Notes

Chapitre premier

1. Clyde Klukhohn. « The influence of Psychiatry on  

Anthropology (L'influence de la psychiatrie sur l'anthropologie),

in One hundred Years of American Psychiatry, New York,

1944, p. 615.

2. E. B. Tylor, Primitive Culture (La culture primitive). Londres, 1903, 1, p. 428.

3. A. E. Crawley, The idea of the soul (L'idée de l'âme). Londres, 1909, p. 75.

4. A. Lang. Custom and myth (Mythe et coutume). New York, 1904, p. 53.

5. R. R. Marett, Psychology and Folklore (Psychologie et folklore). Londres, 1920, p. 19. La phrase en italique est en français dans le texte.

 

6. A. L. Kroeber, « White 's view of culture » (Le point de vue de White sur la culture). American Anthropologist, L, 1948, p. 405.

7. Cf. G. Róheim, The riddle of the sphinx (L'énigme du sphinx). Londres, 1934.

8. Clyde Kluckhohn, (4 Navaho infancy and childhood » (Petite enfance et enfance chez les Navaho), in Psychoanalysis and the social sciences. New York, 1947, 1, p. 84.

9. M. Klein, The psychoanalysis of children. 1934 (La psychanalyse des enfants). Trad. Française Paris. P.U.F. 1959.

10. Dans la variante russe, la sorcière demande au forgeron de lui fabriquer une voix semblable à celle de la mère d'Ivashko. W. R. S. Ralston, Russian Folk Tales (Contes populaires de Russie). Londres, 1873, P. 165.

11. Ralston, op. cit., p. 171. Pour des notes comparatives sur l'histoire de Haensel et Gretel, cf. Bolte et Polivka.

12. H. Callaway, Nursery tales, Traditions and Histories ot the Zulus (Contes enfantins, légendes et récits chez les Zoulous). Londres, 1866, pp. 17-20.

13. W. Bogoras, The Chukchee (Les Chuckchee), Memoirs of the American Museum of Natural  History, XI, 1904-09, pp. 294-295.

14. W. Radloff, Proben der Volksliteratur der tuerkischen Staemme Sued-Sibiriens (Fragments de la littérature populaire des tribus turques de la Sibérie du Sud). St-Pétersbourg, 1866, 1, p. 307.

15. S. Freud. Die Traumdeutung, 1900 (L'interprétation du rêve). Trad. française Paris, P.U.F. 1950, p. 109.

546 Psychanalyse et anthropologie

16. W. Schneider, Die Religion der Afrikanischen Naturvölker (La religion des  peuples naturels » d'Afrique). Münster en Westphalie 1891, P. 53.

17. Ruth Benedict, in Culture and Personality (Culture et personnalité). Proceedings of an interdisciplinary conference held under auspices of the Viking Fund. New York, 1949, p. 139.

18. Henry A. Murray, Research planning : A few proposals » (Programmes de recherche quelques propositions), in Culture and Personality. New York, 1949, p. 196.

19. Freud, Das Ich und das Es, 1923 (Le Moi et le Ça). Tr. Fr. in Essais de Psychanalyse, Paris, Payot 1951, pp. 163-218.

20. S. Freud, « Massenpsychologie und Ich Analyse », 1921 (Psychologie collective et analyse du Moi). Tr. Fr. in Essais de Psychanalyse, Paris, Payot, 1951, pp. 76-162. « Zur Einführung des Narzissmus » (Pour introduire le narcissisme), 1914. « Trauer und Melancholie », 1917 (Deuil et mélancolie), Tr. Fr. in Métapsychologie, Paris, Gallimard, 1952, pp. 189-222.

21. Ernest Jones, Papers on Psycho-Analysis (Textes sur la psychanalyse). Londres, Baillière, 1948, p. 145.

22.  Cf. Le concept de « saboteur interne » chez W. R. D. Fairbairn.

23. Freud, « Das Ich und das Es », op. cit.

24. S. Freud. Totem und Tabu, 1912 (Totem et tabou). Tr. Fr. Paris, Payot, 1947.

25. S. Freud. Hemmung, Symptom und Angst, 1926 (Inhibition, symptôme, angoisse). Tr. Fr. Paris, P.U.F., 1965, Nouvelle Éd.

26.O. Fenichel, The psychoanalytic theory of neurosis 1945 (La théorie psychanalytique des névroses). Paris, P.U.F., 1953.

27. John Rickman, The development of the psycho-analytical theory of the psychosis (Le développement de la théorie psychanalytique des psychoses). Londres, 1928, p. 45.

28. M. Brierley, « Metapsychology and Personology » (Métapsychologie et personnologie). International journal of Psychoanalysis, XXVI, 1945, p. 108.

29. Cf. G. Róheim, War, crime and the covenant (La guerre, le crime et l'alliance). New York, 1945.

30. 1. C. Fluegel, Man, morals and society (L'homme, la morale et la société). New York, 1944, pp. 78-79.

31. F. Alexander, Psychoanalyse der Gesamtpersonenlichkeit (Psychanalyse de la personnalité totale). Vienne, 1927, p. 41.

32. L. Jekels et E. Bergler, « Instinct dualism in dreams » J(Le dualisme des instincts dans les rêves). Psychoanalytic Quarterly, IX, 1940, p. 403.

33. S. Freud, « Das Unbewusste » 1915 (L'inconscient). Tr. Fr. in Métapsychologie, Paris, Gallimard, 1952, pp. 91-161.

34. Marcel Mauss, « Une catégorie de l'Esprit humain », Journal of the royal Anthropological institute, LXVIII, 1938, p. 274.

35. G. Róheim, « Sublimation » (La sublimation), Psychoanalytic Quarterly, XII, 1942, p. 338.

36. Cf. O. Rank, « Die Symbolschichtung im Wecktraum » (L'ordre des symboles dans le rêve éveillé). Jahrbuch für Psychoanalyse, IV, 1912, pp. 51-115.

37. Avec un autre analyste, qui m'en a parlé.

38. J. E. Harrison. Themis Cambridge 1927, pp. 174-175.

39. J. G. Frazer. The magic art (L'art magique). Londres 1911, p. 266.

Notes 547

 

40. Cf. l'article « Dioscures » dans W. H. Roscher ,

éd. Ausführliches Lexikon der griechischen  und romischen Mythologie ( Lexique  de la mythologie grecque et romaine). Leipzig, 1884-1937.

41. C. Blinkenberg, The Thunderweapon in religion and folklore (Le tonnerre comme arme dans la religion et le folklore). Cambridge, 1941, p. 58. Richard M. Meyer. Altergermanische Religiongeschichte (Histoire de la religion des Germains). Leipzig, 1910, p. 287.

42. G. Róheim. The eternal ones of the dream (Les êtres éternels du rêve. Traduction française à paraître dans la même collection que cet ouvrage). New York, 1945, pp. 184-185.

43. Cf. G. Róheim, « Dream Analysis and fieldwork in Anthropology » (Analyse des rêves et travail sur le terrain en anthropologie), in Psychoanalysis and the Social Sciences. I, New York, 1947, p. 95.

44. The riddle of the sphinx, pp. 69-75.

45. Ibid., p. 29.

46. Raymond Firth, « The meaning of dreams in Tikopia » (La signification des rêves chez les Tikopia). Essays presented in C.G.S. Seligman, Londres, 1934, p. 64.

47. The eternal ones of the dream, pp. 118-119.

48. C.G.S. SeIigman « Anthropology and Psychology » (Anthropologie et psychologie). Journal of the Royal Anthropological Institute. LIV , 1924, pp. 43-44.

49. Cf. H. S. Darlington, « The fear of false teeth » (La peur des

fausses dents). Psychoanalytic Review, XXXI, 1944. p. 181.

49 a. A. Castiglioni, « The serpent or healing god in antiquity ». (Le serpent ou dieu guérisseur dans l'Antiquité). Ciba symposia, 111, no 12, 1941, p. 1161.

50. Thraemer (article sur Asklepios dans le Lexikon de Roscher) cite P. G. Welcker, Griechische Gœtterlehre (La doctrine des dieux chez les Grecs). 11, 1852-1862, p. 734,

51. J. G. Frazer, Adonis, Attis, Osiris. Londres, 1907, p. 72, cite Dittenberger, Sylloge inscriptionum grœcorum. No 803.

52. E. Kuester. Die Schlange in der griechischen Kunst und Religion (Le serpent dans l'art et la religion grecques). Giessen, 1913, p. 78.

53. Harrison, op. cit., p. 268.

54. Voir à Erichthonios, dans le Lexikon de Roscher, 1, p. 1304.

55. Kuester, op. cit., p. 149.

56. A. Marx, Griechische Mearchen von dankbaren Tieren (Contes grecs sur des animaux reconnaissants). Stuttgart, 1899, pp. 121-122.

57. G. Landtman, « The Folk-tales of the Kiwaï Papuans » (Contes des Papous kiwaï ). Acta Scientarum Societatis Fennicae, XLVII, Helsinki, 1917, pp. 422-23.

58. Ibid., p. 454.

59. G. C. Wheeler, Mono-Alu Folklore (Le folklore des Mono

Alu). Londres, 1926, pp. 36-37.

60. W. Lloyd Warner, A black civilization (Une civilisation noire). New York, 1937, p. 384.

61. B. Spencer et F. J. Gillen, Northern tribes of Central Australia (Tribus du Nord de l'Australie centrale). Londres, 1904, p. 486.

62. R. et C. Berndt, A preliminary report of fieldwork in the Ooldea region, Western South Australia (Rapport de terrain préliminaire sur la région d'Ooldea, Australie du Sud-Ouest). Sydney, 1945, p. 255.

63. A. C. Hollis, The Nandi (Les Nandi). Londres, 1909, p. 90.

64. John Roscoe. The Baganda (Les Baganda). Londres, 1911, pp. 320-322.

548 Psychanalyse et anthropologie

65. S. Spieth, Die Religion der Eweer in Sued Togo (La religion des Eweer du Togo méridional). Leipzig, 1911, p. 143.

66. W. Bossman, Reise nach Guinea (Voyage en Guinée). 1708, p. 4119.

67. L. Frobenius, Und Afrika sprach (Et l'Afrique parla). Berlin, 1913, 111, p. 181.

68. R . Briffault, The mothers (Les mères). Londres, 1927, 11, p. 669, cite H. A. Coudreau, La France équinoxiale, II, pp. 184 et suivantes, p. 190.

69. Briffault, op. cit., II, p. 668, cite I. Chomé. Lettres édifiantes et curieuses, VIII, p. 333.

70. Cf. G. Róheim, « The children of the desert » (Les enfants du désert). International journal of Psychoanalysis. XIII, 1932, p. 24. Idem. « Play-Analysis with Normanby Island Children » (Analyse par le jeu d'enfants de l'île Normanby). American journal of orthopsychiatry, X. 1941, p. 527.

71. Cf. L'article de Ernest Jones, « The theory of symbolism » (La théorie du symbolisme). In Papers on pyschoanalysis. Londres, 1948, p. 87.

7 2. G. Róheim, « The psychology of the central Australian culture area » (La psychologie de l'aire culturelle centre-australienne). International journal of Psycho-analysis, XII, 1931, p. 101.

73. D. Welster, « The origin of the sign of the Zodiac » (L'origine du signe du zodiaque). American Imago, 1, 1940, pp. 31-47.

74. Cf. particulièrement S. Ferenczi, « Das Problem der Unlustbejahung », 1926 (Le problème de l'acceptation du déplaisir). Tr. anglaise in Further Contributions to the theory and technique of psychoanalysis, Londres, The Hogarth Press, 1926. E. Jones, « The theory of symbolism », art. cit.

75. M. E. Opler, « Japanese Folkbelief concerning the snake » (Croyances populaires des Japonais à propos du serpent). Soulhwestern journal of Anthropology, 1, 1945, p. 251.

76. Ibid., p. 259.

77. Cf. G. Róheim, « Aphrodite, or the Woman with a penis » (Aphrodite, ou la Femme au pénis). Psychoanalytic quarterly, XIV, 1945 pp. 350-380.

78. M. J. M. de Groot, The religious system of China (Le système religieux de la Chine). Leyde, 1907, V, Livre II, pp. 587-589.

79. Opler, op. cit., p. 258.

80. G. Róheim, Magyar Néphit es Nèpszodksok. Budapest 1925, p. 88.

81. W. Schulenburg, Wendische Volkssagen und Gebraeuche aus dem Spreewald. Berlin, 1880, p. 96. Pour plus de données sur l'Europe, voir mon livre, cité dans la note précédente.

82. Opler, op. cit., p. 255.

83. G. G. Aston, Shinto. New York, 1905, p. 64.

84. The eternal ones of the dream, pp. 178-199.

85. Cora Du Bois, The people of Alor (Le peuple d'Alor). Minneapolis 1944, p. 31.

86. B. Spencer, Native tribes of the Northern territory (Tribus indigènes du territoire nordique). Londres, 1914, p. 325.

87. G. Landtman, The Kiwai Papuans of British New Guinea (Les Papous Kiwai de Nouvelle-Guinée britannique). Londres, 1927, p. 231.

88. H. Ploos et M. Bartels, Das Weib in der Natur und Voelkerkunde (La femme dans les croyances naturelles et populaires). Leipzig, 1908, II, p.. 265.

Notes 549

89. H. Zahn, « The Jabims » (Les Jabims), in R. Neuhaus. Deutsch New Guinea. Berlin, 1911, 111, p. 296.

90. C. G. S. Seligman, The Melanesians of British New Guinea (Les Mélanesiens de Nouvelle-Guinée britannique). Cambridge, 1910, p. 85.

91. J.Henry, Jungle people (Les gens de la jungle). New York, 1941, p. 194.

92. A. John, Sitte, Brauch und Volksglaube im deutschen Westbœhmen. (Moeurs, coutumes et croyances des Allemands de la Bohême de l'Ouest). Vienne, 1905, p. 104.

93. G. Róheim, « Az élet fonala » (Le fil de la vie) in Adalékok a Magyar Néphithez. Budapest, 1920, p. 287.

94. M. Luby, « Treatment of Hungarian peasantchildren » (Le traitement des petits paysans hongrois). Folklore. LII, 1941, p. 105, Pour plus de données voir mon article « The thread of life » (Le fil de la vie).Psychoanalytic Quarterly, XVII. Pour le sujet dans son ensemble, cf. Frazer, The magie art and the evolution of kings (L'art magique et l'évolution des rois). 1, pp. 52-219 ; Taboo and the perils of the soul (Tabous et les dangers de l'âme). Londres, 1948, pp. 116-119, 126-130, 258-290.

95. A. Hermann, « A köröm  a néphitben » (Les ongles dans le folklore), Ethnographia, IV, pp. 121, 124, 126, 128.

96. Hermann, « Potló adatok a körömröl való néphithez ». Ethnographia, IV, 1893, p. 248.

97. V. Randolph, Ozark Superstitions (Superstitions des Ozarks). New York, 1947, p. 289.

98. Magyarság Néprajza (Ethnographie hongroise). Budapest, s. d., IV, p. 307.

99. Frazer, Taboo and the perils of the soul, pp. 272-274.

100. K. Bartsch, Sagen, Maerchen und Gebraeuche aus Mecklenburg. (Récits, contes et coutumes du Mecklembourg). Vienne, 1880, Il, p. 329.

101. A. Wuttke, Der deutsche Volksaberglaube (Superstitions populaires allemandes). Berlin, 1900, p. 260.

102. A. Komàromy, Magyarország, Boszorkányperek 0klevéládra. Budapest, 1901, p. 156.

103. A. W. Howitt, Native tribes of South East Australia (Tribus indigènes de l'Australie du Sud-Est). Londres, 1904, p. 366.

104. B. Spencer et F. J. Gillen, Native tribes of Central Australia (Tribus indigènes d'Australie centrale). Londres, 1899, p.175.

105. M. Radiguet, Les derniers sauvages ; la vie et les mœurs aux îles Marquises. Paris, 1842-1859, p. 175.

106. Frazer, Taboo and the perils of the soul. 11, pp. 268-290, et The magie Art and the Evolution of kings. pp. 174-219. E. S. Hartland, The legend of Perseus (La légende de Persée). Londres, 1895, 11, pp. 55-174.

107. Frazer, Taboo, pp. 280, 281.

108. Landtman, op. cit., p. 13.

109. G. Róheim, Spiegelzauber (La magie du miroir). Vienne, 1919, p.. 31.

110. Dans un rêve antérieur, le même avait été vu comme le Saint-Esprit.

111. R. et C. Berndt, op. cit., pp. 224, 225.

112. C. P. Mountford et Alison Harvey, « Women of the Andjamatana Tribe » (Femmes de la tribu Andjamatama). Oceania, XII, 1941, p. 156.

550 Psychanalyse et anthropologie

113. Cf. G. Róheim, « Women and their life in Central Australia » (La vie des femmes en Australie centrale). Journal of the Royal Anthropological institute, LXIII, 1933, idem. The nescience of the Aranda » (L' « ignorance » des Aranda). British journal of medical Psychology, XVIII, 1938.

114. B. Malinowski, The sexual life of savages, 1929 (La vie sexuelle des sauvages du Nord-Ouest de la Mélanésie), Tr. Fr. Paris, Payot, 1930.

115. Ernest Jones, « Mother right and the sexual ignorance of the Savages » (Le droit maternel et l'ignorance sexuelle des sauvages). International journal of Psychoanalysis, VI, 1925, pp. 109-130.

116. John J. Honigmann, « Cultural dynamics of sex » (La dynamique culturelle de la sexualité). Psychiatry, X, 1947, p. 44.

112. Ibid., p. 42.

118. Jules et Zunia Henry, « Doll play of Pilaga Indian children » (Le jeu de la poupée chez les enfants indiens Pilaga). Research monographs of the American orthopsychiatric Association, 4, 1944, pp. 15-16.

119. D. Leighton et Clyde Kluckhohn, Children of the people (Enfants du peuple). Cambridge, Mass., 1947, p. 36.

120. Travail sur le terrain, 1947.

121. G. Lueko, Amagyar lélek formai (Formes du psychisme hongrois). Budapest, 1942, p. 108.

122. J.Piprek, Slavische Braulwerbungs und Hochzeitsgebraeuche. (Coutumes de demande en mariage et de noces chez les Slaves). Vienne, 1914, pp. 22-23.

123. Ibid., p. 118.

124. Jessie L. Weston, The legend of Sir Gawain (La légende de sire Gawain). Londres, 1897, pp. 49-50.

125. C. Pschmadt, Die Sage von der verfolgten Hinde (L'histoire de la biche pourchassée). Leipzig, 1911.

126. G. Róheim, « Die Wilde Jagd » ( La chasse sauvage). Imago, XII, 9126, p. 467.

127. G. Róheim, « Sexual life of the Central Australian » (La vie sexuelle des Australiens du Contre). International journal of psychoanalysis. XIII, 1932.

128. Ce fut là le point de départ de tout le domaine d'étude # Culture et personnalité ».

129. G. Róheim, « National character of the Somali » (Le caractère national des Somalis). International journal of Psycho-Analysis. XIII, 1932.

130. Honigmann, op. cit., P. 411.

131. In G. H. Seward. Sex and the social order (La sexualité et l'ordre social). New York, 1946, pp. 37-38.

131a. Cf. Robert M. Yerkes, Chimpanzees, a laboratory colony (Une colonie de chimpanzés en laboratoire). New Haven, Conn., 1943, pp. 70-71. « Dans le jeu sexuel et les activités préliminaires à l'union, le mâle a tendance à être plus agressif ».

132. Freud, « Das Unbewusste », art. cit.

133. Cf. M. Mead, in L. Carmichael. Manual of child Psychology. New York, 1946. (Manuel de psychologie de l'enfant). Tr. Fr. Paris, P.U.F, 1952, et A. Storch, « The primitive archaïc form of innerexperience and thought in schizophrenia » (La forme archaïque primitive de l'expérience intérieure et de la pensée dans la schizophrénie.) Nervous and mental disease monographs. No 36, 1924.

134. Frazer, Taboo and the perils of the soul, pp. 3-4, cite Caron « Account of Japan », in Pinkerton's voyages and travels, VII, 613.

