. Gabel a constamment joué un rôle actif et m’aide à coordonner le travail entrepris. Ce livre n’aurait pu être rédigé si la collaboration de tous ceux que je viens de citer ne nous avait pas permis d’enrichir notre expérience et d’approfondir nos réflexions.

Béatrice Lévy, avec sa gentillesse et sa compétence habituelles, m’a beaucoup aidé dans la rédaction finale de ce travail.


1 Actuellement cette recherche est financée dans la Recherche coordonnée, n° 133020.

   C’est ainsi que se formule la pulsion de mort envisagée par S. Freud dans Au-delà du principe de plaisir (1920).