5. Changement

La psychothérapie familiale (ou interactionnelle), on s’en souviendra, a été définie dans l’introduction de deux manières : d’abord comme une nouvelle façon de voir les problèmes humains, ensuite comme une méthode de traitement fondée sur cette vision. Il n’est pas trop difficile d’apprécier le fait qu’en s’intéressant aux qualités systémiques d’une situation problématique dans le présent plutôt qu’à sa genèse au cours d’une certaine période de temps le thérapeute peut être efficace dès une phase relativement précoce du traitement. Ce type de changements relativement rapides n’est bien sûr possible que si le thérapeute est désireux de prendre une position active par des interventions délibérées au lieu d’attendre passivement que le changement jaillisse spontanément des profondeurs. Penser en termes d’interaction systémique rend possibles des interventions qui sont étrangères à d’autres paradigmes de thérapie, et qui peuvent constituer un tournant décisif dans les traitements difficiles.

Un article de Jackson et Yalom nous fournit un exemple intéressant. Compte tenu du puissant pouvoir d’absorption que peuvent mobiliser les familles de schizophrènes contre tout ce qui menace leur homéostasie rigide, le traitement de la famille en question avait commencé à présenter les caractéristiques typiques d’une impasse systémique. Nous nommons ce type d’impasses « Jeu sans fin »108, et désignons par là toute situation dans laquelle un système ne peut pas générer de lui-même les règles qui lui permettraient de transformer ses propres règles. En conséquence, un tel système passera interminablement par le nombre fini de changements internes dont il dispose, ne parvenant ainsi qu’à obtenir « plus de la même chose »109, sans arriver jamais à une résolution de l’impasse. La métarègle du changement systémique ne peut donc être introduite que de l’extérieur : et c’est ce à quoi s’attachent les interventions en psychothérapie interactionnelle.

Il vaut peut-être la peine de souligner ici un point particulier, même si l’article qui va suivre met l’accent dessus. Après son intervention qui place la famille dans une double contrainte thérapeutique, Jackson obtient son plus grand bénéfice tactique non au moyen d’une interprétation ingénieuse, mais par l’expédient non verbal d’éclater de rire.