Notes 551

135. En 1931, l'un des-hommes-médecine des Yuma employa Presque les mêmes termes pou parler de son esprit tutélaire.

136. Anna Freud, Das Ich und die Abwehrmechanismen, 1936 (Le moi et les mécanismes de défense). Tr. Fr. Paris, P.U.F, 1949.

137. G. B. Grinnell, Blackfoot lodge tales (Récits des loges Pied

Noir). Londres, 1893, pp. 191-193.

138. J. G. Frazer, Totemism and exogamy (Totémisme et exogamie). Londres, 1910, 111, p. 388.

139. W. Me Clintock, The old north trail (La vieille piste du Nord). Londres, 1910, pp. 352-358.

140. Frazer, Totemism. and exogamy. 111, p. 399. Ruth Benedict,« The concept of the guardian spirit in North America » (Le concept d'esprit tutélaire en Amérique du Nord). Memoirs of the American Anthropological Association. No 39, 1923, pp. 1-97.

141. S. Solymossy, in A Magyarság Néprajza (Ethnographie hongroise). IV, Budapest, s.d., pp. 321-322.

142. Cf. R. Linton, The cultural background of personality (Le fondement culturel de la personnalité). New York, 1945, p. 150.

143. S. Freud, « Das Unheimliche », 1919 (L'inquiétante étrangeté).Tr. Fr. in Essais de psychanalyse, Paris, Gallimard, 1933, pp. 163-211.

144. M. Mead, « An investigation of the thought of primitive children »(Investigation dans la pensée des enfants primitifs). Journal Royal Anthropological Institute, LXII, 1932, pp. 182-183.

145. Ibid., p. 189.

Chapitre II

1. Bien que j'appelle ce chapitre « Psychanalyse de la culture australienne », il y est surtout question de l'Australie centrale, que je connais par moi-même.

2. Ce campement se trouvait à Bosun's Hole (le Trou de Bosun).

3. B. Spencer et P. J. Gillen, The native tribes of Central Australia. op. cit., pp. 4-5.

4. J. G. Frazer, Totemism and exogarny. op.. cit., 1, p. 170.

5. C. Strehlow, « Die Aranda und Loritja Stämme in Zentral Australien » (Les tribus Aranda et Loritja d'Australie centrale). Veröffentlichungen aus dem städtischen Völker museum, 1, Francfort-sur-le-Main, 1913, pp. 79-80.

6. Echidna, porc-épic.

7. Dasyurus spec. Pour une description des Dasyuridés, cf. « The Horn scientific expedition to Central Australia » (L'expédition scientifique Horn en Australie centrale). 2e partie « Zoologie », Londres et Melbourne, 1896, p. 19.

8. Cf. E. Eylmann, Die Eingeborenen der Kolonie Süd-australien (Les indigènes de la colonie sud-australienne). Berlin, 1908, pp. 305-307.

9. B. Spencer et F. J. Gillen, The Arunta (Les Aranda.) Londres, 1927, 1, pp. 45-61.

10. A. R. Radcliffe Brown, « The social organization of Australian tribes » (L'organisation sociale des tribus australiennes). Oceania monographs, 1, 1931, p. 44.

11. Ibid., p. 46.

12. Ibid., pp. 50-51.

13. Ibid., p. 52.

Psychanalyse et anthropologie

14.Toutefois 3 et 4 se produisent parfois.

 

15. Et ce sont là des gens dont on prétend qu'ils ne comprennent

pas le rôle du ère dans la procréation.

15 a. Le signe + désigne les hommes et le signe 0 les femmes.

16. Emprunté à C. Strehlow, op. cit., IV, p. 79.

17. Sur ce tableau, il faut lire qu'un Tapurula (1) donne à un autre Tapurula l'un des noms groupés sous la rubrique A, à un Takamara l'un des noms groupés en B, etc...

18. Cela n'est que partiellement vrai en ce qui concerne G. Le terme Watjira est usité, et le terme Kunarbi est connu, bien que peu usuel.

19. Nous utilisons ici les termes Aranda les plus simples.

20. En Aranda lelinja (voir plus loin).

21. Cette coutume se retrouve dans toutes les tribus de la région.

22. Voir aussi C. Strehlow, op. cit., IV, pp. 11-13. Spencer et Gillen, The Arunta, II, pp. 487-488. L de Vidas, « Childbirth among the Aranda, Central Australia » (La naissance chez les Aranda, Australie centrale). Oceania, XVIII, 1947, p. 117.

23. G. Róheim, « The psychology of the central Australian culture area », art. cit., p. 75. Cf. R. et C. Berndt, « A preliminary report of the Ooldea Region, Western South Australia », art. cit., pp. 251-252.

24. C. Strehlow, op. cit., III, p. 3.

25. Dimal est âgée de deux ans, et Buna, sa demi-sœur, a neuf ans environ.

26. Phyllis M. Kaberry, Aboriginal woman, sacred and profane (La femme aborigène, sacrée et profane). Londres, 1939, pp. 50-51.

27. Strehlow, op. cit,, IV, p. 2.

28. Coutume dont nous discuterons plus loin.

29. H. Basedow, The Australian Aboriginal (L'aborigène australien). Adelaïde, 1925, p. 66. Cf. C. P. Mountford et A. Harvey, « Women of the Andjamatana tribe », art. cit.

30. 1. Hermann,  Sich Anklammern - Auf Suche gehn ». (Se cramponner - aller à la recherche). Internationale Zeitschrift fuer Psychoanalyse, XXI, 1936, p. 349.

31. Basedow, op. cit., p. 67.

32. Ce qui prouve bien que le conditionnement ne suffit pas à rendre compte de la totalité des faits.

32 a. Population du nord-ouest de la Nouvelle-Galles du Sud. Nous les citons pour illustrer l'unité de la culture australienne.

33. K. L. Parker, The Euahlayi tribe (La tribu des Euahlayi). Londres, 1905, p. 52.

34. Je ne veux pas dire par là que ce soient des personnalités orales, mais que, dans la situation mère-enfant, ou phase orale, il y a aussi peu de frustration que possible.

35. C. Strehlow, op. cit., 1, pp. 11-15.

36. Kanakana était un indigène mularatara âgé de trente à quarante ans.

37. « Les mêmes animaux femelles qui donneraient leur vie pour défendre leurs petits les mangent couramment lorsqu'ils sont nouveautés, » R. Briffault, The mothers, I, p. 112.

38. Il ne s'agit pas là des Pitjentara, mais des Matuntara, voisins occidentaux des Aranda et septentrionaux des Pindupi.

39. Ce sont les fils de Pukutiwara. Ceci contredit l'affirmation qu'on ne pouvait tuer que des enfants de moins d'un an. (Jankitji avait cinq ans environ.)

Notes                   553

40. Daisy Bates, The passing of the Aborigines (Le déclin des aborigènes). Londres, 1938, p. 107.

41. G. Róheim, « Women and their life in Central Australia ». art. cit., p. 243. La signification du mot kantjilpa est inconnue.

42. Il y a peut-être une exception. Cf. Bates, op. cit., p. 144.

43. Dans son compte rendu sur. The eternal ones of the dream Berndt pose la question : « La répression sexuelle ne pourrait-elle être la seule origine du développement de la situation oedipienne ? » Oceania, XVII, 1946, p. 69. La question ne se pose pas en termes de ce qui pourrait être mais en termes de ce qui est. Cf. G. Róheim, « The Oedipus complex and infantile sexuality » (Le complexe d'Edipe et la sexualité infantile). Psychoanalytic Quarterly, XV, 1946, p. 503.

44. Récit fait par Yirramba banga, un Aranda d'Alice Springs.

45. Publiée dans The riddle of the Sphinx, p. 34.

46. L'existence du feu = l'urine. Ce symbolisme est attesté par le nom donné au rite d'initiation terminal : uru-mbula = feu-urine.

47. The riddle of the Sphinx, p. 35.

48. G. Róheim, « Myth and folk-tale » (Mythe et Conte populaire). American Imago. II, 1941, p. 266.

49. Bates, op. cit.

50. G. Róheirn, Sexual life in Central Australia, p. 53.

51. Ibid., p. 511.

52. Ibid., p. 53.

53. L'énoncé de ces remarques avait, comme en analyse, un but bien précis. Je ne crois pas que j'aie « induit la situation ». Cf. M. Mead in L. Carmichael, Manual of Child psychology, op. cit.

54. Sexual life in Australia, l.c., pp. 82-83.

55. Cf. E. Bergier et L. Eidelberg, « Der Mammakomplex des Mannes » (Le complexe de la mamelle chez l'homme). Internationale Zeitschrt fuer Psychoanalyse, XIX, 1933, p. 552.

56. Il s'agit là d'Arandas de la mission.

57. Son ami Nomi est un garçon Luritja, âgé de trois ans.

58. On décrira ultérieurement les jeux urétraux du rituel.

59. D'où le bâton tjurunga.

60. Voir l'explication ci-dessous.

61. Noté dans les textes des chants de ma collection.

62. En tout cas, il semble en être ainsi en ce qui concerne les circonstances extérieures. Nous verrons pourtant que cela n'est pas tout à fait vrai.

63. Bien que les mères se couchent sur leurs fils dans la position alknarintja, et les masturbent en toute liberté.

64. Chez les Pitjentara, il arrive que le garçon, par suite de la circoncision, saigne jusqu'à ce que mort s'ensuive. N. B. Tindale « Initiation among the Pitjentara » (L'initiation chez les Pitjentara). Oceania, VI, 1936, pp. 218-219.

65. Strehlow, op. cit., 1, p. 102.

66. The riddle of the Sphinx, p. 150.

67. Ibid., p. 154.

68. Cf. W et C. Berndt, op. cit. XIII, pp. 263-268.

69. StrehIow, op. cit., 1, pp. 12-13. Spencer et Gillen, The Arunta, p. 178.

70. Cf. G. Róheim, « Transition rites » (Les rites de passage). Psychoanalytic Quarterly, XI, 1942, p. 343.

71. Sur runabibi comme la vieille femme, cf. R. et C. Berndt, « The eternal ones of the dream », Oceania, XVII, 1946, p. 7.

72. A. P. Elkin dans Man, XLIX, 1949, no 129.

554 Psychanalyse et anthropologie

73. G. Róheim, Australian totemism (Le totémisme australien). Londres, 1925, pp. 218-219-234-240.

74. G. Róheim, « Psycho-analysis of primitive cultural types » (Psychanalyse de types culturels primitifs). International journal of Psychoanalysis, XIII, 1912, p. 69.

75. The eternal ones of the dream, chap. IV et V.

76. Ibid. 1 chap. II.

77. Spencer et Gillen, The Arunta, 1, pp. 355-369.

78. Ibid, I, p. 287.

79. Ibid., pp. 289, 290.

80. Spencer et Gillen, The native tribes of Central Australia, p. 364.

81. Idem, The Arunta, 1, p. 224.

82. Idem, The natives tribes of Central Australia, p. 290.

83. The riddle of the Sphinx, p. 141, Cf. pp. 142-143.

84. Strehlow, op. cit, IV, p. 39.

85. The riddle of the Sphinx, pp. 28-29.

86. Spencer et Gillen, The Arunta, I, p. 291.

87. The eternal ones of the dream, pp. 115-177.

88. R. Bergler, « Therapeutic results of psycho-analysis » (Résultats thérapeutiques de la psychanalyse). International journal of Psychoanalysis, XVIII, 1937, p. 148.

89. S. Freud, « Das Ich und das Es », art. cit.

90. The riddle of the Sphinx, pp. 217-218.

91. Ibid., p. 110.

92. C. Strehlow, op. cit., III, pp. 1-2.

93. En écrivant le rêve, elle n'était pas sûre qu'il ne s'agit pas d'un « coffre à petits », c'est-à-dire d'une poitrine contenant les « petits » (jeunes animaux, enfants). (Jeu de mots intraduisible entre « cupboard » et « cub-board » N.d.T.).

94. C. Strehlow., op. cit., IV, pp. 27-28.

95. Spencer et Gillen, The Arunta, Il, pp. 492, 493.

96. Attitude de la vieille génération vis-à-vis de la nouvelle.

97. W. Lloyd Warner, op. cit., p. 284.

98. K. L. Parker, The Euahlayi Tribe, op. cit., p. 79.

99. A. Freud, Le moi et les mécanismes de défense, op. cit.

100. Tindale, op. cit., pp. 222-223.

101. Cf. G. Róheim, « The nescience of the Aranda », art. cit. pp. 343-360.

102. Cf. Róheim, « Transition rites », art. cit., pp. 226-374.

103. The eternal ones of the dream, pp. 68-79.

104. Spencer et Gillen, The Arunta, I, p. 206.

105. R. H. Mathews, « Phallic rites and initiation ceremonies of the South Australian aborigenes » (Rites phalliques et cérémonies d'initiation des aborigènes d'Australie du Sud). Proceedings of the American Philosophical Society, XXXIX, 1900, p. 624.

106. B. Spencer, Native tribes of the northern territory of Australia, op. cit. Londres, 1914, pp. 174, 175.

107. Cf. The eternals ones of the dream, p. 72.

108. Et particulièrement de son pénis.

109. Bergler et Eidelberg, op. cit., p. 552.

110. Le coussinet d'émeu s'appelle wipi, celui de cheveux humains lunkaia.

M. Cf. The Eternal ones of the dream. pp. 105-109.

112. Rhombe, charme d'amour.

113. Parce que les fourmis sauvages mordent, on les appelle aussi papapapa (chien-chien).

Notes 555

114. L'homme qui le prend par le bras (l'initiateur) marche très près de lui.

115. Il est reconnaissant à son frère aîné de faire de lui un homme.

116. C'est-à-dire : attache les cheveux en forme de pokuti (coiffure, où les cheveux font saillie à l'arrière).

117. Le bras est ici probablement symbole du pénis.

118. C'est là en réalité la façon dont les tatata, c'est-à-dire « les cachés » (les garçons à ce stade de l'initiation), procèdent. Chacun d'eux dit aux autres d'aller chercher de l'eau.

119. Ces deux mots sont significatifs car karu, creux, dans les chants Ngallunga, désigne l'entaille de la subincision, ou vagin symbolique. Ici, le « creux » est le trou de l'étui pénien.

120. L'explication donnée par l'informateur (Leliltukutu) est la suivante ; les garçons du faucon de nuit (les initiateurs) ont peint un homme-mopoke avec de grands yeux. Ses rapports avec le pénis ne sont pas précisés. Le mopoke est un oiseau.

121. Ils attrapent le serpent vivant et le frappent sur la tête. « À moi », c'est ce que dit le serpent qui va avaler les deux garçons.

122. C. Strehlow, op. cit., IV, p. 43.

123. R. et C. Berndt, op. cit., XV, 1945, pp. 250-252.

124. P. W. Schmidt, « Soziologische und religioese Gruppierung der Australier » (Groupement sociologique et religieux des Australiens). Zeitschrift fuer Ethnologie, XLI, 1909, p. 377.

125. W. Lloyd Warner, op. cit., p. 453.

126. Qui signifie « morceaux de chair ». Demeure d'un chef lézard qui épousa ses filles, ses tantes, ses belles-mères et pour cette raison avait abondance de « morceaux de chair ».

127. C. Strehlow, op. cit., I, pp. 23-24.

128. Kaberry, op. cit., p. 235.

129. Ibid., p. 206.

130. Ibid., p. 206.

131. U. Mc Connel, « Totemic hero cults un Cape York

Peninsula » (Les cultes des héros totémiques dans la péninsule du

Cap York). Oceania, VII, 1936, p. 85. The eternal ones of the

dream, p. 96.

132. Warner, op. cit., pp. 250-261.

133. The eternal ones of the dream. Chap. VIII.

134. R. et C. Berndt, op. cit., 1942. p. 107.

135. La quarakililia, qui contenait beaucoup de liquide.

136. Strehlow, op. cit., IV, p. 98.

137. O.Siebert, « Sagen und Sitten des Dieri und Nachbarstaemme in Zentral Australien » (Récits et coutumes des Dieri et des tribus voisines d'Australie centrale). Globus, 97, 1910, p. 79.

138. L. Fison et A. W. Howitt, Kamilaroi and Kurnali, Sidney, 1880, P. 202. A. W. Howitt, Native tribes of South East Australia, op. cit., p. 149.

139. G. Róheim, Australian totemism, op. cit., chap. II.

140. Un comportement du même type, c'est-à-dire sur le modèle du viol, semble exister chez les Kaska. John J. Honigmann « Cultural dynamics of sex , art. cit., p. 44. Cf. aussi les Kurnai, dans Fison et Howitt, op. cit., p. 202.

141. Ceci sera expliqué ultérieurement.

142. « Danse », qui sera expliquée ci-dessous.

143. On entend par là des coups de lance réels.

14,4. Spencer et Gillen. The Arunta, II, p. 465.

145. Ibid, p. 466.

146. Ibid, p. 467. Cf. L. Schulze. « The Aborigenes of the upper

556 Psychanalyse et anthropologie

and middle Finke River » (Les Aborigènes du cours supérieur et moyen du fleuve Finke). Transactions and proceedings of the Royal Society of South Australia, XIV, 1891, p. 236.

147. Ibid, II pp. 469-470.

148. Ibid, II, p. 472.

149. Cf. R. et C. Berndt, « Field work in western south Australia

(Travail sur le terrain en Australie du Sud-Ouest). Oceania, XIV, 1943, p. 138.

149 a. Le jouet boomerang utilisé par les garçons figure le bâton à feu.

149 b. « Pénis de l'eau » = éclair. Les Aranda appellent le rhombe pénis de l'eau » (éclair).

149 c. Le tjilara ou serre-tête, « ressemble » à l'éclair. (C'est une bande de cuir blanc.)

150. L'homme qui procède à ces gestes magiques est censé se tenir au bord d'un rocher et contempler l'eau en-dessous de lui.

151. Ce qui signifie la femme.

152. L'ancêtre Chat-Sauvage danse en frottant ses jambes l'une contre l'autre, puis il s'arrête et voit un double arc-en-ciel.

153. Il entend le kakatoès « parler » dans les buissons et voit bouger les buissons ce qui les fait paraître « doubles ».

154. Signifie l'oiseau appelé indorida, mais aussi les femmes alknarintja.

155. Lorsqu'ils se lèvent pour danser, leur pénis est en érection. Le mouvement du pénis érigé est appelé « parole ».

156. Cela signifie qu'il frappe le sol avec le tnatandja, avec les plumes de l'extrémité. Ce vers suit immédiatement celui qui a trait au pénis.

157. En chantant l'incantation à l'ilpindja, ils ont rendu les femmes alknarintja, c'est-à-dire résistantes aux avances des hommes.

158. Les femmes s'appuient sur le bâton.

159. Les femmes alknarintja sont si pressées qu'elles n'attendent pas que la viande soit cuite.

160. Tout ceci se rapporte à l'homme-lune. Les queues du bandicoot pendent de chaque côté de sa barbe.

161. Le tnatandja pénètre dans le ciel.

162. Il s'agit des sécrétions vaginales, ou « semence féminine », comme les Aranda les appellent.

163. L'homme qui surgit du tnatandja est appelé Père Lézard. Il attend, tandis que l'homme-lune mène les filles.

164. En réalité cela signifie « jaillit avec fracas ». C'est dit de cette façon pour en obscurcir le sens. Mais le mot employé pour désigner l'éclair est parankalu, et para signifie pénis en Aranda, et se dit kalu en Luritja.

165. En réalité, ils veulent dire : « Du ciel, il tombe, il tombe. » L'explication est la même que ci-dessus.

166. S. Zuckerman, The social life of monkeys and apes, 1932 (La vie sociale des singes). Tr. Fr. Gallimard, 1932. Cf. chap. V.

167. József Nyiró, Vz Bence. 3e éd. Revai, pp. 31-32.

168. La magie destinée à accroître la libido est tirée d'un mythe dans lequel un père a des rapports sexuels avec sa fille. Cf. Róheim, « Totemic ritual » (Rituel totémique). International journal of Psycho-Analysis, XIII, 1932, p. 66.

169. Róheim, « Sexual life in Central Australia », ibid., XIII, p. 53,

170. La mère phallique est en réalité la mère au mamelon. Cf. Rôheim, « Aphrodite or the woman with a penis », art. cit., pp. 350-390.

Notes 557

171. Cf. mon article « L'originc de l'idéal », Samiska (Journal de la Société indienne de Psychanalyse), 11, 1948.

172. Un vieil homme du groupe Kukata.

173. S. Freud, « Die infantile Genitalorganisation » (L'organisation génitale infantile). Gesammelte Schrifien, V, 1923.

174. E. Jones, « The phallic phase » (La phase phallique). International journal of Psycho-Analysis, XIV, 1933, pp. 1-33.

175. A. Kardiner, The individual and his society (L'individu et sa société). New York 1939, pp. 202-203.

176. J'ai déjà cité ce passage dans « Society and the individual » (La société et l'individu). Psycho-analylic Quarterly, IX, 1940, pp. 536-537.

177. Pukutiwara prétendait qu'il n'avait qu'un testicule, l'autre lui ayant été enlevé au cours de son initiation.

178. Tindale, « Initiation among the Pitjendjara natives » (L'ini. tiation chez les indigènes Pitjendjara). Oceania, VI, 1936.

179. Les chiens qui flottent dans l'air, collés l'un à l'autre.

180. Le passage suivant est extrait de Róheim, « Women and their life in Central Australia », art, cit., p. 239.

181. Les carrés représentent les feux, les parenthèses les dos tournés l'un vers l'autre.

181a. Róheim. Ibid., p. 20.

182. R. et C. Berndt, « An initiation ceremony at Macumba » (Une cérémonie d'initiation à Macumba). Oceania, XV, 1945, p. 261.

183. Ibid., p. 261.

184. Le bras semble symboliser le pénis : tous deux sont utilisés pour faire jaillir le sang.

185. R. et C. Berndt, « An initiation ceremony at Macumba », art. cit., pp. 263-266.

186. C'est-à-dire des esprits qui seront plus tard incarnés dans des femmes.

187. Je ne sais pas interpréter la dernière figure f mentionnée dans The riddle of the Sphinx.

188. R. et C. Berndt,  Field work in western South Australia », art. cit.

189. T.G.H. Strehlow, « Ankotarinja, an Aranda myth » (Ankotarinja, un mythe Aranda). Oceania, VI, 1936, p. 193.

190. T.G.H. Strehlow, Aranda traditions (Coutumes Aranda). Melbourne, 190, p. 21.

191. R. et C. Berndt, « A preliminary report of field work in the Ooldea Region », art. cit., p. 249.

192. C. Strehlow, Die Aranda and Loritiastaemme. III, pp. 1, 7.

193. The riddle of the Sphinx, p. 106.

194. Ceci se dit tamila en Aranda ou kintingin en Luritja. « Larriking » est le terme pidgin qui sert à désigner les pitreries obscènes.

195. The eternal ones of the dream, pp. 89-90. Warner, op. cit., p. 275.

196. R. et C. Berndt, « Field work in western South Australia », art. cit., p. 316.

197. Spencer et Gillen. The Arunta, I, p. 76.

198. C. Strehlow, op. cit., p. 52.

199. Le kuruna (âme) et le ngantja (double) ne sont pas différenciés de façon stricte.

200. Ad notam, pour tous ceux qui ne croient pas au symbolisme.

201. G. Róheim, « Women and their life in Central Australia » art. cit., pp. 242.

558 Psychanalyse et anthropologie'

202. H. K. Fry, « Body and Soul » (Corps et Âme). Oceania, III, 1933, p. 251.

203. R. et C. Berndt, op. cit., p. 237.

204. Si on en croyait les théories anthropologiques courantes, les institutions de base devraient être les mêmes à New York qu'en Australie.

205. Cf. sur la prétendue « ignorance de la paternité », Róheim, « The nescience of the Aranda », art. cit., pp. 343-360.

206. C. Strehlow, op. cit., I, p. 52. Leonardi n'aima pas cette interprétation et convainquit Strehlow qu'elle était fausse.

207. Cf. Róheim, « L'origine de l'idéal », art. cit.

208. G. Róheim, « The pointing bone » (L'os pointu). Journal of the Royal Anthropological Institute, LIV, 1925, p. 90.

208a. Róheim. War, crime and the covenant, p. 121.

209. C. Strehlow, op. cit., IV, pp. 37-38.

210. R. et C. Berndt, « A preliminary report of field work in the Ooldea Region », art. cit., pp. 124-125.

211. Warner, A Black civilization, p. 196.

212. Phyllis M. Kaberry, Aboriginal women, p. 250.

213. Cf. Róheim, Australian totemism, op. cit., pp. 298-299.

214. Ibid., p. 225 (dans les notes).

215. Charles P. Mountford, Brown men and red sand (Hommes bruns et sable rouge). Melbourne, 1948, pp. 127-129.

216. The riddle of the Sphinx, pp. 78-79.

217. C. Strehlow, Die Aranda und Loritjastaemme, 11, p. 10.

218. The eternal ones of the dream, p. 185.

219. M. Klein, Contributions to psychoanalysis, 1921-1945 (Essais de psychanalyse). Tr. Fr. Paris, Payot, 1967.

220. Les passages suivants sont repris de Róheim, War, crime and the covenant pp. 26-29.

221. Ce récit est conforme aux ipsissima verba de Arukula et de Warutukutu, deux membres de la tribu, tous deux âgés de trente ans environ.

222. Spencer et Gillen, Northern tribes of Central Australia, p. 530. Toutes les personnes présentes se couchent un instant sur le cadavre pour alléger leur peine.

223. Spencer et Gillen, The Arunta. op. cit. II, p. 447.

224. Le passage suivant est extrait de Róheim « Psycho-analysis of primitive cultural types », pp. 114-115.

225. Ibid., pp. 114, 115.

226. Ibid., pp. 106-108.

227. C. Strehlow, op. cit., IV, p. 43.

228. C. Strehlow, Aranda und Loritiasjaemme. IV, p. 63.

229. Spencer et Gillen, The Arunta. II, pp. 472-474.

230. The eternal ones of the dream, pp. 155-177.

231. Róheim, « Women and their life in Central Australia ». p. 219.

232. Ce n'est pas là la position théorique de Freud. Cf. S. Freud, Neue Folge der Vorlesungen zur Einführung in die psychoanalyse (Nouvelles conférences sur la psychanalyse), Tr. Fr. Paris, Gallimard, 1936.

233. C. Strehlow, op. cit., IV, pp. 61-62.

234. Róheim, « Women and their life in Central Australia », p. 232.

235. Ibid., p. 207.

236. Ibid., p. 243.

237. Ibid., p. 262.

238. Ibid., p. 241.

239. Ibid., p. 258.

Notes 559

240. Bien entendu, dans une période toute récente, cette attitude s'est modifiée.

241. Cf. The eternal ones of the dream.

242. Ibid., p. 74.

24,3. R. et C. Berndt, « The eternal ones of the dream ». Oceania, XVII, 194 :6, P. 72.

244. Spencer et Gillen, The Arunta, I, p. 202.

245. The eternal ones of the dream, p. 74.

246. International journal of Psycho-Analysis, XXVIII, 1941, p. 51.

247. John Dewey, in W. Thomas. Source Book of social origins. Chicago, 1909.

2118. René A. Spitz, « Autoerotism » (L'autoérotisme), in The Psychoanalytic study of the child. New York, 1949, 111 /IV, p. 99.

249. Pourquoi leurs mères sont-elles de meilleures mères ?

250. W. H. Sheldon, The varieties of temperament (Les différentes variétés de tempéraments). New York, 1941.

Chapitre III

1. R. F. Fortune, The sorcerers of Dobu (Les sorciers de Dobu). New York, 1932.

2. Cf. B. Malinowski. Argonauts of the western Pacifie, 1922. (Les Argonautes du Pacifique Occidental). Tr. Fr. Paris, Gallimard, 1963. La vie sexuelle des sauvages, op. cit. Coral gardens and their magic (Les jardins de corail et leur magie), Londres, 1935.

3. Il correspond grosso modo à notre mois de septembre.

4. Les indigènes rapportent ces restrictions avec un regret évident.

5. J'ai omis un grand nombre de ces détails pour des raisons de place.

6. Ces ignames sont essentiellement une variété très inférieure de pomme de terre.

7. Malinoswki, Coral gardens and their magic, 1, p. 296.

8. Cf. G. Róheim, War, crime and the covenant. New York, 1945.

9. On verra une situation différente au chapitre IV de ce livre.

10. A propos de la théorie du traumatisme ontogénétique, cf. G. Róheim, « Psychoanalysis of primitive cultural types », art. cit

11. Il y a là une curieuse analogie avec l'histoire de Polyphème Cf. L. Laistner, Das Raetsel der Sphinx (L'énigme du Sphinx). Berlin, 1889, 11, pp. 37, 111.

12. G. Róheim, « Children's games and rhymes in Duau » (Jeux d'enfants et comptines à Duan). American Anthropologist, XLV, lffl, p. 102.

13. G. Róheim, « Play-analysis with Normanby Island Children », art. cit. p. 524.

14. Malinowski, Sex and repression in savage society, 1927 (Sexe et refoulement). Tr. Fr. Paris, Payot, 1932.

15. « Comment, ces gens n'ont-ils donc pas d'anus ? »

16. « Un des traits saillants de la vie sexuelle des Trobriandais est son absence de perversion. » G. H. Seward, Sex and the social order La sexualité et l'ordre social). New York, 1946, p. 98. Tels sont les « faits » qui sont devenus les pierres angulaires de l'anthropologie moderne.

560 Psychanalyse et anthropologie

17. Une vieille femme de Dobu se dit à elle-même quand elle défèque : « Ça vient ! Le ventre du rat va sortir, le ventre du wallaby va sortir, le ventre des esprits va sortir. »

18. Barau est également le verbe qui signifie tuer par sorcellerie.

19. Róheim, War, crime and the covenant, op. cit.

20. Ce lapsus est d'autant plus frappant que dans cette société les mères ne prennent pas le deuil pour leurs fils.

21. Nous ne prenons en considération que les personnes de même sexe, c'est-à-dire l'identification.

22. Cf. G. Róheim, War, crime and the covenant, pp. 73-76.

23. Gisowa doit être un frère de Gagasileo, mais l'informateur ne s'en est pas expliqué.

24.  Daniel était l'instituteur de la mission ; il était originaire de Woodlark (Murua).

25. Malinowski, Sex and repression in savage Society, p. 79.

26. Malinowski, The sexual life of savages, p. 5. Idem, « Mutterrechtliche Familie und Oedipus Komplex » (Famille matrilinéaire et complexe d'Œdipe). Imago X, 1924, pp. 228-277. Idem, « Psychoanalysis and Anthropology » (Psychanalyse et anthropologie). Psyche, IV, 1924.

27. Ce qui est important c'est le risque qu'on se moque de vous, et non l'indigestion.

28 . Voir l'explication ci-dessous.

29. Officiellement !

30. Le don Juan local de la jeune génération.

31. Le mariage est matrilocal.

32. Il avait à peu près quarante ans quand il fit cette déclaration.

33. Voir plus loin.

34. Allusion à un certain poisson qui enfle lorsqu'il est pris.

35. Blagues, plaisanteries.

36. Cf. Róheim, « Tauhau and the Mwadare » (Tauhau et le Mwadare). International Journal of Psycho-Analysis, XIII, 1932.

37. C'est-à-dire : je les oublie.

38. On ne voit pas clairement s'il fait allusion à sa véritable mère ou à une ancêtre mythique.

39. Plat rond de bois = gaeba.

40. Pour une description détaillée de son déroulement voir Malinowski, The Argonauts of the western Pacific, et R. Fortune, The sorcerers of Dobu, op. cit.

41. Expliqué plus loin.

42. Les arumoy sont des cordons de coquillages d'une variété inférieure comme les  sapisapi, mais ils vont avec les mwari (c'est-àdire qu'ils ressemblent aux bagi mais vont avec les mwari).

43. Cf. Róheim, « Professional beauties of Normanby Island » (Beautés professionnelles de l'île Normanby). American Anthropologist, XLII, 1940, p. 657.

44. On dit que l'arumoy appartient aux femmes. Ici, le bagi devient un arumoy, l'un des objets qui vont avec le mwari.

45. Sineyaraba signifie Colline de la Femme. Cette incantation est telle qu'on la dit actuellement. « Ta mère » signifie la mère de Kasabwaibwaileta.

46. Ou « J'ai fait wabuwabu » dont on trouvera plus loin l'explication.

47. Nom de sa mère.

48. Ramassant signifie en réalité « nombreux ».

Notes 561

49. L'homme en expédition de kune est comparé à une femme qui sarcle. Les mwari qu'il rassemble sont les mauvaises herbes.

50. Qui sera expliqué avec la Version 3.

51. Wahana. Ce mot peut aussi signifier neveu. Les wahana sont ceux qu'il transforme en oiseaux.

52. Lorsque, transformés en oiseaux, ils s'envolent. Butu signifie bruit et réputation.

53. Les mouettes volent en groupe. Mais si l'une d'elles se pose ou vole dans une autre direction, les autres la suivent.

54. Op. cit., pp. 216-222.

55. Ce terme sera expliqué plus loin.

56. Ibid., p. 223.

57. Ibid., pp. 216-217.

58. Ibid., p. 217.

59. Dans cette version, l'eau n'est qualifiée que de troublée, et non de souillée d'excréments.

60. Malinowski, Argonauts.... pp. 322-324. On remarquera en passant que c'est là un nouveau mythe clairement oedipien chez les Trobriandais « non oedipiens ».

61. Ibid., pp. 306-309.

62. Ibid., pp. 311-317.

63. K. von den Steinen, « Marquesanische Mythem » (Mythes des îles Marquises). Zeitschrift fuer Ethnologie, 65, 1933, pp. 347-349. Voir aussi R. Thurnwald, Forschungen auf den Salomo Inseln und dem Bismark Archipel - (Enquêtes dans les îles Salomon et l'archipel Bismarck). Berlin, 1912, 1, p. 417.

64. H. lan Hogbin, « Po1ynesian ceremonial gift exchanges » (Les échanges de cadeaux cérémoniels en Polynésie). Oceania, 111, 1932, pp. 29-30.

65. Cora Du Bois, The people of Alor, pp. 166-168.

66. Fortune, The sorcerers of Dobu, p. 221. L'identification entre le lézard et Kasabwaibwaileta est ma propre interprétation.

67. Ibid.

68. Ibid.

69. Kasabwaibwaileta est appelé « chien » dans l'une des incantations citées précédemment.

70 . Ile située entre Missima et Sudest.

71. G. Róheim, « The origin and function of culture » (L'origine et la fonction de la culture). Nervous and mental disease monograph series, no 69, 1943, p. 33.

72. Fortune, The sorcerers of Dobu, p. 209. M. R. Lenoir, « Les expéditions maritimes, institution sociale en Mélanésie occidentale ». L'Anthropologie, XXXIV, 1923, pp. 387-410.

73. Cf. Róheim, The origin and function of culture, p. 25.

74. P. Jos. Meier, Mythen und Erzaehlungen der Kuestenbewohner der Gazelle-Halbinsel (Mythes et récits des habitants de la presqu'île de la Gazelle). Munster, 1909, 1, pp. 95-106. Cf. G. Róheim, « Heiliges Geld in Melanesien » (L'argent sacré en Mélanésie). Internationale Zeitschrift luer Psychoanalyse, IX, 1923, p. 399.

75. Cf. Róheim, Ibid.

76. Il faut ajouter que dans le récit du serpent que nous venons de citer, nous prenons le serpent et la femme comme étant réellement une seule et même personne.

77. E. Westermarck, The origin and development of the moral ideas (Origine et développement des idées morales). New York, 1906,

562 Psychanalyse et anthropologie

1, p. 586. Ritual and belief in Morocco ( Rituel et croyance au Maroc,  Londres, 1926, 1, p. 419.

78. Sipupu, Wejoko, Sigasiga, Kelologeia et Mwatebu.

79. C'est là la façon dont ils ont coutume de procéder lorsqu'ils veulent tuer quelqu'un.

80. Voir plus loin à la rubrique Yaboaine.

81 . L'événement est très fréquent.

81 a. Personne n'admet jamais être soi-même un barau.

81 b. Tamagu Werawerabanina. Les deux systèmes de magie noire, barau (mâle) et werabana (femelle), c'est-à-dire sorcier et sorcière, se mêlent parfois quand une mère sorcière a seulement un fils et un père sorcier seulement une fille ; l'homme peut alors être un werabana et la femme un barau.

82. Expliqué par « homme blanc », parce que sa peau est blanche, Il s'agit en réalité des esprits nuinu.

83. Ce qui se détache de la peau de l'être surnaturel ' c'est la rosée qui fait tout pousser, même chose que la sensation d'humidité froide que chacun peut avoir. Sueur, rosée et gloire sont équivalentes.

84. Se rapporte à la peau de la plante rampante de la colline de Borosota- c'est là que fut l'igname lorsqu'il arriva de Missima (allusion au  mythe d'origine de l'igname).

85. Il s'agit d'une haute colline nommée « Tête de la terre » et située derrière Bwebweso (autre montagne du monde). Un mythe lui est associé, qu'il ne connaît pas ou refuse de livrer.

86. Signifie qu'il est « courbé » ; il a tant à porter qu'il ploie sous le poids.

87. L'igname doit être court.

88. Il y a un vers récurrent dans ces incantations ; il y a trop d'ignames, leur poids est trop grand, on n'arrive pas à les porter (on les porte sur la tête).

89. Il s'agit de Bulema l'aîné, son oncle-instructeur.

90. L'accent mis sur l'orgueil des victimes, au lieu de la jalousie ou de l'amour, est caractéristique.

91. Ceci fait allusion au fait que pendant un moment il n'était pas venu me voir en tant qu'informateur parce qu'il aurait risqué de mentionner les morts, s'ils étaient survenus dans ses rêves.

92. G. Róheim, « Psychoanalysis of primitive cultural types ». Art. cit., p. 159.

93. Il y a une relation intrinsèque entre barau et porteur de deuil (cf. publication ultérieure).

94 .G. Róheim, « Drearn analysis and field work in anthropology p.93.

95. Toute la magie de la colère provient de lui.

96. G. Róheim, « Drearn. analysis », pp. 125-128.

97. Ceci n'est en aucun cas une définition exhaustive du barau. Mais c'est la partie de la psychologie du barau qui nous paraît importante dans ce contexte.

98. Cf. S. Schoenberger, « A clinîcal contribution to the analysis of the nightmare syndrome » (Une contribution clinique à l'analyse du syndrome du cauchemar), The Yearbook ot psychoanalysis, 111, New York 1947, pp. 189-212.

99. B. Malinowski, « The natives of Mailu » (Les indigènes de Mailu). Transactions of the Royal society of South Australia for 1915. Adelaïde, 1915, pp. 648-650.

Notes 563

100. Ce qui suit est un résumé de mon article, « Witches of Normanby Island » (Les sorcières de l'île Normanby). Oceania, XVIII, 1948 pp. 279-308.

101. Fortune, Sorcerers of Dobu, p. 297.

102. Les sorcières européennes naviguent elles aussi dans des véhicules extraordinaires, tels que des coquilles d'œufs, des noix, etc. Cf. F. Liebrecht, Zur Volkskunde. Heilbronn, 1879, p. 375.

103. Cf. M. Klein. The psycho-analysis of children, op. cit.

104. Cf. Une situation semblable existe dans un récit d'Europe occidentale. Róheim, « The story of the light that disappeared »

( L'histoire de la lumière qui disparut). Samiksa, 1, 1947, p. 77.

105. Klein, op. cit., p. 284.

106. Ceci prend une force particulière lorsque la mère est enceinte.

102. Voir précédemment.

108. G. Róheim Aphrodite, or the woman with a penis », art. cit., pp. 350-390.

109. Assises dans des noix de coco, des sorcières volent jusqu'à Port Moresby, c'est-à-dire à une distance de plusieurs centaines de kilomètres. J. H. P. Murray in Territory of Papua, Annual Report for the years 1930-1931. p. 15, Cité avec plusieurs cas semblables dans H. Webster, Magic, a sociological study (Une étude sociologique de la magie). Londres, 1948, p. 427.

110. G. Róheim, « Yoboaine, a war god of Normanby Island » (Yaboaine, un dieu de la guerre de l'île Normanby). Oceania, XVI, 1946 pp. 210-233, 320-336.

111. W. B. Bromilow, Twenty years among primitive Papuans (Vingt ans chez les Papous primitifs). Londres, 1919, p. 87.

112, La guerre et les incursions cannibales sont équivalentes.

113. Qui doivent être portées par les hommes au besa ou triomphe. On trouvera l'explication plus loin.

114. Cf. H. Usener, Gœtternamen (Les noms de dieux). Bonn, 1896, p. 279.

115. Si nous désirons faire l'amour mais que nous avons peur nous disons : « Mon corps le refuse. »

116. Sine iboirere peut-être traduit indifféremment par « Femme qui refuse » ou « Femme de l'angoisse ».

117. Il s'agit d'une maladie que l'on contracte en mangeant de la nourriture dans un village où le sang d'un de ses ancêtres a été versé (rara = sang)

118 . Cf. précédemment la façon dont les sorcières sont initiées.

119. C'est là l'aniana (le présage) qui distingue tous les êtres surnaturels (nigonigogo).

120. Abrégés de G. Róheim The riddle of the Sphinx, op. cit., pp. 179-182.

121. C'est-à-dire Mangeur d'hommes, comme dans l'histoire précédente.

122. Monde souterrain des esprits.

123. H. lan Hogbin, « Tillage and collection » (Agriculture et cueillette). Oceania, IX, 1939, p. 289.

124. Ibid., p. 323.

125. Ibid., pp. 324-325.

126. B. Bergler, « Thirty years after Ferenczi's stages in the devellopment of the sense of reality » ( Trente ans après les stades de développement du sens de la réalité définis par Ferenczi). Psychoanalytic Review, XXXII, 1945, p. 139.

564 Psychanalyse et anthropologie

127. Pour ne pas trembler de faim.

128 Le village où ils parlent avec fierté.

129. C'est-à-dire le village de la parole fière.

130. C'est-à-dire de la mer.

131.  Le kegumu est à moi ! », c'est-à-dire, c'est ce que je connais.

132. Voir ci-dessus le mythe de Matakapotaiataia. Les deux mythes ont trait à l'inceste. Les « noeuds » (kumama) furent expliqués comme les parties de l'arbre ui font saillie.

133. Et non de  chaque individu.

134. Le jardin est en pente : le fond est la partie la plus proche de la mer.

135. B. Malinowski, Coral gardens and their magic, I, p. 296.

136. Ibid, 1, p. 81.

137. H. lan Hogbin, « Tillage and collection », art. cit., p. 130.

138. Ibid., p. 149.

139. Sur les interrelations des caractères oral et anal, voir W. C. Menninger, « Characterology and symptomatic expressions related to the anal phase of development » (Caractérologie et expressions symptomatiques liées à la phase anale du développement). Psychoanalytic Quarterly, XII, 1943, p. 165.

140, Je discuterai la signification de l'analité dans un article sur les coutumes de deuil de l'île Normanby.

141. S. Freud, « Charakter und Analerotik » (Caractère et érotisme anal), 1909, S. Ferenczi, « Zur Ontogenie des Geldinteresses * (Sur l'ontogenèse de l'intérêt pour l'argent), 1914. Tr. Angl. in First Contributions to Psychoanalysis, The Hogarth Press, 1952.

142. K. Abraham, « Psychoanalytische Studien zur Charakter bildung », 1925, (Étude psychanalytique de la formation du caractère). Tr. Fr. in Œuvres complètes T. II, Développement de la libido Paris Payot, 1966, pp. 314-350.

143. K. Abraham. Versuch einer Entwicklungsgeschichte der Libido, 1924 (Esquisse d'une histoire du développement de la libido), ibid., pp. 255-313.

144.  G. Róheim, « Heiliges Geld in Melanesien », art. cit.,

145. B. Jones. Papers on Psycho-analysis, op. cit., pp. 413, 437.

146. R. A. Spitz, « Autoerotism » (L'auto-érotisme). The psychoanalytic study of the Child, III /IV. New York, 1949, p. 111.

147. Ibid., R. A. Spitz, op. cit., p. 115.

148. E. Fromm, Man for himself (L'homme pour lui-même). New York, 1947, pp. 62-69.

149. Ibid., p. 58.

150. Il n'est donc pas « autarcique » dans le sens de Jekel et Bergler.

151. F. L. S. Bell, « The narrative in Tanga » (Le récit à Tanga), Mankind, 111, 194 :7, p. 365.

152. Probablement accompagnée d'une incantation.

153. G. G. Róheim, « Tauhau and the Mwadere » (Tauhau et le Mwadere). International journal of Psychoanalysis, XIII, 1932.

154. H. Murray, « Depopulation in Papua » (Le dépeuplement en Papouasie). Oceania, 111, 1932, p. 209. Citant Mgr Leroy, Religion of the primitives (La religion des primitifs), p. 209.

155. F. E. Williams, « Depopulation and administration » (Dépeuplement et administration). Oceania, 111, 1932, p. 225.

156. H. Murray, « Depopulation in Papua ». op. cit., p. 208.

 

Chapitre IV

1 - Ce chapitre s'appuie sur les données présentées par Cora Du Bois dans The people of Alor (Le peuple d'Alor). Minneapolis, 1944.

2. Ibid., pp. 1-27.

3. Ibid., pp. 34, 35.

4. Ibid., p. 35.

5. Ibid., p. 38.

6. Cf. Gregory Bateson et Margaret Mead, « Balinese Character » (Le caractère des Balinais). Publications of the. New York Academy of Sciences. New York, 1942.

7. Du Bois, op. cit., p. 40.

S. Ibid., p. 48.

9. Ibid., p. 330.

10. Ibid., p. 72.

11. Ibid., p. 331.

12. Ibid., p. 331.

13. Ibid., p. 272.

14. Ibid., pp. 48-50.

15. Ibid.,p. 51.

16. Ce qui Confirme l'interprétation de l'histoire de Pada.

l7. Ibid., p. 55.

18. Ibid., pp. 236-237.

19. Ibid., p. 56.

20. Ibid., p. 57.

21. Idem, ibid., p. 63. Les punitions corporelles administrées par le missionnaire à Hermannsbourg faillirent provoquer une révolte chez les indigènes Un Australien n'aurait jamais battu un enfant.

22. Ibid., p. 65.

23. Ibid., pp. 67-68.

24. Ibid., pp. 69-70.

25. Ibid., p. 71.

26. Ibid., pp. 72-73.

27. Ibid., p. 75. En d'autres termes, s'il le battait il serait naturel que son enfant s'enfonce des pois dans les oreilles.

28. Ibid., p. 81.

29. Ibid., pp. 89-93. La famille de la mariée est créditrice car le prix de la mariée est versé en acompte.

30. Ibid., pp. 93-96.

31. Ibid., p. 96.

32. Ibid., p. 98.

33. Ibid., pp. 93-104.

34. Ibid., p. 109.

35. Ibid., p. 117.

36. Ibid., p. 118..

37. Ibid., p. 121-123.

38. Ibid., p. 132.

39. Ibid., p. 132.

40. Cora Du Bois, l. c. p. 150. Voir dans le chapitre précédent les données sur le kune dans l'île Normanby.

41. Ibid., pp. 154-156.

42. Ibid., pp. 157-158.

43. Nous nous apercevons ainsi que le héros est en réalité un cadavre ressuscité.

44. Ibid., pp. 16 et suiv.

566 Psychanalyse et anthropologie

45. Ibid., p. 99.

46. Dans une note, Cora Du Bois fait remarquer que ce Masing-bal-ci est un personnage totalement différent du précédent. C'est complètement faux.

47. Ibid., p. 168.

48. Ibid., p. 25.

49. Ibid., p. 358. Le châle est également un objet qui joue un rôle dans l'échange de richesses.

50. Ibid., p. 359.

51. Ibid., p. 359.

52. Ibid., p. 360.

53. Ibid., p. 361.

54. Cf. ibid., pp. 170, 328, 365, 417.

55. Cf. G. Róheim, « The significance of stepping over » (La signification de l'enjambement), International journal of Psycho-analysis, 111, 1922.

56. Du Bois, op. cit., pp. 169-171.

57. Ibid., p. 586.

58. S. Freud. Inhibition, symptôme, angoisse, op. cit.

59. Incidemment, l'allusion aux fesses dans ce contexte jette quelque doute sur l'affirmation de Kardiner (Du Bois, op. cit., p. 177) à propos de l'absence des fesses comme zone érogène. Voir aussi le fait qu'ils croient que les enfants peuvent naître par le rectum. (Ibid., pp. 99, 100.)

60 . Du Bois, op. cit., p. 329.

61. Ibid. p. 331.

62. Ibid. : p. 345.

63. Ibid. p. 189.

64. D'après des informations données à Muensterberger par l'Office colonial hollandais, ils ont renoncé à cette pratique ancienne.

65. Ibid., pp. 188-189.

66. La tendance à égaliser les niveaux est un caractère universel de toutes les cultures mélanésiennes et probablement de l'ensemble du Pacifique. Elle ne peut donc être dérivée d'une situation spécifiquement Aloraise.

67. Ceci est exact, et contredit ce que Kardiner déclare à la page suivante sur l'absence de relation entre le manque d'agressivité et le surmoi.

68. L'ensemble des conduites destinées à sauver la face est manifestement constitué par le surmoi.

69. Instruments de musique - pleurer.

70. Kardiner, op. cit., p. 188.

Chapitre V

1. Erik Homburger Erikson, « Observations on the Yurok : Childhood and world Image » (Observations sur les Yurok : l'enfance et l'image du monde). University of California Publications in American Archeology and Ethnology, XXXV, 1943, pp. 257-302.

2. Ibid., p. 285.

3. « Le bébé Yurok est nourri au sein assez longtemps et assez abondamment pour que s'ancre en lui l'impression d'être aimé et bien à l'abri s, dit Erikson (Ibid., p. 282). Je mets ceci en doute car un enfant

Notes 567

réagit non seulement à ce que fait sa mère, mais aussi à ce qu'elle ressent inconsciemment à son égard.

4. Ibid., p. 284.

5. Ibid., p. 293.

6. A. L. Kroeber, « Handbook of the Indians of California » (Manuel des Indiens de Californie). Bureau ot American Ethnology. Bulletin 78, 1925, p. 41. Kroeber dit pourtant que les Yurok sont de type anal. Anthropology. New York, 1948, p. 618.

7. Erikson, op. cit., p. 285.

8. Voir plus haut la grave erreur commise dans la même région par un anthropologue beaucoup plus expérimenté (Malinowski).

9. Erikson, op. cit., p. 287.

10. Ibid., p. 286.

il. Cf.  Róheim « Das Selbst » (Le soi). Imago, 1921, p. 338.

12. Erikson, op. cit., p. 286.

13. Ibid., p. 283.

14. B. Spott et A. L. Kroeber, « Yurok narratives » (Récits Yurok). University of California Publications in American Archeology and Ethnology, XXV, 1942, pp. 233-4.

15. C'est moi qui déduis l'inceste avec la mère du contexte du mythe, mais l'inceste avec la fille est exprimé ouvertement.

16. Ibid., p. 234.

17. Kroeber, op. cit., p. 69.

18. Spott et Kroeber, op. cit., p. 238.

19. Ibid., p. 239.

20. Être difficile pour la nourriture et avoir des vomissements dès l'adolescence.

21. Erikson, op. cit., p. 263.

22. Je compte soutenir plus à fond cette théorie dans un article sur le symbolisme anal dans le folklore européen.

23. Kroeber, « Handbook », p. 42.

24. Ibid., p. 29.

25. Spott et Kroeber, op. cit., pp. 249-257.

26. Erikson, op. cit., p. 267. Mais voir aussi Kroeber, « Handbook », p. 41, sur le fait de ne pas avoir de coït à l'intérieur de la maison.

27. Erikson, op. cit., pp. 268-69.

28. Euripide, Les Bacchantes.

29. Variété de poisson.

30. Kroeber, « Handbook », p. 73.

31. Erikson, op. cit. 271.

32. Ibid., p. 272. Stitt Thompson, Tales of North American Indians (Contes des Indiens d'Amérique du Nord), Cambridge, Mass., 1929, P. 109.

33. Erikson, op. cit., p. 272.

34.  Róheim,  Animism, magic and the Divine king, op. cit., p. 334.

35. T. T. Waterman et A. L. Kroeber, « The Kepel fish dam * (Le barrage à poissons à Kepel). University of California Publications in American Archeology and Ethnology, XXXV, 1938, pp. 49-85.

36. Erikson, op. cit p. 277.

37. Ce qu'est devenu la quatrième reste inexpliqué.

38. Erikson, op. cit., p. 280.

39. Kroeber, op. cit., p. 59. Il y a une a taque du même genre, avec des porches, contre le chef du barrage dans le rituel Yurok. T. T. Waterman et A. L. Kroeber. « The Kepel fish dam », p. 56.

40. Cf. ci-dessus.

41. Erikson, op. cit., p. 281.

568 Psychanalyse et anthropologie

42. Waterman et Kroeber, « The Kepel fish dam », p. 56.

43. M. E. Opler, « Myths and Legends of the Lipan Apache » (Mythes et légendes des Apaches Lipan). Memoirs of the American Folklore Society, XXXVI, 1940, p. 177.

44. Maintenant encore ces insectes accompagnent le saumon. Ils se multiplient aussitôt que le saumon arrive.

45. J. Teit, « Traditions of the Thompson River Indians of British Columbia » (Traditions des Indiens du fleuve -Thompson en Colombie britannique). Memoirs of the American Folklore Society, VI, 1898, pp. 21-29, et notes.

46. E. W. Gifford, « Western Mono myths » (Mythes des Mono de l'Ouest). Journal of American Folklore, XXXVI, 1923, p. 342.

47. Notes de terrain 1931.

48. A. L. Kroeber, « Sinkyone Tales » (Contes Sinkyone). Journal of American Folklore, XXXII, 1919, p. 348.

49. Gladys A. Reichard, « An analysis of Coeur d'Alène Indian Myths « (Analyse des mythes des Indiens Cœur d'Alène). Memoirs of the Arnerican Folklore Society, XLI, 1947, pp. 98-103.

50. G. A. Reichard, op. cit., p. 171.

51. M. E. Opler, « Myths and Tales of the Chiricahua Apache Indians » (Mythes et légendes des Indiens Apache Chiricahua). Memoirs of the American Folklore Society, XXXVII, 1942, pp. 53-54.

51a. P. E. Goddard, « Life and culture of the Hupa » (Vie et culture des Hupa). University of California Publications in American Archeology and Ethnology, 1, no 1, 1903, p. 74.

52. La femme n'est plus sur ses gardes, elle croit qu'il est encore dans l'étuve.

53. Ce sont celles qui ont poursuivi le bébé. Le simple fait de regarder Yimantuwinayai rend enceinte. Il désapprouve qu'on les coupe avec le couteau de pierre blanche ; ceci est à relier au fait qu'on se sert d'un couteau de pierre blanche pour couper le poisson.

54. Dans la version Karok, le Vagabond est « le Veuf par-delà l'Océan ».

55. Goddard, « Hupa texts » (Textes Hupa). University of California Publications in American Archeology and Ethnology, I, no 2, 1901, pp. 123-134, 279.

56. Spott et Kroeber, « Yurok narratives », p. 208.

57. Kroeber, « Handbook », pp. 46, 63-67.

58. Erikson, op. cit., p. 296.

59. Ibid., p. 297.

60. Ibid., p. 298.

61. Kroeber, « Handbook », p. 37. Selon des renseignements donnés de vive voix par le professeur Kroeber, la période de chasteté serait (théoriquement) de six mois.

62. Kroeber, « Handbook », p. 74.

63. Un insecte qui a l'air d'avoir deux têtes soudées.

64. E. Sapir, « Takelma Texts » (Textes Takelma). University of Pennsylvania Anthropological Publications of the University Museum, 11, no 1, pp. 34-42.

Chapitre VI

1. A propos des effets possibles de l'environnement et d'autres facteurs non psychologiques, se reporter aux chapitres sur l'Australie et l'île Normanby.

Notes 569

2. Jules Henry, Jungle people, a Kaingang tribe of the Highlands of Brasil (Les peuples de la jungle, une tribu Kaingang des hauts plateaux du Brésil). New York, 1942.

3. Autrefois, quand ils n'avaient pas encore de couvertures, ils se contentaient d'étaler des fougères par terre et se couvraient avec une tunique en forme de filet.

4. L'inverse est vrai si on creuse un peu.

5. Cf. A. Métraux, (Ethnography of the Chaco » (Ethnographie des Chaco). in Handbook of South American Indians, Bureau of American Ethnology. Bulletin, 143, 1946, 1, p. 350.

6.  Róheim, War, crime and the Covenant, p. 67.

7. Voir plus loin.

8. S. Freud, « Jenseits des Lustprinzips », 1920 (Au-delà du principe du plaisir). Tr. Fr. in Essais de Psychanalyse, op. cit., pp. 5-75. Voir ce qu'il dit sur le jeu de la bobine.

9. Les jeux sexuels avec les enfants.

Chapitre VII

1. A. Kardiner, The Individual and his society (L'individu et sa société). New York, 1939, p. 218. « Comme on pourrait s'y attendre, on ne peut pas trouver la moindre trace de complexe d'Œdipe avec un idéal de la mère aussi rabaissé. » George H. Seward, Sex and the Social Order, p. 101.

2. Kardiner, op. cit., p. 247.

3. Dans une autre version, il engendre une fille. Trois jours plus tard, elle est pleinement épanouie et il l'épouse. Ils ont des enfants, le garçon épouse sa soeur, etc. E. S. Craighill Handy, « Marquesan Legends » (Légendes des îles Marquises). B. P. Bishop Museum Bulletin, 69, 1930, p. 122.

4. Est-elle identique à l'Hina-nui-te-po des mythes Maui ?

5. Handy, op . cit., p. 123. Cf. aussi P. Simeon Delmas, La religion ou le paganisme marquesiens. Paris, 1927, p. 26.

6. Handy, op. cit., p. 123.

7. Ibid., p. 124.

7 a. Le pagne d'un homme ne peut être touché que par des gens de sa famille ; il s'ensuit que son épouse doit être une de ses parentes. (Handy, « Native culture in the Marquesas ». B. P. Bishop Museum Bulletin, 9, 1923, p. 100.) Le tabou sur le pagne révèle évidemment l'angoisse de castration. L'initiation à la virilité se fait par l'incision cérémonielle du prépuce. (Ibid., p. 94.) Aux îles Marquises et Gambier, l'incision est remplacée par (ou se combine avec) la coutume de ligaturer le prépuce de manière à cacher le gland, ce qui indique bien la crainte de montrer cet endroit du corps. (W. H. R. Rivers, The history of Melanesian Society (L'histoire de la société mélanésienne). Cambridge, 1914, 11, p. 433.)

Qu'y-a-t-il d'autre que l'angoisse de castration qui puisse rendre compte de cette coutume qu'ont les femmes de dire : « J'appelle cette route du nom de mes parties génitales. » Ceci est censé empêcher les guerres ; tout homme qui passe ensuite par-là est sûr de mourir (Linton, in Kardiner, op. cit., p. 179).

8. Handy, « Polynesian religion » (La religion polynésienne). B. P. Bishop Museum Bulletin, 34, 1927, p. 42.

9. Ibid., p. 142. Pour des données sur les Maori, cf. p. 145.

10 . Ibid., p. 122.

570 Psychanalyse et anthropologie

11. Ibid., p. 123.

12. Ibid., pp. 99,107. Handy cite E. Best, « Maori Personification ». (Les Personnifications chez les Maori). Journal of the Polynesian Society, XXXII, 1923, p. 110.

13. J. Frank Stimpson, « Tuamotuan Religion ». B. P. Bishop Museum Bulletin, 103, 1933, p. 85.

14. Roland B. Dixon, « Oceania » (L'Océanie), in The mythology of all races (La mythologie de toutes les races). Boston 1916, pp. 24-25. E. Shortland, Maori religion and mythology (La religion et la mythologie Maori). Londres, 1882, p. 20.

15. S. Routledge, The mystery of Easter Island (Le mystère de l'île de Pâques). Londres, 1919, p. 254.

16. Ibid., pp. 258-260.

17. Ibid., p. 267. Cf. W. Wolff, Island of Death (L'île de la Mort). New York, 1948, p. 181.

18. Handy, « Polynesian religion », p. 123.

19. G. Mathias, Lettres sur les îles Marquises. Paris, 1843, p. 6, cité par Robert W. Williamson, The social and political systems of Central Polynesia (Les systèmes politiques et sociaux de la Polynésie centrale). Cambridge, 1924, p. 302.

20. Har Hongi, « On the Greenstone « tiki » (Sur la pierre divine Tiki). Journal of Polynesian Society, XVII, 1908, pp. 162, 199.

21. Handy, « Polynesian religion », p. 107.

22. G. Grey, Polynesian mythology (Mythologie polynésienne). Londres, 1855, p. 2.

23. Stimson, op. cit., p. 123.

24. E. Best, « The Maori » (Les Maori). Memoirs of the Polynesian Society, V, 1924, P. 2911, vol. I.

25. Ibid., vol. II.

26. Ibid., 1, p. 141.

27. Ibid., p. 479.

28. Ibid., p. 141.

29. E. Tregear, The Maori Polynesian Comparative Dictionary (Le dictionnaire comparatif des Maori polynésiens). Wellington, N.-Z., 1891, pp. 510, 511.

30. A. Bastian, Die Heilige Sage der Polynesier (Récits sacrés des Polynésiens). Leipzig, 1881, p. 74.

31. W. W. Gill, Myths and songs from the South Pacific (Mythes et chansons du Pacifique Sud). Londres, 1876, p. 18.

32. C. Schirren, Die Wandersagen der Neuseelaender (Récits de voyage de Nouvelle-Zélande). Riga, 1856, pp. 64-65.

33. Ibid., p. 70.

34. Ibid., p. 71.

35. M. Radiguet, Les derniers sauvages. Paris, 1860, p. 163.

36. G. Turner, Samoa A Hundred Years Ago (Samoa, il y a cent ans). Londres, 1884, pp. 210, 211.

37. E. W. Gifford, « Tongan Myths and tales » (Mythes et contes Tonga). B. P. Bishop Museum Bulletin, 8, 1924, pp. 22, 23.

38. Edwin M. Loeb, « History and traditions of Niue » (Histoire et traditions à Niue). B. P. Bishop Museum Bulletin, 32, 1926, p. 211.

39. Ibid., p. 213.

40. Tikitiki, le chignon, est synonyme du sommet de la tête. Cf. aux Marquises la forte tendance au déplacement vers le haut.

41. John White, The ancient history of the Maori (L'histoire des premiers Maori). Wellington, N.-Z., 1887, p. 93.

 

Notes 571

42. Handy, « Native culture of the Marquesas », B. P. Bishop Museum Bulletin, 9, 1923, pp. 232-233.

43. Christian, in the Journal of the Polynesian Society, IV, 1895, p. 187.

44. « Le meurtre ou la mort d'un dieu sont rares et encore plus rare est la résurrection. » Howard L. Cox, « The place of Mythology (La place de la mythologie). American Imago, V, 1944, p. 93.

45. Robert W. Williamson, The Social and political Systems of Central Polynesia, p. 302, se réfère à I. A. Moerenhout, Voyages aux îles du Grand Océan. Paris, 1837, 1, pp. 503-517-523-561.

46. Karl von den Steinen, « Marquesanische Mythen » (Mythes des îles Marquises). Zeitschrift fuer Ethnologie, LXV, 1933, p. 341.

47. Handy, op. cit., p. 135.

48. Ibid., p. 117. (Le reste de l'histoire n'a pas d'intérêt pour nous ici.)

49. Ibid., p. 108.

50. Des combats pour des raisons de jalousie sont mentionnés dans Radiguet, op. cit., p. 135.

51. Ono est le même personnage que Rongo, qui en Nouvelle-Zélande sépare le ciel de la terre, autrement dit le père de la mère. Tregear, op. cit., p. 424.

52. On trouve dans les données recueillies aux Marquises la preuve directe de la signification phallique de la tête dans ces mythes. En effet, les guerriers rapportaient chez eux, comme trophées, la tête des ennemis qu'ils avaient tués. Si la victime était une femme, au lieu de la tête, on lui coupait les parties génitales, on les séchait, et on les portait suspendues à une boucle de cheveux. Linton, in Kardiner, op. cit., p. 178.

53. Handy , op. cit., pp. 105, 106. Le reste de l'histoire concerne Ono et Tohe Tika, leur rivalité et leur identification.

511. Von den Steinen, op. cit., p. 366.

55. Kardiner, op. cit., p. 248.

56. Linton, in Kardiner, op. cit., pp. 164-165.

57. Linton, in Kardiner, op. cit., p. 189.

58. Cf. Róheim, « Aphrodite or the Woman with a penis », p. 350-390.

59. Cf. Róheim, « The song of the Sirens » (Le chant des sirènes). Psychiatric Quarterly, XXII, 1948, pp. 18-44.

60. Linton, in Kardiner, op. cit., pp. 189-190.

61. Ibid., p. 190.

62. Ibid., p. 190.

63. Cf. aussi Delmas, La religion ou le paganisme marquisien, p. 44.

64. Linton, in Kardiner, op. cit., p. 142. Sur la teknonymie, voir E. Crawley, « The Mystic Rose » (La rose mystique). Londres, 1927, I, p. 189.

65. Linton, in Kardiner, op. cit., p. 158.

66. Ibid., p. 176.

67. Ibid., pp. 163-164.

68. Cependant il existe aussi des preuves de conflit réel entre générations. Dans la tradition, les enfants émigrent, ou sont changés en rochers. Delmas, op. cit., p. 35.

69. Delmas, op. cit., p. 35.

70. Handy, op. cit., pp. 62-63.

71. Handy, « Native culture of the Marquesas », pp. 79-80.

72. Ibid., p. 316.

572 Psychanalyse et anthropologie

73. Ibid., p. 321.

74. Kardiner, op. cit., p. 212.

75. Handy, « Native culture of the Marquesas », p. 45. Sur les formes patriarcales de gouvernement par l'homme le plus vieux de la tribu, cf. D. Porter, Journal of a Cruise Made to the Pacifie Ocean (Journal d'une croisière dans l'océan Pacifique). New York, 1822, 11, pp. 29-30.

76. Handy, op. cit., p. 212.

77. L'homosexualité est fréquente. Kardiner, op. cit., p. 248. La fellatio en est la forme privilégiée. Dans un cas analysé par moi, la fellatio signifiait couper le pénis du père.

78. Une autre hypothèse possible pourrait être de considérer l'agressivité contre la mère comme préœdipienne et le premier-né comme un symbole phallique (suggestion d'un de mes étudiants).

79. 1. G. Frazer, The Magie Art (L'art magique). Londres, 1911, I, pp. 386, 387. Il cite C. S. Stewart, A visit lot he south seas. Londres, 1832, 1, p. 244. C. A. Vincendon, Dumoulin et C. Desgrac, Les îles Marquises. Paris, 1843, pp. 226-240. Mathias, op. cit., p. 44.

80. C'est une expression très employée par l'école « culturaliste ». Linton reconnaît que ses propres données étaient peu en rapport avec la réalité. R. Linton « Psychology and anthropology » (Psychologie et anthropologie). Journal of social Philosophy, V, 1939, p. 119.

81. Handy, « Native culture of the Marquesas », p. 218.

82. Ibid. Handy, p. 273. Peter H. Buck, « RegionaI diversity in the elaboration of society in Polynesia (La diversité régionale dans l'élaboration des sociétés de Polynésie). Yale university Publications in Anthropology, 1936, p. 3.

Chapitre VIII

1. Père Bernard Haile, « Origin Legend of the Navaho Enemy Way » (Légende d'origine du Chant Navaho de l'Ennemi). Yale university publications in anthropology, no 17, 1938, p. 53.

2. Pères Franciscains, An Ethnologie dictionary of the Navaho language (Dictionnaire ethnologique de la langue navaho). Saint Michael's, Arizona, 1929, p. 336.

3. D. Coolidge et M. R. Coolidge, The Navaho Indians (Les Indiens Navaho). Boston, 1930, p. 168.

4. Ibid., pp. 180-182.

5. Ibid., p. 162.

6. Clyde Kluckhohn et Dorothea Leighton, The Navaho (Les Navaho). Cambridge, Mass., 1946, p. 124.

7. Dans la version Apache Lipan, le fils aîné est le Soleil. M. E. Opler, « Myths and legends of the Lipan Apache Indians ». Memoirs of the American Folklore Society, XXXVI, 1940, p. 16.

8. Un autre nom de la Femme aux Métamorphoses.

9. Coolidge, op. cit., pp. 127-129.

10. Ibid., pp. 129-130.

11. Voir aussi l'histoire où l'Homme Sacré et le Garçon Sacré sont les enfants du Soleil. Gladys A. Reichard, Navaho Medicine Man (L'Homme-médecine chez les Navaho). New York, 1939, p. 39. Voir aussi idem, Navaho Religion (La religion Navaho), vol. 1 et 11. New York, 1950.

12. Les Enfants de l'Aurore sont aussi les Enfants du Soleil.

 

Notes 573

13. Haile, op. cit, pp. 91-111.

14. Haile, Head and Face Masks in Navaho ceremonialism (Les masques de tète et de visage dans le cérémonial Navaho). St Michaels, Ariz., 1947, pp. 8-9.

15. Dans d'autres mythes nord-américains, le Soleil a le rôle du père hostile. Voir à ce sujet R. H. Lowie, « The test theme in North American mythology » (Le thème de l'épreuve dans la mythologie nord-américaine). Journal of American Folklore, XXI, 1911, p. 114.

16. W. Matthews, « The treatment of ailing gods » (Le traitement des dieux malades). Journal of Arnerican Folklore, XIV, 1901, p. 20.

17. Matthews, « Navaho Legends » (Légendes Navaho). Memoirs of the American Folklore Society, V, 1897, pp. 58-59.

18. Les rôles des deux héros sont inversés.

19. M. E. Opler, « Myths and Tales of the Chiricahua Apache Indians » (Mythes et contes des Indiens Apache Chiricahua). Memoirs of the American Folklore Society, XXXV11, 1942, pp. 1-14.

20. M. E. Opler, « Myths and legends of the Lipan Apache Indians », p.16.

21. Les Pères Franciscains, op. cit., p. 495.

22. Notes de terrain, 1947. Ce travail a été subventionné par le Viking Fund.

23. Notes de terrain, 1947.

24. E. Sapir et H. Hoijer, Navaho Texts (Textes Navaho). Iowa City, Iowa. Linguistic Society of America, 1942, pp. 25-73.

25. A propos d'un mythe analogue où le hibou est aussi le beau-père, consulter J. A. Teit, « Traditions of the Thompson River Indians of British Columbia », op. cit., pp. 63-64 et Teit, « The Shuswap » (Les Chuswap). Memoirs of the American Museum Of National history, IV, 1909, p. 698. Sur la guerre et le complexe d'Œdipe en général voir Róheim, War, crime and the Covenant, pp. 68-85.

26. Haile, Origin legend of Navaho Enemy Way, pp. 141-145.

27. Ibid., p. 149.

28. Le montant ou le bâton est, dans la corde de l'arc tendu et dans la grande queue, le symbole de la vie. Ces deux figures symbolisent la mort des monstres, dont les ombres ont quitté la mort, ou la faiblesse, avec la mort éventuelle, derrière. Les ombres des ennemis sont assimilées aux ombres de ces monstres et on doit les enlever (ibid., p. 256). Haile explique la queue de la façon suivante : « La femme aux Métamorphoses, au moment de donner naissance au Tueur de Monstres et à Né pour l'Eau, est censée avoir attaché ses cheveux en un chignon. » Ibid., p. 59. « Les cheveux relevés de la Femme aux Métamorphoses sont attachés pour les monstres. » Ibid., p. 179.

29. Ibid., pp. 207-209.

30. Dorothea Leighton et Clyde Kluckhohn. Children of the people,the Navaho individual and his development (Enfants du peuple ; l'individu Navaho et son développement). Cambridge, Mass., 1947, p. 14.

31. Ibid., p. 23.

32. Haile, Prayer Stick Cutting in a five night Navaho ceremonial of the male Branch of Shootingway (Coupe du bâton à prières dans un cérémonial Navaho de cinq jours, chez la branche masculine de Shootingway). Chicago, 1947, p. 101.

33. Ibid., p. 179. -

34. Ibid., pp. 204, 205, 206.

35. Kluckhohn et Leighton, op. cit., p. 136.

36. Ce qui suit est une version abrégée de mes notes de terrain.

574 Psychanalyse et anthropologie

37. * Un enfant, avant que sa mère donne naissance à un autre enfant, se comporte de façon enfantine et pleure tout le temps. » Cf. W. W. Hill, « The agricultural and the hunting methods of the Navaho * (Les méthodes d'agriculture et de chasse des Navaho). Yale university publications in Anthropology, XVIII, 1938, p. 56.

38. Leland C. Wyman et Flora L. Bailey, « Navaho Striped Windway, an Injury-Way chant » (Le Chant navaho du Vent Bariolé, une incantation du Chant de Blessure). Southwestern Journal of Anthropology, II, 1946 pp. 215-216.

39. Haile, « Origin legend of the Navaho Flintway » (Légende d'origine du Chant du Silex chez les Navaho). University of Chicago publications in Anthropology, Linguistic series, 1943, p. 60.

 

40. Ibid, p.61.

41. Ibid., p. 30.

42. Le Scruteur d'Ennemis et Celui qui est né pour l'Eau sont une seule et même personne.

43. Ibid., p. 125.

44. Ibid., p. 187. Il y a là une contradiction curieuse qui n'est pas bien expliquée par les informateurs du Père Haile. L'un d'entre eux dit que ce nom vient de la couleur de la demeure du bison. La moitié en est blanche et l'autre noire, et c'est pour cela qu'on appellerait le bison Femme Abelone - ce qui n'est vraiment pas une explication. L'informateur pensait aussi que dans la demeure du second bison les couleurs étaient inversées et que c'est pour cela qu'il avait pour nom Femme Bison. Haile, op. cit., p. 314.

45. Ibid., p. 44.

46. Ibid., pp. 166-167.

47. Ibid., p. 169.

48. Ibid., pp. 178-179. Ceci veut dire qu'il fait l'amour avec elle et sa fille, ou du moins qu'elle essaie de le séduire.

49. Ibid., p. 187.

50. Ibid., p. 187.

51. Ibid., p. 189.

52. Ibid., pp. 191-288. Au sujet des mythes d'accouplement avec le bison, on peut consulter George A. Dorsey, The Pawnee-Mythology (Mythologie des Pawnee). Washington, 1906, p. 370. Idem. The Mythology of the Wichita (La mythologie des Wichita). Washington, 1904, p. 199.

53. Les dieux apparaissent souvent sous la forme de moutons de montagne.

54. Haile, op. cit., p. 10.

55. Ibid., p. 8.

56. Khickhohn et Leighton, op. cit., p. 124.

57. Mary C. Wheelwright, Navaho Creation myth (Le mythe navaho de la création). Santa Fe, N. Mex., 1942, p. 112.

58. Un coquillage abelone est l'offrande due au Soleil (Haile, op. cit., p. 29) et le Soleil est l'époux de la Femme aux Métamorphoses.

59. Haile, Navaho Flintway (Le Chant du Silex), p. 18.

60. Gladys A. Reichard, The Story of the Navaho Hail chant (L'histoire Navaho du Chant du Salut). New York, 1944, pp. 3-7.

61. Ibid., p. 8-27.

62. Mary C. Wheelwright, Hail chant and Water chant (Chant du Salut et Chant de l'Eau). Sante Fe, N. Mex., 1946, pp. 55-57.

63. Ibid., pp. 58-60.

64. Ibid., pp. 60-72.

65. Il s'agit du vieux Mexicain dont W. Dyk publie l'autobiographie.

Notes 575

66. Walter Dyk, « A Navaho autobiography » (Une autobiographie Navaho). Viking Fund publications in Anthropology, no 8, 1947, pp. 180-181.

67. George A. Pettitt, « Primitive Education in North America » (L'éducation des primitifs d'Amérique du Nord). University of California publications in American Archeology and Ethnology, Vol. XLIII, 1, 1946, p. 15.

68. M. E. Opler, * Childhood and youth in Jicarilla Apache society » (L'enfance et la jeunesse des apaches Jicarilla). Publication of the Frederick Webb Hodge Anniversay Publication Fund, V, Los Angeles, 1946, pp. 42-fi4.

69. Ibid., p. 44.

70. Ibid., p. 45.

71. Ibid., p. 47.

72. La situation est la même que dans notre folklore avec des héros toujours pleins de jeunesse qui tuent des géants et des dragons.

73. Reichard, op. cit., p. 17.

74. J'ai publié ce rêve dans mon article « Technique of dream analysis and field work in anthropology », p. 476.

75. C'est ici seulement qu'on apprend que l'homme en question est mort.

76. C'est une petite poupée de caoutchouc, qui a l'air d'un enfant.

77. Une grande poupée habillée de rouge, comme un Indien.

78. Je précise que les Navaho sont par ailleurs matrilocaux et matrilinéaires, mais cela ne les empêche pas d'avoir un complexe d'Œdipe.

79. D. Heggan, « The general problem of Hopi adjustment » (Le problème général de l'adaptation des Hopi) in C. Kluckhohn et H. A. Murray : Personality in nature, society and culture (La personnalité dans la nature, la société et la culture). New York, 1948, p. 229.

80. Wayne Dennis. The Hopi child (L'enfant Hopi). New York, 1940 P. 65.

81. Ibid., p. 230.

82. Ibid., p. 173.

83. H. R. Voth. « The traditions of the Hopi » (Les traditions des Hopi). Field Columbian Museum Anthropological Series, VIII, 1905, pp. 173-175.

84. Ibid., p. 83.

85. L. Frobenius, Zeitaller der Sonnengottes (L'Age du dieu du Soleil). Berlin, 1904. J'ai examiné le sens de ces mythes dans #« he dragon and the hero » (Le dragon et le héros). American Imago, 1, 1940, P. 54.

86. Voth, op. cit., pp. 143-146.

87. L. Thompson et Alice Joseph, TheHopi Way (Moeurs des Hopi). Chicago, 1944, p. 54.

88. Leo. W. Simmons, Sun Chief (Soleil Hopi), 1942. Tr. Fr. Paris, Plon, 1959.

89. Thompson et Joseph, op. cit., p.53.

90. Eggan, op. cit., p. 232.

91. Thompson et Joseph, op. cit., p. 50.

92. J. W. Fewkes, « Hopi Katcinas » (Les Katchinas des Hopi). Annual report of the Bureau of American Ethnology, XXI, 1903, pp. 76-77.

93. Ibid., p. 38.

93 a. E. C. Parsons Pueblo Indian religion (La religion des Indiens Pueblo). Chicago, 1939, pp. 183, 284.

93 b. Voth, op. cit., pp. 11-12. Cependant Esther Goldfrank me rappelle dans une lettre que dans ces mythes « d'origine de la mort »,

576 Psychanalyse et anthropologie

ce n'est habituellement pas le fils qui meurt le premier. Cf. Esther Goldfrank, « The impact of situation and personality on four Hopi Emergence myths » (L'impact de la situation et de la personnalité sur quatre mythes d'émergence Hopi). Southwestern Journal of Anthropology, IV, 1948, P. 2411.

94. Eggan, op. cit., p. 229.

95. Parsons, op. cit., 1, p. 74.

96. Wheelwright, Navaho creation myth, p. 68.

97. Eggan, op. cit., p. 226.

98. E. et P. Beaglehole, « Hopi of the second Mesa » (Les Hopi de la seconde Mesa).

99. Ibid., p. 60.

100. Simmons, op. cit., p. 271.

101. Ibid., p. 381. Son grand-père mort apparaît aussi dans le rêve et vient l'aider.

102. Libanius, Narrationes 19 (Westermann, Mythogr. p. 376).

103. Ovide, Les Métamorphoses, I.

104. Apollodore, Bibliotheca, 1, p. 23 ; T. Schreiber, Apollon Pythoktonos. Leipzig, 1879, pp. 4, 5.

105. Cf. G. Kaibel, Goettinger gehehrte Nachrichten, Gœttingen, 1901, pp. 490-595.

106. G. Róheim, Animism, magic, and the Divine King, pp. 299, 300.

107. Schreïber, op. cit., p. 56 (avec des références).

108. E. Kuester, Die Schlange in der griechischen Kunst und Religion, pp. 123, 124. M. M. de Wisser, Die Nicht Menschengestaltigen Gcetter der Griechen ( Les dieux grecs à forme non humaine), 1891, pp. 146-147. Róheim le cite dans Animism,.... p. 300.

109. Pausanias, 111, 236-7.

110. Pausanias, 11, 28, 1.

111. De Visser, op. cit., pp. 164. 165.

112. Kuester, op. cit., p. 136.

113. Aristophane, Plutus, 400-414. E. 1. Edelstein et L. Edelstein, Asclepius, a collection and interpretation of the testimonies (Recueil et interprétation des témoignages sur Asclépios). Baltimore, 1945, 1, P. 209.

114. 1. E. Hanson, Themis. Cambridge, 1927, pp. 381-382.

115. « Asklepios »,, in W. H. Roscher. Ausfuehrliches Lexikon der griechischen und rœmischen Mythologie, op. cit., p. 622.

116. Kuester, Die Schlange in der griechischen Kunst and Religion, pp. 123-124. De Visser, op. cit., pp. 146-110.

117. Róheim, Animism..., p. 301 (avec des références).

118. Schreiber, op. cit., pp. 11, 12 (avec des références).

119. Edelstein et Edelstein, op. cit., 1, pp. 53-55.

120. « Apollon », in Roschers Lexikon, p. 441.

121. Walter F. Otto, Die Gœtter Griechenlands (Les Dieux de la Grèce). Bonn, 1929, p. 86.

122. L. R. Farnell, The cults of the greek states (Les cultes des États grecs). Oxford, 1896, 1, p. 66.

123. Farnell. The evolution of religion (L'évolution de la religion). New York, 1905, pp. 144-147.

124. Otto, op. cit., P. 80.

125. J. Kerenyi, Apollon. Amsterdam /Leipzig, 1941, p. 42.

126. « Apollon », Roschers Lexikon, p. 442.

127. Harrison, op, cit., p. 441.

128. Kerenyi, op. cit., p. 42.

129. Ibid., p. 44.

Notes 577

130. 1bid., p. 45.

131. Se reporter aux articles sur Apollon et Asclépios dans Roschers Lexikon et Edelstein et Edelstein, op. cit., Index, à Apollon.

132. Cf. A. L. Kroeber, « A southwestern personality type e (Un type de personnalité du Sud-Ouest). Southwestern Journal of anthropology, 111, 1947, pp. 108-113. Kroeber affirme : « Il est inutile d'analyser les vingt rêves. Ils sont tous dans le vif du sujet, substantiels et essentiellement rassurants. » Sapienti sat. Kroeber a l'air de croire que les êtres humains peuvent grandir sans frustrations.

133. L. R. Farnell, The cults of the greek states, pp. 148-1li9.

134. Ibid., p. 150.

135. Ibid. , P. 148.

136. Ibid., p. 157.

137. Ibid., p. 161.

138. 1. V. Grohmann, Apollo Smintheus und die Bedeutung der Mause (Apollon Sminthée et la signification de la souris). Prague, 1862, pp. 1, 2.

139. K. Kerenyi. Apollon, pp. 44, 45.

140. Cf. Róheim, The song of the Sirens, pp. 18-14.

141. Pindare, Pyth., 1, 1 seq., cité dans W. F. 0 Otto, Die Gœtter Griechenlands. p. 93.

142. Cf. Róheim, « Sublimation ». Psychoanalylic Quarierly, XII, 1943, et E. Bergler, « Five layers of sublimation » ( Les cinq couches de la sublimation). Psychoanalytie Quarterly, XIII, 19411.

143. Horace. Chant IX, « Ad Thaliarchum ».

Chapitre IX

1. Ou son beau-père, ou tout adulte mâle étroitement associé à la mère.

2. A.I. Levin, « The (Edipus complex in History and Psychiatry » (Le complexe d'Œdipe en histoire et en psychiatrie). Psychiatry, XI, 1948, pp. 285-299.

3. Même lorsqu'il s'agit d'apprécier des cultures primitives, il est extrêmement difficile de faire abstraction de ses propres préjugés préconscients. John W. Bennett, « The interpretation of Pueblo Cultures, a question of values # (L'interprétation des cultures Pueblo comme problème de valeurs). Southwestern journal of Anthropology, 11, 1946, pp. 361-375.

4. W. Graham Sumner, Folkways (Couturnes populaires). Boston, 1913 p. 13.

5. . F. Alexander, « Educative influence of personality factors in the environment » (L'influence éducative des facteurs de personnalité dans le milieu). University of Chicago educational monographs, no 54, 1942, P. 39.

6. M. Mead, And keep your powder dry (Gardez votre poudre au sec). New York, 1942.

7. H. Spencer, The study of society (L'étude de la société). Londres, 1907, p. 200.

8. Mead, op. cit., p. 4. Une discussion sur la culture américaine peut à peine aller au-delà de l'impressionnisme. Cf. Clyde Kluckhohn, Mirror for man (Un miroir pour l'homme). New York, 1949, p. 229. Comment les impressions d'un individu sur son propre groupe pourraientelles être dépourvues de déformations subjectives ?

578 Psychanalyse et anthropologie

9. G. Gorer, The American people (Le peuple américain). New York, 1948, pp. 33-34.

10. Mead, op. cit., p. 48.

11. Ibid., p. 103.

12. Cf. V. Randolph, Ozark Superstition (Les superstitions des Ozarks). New York, 1947, p. 209.

13. Mead, op. cit., p. 107.

14. Ibid., p. 85.

15. Ibid., p. 90.

16. Ibid., p. 139.

17. Ibid., pp. 138-139. Là je dois confesser ma propre déformation subjective, car on appelait les Hongrois : « la chevaleresque nation hongroise. »

18. Gorer, op. cit., pp. 48-49.

19. Ibid., p. 111.

20. Cf. Le chapitre IV de cet ouvrage.

21. C. Kluckhohn, compte rendu de Gorer, op. cit., in Psychosomatic medicine, X, 1948, p. 305. Voir aussi De Voto, in New York Herald Tribune, Section Revue littéraire hebdomadaire, 28 mars 1948.

22. Un exemple : l'influence de la mère américaine, la statue féminine de la Liberté étant prise pour le symbole du pays. On ne lui admet qu'un équivalent : la Marianne française. « La Hongrie » est toujours une jeune femme de type maternel, revêtue des armoiries hongroises. Cependant, d'après les croyances populaires (c'est tout ce dont nous disposons), l'homme domine et en Hongrie et en France. Le symbole de la nation n'est pas nécessairement « ce à quoi nous nous identifions * : il peut être aussi l'objet d'amour. L'Allemagne, la Grande-Bretagne, etc. sont toutes au féminin.

23. D. Rodnick, Postwar Germans (Les Allemands d'après guerre). New Haven, 1948, p. 28. Le point de vue traditionnel est défendu par B. Schaffner dans Father Land (Le pays natal). New York, 1948, p. 15. Voir toutefois 0. Klineberg, « Recent studies in national character » (Études récentes sur le caractère national), Culture and Personality, Proceedings of an interdisciplinary conference,... Held under auspices of the Viking Fund. New York, 1949, p. 138.

24. M. Mead, « Social change and cultural surrogates » (Le changement social et les délégués de la culture) in Clyde Kluckhohn et Henry A. Murray, « Personnality in Nature, Society and culture » (La personnalité dans la nature, la société et la culture). New York, 1948, p. 513.

25. A. C. Kinsey, W. B. Pomeroy, Clyde E. Martin, The sexual behavior of the human male (Le comportement sexuel de l'homme). Philadelphie, 1948, pp. 375-387, cf. aussi Allison Davis, Social class influences upon learning (L'influence de la classe sociale sur l'apprentissage). Cambridge, 1948.

26. Voir à ce sujet W. N. Evans, « The passing of the gentleman » (Le déclin du galant homme). The Psychoanalytic Quarterly, XVIII, 1949,p. 19.

27. Ruth Benedict, « The study of cultural patterns in European Nations » (L'étude des modèles culturels dans les pays européens). Transactions of the N. Y. Academy of sciences, 1946, pp. 274-279.

28. Róheim. Magyar Nephit és Nepszokások (Croyances et coutumes populaires hongroises). Budapest, 1925. Pour une courte histoire de la Hongrie, voir Z. Szabó, Ungarisches Volk (Le peuple hongrois). Budapest, 1944.

29. R. Temesvàry, Volksbraeuche und Aberglauben in der Geburtshilfe und der Pflege des Neugeborenen in Ungarn (Croyances et cou

Notes 579

tumes sur la naissance et les soins aux nouveau-nés en Hongrie). Leipzig, 1900.

30. Il s'agit de la Hongrie de 1900, avec ses nombreuses nationalités et son territoire d'avant 191[4..

31. F. Gönczi, Göcsej, Budapest, 1914, pp. 144-145.

32. R. Temesváry, op. cit., p. 117.

33.Gönczi , op. cit., p. 146. Les Navaho disent « c'est l'ours ». Comparer avec l'équivalence du loup et de la grand-mère dans le Petit Chaperon rouge.

34. G. Illyès, Magyarok. Budapest, 1933, p. 27.

35. Ibid., p. 34.

36. Ibid., pp. 6&-65.

37. Ibid., pp. 79-86.

38. Imre Kovacs, A néma forradalom (La révolution muette). Budapest, s. d., p. 126.

39. Ibid., pp. 131-132.

40. Ibid., p. 141.

41. Ibid., p. 145-146.

42. Ibid., pp. 147-148.

43. Un proverbe hongrois du XVIlle siècle dit : « Extra Hungariam non est vita - sed si est vita, non est ita. e

44. Kovacs, op. cit., p. 149.

45. Ibid., p. 152. J. Kodolányi, qui écrit à partir de recherches effectuées dans les Ormányság, décrit le cas du meurtre d'une jeune femme par sa mère et sa belle-mère pour empêcher la naissance d'un second enfant. Josef az Acs (Joseph le menuisier). Budapest, p.117.

46. Kovacs, op. cit., pp. 153-155.

47. Ce mot allemand, qui correspond au terme hongrois czukrászda signifie confiserie, café, lieu où l'on vient s'asseoir pour consommer des sucreries et de la pâtisserie.

48. L'auteur sous-entend que c'est la situation opposée qui est normale chez les paysans hongrois.

49. F. Erdei, Amagyar paraszt társadalom (La société paysanne hongroise). Budapest, pp. 66-68. La virtus, expression hongroise courante dérivée du latin, signifie en Hongrie, « bravade, virilité, insouciance ».

50. Ibid., pp. 68-70. Après 1848, le capitalisme moderne remplaça le système féodal.

51. Ibid., p. 98.

52. F. Erdei, Futóhomok (Sable fin). Budapest, 1937, p. 186.

53. G. Kiss, Ormányság. Budapest, 1937, pp. 366-83. Dans le langage littéraire, erkölcs signifie morale ; dans celui du paysan, cela inclut les mœurs ou même la personnalité. Un cheval a erkölcs, ce qui veut dire qu'il est obstiné.

54. Les paysans ne portent pas de pantalons, mais une sorte de vêtement de corps blanc et lâche (gatya).

55. Zoltan Szabó, A tardi Relyzet. Budapest. 1931, pp. 183-186.

56. Ibid., pp. 190-191.

57. Ibid., p. 201.

58. G. Illyès, Pusztak nepe (Les gens des Puszta). Budapest, s. d., pp. 246-248.

59. 1. Manga, « Adatok a nyugati palóc házassági szokásokhoz

(Contributions aux coutumes de mariage chez le groupe Palóc occidental). Nepraizi Muzeum Ertesitoje, XXXIV, 1942, p. 178.

580 Psychanalyse et anthropologie

60. A. Nyáry, « Mihály Gerge népe ». Ethnographia, XVII, 1906, p. 289.

61. Joseph Darvas, A legnagyobb magyar falu (Le plus grand village hongrois). Budapest, 1937, p. 72.

62. F. Erei. Futohomok. p. 143. Les calvinistes sont orgueilleux et querelleurs, les catholiques humbles et serviables.

63. Ibid., p. 149 (Kishörös).

64. Illyès, Pusziak népe, p. 256. A. L. Kiss, A Szegény ember élite (La vie du Pauvre Homme). Budapest. 1939.

65. G. Féga, Viharasarok, Budapest. s. d., pp. 114-117.

66. G. Palotay, « Izles nyilvánulas a népi ruházathan ». Néprajzi Museum Ertesitôje, XXXII, 19W, p. 188.

67. E. Fèl, « A nöi ruházkodás Martoson ». Néprajzi Museum Ertesitöje, XXXIV, 1942, P. 118.

68. Cf. ci-dessus, Darvas, qui n'a rien observé de tel à Orosháza.

69. Illyès, Pusztak népe, pp. 141-142.

70. Il s'agit des bonnes.

71. P. Veres, Az Alfoeld parasztsága (Paysans des Basses Terres), Budapest, pp. 62-66.

72. Comparer avec la description donnée précédemment d'un groupe « matriarcal » isolé.

73. Illyès, op. cit., p. 143.

74. L. Nagy, A falu alarca. Budapest. s. d., pp. 97-100.

75. Illyès, Pusztak népe, pp. 1113-144.

76. Z. Szabó, Czifra nyomoruság (Éclatante pauvreté). Les gens des Cserhát. Budapest. s. d., pp. 103-109.

77. Illyès, Pustak népe, pp. 146-147.

78. Ibid., pp. 139-140.

79. Nagy, A falu alarca, pp. 96-97.

80. Ibid., pp. 98-99.

81. Nagy, op. cit., p. 118. Cf. Róheim, War, crime and the Covenant, p. 103. La structure fondamentale de la société me semble donc une tentative pour atteindre une phase maniaque en provoquant la mélancolie chez les autres, mais seulement pour succomber à la même mélancolie lorsque la phase maniaque a été obtenue.

82. Ibid., p. 158.

83. Ibid., p. 48.

84. Illyès, Pusztak népe, p. 264.

85. Ibid., p. 273.

86. J. Darvas, A legnagyobb magyar falu, pp. U-46.

87. Ibid., p. 57.

88. Ibid., p. 63.

89. Illyès, Puszták népe, p. 183.

90. Ibid., p. 188.

91. Ibid., p. 108.

92. Illyès Puszták népe, pp. 8-9.

93. La main-d'oeuvre salariée, les domestiques des grands domaines.

94. Ibid., pp. 111-15.

95. Il parle à plusieurs reprises de la pruderie du paysan hongrois. Or c'est l'inverse qui est vrai. Les Hongrois appellent un chat un chat et on entend constamment le juron « baise le dieu de ta mère », à la ville comme à la campagne. Berze-Nagy, le folkloriste le plus compétent de Hongrie, écrit : « En recueillant des données folkloriques, j'ai découvert une quantité de kryptadia. Même en présence de représentants de l'autre sexe, hommes et femmes les formulent sans la moindre hésitation. Bien qu'ils soient précieux du point de vue folklorique,

Notes 581

ils sont impubliables, je les garde donc dans mes fiches. » J. Berze-Nagy. Baranya Vármegyei Hagyományok (Traditions du comté de Baranya), Pecs, I, p. IX.

96. Illyès, Magyarok, Il, p. 45.

97. Les empereurs de Byzance parlent de leurs ennemis hongrois qu'ils appellent « Turkoi ». Léon dit des Hongrois : « Ce peuple est libre et riche en hommes », mais dans le paragraphe suivant il déclare : « Ils obéissent à la loi d'un seul chef et sont tenus non par l'amour mais par la terreur. » « Les tribus turques (c'est-à-dire hongroises) sont traîtresses. Beaucoup des leurs deviennent des traîtres et se rangent au côté des Romains, par goût du profit », etc. Léon fut empereur de Byzance de 886 à 911. Cf. H. Marczali, A magyar történet kútfoinek kézikönyve (Manuel des sources de l'histoire hongroise). Budapest, 1901, pp. 15-19. Texte grec, traduction hongroise.

98. Illyès, op. cit., 11, p. 289. (Il a manifestement oublié de confronter tous les chapitres.)

99. G. Lükö, A magyar lélek formai. Budapest, 1942.

100. P. Gulyàs, « Mély magyarság », Pusztak népe, 1947, p. 29.

101. Z. Szendrey, « A magyar népszokotsok ösi elemei » (Les traits archaïques des coutumes populaires hongroises). Ethnographia, 1940, p. 352.

102. Ceci est vrai pour la période précédant 1914 et à moindre degré jusqu'en 1938, année ou j'ai quitté la Hongrie.

103. Il paiera le lendemain cette activité destructrice.

104. L'homosexualité se manifeste dans tout le rituel qui consiste à « s'amuser » (mulatni) et dans les actions très particulières qui tournent autour des Tziganes. On les embrasse, on les bat, ou on leur fait subir toutes sortes d'humiliations. Pour la littérature psychanalytique sur l'alcoolisme, voir G. Róheim. « Alcoholic Hallucinations ». (Hallucinations alcooliques). Quaterly Journal of Studies on Alcohol, V, 1944, p. 450. Cf. S. Lorand, in Yearbook of Psychoanalysis, I. New York, 1945, p. 359.

105. Freedrick S. Hulse, « Convention and reality in Japanese culture » (Convention et réalité dans la culture japonaise). Southwestern journal of anthropology, IV, 1948, p. 347.

106. Nagy, A falu alarca, p. 140.

107. Illyès, Pusztak népe, p. 172.

108. Ces fêtes orgiaques semblent caractériser aussi les Grands Russiens. Gorer les explique comme une réaction à l'emmaillotage serré. G. Gorer « Some aspects of the psychology of the people of Great Russia » (Quelques aspects de la psychologie des habitants de Grande Russie). The american slavic and east european review, VIII, 1949, pp. 156-160. Les Hongrois (du moins les enfants des paysans) sont enveloppés d'une couche et non emmaillotés. Margit Luby de Benedekfalva, « Treatment of hungarian peasant children ». Folklore, LII, 1941, p. 106.

109. Cf. H. Marczali, Hungary in the XVIIIth Century (La Hongrie au XVIIIe siècle). Cambridge, 1910, p. 130.

110. Illyès, Magyarok, I, p. 319.

111. Kovacs, A néma forradolom, p. 202.

112. K. Mikszáth, Urak es parasztok. Budapest, 1904.

113. Illyès, Pusztak népe, p. 165.

114 . Ibid., p. 161.

115. 1. Gyöffry, Nagykunsági krónika (Chronique des Nagykunsagi). Karczag, 1922, p. 7.

116. L'idéal est certainement soumis au changement historique.

582 Psychanalyse et anthropologie

117. Et non pas des Hongrois en général. L'auteur est trop avisé pour tenter pareille entreprise.

118. Viola Tomori, A parasztág szemléletének kialakulása (L'évolution de la vision du monde du paysan). Szeged, 1935, pp. 35-62.

119. Ibid., pp. 52-70.

120. Ibid., pp. 80-81.

121. Ibid., p. 83-86.

122. Ralph Linton, The cultural background of personality (Le fondement culturel de la personnalité). New York, 1945, pp. 130-131.

122 bis. Cf. M. Balint, in International Journal of Psychoanalysis, 1948, p. 217.

123. Qui désigneraient différents pays de culture euro-américaine.

124. 1. Bernard, « Sociological mirror for cultural anthropologists » (Un miroir sociologique pour les anthropologues culturels). American Anthropologist, LI, 1949, p. 675.

125. M. E. Opler, « Cultural and organic conceptions in contemporary world history » (Les conceptions culturelle et organique dans l'histoire contemporaine du monde). American Anthropologist, XLVI, 1944, P. 448.

126. Clyde Kluckhohn, « Personality formation among the Navaho Indians » (La formation de la personnalité chez les Indiens Navaho). Sociometry, IX, 1946, pp. 130-131.

127. G. P. Murdock, Social structure (La structure sociale). New York, 1949, p. 136.

128. Fritz Moellenhoff, « The price of individuality » (Le prix de l'individualité). American Imago, IV, 1947, p. 33.

Chapitre X

1. A. L. Kroeber, Anthropology. New York, 1948, p. 619.

2. Cf. Mon article, « The CEdipus complex, magie and culture » (Le complexe d'Œdipe, la magie et la culture), in Psychoanalysis and the social sciences, II, New York, 1950.

3. Nicholas Murray Butler, « Anaximander on the prolongation of infancy » (Les théories d'Anaximandre sur la prolongation de la petite enfance) in Classical studies in honour of Henry Drisler. Londres, 1927,pp. 8 et suiv. Cité dans R. Briffault, The mothers, p. 105.

4. John Fiske, Outlines of cosmic philosophy (Esquisse d'une philosophie cosmique). Boston, James R. Osgood, 1875, 11, pp. 342-344. Pour des précurseurs allemands de la théorie de la néoténie, voir J. H. F. Kohlbrugge, Die Morphologische Abstammung des Menschen (L'origine morphologique de l'homme). Stuttgart, 1908, p. 25, qui cite Nehring  

« Menschenreste aus einem Sambaqui von Santos in Brasilien ». Zeitschrift tuer Ethnologie, XXXVII, 1895, p. 718.

5. H. Spencer, The principes of sociology (Principes de Sociologie). Londres, 1906, 1, pp. 599-600.

6. Carl S. Warden, The emergence of human culture (L'apparition de la culture humaine). New York, 1936, pp. 84-85.

7. Cette affirmation peut être mise en question. Les primitifs contemporains manifestent en fait des attitudes paternelles.

8. E. A. Hooton, Up from the ape (À partir du singe). New York, 1946, pp. 265-266.

9. R. Briffault, The mothers, 1, p. 97.

10. Ibid., I, pp. 98-100.

il. K. W. Spence et R. M. Yerkes, « Weight, growth and age in

Notes 583

chimpanzees » (Poids, taille et âge chez les chimpanzés). American journal of physical anthropology, XXII, l937, p. 245.

12. George W. Corner, Ourselves unborn (Nous, avant la naissance). New Haven, 1948, p. 168.

13. Dudley J. Morton, « Human origin » (L'origine de l'homme). American journal of physical anthropology, X, 1927, p. 188.

14. M. F. Ashley Montagu, in American journal of physical anthropology, 1943, p. 137.

15. H. Friedenthal, « Behaarung der Menschenrassen und Menschenaffen » (Le système pileux des races humaines et des anthropoïdes). Zeitschrift fuer Ethnologie, XLIII, 1911, pp. 978-979.

16. L. Bolk, Das Problem der Menschwerdung (Le problème du devenir de l'homme). Iéna, 1926, pp. 1-6.

17. Ibid., p. 8.

18. Ibid., p. 16.

19. Ibid. : p. 20.

20. Bolk « Origin of racial characteristics in man » (L'origine des caractéristiques raciales chez l'homme). American journal of physical anthropology, XIII, 1929.

21. Bolk, Menschwerdung, 1926, p. 21. Voir aussi Bolk, « On the problem of anthropogenesis » (Sur le problème de l'anthropogenèse). Proceedings, Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam, XXIX, 1925, pp. 465-1,75. « On the significance of the supra-orbital ridges of the Primates... » (La signification des arêtes supraorbitales chez les primates). C. C. ; XXV, 1922, p. 16. « The problem of orthognathism » (Le problème de l'orthognatie). loc. cit., p. 371.

22. A. H. Schultz, * Eruption and decay of the permanent milk teeth in primates » (Apparition et déclin des dents de lait permanentes chez les primates). American journal of physical anthropology, XIX, 1934, P. 489.

23. W. H. Perloff, « Role of the hormones in human sexuality

(Le rôle des hormones dans la sexualité humaine). Psychosomatic medicine, XI, 1949, p. 138.

24. Cf. M. F. Ashley Montagu, « The infertility of the unmarried in primitive societies » (La stérilité des célibataires dans les sociétés primitives). Oceania, VIII, 1937, p. 15.

25. Bolk, Menschwerdung, pp. 24-25.

26. Ibid., p. 40.

27. Ibid. : p. 44,

28. Bolk « Origin of racial characteristics ; of man », pp. 1-9.

29. Ibid., pp. 10-11.

30. Ibid., pp. 12-13. Cf. aussi Bolk, « The part played by the endocrine glands in the evolution of man » (Le rôle des glandes endocrines dans l'évolution de l'homme). Lancet, 111, 1921, pp. 588-592.

31. M. R. Drennan, « Pedomorphism in Pre-Bushman skulls » (Le pédomorphisme des crânes des pré-Bushmen). American journal of physical anthropology, XVI, 1932, pp. 208-209.

32. Cf. A. L. Kroeber, Configurations of culture growth (Configurations de développement culturel). Berkeley, 1944, E. W. Strong, « A question of interpretation » (Une question d'interprétation). American Anthropologist, L, 1948, p. 216.

33. A. H. Schultz, « Fetal growth of man and other primates » (Le développement fœtal de l'homme et des autres primates). Quarterly review of biology, 1, 1926, p. 245.

34. C. U. A. Kappers, « Stability and variability of Central and Palaeo-Asiatic index peaks ». (Stabilité et variabilité des pics indiciels

584 Psychanalyse et anthropologie

des Centre et Paléo-Asiates). Proccedings, Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam, XXXIX, 1936, pp. 686-700. (1 The spread of primitive humanity and its links with the more differentiated races » La diffusion de l'humanité primitive et ses liens avec les races plus différenciées), ibid., XXXIX, 1936, pp. 1156-1165. « Index curves of Asia and the Great Sunda Islands » (Courbes indicielles de l'Asie et des Grandes Sunda) ibid., XLII, 1939, pp. 41-52. « Index curves of Pigmy and Veddoid Tribes », ibid., XLII, 1939, pp. 687-700. « The character and spread of associated index peaks in Africa » (Caractère et diffusion des pics indiciels associés en Afrique) XXXIX, 1936.

35. F. Weidenreich, « The brachycephalisation of recent mankind » (La brachycéphalisation de l'humanité récente). Southwestern journal of Anthropology, 1, 1945, pp. 1-54.

36. Bolk, Menschwerdung, pp. 24-28.

37. P. Weidenreich, « Domestikation und Kultur in ihrer Wirkung auf Schaedelform und Koerpergestalt » (Influence de la domestication et de la culture sur la forme du crâne et la structure du corps). Zeitschrift tuer Konstitutionslehre, XI, 1925, pp. 31-33.

38. F. Weidenreich, « Tatsachen und Probleme der Menschheitsentwicklung » (Faits et problèmes de l'évolution humaine). Biomorphosis, 1, 1939, p. 23.

39. R. Goldschmidt, « Some aspects of human evolution » (Quelques aspects de l'évolution humaine). Science, LXXVIII, 1933, p. 541.

W. Cf. Róheirn, The origin and function of culture, p. 69.

41. R. Goldschmidt, op. cit., p. 544.

42. H. F. Osborn, « The discovery of tertiary man » (La découverte de l'homme tertiaire). Science, no 1827, 1930, p. 78.

43. B. Dubois, « The law of the necessary phylogenetic perfection of the psychoencephalon » (La loi de la perfection phylogénétique nécessaire du psychoencéphale). Proceedings, Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam, XXXI, 1928, pp. 304-314.

44. A. L. Kroeber, Anthropology, p. 165.

45. S. Zuckerman, La vie sociale des singes, op. cit.

46. F. Weidenreich, « The brain and its role in the phylogenetic transformation of the human skull » (Le cerveau et son rôle dans la transformation phylogénétique du crâne humain). Transactions of the American Philosophical Society XXXI, 1941, pp. 415-416. Voir aussi idem « Dornestikation und Kultur in ihrer Wirkung auf Schaedelform and Koerpergestalt », pp. 31, 33, Mais d'après Count, l'augmentation de la taille du cerveau est due à une croissance rapide avant la période mesurable, et à une augmentation plus rapide du corps et du cerveau par rapport à la maturation biologique. Earl W. Couat, « Brain and body weight in man » (Le poids du cerveau et du corps chez l'homme). Annals of the New York Academy of sciences, XLVI, 1942, p. 1075. Cf. aussi Weidenreich, « Tatsachen und Probleme », p. 23. Cf. aussi, Anthropological papers of Franz Weirdenreich. A memorial volume. The Viking Fund, New York, 1948.

47. Wm. King Gregory, « The origin, rise and decline of homs. Sapoiens » (L'origine, le développement et le déclin de l'Homo sapiens) Scientific monthly XXXIX, 1934, p. 494.

48. A. A. Abbie, « Head form and human evolution » (La forme de la tête et l'évolution humaine). Journal of Anatomy, LXXXI, 1947, p. 254.

49. Zuckerman, « Hormones and evolution ». Man, XXXVI, 1936, p. 180.

Notes 585

50. R. Stockard, The physical basis of personality ( La base  

physique de la personnalité,  New York, 1931, p. 280.

51. Kappers, « Orthogeynesis and progressive appearance of early ontogenetie form relations in the adult stages during human evolution » (Orthogenèse et apparition progressive de relations formelles ontogénétiquement précoces dans les stades adultes, au cours de l'évolution humaine). Acta -biotheoretica series A, VI, 1942, pp. 165-183.

51 bis. Cité par F. Weidenreich dans « Domestikation und Kultur in ihrer Wirkung auf Schaedelform und Menschengestalt ». Z. Konst-Lehre. XI, pp. 1-52.

52. Ibid., pp. 169-170.

53. Kappers, op. cit., p, 174.

54. E. T. Nauck  Das Problem de Menschwerdung, 1 Die Stammesentwicklung im Lichte der Einzelentwicklung (Le problème du devenir humain. Le déve)oppemen t de l'espèce vu à la lumière du développement individuel). Fribourg, 1940.

55. Kappers, « Orthogenesis and Progessive appearance of early ontogenetic form relations », p. 172.

56. Dubois « The law of the necessary phylogenetic perfection of the psychoencephalon », pp. 323-350.

57. Kappers, op. cit., p. 177.

58. Juergen Ruesch et Gregory Bateson, « Structure and process in social relations « (Structure et processus dans les relations sociales). Psychiatry, XII, 1949, p. 105-124.

59. S. Ferenczi, Hysterie und Pathoneurosen, (Hystérie et pathonévroses). Vienne, 1919.

60. J. Huxley, The uniqueness of man (L'unicîté de l'homme). Londres, 1941, pp.

61. S. Freud, « Le Moi et le Ça », op. cit.

62. Max Levy-Suhl, « Ueber die fruehkindliche Sexualitaet des Menschen in Vergleich mit der Geschlechtsreife bei Saeugetieren » (La sexualité infantile précoce de l'homme comparée à la puberté des mammifères). Imago, XIX, 1933, p. 27.

63. G. Bally, « Die fruehkindliche Motorik in Vergleich mit der Motorik der Tiere » (La motricité infantile précoce comparée à celle des animaux), Imago, XIX, 1933, p. 343.

64. Ibid., pp. 3M-355.

65. Voir le chapitre de ce livre concernant l'Australie.

66. Róheim, The riddle of the Sphinx, p. 261.

67. Sur l'origine inconsciente ou ludique des activités économiques, cf. Róheim, The origin and funetion of culture, op. cit.

68. Cf. dans le chapitre précédent la discussion du texte de Levine sur « Le complexe d'Œdipe en histoire et en psychiatrie ».

69. Zuckerman, La vie sociale des singes, op. cit.

70. C. F. Sonntag, On the morphology and evolution of the apes and man (Morphologie et évolution des grands singes et de l'homme). Londres, 1924, p. 43.

71. Ibid., p. 95.

72. Ibid., pp. 100-101.

73. Ibid., p. 37.

74. Ibid., p. 21.

75. 1. Hermann, « Zum Triebleben der Primaten » (La vie instinctuelle des primates). Imago, XIX, 1933, pp. 113-125. « Modelle zu den OEdipus - und Kastrationkomplexen bei Affen » (Modèles des complexes d'Œdipe et de castration chez les singes). Imago, XIX, 1926. Voir aussi

586 psychanalyse et anthropologie

son dernier livre Az ember ösi ösztönei  (Les instincts primaires

de l'homme)- Budapest 1943.-

76. H. C. Bingham« Sex development in apes « , (Le développe-

ment sexuel des grands singes)- Comparative psychology

monographs, V, 1928, p. 79.

77. S. Freud, Inhibition,  symptômes, angoisse, op.cit.

 

78 Róheim  « The thread of life » ( Le fil de la vie)

Psychoalytic Quarterty, XVlI , 1948, p. 471.

79, Cf. R. Meringer , « Omphalos, Nabel, Nebel » ( Omphalos,

nombril, nuage) Kulturhistorische  Zeitschrift  fuer sprach-und

Sachforschung, V. 1913, pp 43-91.  W.H. Rischer, « Omphalos »

Abhandlungen der koeniglich saechsischen Akademie der

Wissenschaften, XXIX, 1913, « Neue Omphlalos Studien » l.c.                                     

XXX. I,  1915.

80.  J. D. Unwin,  Sex and culture (Culture et sexualité).

Londres, 1934.

81.  G. Róheim, The origin and function of culture, op. cit.

82.Erik Homburger Erikson, « Two american indian tribes » (

Deux tribus d'Indiens d'Amérique ), in  the  Psychoanalytic

study of the child. New York, 1945, p.330

83. Otto H. Schindewolt, Paleontologie,Entwicklungslehre und

Genetik  ( Paléontologie,  théorie de l'évolution et génétique).

Berlin, 1936.

84. A.H. Schultz, « Fetal growth of man and other primates »

p. 576.

85. Charles Midlo, « Hand and foot in primates » (La main et le

pied des primates). American journal of physical Anthropology, XXII, 1937 pp. 386-387.

86. Cf. Emerson F. Greenman, « Material culture and the orga-

nism » (La culture matérielle e et l'organisme). American

Anthropologist,  XLVI 1, 1945, p. 211 -

87. Adolph H. Schultz, « Charactcrs common to higher primates

and characters specific for  man » (Caractères communs des primates supérieurs et caractères spécifiques de l'homme). Quarterly Review of biology, XI, 1936, p. 436.

88. Sir Arthur Keith A new theory of human evolution (Une nou-

velle théorie de l'évolution humaine). New York, 1949, pp. 192-193.

89. Ibid., p. 193.

90. Keith s'en rapporte à J. W. F. Kohlbruegge, Die morpholo gische Abstammung des Menschen.

91. Keith, op. cit., p. 195.

92. Ibid., p. 196.

93. H. Basedow, The australian aboriginal (L'aborigène austra1ien ) Adelaide, 1925, pp, 23,24, 25.

94.  Keith, op. cit., p. 97.

95. Ibid., p. 200.

96. The origin and function of culture, pp. 40-74.

97 F.  Alexander, Fundamentals of Psychoanalysis (Les principes fondamentaux de la psychanalyse). New York, 1948., pp. 112-113

98. Par   « d'abord », nous entendons  dans l'ontogenèse.

99. Cf. Gerrit S. Miller, « Steatopygy and acromegaly » (Steatopigie  et  acromégalie). Arnerican Journal of physical anthropology, XIV, 1930, p.79.   Il y a  d'abord des différences hormonales qui ne sont pas téléologiques à 1'origine.

100. Cf. Keith, A new theory of  human evolution, p. 133-141.

Notes 587

101. Karl Pearson, « On a new theory of progressive evolution » (Une nouvelle théorie de l'évolution progressive). Annals of Eugenics, 111, 1930, p. 1.

102. Keith, op. cit,, pp. 134-135. Dans la psychanalyse elle-même, la tendance « moderne » est de mettre tout l'accent sur le moi. Ceux qui sont incapables de découvrir quoi que ce soit de neuf sur les profondeurs proclament triomphalement que les choses ont aussi une surface.

103. Ibid., pp. 5, 6.

104. Ibid., p. 44.

105. David Hume, Essays and treatises on several subjects (Essais et traités sur divers sujets). 1772, 1, p. 237 (Keith, op, cit., pp. 180-181).

106, Zuckerman, La vie sociale des singes, op. cit.

107. Cf. Róheim, « Psychoanalysis and anthropology » (Psychanalyse et anthropologie) in Psychoanalysis and the social sciences, 1, p. 26.

108. Les chimpanzés ont la personnalité mais non la culture. Robert M, Yerkes, Chimpanzees. New Haven, 1943, pp. 33, 117.

109. Voir plus loin. Dans son dernier livre, Ashley Montagu défend une théorie très voisine. On being human (Définition de l'humain). New York, 1950, p. 29. La reproduction est le fondement de toute relation sociale.

110. Schindewolf, Paleontologie, Entwicklungslehre und Genetik, p. 100. Il se réfère également à un de ses articles dont je n'ai pas pris connaissance : « Ontogenie und Phylogenie » (Ontogenèse et phylogenèse). Paleontologische Zeitung. Berlin, 1929.

111. Schindewolf, ibid. p. 79.

112. Schindewolf, op. cit,, p. 26. Il cite aussi H, Beurlen, Die Besiedlung der Tiefsee (Les habitants des fonds de mer). 1937. Les vues de Weidenreich sont rejetées comme  lamarckiennes, p. 70.

113. Schindewolf, « Das Problem der Menschwerdung ». Jahrbuch der preussischen geologischen Landesanstalt, 1928, vol. 59, p. 740,

114. 1bid., p. 740. Sur le développement normal, inhibé et accéléré, voir E. Dacqué, Organische Morphologie und Paleontologie (Morphologie et paléontologie organiques). Berlin, 1935.

115 . G. R. de Berr, Embryology and evolution (Embryologie et évolution). Oxford, 1930. Néanmoins d'autres biologistes la soutiennent, bien que « sujette à des modifications ontogénétiques ». R. C. Lull, Organic evolution (L'évolution organique), 1. New York, 1917, p. 179.

116. De Beer, op. cit., p. 16.

117. Ibid,, p, 93.

118. Sur l'opposition von Baer-Haeckel, voir Julian S. Huxley, Problem  of relative growth (Problèmes du développement relatif). Londres, 1932. Dans le rythme de mutation des gènes pour accélérer la croissance, on a une récapitulation partielle, alors que pour la ralentir le processus est antirécapitulatoire, p. 239.

119. De Beer, op, cit., p. 5.

120. Ibid.,p .91.

121. Ibid., p. 90.

122. Ibid, p. 107.

123. Ibid., p. 185.

124. R. Goldschmidt, The material basis of evolution (La base matérielle de l'évolution). New Haven, 1940, p. 390.

125. I. C. Willis, The course of evolution (Le cours de l'évolution). Cambridge, 1940, P. 191.

126. P. Weidenreich, « The trend of human evolution » (Le courant de l'évolution humaine). Evolution, 1, 1947, p. 234.

588 Psychanalyse et anthropologie

127. J. Huxley. Evolution, the modern synthesis (L'évolution,

une synthèse moderne ). New York, 1942, p. 555.

128. Cf. V. Venable, Human nature (La nature humaine), New York, 1945.

129. G. Bateson et M. Mead, Balinese character (Le caractère balinais). New York, 1942.

130. Cf. S. Schönberger, « Disorders of the Ego in wartime » (Désordres du moi en période de guerre). British journal of Medical psychologyXXI, 1948, pp. 248-253.

131. John W. Bennett, « The interaction of culture and environment in the smaller societies * (L'interaction entre la culture et l'environnement dans les petites sociétés). American anthropologist, XLVI, 1944, p. 461.

132. « The « OEdipus complex, magic and culture », op. cit.

133. Il est intéressant de noter que bien que j'aie soutenu ce nouveau point de vue depuis 1932, les anthropologues continuent à citer, comme représentant mes idées, ce que j'avais écrit auparavant. C'est probablement, comme dirait Bolk, un cas de développement retardé.

134. Daniel E. Schneider, « The growth concept of nervous integration » (L'idée d'intégration nerveuse comme concept de développement). Nervous and mental disease monographs, no 78, 1849, chap. VII.

135. T. Hahn, Tsuni goam, the supreme being of the Khoi-Khoi (Tsuni Goam, l'Être suprême des Khoi-Khoi). Londres, 1881, p. 66. Cf. Róheim, « The Divine child » (L'enfant divin). Journal of clinical psychopathology IX, 1948, p. 309.

136. E. Crawley, The mystic rose (La rose mystique). Londres, 1927, 1, p. 198.

137, J. C. Fluegel, « On the biological basis of sexual repression » (La. base biologique du refoulement sexuel). British journal of Psychology, 1, 1921.

138. Cf. mon article sur le complexe d'Œdipe, déjà cité.

139. Cf. Th. Benedek et Boris B. Rubenstein, « The sexual cycle in women » (Le cycle sexuel de la femme). Psychosomatic medicine monographs, 111, 1942, p. 76.

140. M. Balint, « On genital love ~ (L'amour génital). International journal of Psychoanalysis, XXIX, 1948, p. 36.

141. Voir précédemment le chapitre sur les Kaingang.

M. A. Balint, « Der Familienvater » (Le père de famille). Imago, XII, 1926.

143. Que le père soit effectivement le géniteur ou un autre compagnon de la mère, ou de la femme qui prend soin de l'enfant, ne change rien à l'affaire.

144. Nous avons aussi besoin d'être rejetés par nos mères pour grandir au sens psychologique du terme.

145. On trouvera des références dans mon article « Œdipus complex, magic and culture », déjà cité.

146. Cf. Róheim, « Transition rites » (Les rites de passage). Psychoanalytic Quarterly, XI, 1942, Id. « The thread of life », art. cit.

147. Róheim, The riddle of the sphinx, pp. 15-23.

148. 0. Fenichel, Hysterien und Zwangsneurosen (Hystérie et névrose obsessionnelle), Vienne, 1931, 1, p. 22,

149. Fenichel, La théorie psychanalytique des névroses, op. cit.

151. Róheim, « The OEdipus complex. and infantile sexuality » (Le complexe d'OEdipe et la sexualité infantile), Psychoanalytic Quarterly, XV, 1946, pp. 503-508.

Notes 589

152. Voir ci-dessus »

153. Cf. Róheim, « Children games and rhymes in Duau » art

cit.

154, Róheizn,  The Origin and function of culture, art. cit. ..

155. Adolphe H. Schultz, « Charaters common to higher

primates and characters specific for man » art.cit.p.266

156. Otto Rank , « Das Trauma  der  Geburt » (Le traumatisme

de  la naissance)  Internationale  Psychoanalytische Bibliothek,

XIV 1924.

157.  Voir par exemple R. Wilhelm et C. G. Jung, Das Geheimnis der goldnen Bluete, (Le secret de la fleur d'or), Zurich 1944 ; C. G Jung , Psychologie und Religion (Psychologie et religion). Zurich, 1942.

158. Róheim, The eternal ones of the dream. .

159. Julian Huxley, The uniqueness of man, op.cit.

160. Charles Sherrington, The integrative action  of the nervous

system ( L'action intégratrice du système nerveux). Cambridge,

mars 1948.

161. Huxley, op. cit., pp. 22-25 .

162. E. Schneider, « Hemmung und Verdraengung » (Inhibition et déplacement). Schweizerische Zeitsch-lift fuer Psychologie, VI, 1947, pp. 52-60.

163. Cf. M. Klein , La psychanalyse des enfants, op. cit.

164. Voir le chap. XI.

165. Cf. Hans Vaihinger, The philosophy of As-if (La philosophie du comme-si). New York, 1925.

166. Huxley, op. cit. p. 18.

167. M. R. Drennan, « Pedomorphism in pre-Bushman skulls »,

p. 203.

 

168. G. R. de Beer, Embryology and evolution, op. cit., pp. 99.

169. Bien que je dise « nous » du point de vue de la psychanalyse opposée à l'anthropologie, je rappelle que l'auteur était anthropologue  bien avant de lire Freud ou d'être analysé.

170. John Gillin, The ways of men (Les voies de l'homme) New York, 1948, p. 190.

171. Ibid., p. 207

172. Thémis est là déesse-mère celle qui convoque l'assemblée et préside la fête. Les peuples qui n'ont pas de Thémis, c'est-à-dire pas de conventions établies, ne sont pas civilisés. J. E. Harrison, Thémis,Cambridge, 1927, pp. 482-483.  »

 173. A. L. Kroeber, Anthropology. New York, 1948, pp. 572-

573.

174. Ibid., p. 573

175. Gillin, op, cit ;. p. 320.

176. , Dans la préface  auteur mentionne son analyse didactique

préliminaire avec Earl Zinn (p.XVI). Il nous dit que  son analyse

à duré cinq mois. C'est pire que rien.

177. John W. M. Whiting, Becoming  à Kwoma (Comment on devient un Kwoma), New Haven, 1941, p. 204.

178. Ibid., p. 215.

179. M. Mead, « The Marsalai cult among  the Arapesh » (Le culte du marsalai chez les Arapesh). Oceania, IV, 1933,p.41.

180. Whiting, op. cit., p. 126.

181. Ibid., p. 206.

182. Ibid., p. 135.

183, Cf. Róheim, The riddle of the sphinx.

184. H. Powdermaker, in American Anthropologist, XLVII, 1945, pp. 308-312.

590 Psychanalyse et anthropologie

185. Cf. Bolk, Briffault, de Beer, etc., déjà cités.

186. Drennan, op. cit., p. 208.

187. G. G. Simpson, The meaning of evolution, pp. 126-127.

188. M. B. Opler, « Culture and organic concepts in history », p. 459.

189. Melville J. Herskovits, Man and his works (L'homme et ses oeuvres). New York, 1948, p. 146.

190. J'ai désigné ces deux phénomènes comme les facteurs fondamentaux de la culture dans The origin and function of culture, p. 99.

191. Sur l'équivalence entre la culture et le symbolisme, voir entre autres A. Blumenthal « A New definition of culture » (Une nouvelle définition de la culture). American Anthropologist, XLVI, 1946, p. 571.

192. Je suis parfaitement conscient du fait que les primates n'ont pas de saison de rut - mais le processus du devenir humain ne commence pas par le passage des singes anthropoïdes aux êtres humains.

193. Leslie A. White, « The definition and prohibition of incest » (La définition et la prohibition de l'inceste). American Anthropologist, 1, 191,8, pp. 416-435.

194. Ibid., pp. 433-434.

195. Ce qui est manifestement utilitaire (comme éviter de toucher le feu) nous le décidons pour des raisons conscientes.

196. Voir l'introduction.

196a. 0. Jespersen, Language. Londres, 1922, p. 420, suggère l'idée que le langage apparaît dans la situation d'amour génital.

197. W. Wundt, Voelkerpsychologie ; I, Die Sprache. Leipzig, 1911, p. 327.

198. Sur l'identité des sons ma et pa avec les noms des parents et les phases de l'action de téter, voir S. Spielrein, « Die Entstehung der kindlichen Worte Papa und Mama » (L'origine des mots « papa » et « maman »). Imago, VIII, 1922, pp. 345-367.

199. E. Froeschels et A. Jellinek, Practice of voice and speech therapy (Thérapie de la voix et de la parole). Boston, 1941, p. 179.

200. Ibid., p. 251.

201. Cf. M. Katan, « Die Rolle des Wortes in der Schizophrenie und Manie » (Le rôle du mot dans la schizophrénie et la manie). Internationale Zeitschrift fuer Psychoanalyse, XXV, 1940, pp. 138-142.

202. R. A. Wilson, The miraculous birth of language (La naissance miraculeuse du langage). New York, 1948, pp. 206-207.

203. Róheim, The origin and function of culture.

204. Faust, I, La nuit de Walpurgis.

205. Ernest Jones, Papers on psycho-analysis, chap. VIII.

206. Cf. Róheim, « Psychoanalysis of primitive cultural types », p. 16.

207. Travail sur le terrain à Ramah, en 1947. Subventionné par le Viking Fund.

208. A l'auteur.

209. Il y a quelques années, parut un livre dont l'auteur démontrait très sérieusement que le contenu manifeste des rêves était déterminé par la culture. Les gens qui n'ont jamais vu de voiture ne rêvent pas de voiture. On se demande pourquoi de telles banalités sont jamais imprimées. J. S. Lincoln, The dream in primitive cultures (Le rêve dans les cultures primitives). Londres, 1935.

210. M. Mead, « Resarch on primitive children » (Recherches sur les enfants primitifs), in L. Carmichael Manual of Child Psychology. New York, 1947, p. 669.

Notes                    591

211. L. Frank Baum, The new Wizard of Oz (Le nouveau

magicien d'Oz). Indianapolis, 1903.

212. D. Lee, « A primitive system of values » (Un système de valeurs primitif). Philosophy of Science, VII, 1940, p. 357.

213. B. Malinowski, Coral gardens and their magic. Londres, 1935, 11, p. 25.

214. Est-elle si fausse ? En un sens, peut-être l'esprit (l'insconscient) a-t-il quelque chose à voir avec le moment de la conception.

215. Jules et Zunia Henry, « Doll play of Pilaga Indian children » (Le jeu de la poupée chez des enfants Pilaga) in Clyde Kluckhohn et Henry A. Murray, Personnality in nature, society and culture. New York 1948, p. 238.

216. Jules et Zunia Henry, « Doll play of Pilaga Indian children ». Research monographs, no 4. Arnerican Orthopsychiatric Association, 1944, pp. XI-XII.

217. Ibid., p. 114. Voir le compte rendu de G. Róheim. Psychoanalytic Quarterly, XIV, 1945, p. 550.

218. Ibid., p. 92.

219. Ibid., p. 90.

220. Voir le compte rendu d'H. Powdermaker sur mon livre, The origin and function of culture, art. cit., p. 308 et suiv.

221. Cf. A. L. Kroeber, « White's view of culture », art. cit., p. 405.

222. Daniel E. Schneider, « The growth concept of nervous inte

gration », art. cit.

223. F. Alexander, Fundamentals of psychoanalysis, op. cit., p.56.

224. S. Freud, Das Unbehagen in der Kultur (Malaise dans la Civilisation), Tr. Fr. Paris, Denoël et Steele, 1934.

225. Clyde Kluckhohn et P. H. Mowrer, « Culture and personality, a conceptual Scheme » (Culture et personnalité, une esquisse conceptuelle). American Anthropologist, XLVI, 1944, p. 42.

226. J. Henry, « Anthropology and orthopsychiatry » (Anthropologie et orthopsychiatrie). American journal of orthopsychiatry, XVIII, 1948, p. 279.

227. Freud, Malaise dans la civilisation, op. cit.

228. Dans son introduction au livre de Whiting sur les Kwoma.

229. Voir par exemple M. Schmideberg, « On fantasies of being eaten » (Réflexions sur le fantasme d'être mangé). Psychoanalytic Review, XXXV, 1949, p. 303. E. Bergler, The battle of the conscience (La bataille de la conscience). Washington, 1948.

230. Clyde Kluckhohn et 0. H. Mowrer, « Culture and personality », art. cit., pp. 2-3.

231. Ibid., p. 20.

232. Cf. Herskovits, Man and his works, p. 214.

233. Une autre raison, rarement mentionnée, est le désir de l'ethnographe de conserver la maîtrise de la situation. « Ma maison est mon château. e

234. D. Gregg et E. Williams, « The dismal science of functionnalism » (La morne science du fonctionnalisme). American Anthropologist, L, 1948, p. 594.

235. M. B. Opler, « Themes as a dynamic force in culture » (Les thèmes comme force dynamique de la culture). American journal of sociology, LI, 1945, p. 198.

236. Ibid., p. 200.

237. Ibid., p. 200.

592 Psychanalyse et anthropologie

238. Voir aussi A. K. Cohen, « On the place of themes and kindred concepts in social theory » (La place des thèmes et des concepts de parenté dans la théorie sociale). American Anthropologist, L. 1948, pp. 436-443.

239. Cf. Clyde Kluchohn, A mirror for man, op. cit.

240. M. Mead, And keep your powder dry, op. cit., pp. 10, 11.

241. Clyde Kluckhohn et Dorothea Leighton, The Navaho, op.cit.,., p. 223.

242. R. Benedict, The Chrysanthemum and the sword, op. cit., pp. 14, 15.

243. 1. Hermann, « Studien zur Denkpsychologie » (Études sur la psychologie de la pensée). Acta Psychologica, V, 2-3. Amsterdam, 1940, pp. 34, 35.

244. R. Benedict, op. cit., pp. 14-15.

245. Terence. Heautontimoroumenos, 77.

246. S. Freud. L'interprétation du rêve, op. cit.

247. Kluckhohn, « The place of theory in anthropological studies » (La place de la théorie dans les études anthropologiques). Philosophy of Science, VI, 1939, pp. 341-342.

248. Voir précédemment, Baum, The new Wizard of Oz.

249. Voir par exemple D. Bidney,« On the concept of culture and some cultural fallacities » (Sur le concept de culture et quelques idées fausses), American Anthropologist, XLVI, 1944, p. 42. Les données relatives aux sociétés matrilinéaires réfutent le complexe d'Œdipe. Il importe peu que Malinowski, Kroeber et tous les autres se trompent complètement. La répétition fréquente l'emporte sur la vérité.

Chapitre XI

1. Imre Madách, As ember tragédiaia, Kardevan Károly jegzeteievel (La Tragédie de l'homme, avec un commentaire de K. Kardevan). Budapest, 1948.

2. Imre Madách., The tragedy of man, traduction anglaise de Ch. H. Meltzer et P. Vajda. New York, 1933. Voir aussi Voinovich Mohásci, Madách und die Tragödie des Menschen (Madách et la tragédie de l'homme). Budapest, Leipzig, 1935.

3. La traduction anglaise est inexacte. On devrait avoir : « Je suis celui qui sera dans chaque baiser, chaque étreinte. »

4. Cf. G. Róheim, « Adám álma » (Le rêve d'Adam). Nyugat. (Je ne me souviens pas de l'année où cet article fut publié dans Nyugat, revue hongroise de littérature.)

5 . Cf. Róheim, « The Garden of Eden » (Le Jardin d'Eden). Psychoanalytic Review, XXVII, 1940.

6. L. Jekels et E. Bergler, « Instinct dualism in dreams » (Le dualisme des instincts dans les rêves). Psychoanalytic Quarterly, IX, 1940, p. 405. (Sur la théorie de Jekels et Bergler, voir le chap. 1.)

7. Réponse à : « Toute pensée élevée, toute noble action, n'est-elle que la vapeur des cuisines humaines ? »

8. H. Torczyner, « Wie Satan in die Welt kam » (Comment Satan vint au monde), Mitteilungen der hebraeischen Universitaet Jerusalem, 1938. Cité par R. Schärf in C. G. Jung, Symbolik des Geistes (Symbolique de l'esprit), Zurich, 1948, p. 182.

9. Schärf, op. cit., p. 177.

10. Ibid., pp. 166-167.

11. Ibid., p. 204.

Notes 593

12. Ibid., p. 207.

13. Livre de Job, 1, 1-5.

14. Schärf, op. cit., p. 279.

15. Ibid., pp. 178-179.

16. S. Freud, « Eine Teufelneurose in siebzehnten Jahrhundert » (Une névrose démoniaque au XVIle siècle).

17. Ibid., pp. 443-344.

18. Ibid., pp. 419-455.

19. Ibid., p. 443.

20. A. Graf, The story of the Devil (L'histoire du Diable). New York, 1931, p. 142.

21. Cf. C. Kiesewetter, Faust in der Geschichte und Tradition (Le Diable dans l'histoire et dans la tradition). Berlin, 1893, pp. 107-152. Sur le pacte avec le Diable, voir aussi E. M. Butler, Ritual magic (La magie rituelle). Cambridge, 1949.

22. Graf,., p 81.

 

23. Jekels et Bergler op. cit., p.. 404.

24. S. Freud , Malaise dans la civilisation, op. cit.

25. 1. Hermann, « Sich Anklammern - Auf Suche gehen », op. cit. pp. 349-370.

26. Róheim, « The garden of Eden », art. cit., pp. 177-196.

27. Cf. Róheim, « Transition rites », pp. 336-374. Hermann, op. cit..

28. La magie est fort bien dénommée par Oberndorf : * Une

annulation de la séparation originelle de l'enfant et de sa mère. » Cf. Oberndorf, « The nature of psychogenic cure » (La nature de la cure psychogène). Ameriran journal of Psychiatry, 101, 1944, p. 93.

29. Résumé dans un exposé fait par l'auteur à la réunion de la Société psychanalytique de New York (1943).

30. « Ce qui voue des configurations culturelles de haute valeur à une telle fugacité... est loin d'être clair. C'est peut-être quelque chose dans la constitution de l'esprit humain. Mais les explications psychologiques directes ne sont jamais allées très loin dans la réduction des phénomènes historiques à un ordre. » A. L. Kroeber, Configurations of culture growth (Configurations de développement culturel). Berkeley, 1944, p. 763.

31. Cf. Róheim, The origins and function of culture, op. cit.

32. Freud, Malaise dans la civilisation, op. cit.

33. Ibid.,

34. Cf. Róheim, « The (Edipus complex, magic and culture », art. cit., et le chapitre X de cet ouvrage.

35. Freud, op. cit.

36. C'est une traduction plus exacte que celle citée précédemment.

32. Freud, op. cit.

38. Arnold I. Toynbee, A study of history (Une étude de l'histoire), 11, Londres, 1934, 1939. Cf. en Français. L'histoire, un essai d'interprétation. Abrégé des tomes 1 à VI de l'ouvrage original. Paris, Gallimard, 1953.

39. Ibid., p. 9, 11.

40. Ibid., 11, p. 65. Toynbee a tendance à exagérer ce point de vue.Il compare les Lapons, les Votyaks et les Magyars. Tous ap partiennent à la même branche. Pourtant dans le climat polaire les Lapons ont dégénéré, alors que le caractère stimulant des Alfoelds a développé les Magyars et en a fait une nation guerrière et éprise de liberté. Toynbee, op. cit.,11, pp. 300-301. Je ne vois pas que les Alfoelds aient un caractère particulièrement stimulant. La transformation des Magyars est générale

594 Psychanalyse et anthropologie

ment attribuée à l'élément turc, surimposé à l'élément finno-

ougrien.

41. Toynbee, op. cit., p. 272.

42. Cf. Róheim, « The garden of Eden », art. cit.,

43. Op. cit.

44. « Satan, the Adversary » (Satan, l'Adversaire). M. Jastrow, The book of Job. Philadelphie, 1920, p. 53.

45. Dans une version indienne, Dieu seul met à l'épreuve l'homme pieux. M. Stokes, Indian fairy tales (Contes de fées indiens). L. Ellis et White, 1880, pp. 58-72.

46. L'auteur utilise la traduction anglaise de Bayard Taylor, Faust. Boston et New York, 1878, que nous-mêmes traduisons librement. (N.d.T.)

47. W. H. Roscher, « Ephialtes, eine pathologisch-mythologische Abhandlung über Alptraeume und Alpdaemonen. (Ephialtes, un commentaire pathologico-mythologique sur les cauchemars et leurs démons). Abh. d. phil. hist. Klasse der Koenigl. Saechs. Ges. d. Wiss. 1900, pp. 93-107.

48. Cf. S. Schönberger, « A clinical contribution to the analysis of the nightmare syndrome » (Contribution clinique à l'analyse du syndrome du cauchemar). Psychoanalytie Review, XXXIII, 1946, pp. 47-70.

49. S. Freud, Nouvelles Conférences, op. cit.

50. Le  vagabond (qui symbolise Faust lui-même) dit à Baucis

« Dis-moi, mère, es-tu celle à qui je porte mes remerciements -moi, le jeune homme, à qui la vie fut rendue par tes doux soins ? »

51. Cf. Róheim, « Sublimation », pp. 338-352.

52. Toynbee, op. cit., III, p. 259.

53. Ibid., III, pp. 336-337.

54. Ibid., IV, pp. 258-259. De ce point de vue, les critiques détaillée, de Toynbee (cf. Pieter Geyl Arnold J. Toynbee and Pitirim A. Sorokins The patterns of the past. Boston, 1949) ont peu de rapports avec les hypothèses défendues dans ce chapitre.

Chapitre XII

1. J. B. S. Haldane, « Human evolution, past and future » (L'évolution humaine, passée et à venir), in Genetics, paleontology and evolution. Princeton, 1949, pp. 408-409.

2. Ibid., p. 412.

3. Ibid., p. 418.

4. G. G, Simpson, The meaning of evolution, op. cit., p. 210.

5. Julian Huxley, Evolution, the modern synthesis, op. cit., p. 530.

6. L'explication détaillée des mécanismes de défense dépasserait les objectifs de ce livre.

7. Voir cependant, pour le point de vue illustré dans ce livre, A. Irving Hallowell, « Personality structure and the evolution of man » (La structure de la personnalité et l'évolution de l'homme). American Anthropologist, 1950, vol. 52, p. 159.